NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Nouvelles précisions de l'OMS concernant la classification en “possiblement cancérigène” des radiofréquences

Article publié le 7 août 2012

Nouvelles précisions de l'OMS concernant la classification en “possiblement cancérigène” des radiofréquences

La classification par l’OMS le 31 mai 2011 des radiofréquences a sonné comme un coup de tonnerre dans le monde de la téléphonie mobile. Les opérateurs, leurs lobbyists habituels ont tenté de limiter la portée de cette classification en arguant, notamment qu’elle ne concernait que les portables. Ceci est faux !

Et PRIARTEM apporte des précisions bien utiles...
 

La classification par l’OMS le 31 mai 2011 des radiofréquences a sonné comme un coup de tonnerre dans le monde de la téléphonie mobile. Les opérateurs, leurs lobbyists habituels ont tenté de limiter la portée de cette classification en arguant, notamment qu’elle ne concernait que les portables. Ceci est faux, ce sont bien les radiofréquences qui ont été classées ainsi, et étaient donc visées toutes leurs applications. Il suffisait de relire le communiqué de l’OMS pour le vérifier. A ceux qui n’auraient pas encore réussi à s’en convaincre, le responsable de cette expertise au CIRC-OMS vient d’apporter des précisions non susceptibles d’être interprétées.

Dans un mail, en réponse à une personne qui lui demande justement la portée de la classification en 2b, soit possiblement cancérigène, des radiofréquences, voici ce qu’il écrit le 30 mars 2012.

Version anglaise

Electromagnetic Fields (RF-EMF) covers the entire radiofrequency segment of the electromagnetic spectrum (30 kHz-300 GHz). Within this spectrum, the electromagnetic fields around (or the radiation emitted by) mobile telephones represent the most intense and most wide-spread exposure situation, for which a small increase in risk for glioma and acoustic neuroma has been found in the group of ’heavy users’.

Because there were also some indications of increased cancer risks from studies on occupational exposures to different frequency-ranges (in the military, in the plasticware industry), the IARC Working Group did not want to restrict the overall evaluation to “RF-EMF from mobile phones” or to “RF-EMF from mobile phones that were used in the late 1990s” or to “RF-EMF from mobile phones that were used in the INTERPHONE study”, since many other devices emit the same type of RF radiation, e.g., base-station antennas, radio/tv antennas, WiFi stations, smart meters, etc. Therefore, all these fall under the same broad evaluation of “Radiofrequency Electromagnetic Fields”. This is what the Working Group discussed and decided last year. Of course, because the exposure levels for many of these other devices and exposure situations are so much lower than the exposure to someone who has a functioning cell phone against her/his ear, the risk will be considerably less (although the hazard still exists).

I hope this is sufficiently clear to be useful. Thank you for your interest in our work. Sincerely yours,

Robert A Baan PhD, Responsible Officer, Monograph 102 on RF-EMF The IARC Monographs IARC, Lyon, FRANCE

Traduction française

“La classification des monographies du CIRC des champs électromagnétiques de radiofréquences (RFEMF) couvre l’ensemble du segment radiofréquence du spectre électromagnétique (de 30 kHz à 300 GHz). Au sein de ce spectre, le rayonnement des champs électromagnétiques émis par les téléphones portables représente la situation d’exposition la plus intense et la plus répandue, pour laquelle une légère augmentation du risque de gliome et de neurinome de l’acoustique a été trouvée dans le groupe des ’utilisateurs intensifs’.

Parce qu’il y avait également des indications d’augmentation des risques de cancer provenant d’études sur les expositions professionnelles dans d’autres gammes de fréquences (dans l’armée ou l’industrie du plastique), le groupe de travail du CIRC n’a pas voulu restreindre l’évaluation globale aux radiofréquences émises par les téléphones portables, ou les radiofréquences des téléphones portables utilisés à la fin des années 90, ou les radiofréquences des téléphones portables utilisés dans l’étude INTERPHONE, alors que d’autres appareils émettent le même type de rayonnement, comme par exemple, les stations de base, les antennes radio/TV, les bornes Wi-Fi, les compteurs ’intelligents’, etc. Par conséquent, tous relèvent de la même évaluation des "champs électromagnétiques de radiofréquences". C’est ce que le groupe a examiné et décidé l’année dernière. Bien sûr, les niveaux d’exposition de tous ces autres dispositifs sont beaucoup moins élevés que l’exposition d’une personne avec un téléphone cellulaire en fonctionnement contre son oreille, même si le risque existe toujours.

J’espère que cela est suffisamment clair pour vous. Je vous remercie de votre intérêt pour notre travail. Cordialement,

Dr. Robert A.Baan, Responsable section des Monographies du CIRC Volume 102 sur les champs électromagnétiques des radiofréquences - CIRC, Lyon – France.

Source :

  • "Nouvelles précisions de l’OMS concernant la classification en “possiblement cancérigène” des radiofréquences"
  • Publié par : http://www.priartem.fr...
  • Le : 16 avril 2012
Thèmes

Pollution électromagnétique Ondes

Bookmark and Share
0 vote

commentaires
votez :
(IP:xxx.xx8.87.47) le 8 août 2012 à 09H57

Les pourris de l’OMS vont peut-être nous proposer un vaccin.

votez :
(IP:xxx.xx3.88.144) le 8 août 2012 à 10H47

(IP:xxx.xx8.87.47) le 8 août 2012 à 09H57

Les pourris de l’OMS vont peut-être nous proposer un vaccin.

Ah ! Voilà un l’avis autorisé, clair, net et précis d’un spécialiste courtois et à l’esprit vif et ouvert. Un avis qui va faire avancer la discussion. Bravo et merci pour cette intervention tant espérée par la communauté scientifique d’une part (enfin je veux dire par celle qui n’est pas complètement pourrie bien entendu, mais çà va faire peu de monde n’est-ce pas ?)et par toute une population angoissée d’autre part (là, çà va plutôt faire du monde !).

votez :
(IP:xxx.xx3.88.144) le 10 août 2012 à 16H22

"La classification par l’OMS le 31 mai 2011 des radiofréquences a sonné comme un coup de tonnerre dans le monde de la téléphonie mobile....."

== " Coup de tonnerre" ? Euh ! Pas vraiment ! Ou alors on ne fréq

"....au CIRC-OMS vient d’apporter des précisions non susceptibles d’être interprétées."

==Mais vous ne vous privez pas, malgré tout, à non pas "interpréter" le texte du CIRC mais à lui faire dire plus qu’il n’en dit. Reprenons par conséquent le communiqué de presse du CIRC pour mettre en avant les points saillants.

COMMUNIQUE DE PRESSE

N° 208

31 mai 2011

LE CIRC CLASSE LES CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES DE RADIOFREQUENCES COMME « 

PEUT-ETRE CANCEROGENES POUR L’HOMME » Lyon, France, 31 mai 2011 – Le Centre international de Recherche sur le Cancer (CIRC) de l’OMS a classé les champs électromagnétiques de radiofréquences comme peut‐être cancérogènes pour l’homme (Groupe 2B),sur la base d’un risque accru de gliome, un type de cancer malin du cerveau, associé à l’utilisation du téléphone sans fil. [...] Résultats Les données ont été passées en revue de façon critique, et évaluées dans leur ensemble comme étant limitées2 chez les utilisateurs de téléphones sans fil pour le gliome et le neurinome de l’acoustique, et insuffisantes3 pour être concluanres pour les autres types de cancers. Les données des expositions professionnelles et environnementales mentionnées plus haut ont également été jugées insuffisantes. Conclusions Le Dr Jonathan Samet (Université de Californie du Sud, Etats‐Unis), Président du Groupe de Travail, a indiqué que « les données, qui ne cessent de s’accumuler, sont suffisantes pour conclure à la classification en 2B . Cette classification signifie qu’il pourrait y avoir un risque, et qu’il faut donc surveiller de près le lien possible entre les téléphones portables et le risque de cancer ». "Etant donné les implications de cette classification et de ces résultats pour la santé publique, il est crucial que des recherches supplémentaires soient menées sur l’utilisation intensive à long terme des téléphones portables », a déclaré le Directeur du CIRC, Christopher Wild. «  En attendant qu’une telle information soit disponible, il est important de prendre des mesures pratiques afin de réduire l’exposition, comme l’utilisation de kits mains‐libres ou des textos ». Qu’est-ce que la classification 2B ? Groupe 2. Cette catégorie comprend les agents pour lesquels, au maximum, on a obtenu des indications de cancérogénicité pour l’homme presque suffisantes et, au minimum, on ne dispose d’aucune donnée concernant l’homme mais on dispose d’indications suffisantes de cancérogénicité pour l’animal de laboratoire. Lesdits agents sont classés soit dans le groupe 2A (probablement cancérogène pour l’homme), soit dans le groupe 2B (peut‐être cancérogène pour l’homme) sur la base d’indications épidémiologiques et expérimentales de cancérogénicité de données mécanistiques et d’autres renseignements pertinents. Les termes probablement cancérogène et peut‐être cancérogène n’ont pas de signification quantitative et ne sont utilisés que pour décrire différents niveaux de données de cancérogénicité chez l’homme, probablement cancérogène signifiant un niveau d’indication plus élevé que peut‐être cancérogène. Groupe 2B : L’agent est peut‐être cancérogène pour l’homme. Cette catégorie concerne les agents pour lesquels on dispose d’indications limitées de cancérogénicité chez l’homme, et d’indications insuffisantes de cancérogénicité chez l’animal de laboratoire. On peut également y faire appel lorsque l’on dispose d’indications insuffisantes de cancérogénicité pour l’homme, mais que l’on dispose d’indications suffisantes de cancérogénicité pour l’animal de laboratoire. Dans certains cas, peut être classé dans ce groupe un agent pour lequel on dispose d’indications insuffisantes de cancérogénicité chez l’homme et pas d’indications suffisantes d’une action cancérogène chez l’animal de laboratoire, corroborées par des données mécanistiques et d’autres données pertinentes. Un agent peut être classé dans cette catégorie sur la seule base d’indications solides provenant de données mécanistiques et autres. Conclusion : - Pas matière à "coup de tonnerre" pour la téléphonie mobile dans ce document
- Pas non plus matière à triomphalisme de votre part - Mise en évidence du problème potentiel d’augmentation du risque de cancérogénicité (gliome + neurinome de l’acoustique) chez les accros au téléphone portable les plus exposés, problème pour l’instant non démontré faute de données crédibles chez l’homme et chez l’animal - Recommandations de mettre en oeuvre un système de surveillance et de collecte d’informations solides afin de constituer une ou des base(s) de données de qualité qui permettra (ons) aux spécialistes d’infirmer ou de confirmer l’exsitence du problème suspecté initialement. C’est la démarche scientifique normale et raisonnable à suivre dans ces circonstances. C’est l’application du véritable "principe de précaution.

votez :
(IP:xxx.xx7.200.4) le 3 septembre 2012 à 10H55

Effectivement, le texte de l’OMS (CIRC) n’est pas aussi catégorique que le laisse entendre l’article ci-dessus. Comme quoi, il faut toujours éviter de n’entendre qu’un seul son de cloche et qu’il est toujours préférable de se référer aux textes originaux plutôt qu’aux interprétations des uns et des autres surtout quand certains ne sont pas impartiaux dans leurs compte-rendus comme c’est semble-t-il le cas ici.

votez :
par Soldes Sac Lancel (IP:xxx.xx2.223.130) le 31 décembre 2012 à 07H16

Fashion is about a global disposition than climatic conditions. So it really is tricky not to obtain influenced by worldwide fashion tendencies even though Indian winters may perhaps nonetheless be within the milder aspect in comparison to the West. cheapsbeatsbydrestudio.com Next the established guidelines, blacks and also the greys have already been dominating the scene, Moncler Pas Cher but considering the fact that tendencies vacation at the speed of light, the vivid things have caught the consideration of numerous designers and fashion watchers. Moncler Doudoune Pas Cher Semi-fitted and knee-length leather-based jackets in the brightest of colors can be a clever strategy to defeat the chill, confirms designer Nachiket Barve.

votez :
(IP:xxx.xx5.87.254) le 14 août 2013 à 21H54

replica handbags for sale This causes them to devote so substantially money just to get the items that they want Replica Handbags . 1 point that females can never ever say no to is buying designer handbags http://gracegalena.org/outlet.html .

votez :
par retro jordans cheap (IP:xxx.xx5.90.52) le 18 août 2013 à 10H53

This, Heidi says, jordan shoes cheap is the most important key to transforming our planet cheap retro jordans . cheap jordans website "Imagine a world where we are all living our life's purpose."Piercing The Corporate Veil

Les Auteurs deSanté
Gilbert Spagnolo dit P@py - 22 articles
Sylvie Simon - 58 articles
Marc Girard - 20 articles
insaecula - 10 articles
çaDérange - 299 articles
Béatrice de Reynal - 209 articles
Koryneva - 1 articles
Biosphère Blog - 57 articles