A quoi sert l’allaitement maternel ?

0

Les enfants qui ont été nourris plus de 6 mois au sein ont un QI supérieur en moyenne de 3,8 points par rapport à ceux nourris au biberon, selon une étude courant sur 7 années réalisée par Wieslaw Jedrychowski et ses collègues chercheurs de l’Université Jagiellonian Medical College de Pologne[1].

Leurs capacités cognitives sont significativement supérieures à celles des autres enfants :

2,1 points de plus que les enfants nourris au sein durant 3 mois

2.6 points de plus que les enfants nourris de 4 à 6 mois,

Cette étude fait écho à une autre, de 70 ans plus ancienne ( !) qui déjà le démontrait[2] . Ces travaux avaient d’ailleurs servis de base à l’OMS pour ses recommandations de poursuivre l’allaitement maternel au moins durant 6 mois révolus.

Mais quel est l’ingrédient qui fait défaut au lait infantile artificiel ?

Tonse Raju, pédiatre te néonatalogiste du National Institute of Child Health and Human Development[3] estime que le lien maternel est bien plus fort et intime avec le sein qu’avec le biberon, ce qui contribue au développement personnel et cognitif de façon bien plus efficace. Ce qui ne va pas faire plaisir aux féministes !

Matières grise et blanche

Durant la première année de vie, le cerveau du bébé double de poids, ce qui provient essentiellement de la matière blanche, l’isolant électrique naturel des fibres nerveuses, qui permet d’augmenter la transmission 50 fois plus rapidement que les fibres non isolées.

Les chercheurs tentent de comprendre pourquoi et comment cette myélinisation (isolation), peut prendre place après la naissance et durant la toute première enfance, jusqu’à l’adolescence. Les expériences précoces de l’enfance influencent la myélinisation et contribuent au développement du cerveau dans son environnement, bien plus que ce que programme la génétique.

Martin Teicher, psychiatre à la Harvard Medical School et responsable du Laboratory of Developmental Psychopharmacology au McLean Hospital, estime que ses recherches isuggèrent que l’affection verbale des parents est le facteur le plus important affectant le QI des premières périodes de vie.

Il montre aussi que l’exposition à la violence verbale parentale est associée à des altérations de la matière blanche. Donc, ce n’est pas seulement la myélinisation qui prend place en début de vie, mais bien les fondamentaux du développement intellectuel et cognitif, donc l’acquisition du langage, etc.

Le stress est négativement corrélé au développement du cerveau.


[1] European Journal of Pediatrics Mai 2011

[2] Carolyn Hoefer et Mattie Hardy in JAMA The Journal of the American Medical Association

[3] Breastfeeding Medicine, October 2011.

Partager.

Leave a Reply