NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Les entourloupes du "mois rose" : vaccination contre la grippe

Article publié le 22 novembre 2011

Les entourloupes du "mois rose" : vaccination contre la grippe

Mes fidèles lecteurs me pardonneront certainement le retard au projet annoncé d'analyser les deux principales entourloupes du "mois rose". Il faut dire à ma décharge que l'imagination promotionnelle implacable des autorités sanitaires soumet le commentateur à rude épreuve : c'est quasiment tous les jours qu'il faudrait prendre la plume pour dénoncer leurs nouvelles entourloupes, dont l'accélération - je n'ai cessé de le dénoncer - est directement imputable à la surenchère démagogique déclenchée par l'exploitation politique et médiatique démente du micro-scandale Médiator [1].

Pour revenir à la seule campagne 2011-12 de vaccination contre la grippe, on nous a expliqué que les vaccins n'avaient quasiment pas changé relativement à l'an dernier : d'où l'on déduit facilement que mes mises en garde du même an dernier n'ont pas pris une ride.

Et qu'à y regarder de plus près, elles pourraient même être renforcées...

Relativement aux positions opportunistes, c'est en effet le privilège de celles qui sont guidées par la recherche de la Vérité que de se bonifier avec le temps [2]. Que s'est-il donc passé, depuis environ un an, qui autorise à déconseiller encore plus fermement aux citoyens de s'exposer à une vaccination aussi hasardeuse ?

Plus ça change...

  • Jusque voici peu [3], la vaccination antigrippale était présentée en haut lieu comme un succès de la politique préventive française : moyennant quoi, l'éventail de mortalité le plus couramment cité par la presse (spécialisée ou non) se situait entre 4000 et 7000 victimes par an. Depuis 2009 et de l'aveu même des autorités, la défiance croissante des citoyens à l'endroit de cette vaccination s'est soldée par une chute vertigineuse de la mortalité imputée à la grippe : 312 cas en 2009-2010, 151 cas la saison suivante alors même que la vaccination avait encore baissé de façon spectaculaire par rapport à l'année précédente. Sur la base d'un paradoxe aussi manifeste, faites comme le bon Dr Grange : cherchez l'erreur - ou l'entourloupe...
  • Avec une obstination rare frisant la jubilation, la collaboration Cochrane n'a cessé de réactualiser ses évaluations de la vaccination contre la grippe, pour aboutir chaque fois au constat d'une discordance faramineuse entre les recommandations des autorités (manifestement inspirées des fabricants) et le manque de preuves solides concernant l'intérêt d'une telle vaccination.
  • Sans qu'une mesure aussi exceptionnelle, dans sa radicalité, n'appelle la moindre justification ni des autorités, ni du fabricant concerné, l'une des spécialités (Arepanrix) initialement autorisées pour la campagne de l'an dernier a été subrepticement retirée du marché. Ce retrait dit assez la fiabilité du processus qui avait conduit les autorités européennes à autoriser la commercialisation des vaccins contre la grippe ; leur pesant silence dit assez la tranquillité de leur conscience [4].
  • Alors qu'il a été lourdement démenti par les faits, "l'expert" infectiologue mandaté - par qui ? - pour affirmer dans la presse [5] que la question des narcolepsies n'avait été qu'une fausse alerte (et que les Suédois s'étaient "rétractés") n'a pas été sanctionné - surtout pas par l'Ordre des médecins, par essence (et confirmation baptienne) gardien de toutes les vertus médicales. Bien pis : le même expert n'a pas craint de réapparaître un an plus tard [6] - au service de qui, une fois encore ? - pour s'indigner [7] que les autorités sanitaires n'arrêtent pas des mesures d'absolue coercition pour imposer les vaccinations qui inspirent pourtant des craintes justifiées aux citoyens...
  • Deux ans après les premières alertes sur les narcolepsies, l'administration sanitaire française n'a strictement rien fait de ses engagements à entreprendre les études et investigations qu'imposait la situation : au mépris flagrant, là encore, de la recommandation vague et parfaitement démagogique de l'IGAS que désormais, "le doute profite au malade et non au médicament" [8]. Dans le même temps, cependant, on dispose d'une étude réalisée par ces Suédois qui s'était prétendument "rétractés" (dixit l'expert susmentionné), dont les conclusions sont accablantes relativement au lien de causalité entre Pandemrix et la survenue de narcolepsies chez l'enfant et l'adolescent [9]. On dispose également de données alarmantes dans d'autres pays, dont la Finlande - et, n'en déplaise à nos autorités, la France...
  • Bien que mon rappel d'un énorme précédent historique quasi superposable n'ait pas été repris par les médias (on se demande bien pourquoi...), l'hystérie entretenue autour de l'affaire Médiator - malgré sa démagogie et ses exagérations - a indirectement permis de confirmer que le scandale de la grippe porcine, en 2009, n'était pas un coup de tonnerre dans un ciel serein mais l'expression parmi bien d'autres de l'incroyable corruption morale et intellectuelle qui prévaut dans les organismes sanitaires nationaux ou internationaux [10].

... et plus c'est la même chose

On se rappelle peut-être que l'un de mes arguments les plus précoces [11], les plus radicaux et les plus efficaces contre la campagne vaccinale programmée à l'automne 2009 par Roselyne Bachelot tenait à la précipitation du développement pharmaceutique, que j'avais jugée strictement incompatible avec les principes technico-réglementaires élémentaires qui gouvernent, normalement, la mise au point d'un médicament nouveau - surtout lorsqu'il est aussi complexe qu'un vaccin. Deux ans après, rien n'a changé.

  • Même si cette année, les souches virales n'ont pas été modifiées par rapport à l'an dernier, les autorités sanitaires - loin d'exploiter ce répit pour approfondir un peu l'évaluation d'un vaccin à l'improvisation duquel la variabilité virale a toujours servi de prétexte - en ont profité pour élargir encore les indications (femmes enceintes, sujets obèses), sans prendre la peine, évidemment, de procéder au minimum d'essais cliniques qui, réglementairement, devraient conditionner de telles extensions.
    • A priori, semblable audace est d'autant plus remarquable que, comme je l'ai moult fois rappelé, les populations concernées (les femmes enceintes, surtout) par une extension aussi hasardeuse font normalement partie des "espèces protégées" de la recherche clinique - justiciables à ce titre d'un surcroît de prudence relativement aux médicaments nouveaux.
    • A posteriori, cette audace apparaît d'autant plus criminelle qu'il faut beaucoup de mauvaise foi pour ne pas voir que l'introduction du H1N1 dans les préparations vaccinales s'est soldée par un nombre tout à fait alarmant d'accidents obstétricaux - lesquels, comme les narcolepsies, doivent toujours être "à l'étude" dans le tiroir d'un bureau de l'AFSSAPS dont le titulaire a dû changer d'affectation par la grâce de la "Réforlution du médicament" [12].
  • Tout en justifiant que la stabilité des souches virales n'imposait pas de nouvelles études, le communiqué de l'AFSSAPS du 16/09/11 a admis que lorsqu'une souche nouvelle était incorporée au vaccin antigrippal (situation qui correspond à un changement radical de principe actif et qui devrait, à ce titre, appeler un nouveau développement complet), il était simplement demandé aux fabricants de réaliser deux études, incluant 50 sujets chacune [13]. Quand j'aurai un peu de temps à consacrer aux nuisibles de la Toile (revendiquassent-ils la compétence oxymorique de "journaliste philosophe" - à moins que ce ne soit l'inverse...), je reviendrai sur l'accusation qui traîne ici ou là selon laquelle, en 2009, j'aurais annoncé - évidemment à tort - pas moins de 65000 morts avec le vaccin anti-H1N1 [14]. En fait, sans qu'il soit besoin d'être germanophone, il suffit d'un minimum de culture scientifique pour comprendre cet élémentaire problème de puissance statistique et constater, par exemple, que dans une étude sur un nouveau médicament, il faut inclure pas moins de 300 patients pour espérer détecter, au seuil de significativité classique de 5% (considéré comme suffisant pour discriminer entre un aléa et un effet du médicament testé), une complication iatrogène survenant à la fréquence pourtant exorbitante de 1% [15]. Cela signifie qu'avec les procédures jugées suffisantes par les autorités européennes pour autoriser un nouveau vaccin contre la grippe, l'idéal d'une vaccination quasi "universelle" (tel qu'inspiré par leurs sponsors) est compatible, à l'échelle d'un pays comme le nôtre, avec l'émergence d'un effet indésirable potentiellement grave et inaperçu lors des essais cliniques touchant au moins 650000 personnes (j'ai bien vérifié les zéros) : je suis au regret de maintenir que pareille perspective appelle une réflexion éthique et épistémologique - même chez les philosophes journalistes qui lisent l'allemand dans le texte...

Conclusion

Passés maîtres ès "fabrication du doute" [16] grâce au dévouement sans borne de leurs experts maison, fussent-ils estampillés "indépendants" par la volonté du Prince, les prédateurs modernes de la société et de l'environnement savent développer des trésors d'ingéniosité et de raffinement statistique pour priver les citoyens de leur pouvoir de constat et les conditionner à ne plus voir ce qui saute aux yeux : les plantes peuvent bourgeonner au plus fort de chaque hiver, il n'y a pas de perturbations climatiques ; la technique moderne a beau être marquée par une accélération foudroyante de l'obsolescence (ne serait-ce qu'avec la durée de vie prévisible des supports de stockage informatique...), il va de soi que le stockage à long-terme des déchets nucléaires est parfaitement maîtrisé (sous l'hypothèse de travail qu'il n'y aura aucun "tsunami du siècle" sur les prochaines 25000 années...) ; et même si l'on voit tous les jours des enseignants, des chercheurs, des entrepreneurs, des journalistes, des éditeurs, des hommes publics qui ne maîtrisent clairement plus les bases de la syntaxe, du calcul (la règle de trois...) ou de la logique, "les études disponibles" réfutent la réalité d'une baisse de niveau scolaire [17].

A l'inverse, cependant, dès qu'il s'agit non plus de mettre en doute les risques de leurs produits, mais d'en assurer la promotion, alors adieu prudence intellectuelle et subtilité statistique [18] : si l'impossibilité d'affirmer "avec certitude" le lien de causalité entre un antidépresseur et un effet indésirable suffit à tuer toute suspicion de risque iatrogène, cette même incertitude statistique n'a plus aucune portée quand il s'agit de proclamer l'efficacité du même antidépresseur sur la base d'essais cliniques où le produit supposé "actif" s'est à peine distingué du placebo [19]. Semblablement, si "les experts sont unanimes" pour contester l'extrapolabilité des données animales dès lors qu'elles suggèrent la toxicité d'un médicament ou d'une substance chimique, ces mêmes données animales deviennent parfaitement démonstratives dès lors qu'on peut les exploiter pour suggérer la réalité d'une action thérapeutique qui peine à émerger des essais cliniques réalisés chez l'homme [20]...

Des contradictions aussi grotesques répondent, parmi bien d'autres éléments intrinsèques [21], à mon souci d'un contrôle citoyen de l'expertise : il n'est pas besoin d'avoir fait des études poussées de physique ou de se ridiculiser à un bras de fer inégal avec plus compétent que soi pour reconnaître la nullité "d'experts" prenant des paris de sécurité sur une période qui se chiffre en dizaines de milliers d'années tout en se dégonflant au premier imprévu sous le prétexte risible qu'ils se sont heurtés à l'emmerdement "du siècle"...

Dans un monde gouverné par une rationalité technico-scientifique et l'éthique inhérente, il serait possible de débattre posément quant aux bénéfices et inconvénients des examens préventifs ou des vaccinations. Mais en l'espèce, c'est bien l'excès promotionnel des campagnes en faveur de la mammographie ou de la vaccination antigrippale - ainsi que la corruption intellectuelle et morale patente de leurs artisans - qui permet de trancher sans même avoir besoin d'entrer dans le détail.

Dans un article déjà ancien consacré à la vaccination contre l'hépatite B chez les petits, je concluais comme suit : "Ne confiez plus vos bébés à n'importe qui". Tout ce que nous avons vu depuis - et notamment depuis la révélation du scandale H1N1 - autorise désormais à étendre cette recommandation :

Ne confiez plus votre santé à n'importe qui.


[1] Aux dernières nouvelles, Xavier Bertrand serait en train de préparer une liste d'experts "indépendants" ! Avec ceux qu'il avait déjà (notamment pour préparer sa super réforme du médicament), il aura désormais deux listes à sa disposition : l'une pour les basses besognes et l'autre pour le fun (les méchouis avec Bapt, les apéros de quartier avec les associations, etc.)...

[2] C'est même ce renforcement au cours du temps qui permet de les repérer comme marquées par le souci de Vérité.

[3] Entendez : avant que, sous le patronage intellectuel de la collaboration Cochrane et toutes divergences personnelles bues, quelques professionnels de santé ne s'y mettent à plusieurs pour réfuter les mensonges de l'administration au sujet de la grippe.

[4] Sachant qu'il est des dissimulations tellement incongrues qu'elles valent pour des aveux : en l'espèce, le seul prétexte invoqué par l'Agence européenne pour expliquer ce retrait à la demande du fabricant se limite à des "raisons commerciales". On voit la crédibilité du motif : GSK investit pour développer et faire enregistrer un vaccin destiné à la campagne vaccinale 2010-2011 et, en novembre 2010 - au moment même où cette campagne bat son plein (c.à.d. au moment où il devient possible d'envisager un retour sur investissement), découvre soudain que son intérêt "commercial" passe par le retrait du vaccin en question !

[5] Le Parisien, 23/09/10.

[6] Le Figaro, 12/09/11.

[7] Au mépris tant de l'article L.4113-13 (sur la déclaration préalable des liens d'intérêts) que des articles R.4127-14 et R.4127-35 (sur l'exigence de prudence et de probité qui doit présider à toute information médicale fournie au public par un professionnel) du Code de la santé publique.

[8] Le Monde.fr, 21/06/11.

[9] Parmi les autres entourloupes des autorités sanitaires relativement à cette grave question de tolérance, il faut noter la tendance à n'évoquer - du bout des lèvres - que le risque "chez l'enfant", ce qui revient à sous-entendre qu'il n'existerait pas chez l'adulte ou le vieillard (et qu'on peut donc vacciner grand-père en toute quiétude). La réalité est sensiblement différente : l'étude suédoise en question ne s'est intéressée qu'aux enfants et, à ma connaissance, le risque dans les autres classes d'âge n'a fait l'objet d'aucune évaluation spécifique - ce qui est effectivement le moyen le mieux éprouvé pour soutenir qu'il n'a pas été démontré... En fait, il n'y a aucune raison sérieuse de penser qu'un tel potentiel toxique ne concernerait que les enfants/adolescents. Une question similaire se pose relativement à la seule spécialité (celle de GSK) mise en cause par cette étude : il n'est pas clair si les autres vaccins disponibles dans la même indication ont été étudiés quant au risque de narcolepsies (les ventes des autres spécialités peuvent avoir été négligeables dans le pays où cette étude a été entreprise, de telle sorte qu'il devient difficile d'en caractériser la toxicité).

[10] Sachant de plus que ce niveau de corruption s'est également révélé toutes ces dernières années dans bien d'autres instances de réglementation, qu'elles soient financières, nucléaires, environnementales ou autres, permettant de caractériser les "invariants" de la crise de gouvernance que traversent actuellement les sociétés censément démocratiques.

[11] France Soir, 26/08/09.

[12] A moins qu'il n'attende fébrilement son inscription sur la liste des experts "indépendants" préparée par Xavier Bertrand...

[13] Une étude chez l'adulte jeune, une autre chez les sujets de plus de 60 ans.

[14] Dans l'entre temps, je renvoie le lecteur intéressé à l'exposé fort clair de mon livre Alertes grippales, p.118.

[15] Schneiweiss F, Uthoff VA, Sample size and postmarketing surveillance, Drug Information Journal 1985 ; 19 : 13-16.

[16] D. Michaels, Doubt is their product, New York, OUP, 2008.

[17] Quand, encore, il n'est pas soutenu qu'au contraire, le niveau "a monté", et que c'est en raison de cette "montée" que les vieux cons qui se lamentent y ont perdu leurs repères en même temps que leur latin...

[18] Et bonjour la junk science...

[19] Girard M. Expertise médicale : questions et ... réponses sur l'imputabilité médicamenteuse. Le Dalloz 2001 ; n° 16/7025 : 1251-2.

[20] D. Davis, The secret history of the war on cancer, Philadelphia, Basic Books, 2007.

[21] "Auditer les experts", in Alertes grippales..., pp. 47-90.

 

Source image : http://www.framsteget.net

Thèmes

Vaccin grippe h1n1 Afsapps Politique sanitaire

Bookmark and Share
8 votes

commentaires
votez :
par Patrick Samba (IP:xxx.xx7.232.218) le 23 novembre 2011 à 11H49

"Depuis 2009 et de l’aveu même des autorités, la défiance croissante des citoyens à l’endroit de cette vaccination s’est soldée par une chute vertigineuse de la mortalité imputée à la grippe : 312 cas en 2009-2010, 151 cas la saison suivante alors même que la vaccination avait encore baissé de façon spectaculaire par rapport à l’année précédente."

Et ben, on va encore avoir de bonnes raisons de s’indigner un peu plus. pffff !...

votez :
(IP:xxx.xx1.1.78) le 25 novembre 2011 à 09H41

""Et ben, on va encore avoir de bonnes raisons de s’indigner un peu plus. pffff !...""

Je crois que nous le petit peuple avons de quoi nous indigner encore plus et non un peu. On se rend compte que nos plus réputés des médecins nous ont mentis puisqu’ils sont en train d’essayer de se disculper par leur pseudo-confessions. Ils ne savaient rien mais ont profité dictatorialement de notre grande ignorance en imposant leurs très fumeuses théories pour le plus grand bien de leurs finances personnelles. On se rend compte que nos couteux centres de recherche avec des spécialistes dictatoriaux mais avec des capacités intellectuelles plus que très limitées ne savent même pas si les virus sont bien une cause unique de maladie (cf des médecins Canadiens) ou bien si les virus ne seraient pas une conséquences de ces maladies et ceci en plus des expériences sur les filtras de solutions virales qui redonneraient le sida mais au bout d’un certain temps seulement....On en conclut que c’est la notion même de virus qui foire ! Qu’est ce qui prouve que ce n’est pas "la vaccination" qui entretient les maladies ? Ni les pseudo colères , ni les railleries de ces ignorants ne réussiront plus à nous émouvoir...Voilà que l’on retrouve les très sages paroles de nos fermiers des années 1970 :" Soyez plus vigilants car ils ne savent rien ". je le crois volontiers en ayant suivi les séries honteuses des scandales provoqués par les fausses théories scientifiques. Il manque à la science au moins une dimension . je propose l’existence du monde éthérique et du corps éthérique de nos corps physiques denses...comme il est démontré dans des livres de médecins spécialistes aussi...tiens, même enseignement et un désaccord au bout !...Il existe donc des erreurs flagrantes dans l’enseignement de la médecine...(+cf les confessions actuelles des professeurs !)...

Ma certitude : Des médecins guérissent en utilisant le corps éthérique ET aucun de nos médicaments ne guérit plus de 40% dans un lot de malades comme l’indique les essais en double aveugle. Je ne fais pas mention des essais ’loupés’ où il faut retirer en urgence, mais quelques années après, le médicament non toxique de la vente pour cause de mortalité excessive donc repérable.

votez :
par BienEtre (IP:xxx.xx1.246.91) le 25 novembre 2011 à 14H54

"Qu’est ce qui prouve que ce n’est pas "la vaccination" qui entretient les maladies ?"

Vous ne croyez pas si bien dire mon cher monsieur, car aujourd’hui, c’est justement devenu précisément le cas...

votez :
(IP:xxx.xx9.7.98) le 1er décembre 2011 à 16H05

@ (IP:xxx.xx1.1.78) le 25 novembre 2011 à 09H41

".....Qu’est ce qui prouve que ce n’est pas "la vaccination" qui entretient les maladies ?"

°°°°° C’est bien entendu la vaccination massive des enfants depuis plusieurs années qui entretient la poliomyélite dans le monde...........

Poliomyélite

Aide-mémoire N°114

Octobre 2011

Principaux faits

La poliomyélite touche principalement les enfants de moins de cinq ans. Une infection sur 200 se solde par une paralysie irréversible (des jambes, en général). Parmi les enfants paralysés, 5 à 10% meurent lorsque leurs muscles respiratoires cessent de fonctionner. Les cas de poliomyélite ont diminué de plus de 99% depuis 1988, passant de 350 000 à 1604 cas notifiés en 2009. Cette baisse est le fruit de l’effort mondial d’éradication de la maladie. En 2010, il ne restait plus au monde que quatre pays d’endémie, alors qu’ils étaient plus de 125 en 1988. Les pays d’endémie restants sont l’Afghanistan, l’Inde, le Nigéria et le Pakistan. Les poches persistantes de transmission de la poliomyélite dans le nord de l’Inde, du Nigéria et à la frontière entre l’Afghanistan et le Pakistan sont aujourd’hui la cible de l’Initiative en faveur de l’éradication de la poliomyélite. Tant qu’un seul enfant restera infecté, tous les enfants risqueront de contracter la maladie. En 2009-2010, 23 pays précédemment exempts ont été réinfectés par la poliomyélite en raison d’une importation du virus. Dans la plupart des pays, l’action mondiale a permis d’élargir les capacités de lutte contre d’autres maladies infectieuses en développant des systèmes de surveillance et de vaccination efficaces. La connaissance du poliovirus s’est accrue grâce aux recherches soutenues menées dans le cadre de l’action d’éradication. Pour que les efforts soient couronnés de succès, il faudra parvenir à combler le déficit important de financement pour mener à bien les prochaines étapes de l’Initiative mondiale pour l’éradication de la poliomyélite.

La poliomyélite et ses symptômes

La poliomyélite est une maladie très contagieuse provoquée par un virus qui envahit le système nerveux et peut entraîner une paralysie totale en quelques heures. Le virus pénètre dans l’organisme par la bouche et se multiplie dans les intestins. Fièvre, fatigue, céphalées, vomissements, raideur de la nuque et douleurs dans les membres en sont les premiers symptômes. Une paralysie irréversible (des jambes, généralement) survient dans un cas sur 200. Entre 5 à 10% des malades paralysés décèdent lorsque leurs muscles respiratoires cessent de fonctionner.

Personnes les plus exposées

La poliomyélite touche principalement les enfants de moins de cinq ans.

Prévention

Comme il n’existe pas de traitement pour cette maladie, la prévention est la seule option. Le vaccin antipoliomyélitique, administré à plusieurs reprises, confère à l’enfant une protection à vie.

votez :
(IP:xxx.xx1.129.81) le 1er décembre 2011 à 21H59

"Le vaccin antipoliomyélitique, administré à plusieurs reprises, confère à l’enfant une protection à vie." Merci à vous pour ces précisions . Je me réjouis de l’éradication de cette maladie. Mais parmi les observations, quelles maladies et troubles ont été fournis à ces enfants par les vaccins ?? Et quelles preuves que le vaccin y est pour quelque chose ???

J’ai appris dans ma vie que l’on a rien sans rien.

Mon aïeul fut désigné volontaire pour être "charitable" lors d’une épidémie de peste. Il a survécu et me voilà...pourtant, il n’y a pas eu de vaccin et la peste a disparu sans traitement autre que des fumigations plus ou moins bien réalisées car il fallait faire vite, si les récits que j’ai eu sont exacts. Les découvertes dans les pays qualifiés de "BRICC" semblent aller dans ce sens, de même que celles d’un centre de recherche aux USA...

Je crois que le mensonge est entré dans la médecine comme tend à nous le prouver l’horrible succession des scandales et maintenant, il faudrait que, nous le petit peuple, ayons plus de preuves que de simples déclamations péremptoires puisque les étudiants en médecine semblent tout apprendre sans trop comprendre.

Le rapprochement du scandale du Professeur de Lille emmené par quatre hommes en gabardine ’beige’ avec ceinture à la fin de son cours sur le BCG dans les années 1970 et l’arrêt de l’obligation seulement vers 2010 où nous avons enfin eu la vérité sur ce vaccin qui était inutile et même pouvait entretenir la tuberculose dans notre pays nous a choqué.

votez :
par luxo (IP:xxx.xx4.69.234) le 26 novembre 2011 à 10H40

paru hier dans journal allemand(spiegel online)29 millions de doses de vaccin non utilisés de H 1 N 1 sur 34 millions 196 palettes soit 16 millions de doses seront incinérées coût pour les Lands (provinces)294 MILLIONS . MERCI l`OMS ET SES COMPLICES .

votez :
par bounty (IP:xxx.xx2.85.244) le 29 novembre 2011 à 06H42

Bonjour à tous, Et merci Marc pour toutes ces précisions...je n’ai pas tout à fait 40 ans et grâce à Dieu je suis en pleine forme morale et physique cependant je vis en moyenne montagne et ne consomme quasiment que des produits sortis de terre dans les alentours !! Toute la santé publique a basculée dans le mauvais sens depuis que nos dirigeants s’en occupent cela aurait surement du mettre la puce à l’oreille à beaucoup ! Je suis porteuse d’un staphylocoque blanc depuis un vaccin du BCG ; mon beau-frère a contracté une maladie orpheline des muscles après un vaccin de l’hépatite B et qui plus est je travaille pour une association pour l’aide au maintien à domicile des personnes âgées et depuis 4 ans je vois à quel point nous sommes tous devenus des souris de laboratoires... Combien beaucoup de maison de santé sont des nids de cobayes et combien nous restons impuissants devant ce scandale qui solde une guerre bactériologique qui a débutée voilà...je dirai ...50-60 ans !!! La nature est pourvue de tout ce dont nos corps ont besoin pour se nourrir et se soigner mais comme le disaient les anciens :"l’homme développe la technique (course au pognon, à la facilité, à l’industrie) et la technique tue l’homme !

votez :
(IP:xxx.xx9.7.98) le 1er décembre 2011 à 16H24

@ bounty (IP:xxx.xx2.85.244) le 29 novembre 2011 à 06H42

".... Je suis porteuse d’un staphylocoque blanc depuis un vaccin du BCG...."

- Rien à voir avec votre vaccination BCG ! Vous auriez très bien pu attraper çà par une coupure en vous rasant ou en vous blessant avec votre sécateur en taillant vos rosiers. Cà n’est qu’une coïncidence !

L’espèce la plus pathogène de la famille des staphylocoques est Staphylococcus aureus. En effet, il peut être responsable de plusieurs infections.

La plupart des autres espèces de staphylocoques ne sont pas ou peu pathogènes.

LES STAPHYLOCOQUES sont présents en permanence tout autour de nous, et même sur nous, sans que nous nous en rendions compte, les staphylocoques pourraient presque être considérés comme des « compagnons », s’ils n’avaient pas la fâcheuse capacité à nous infecter dès qu’une occasion se présente. C’est la bactérie la plus souvent retrouvée dans les infections courantes de la peau, après le rasage, autour du nez, sur les plaies des genoux des enfants... Les staphylocoques sont très présents dans notre environnement et on peut les retrouver dans l’eau, dans l’air, sur le sol, sur les meubles, sur les poignées de porte, sur la vaisselle, dans les aliments et sur les animaux. L’homme est le principal réservoir du staphylocoque doré (30% des adultes hébergent Staphylococcus aureus de façon permanente, 50% de façon intermittente). Ainsi, on le retrouve normalement et fréquemment dans les fosses nasales (narines) ou les oreilles, à la surface de la peau (mains), dans les plis ou les zones humides (aisselles, périnée, organes génitaux externes). On parle alors de colonisation ou de « porteurs sains », les staphylocoques étant présents mais ne provoquant pas d’infection. Les moyens de défense de l’organisme contre l’invasion des germes sont multiples et complexes. La peau et les muqueuses constituent une barrière naturelle infranchissable, tant qu’elles sont saines. Le tube digestif draine et élimine en permanence les agents infectieux. Les voies urinaires sont pourvues de systèmes anti-reflux. Les bronches drainent et éliminent les bactéries par un système de mucus et de cils très efficace, tant qu’il n’y a pas d’inflammation. Le tout est protégé par notre système de défense immunitaire dont l’intégrité est conditionnée par un bon état nutritionnel.

votez :
(IP:xxx.xx9.7.98) le 1er décembre 2011 à 16H29

@ bounty (IP:xxx.xx2.85.244) le 29 novembre 2011 à 06H42

".....mon beau-frère a contracté une maladie orpheline des muscles après un vaccin de l’hépatite B...."

- Et quelle est donc le nom de cette maladie orpheline des muscles ?

Moi, voyez-vous c’est très curieux ! J’ai eu des furoncles à la fesse droite le lendemain du jour où j’ai gagné 2 millions au loto ! Depuis, je ne joue plus jamais aux jeux de hasard, de peur de rattraper des furoncles....

votez :
(IP:xxx.xx1.129.81) le 2 décembre 2011 à 08H53

Que d’erreurs ou de contre vérités dans ce petit passage que je viens de lire si j’en crois les écrits d’autres centres de recherches médicales ou présentés comme tels.

"On parle alors de colonisation ou de « porteurs sains », les staphylocoques étant présents mais ne provoquant pas d’infection. Les moyens de défense de l’organisme contre l’invasion des germes sont multiples et complexes. La peau et les muqueuses constituent une barrière naturelle infranchissable, tant qu’elles sont saines. "

La principale question qu’il y aurait à se poser avant de faire chier les autres avec les règles de pseudo hygiène serait :" Pourquoi un porteur sain se laisse coloniser ?".

Que se passe -t- il chez un porteur sain quand il se coupe et qu’il continue de vivre en bonne harmonie avec les microbes ???

Que se passe -t- il quand un porteur sain se laisse envahir par les microbes à un autre moment ????

Nous avons eu droit à des réponses de nos scientifiques et centres de recherches de bactériologie qui avaient le premier rang mondial dans les années 1975. Jamais ces réponses n’ont été dénigrées mais dès 1981, nous avons et perdu les premières places en recherche médicale et je crois perdu la raison du bien être de notre humanité. Mais peu importe puisque les découvertes restent et seront reprises ailleurs comme dans les pays que l’on nomme émergents et qui commencent à nous regarder de Haut....dont le Brésil, mais aussi le Canada. Mais que de temps perdu et de souffrances inutiles pour nous le petit peuple.

Conclusion : Nous vivons en bonne harmonie avec les autres règnes de notre belle planète et tout va bien. L’avidité, les désirs et émotions arrivent et des problèmes arrivent. Combien de centres de recherches dans notre pays va -t-il falloir pour partir de ces évidences ? Un gouvernement étranger avec son administration doit-elle nous envahir pour nous faire cesser nos errements préjudiciables aux autres populations selon l’idée des écrits de notre institut ?

votez :
(IP:xxx.xx9.7.98) le 2 décembre 2011 à 14H31

(IP:xxx.xx1.129.81) le 2 décembre 2011 à 08H53

"...mais dès 1981, nous avons et perdu les premières places en recherche médicale ..."

- Renseignez vous avant de dire des conneries !

".... Mais peu importe puisque les découvertes restent et seront reprises ailleurs comme dans les pays que l’on nomme émergents et qui commencent à nous regarder de Haut....dont le Brésil, mais aussi le Canada."

- Pas un seul laboratoire brésilien, indien, chinois, ni même canadien dans les 15 premiers mondiaux !!

mercredi 2 novembre 2011

Sanofi numéro 1 mondial de l’industrie pharmaceutique devant Novartis (2ème) et Pfizer (3ème) à partir de 2012 et jusqu’en 2016 selon une prévision d’EP Vantage - Evaluate Pharma

Selon EP Vantage d’Evaluate Pharma, Sanofi prendrait dès 2012 la première place du classement mondial des laboratoires pharmaceutiques et la conserverait jusqu’en 2016.

Novartis resterait second et Pfizer glisserait de la première à la troisième place.

Top 15 global pharma 2016 :

1-Sanofi,

2- Novartis,

3- Pfizer ,

4- GlaxoSmithKline ,

5- Roche ,

6- Merck & Co,

7- Johnson & Johnson ,

8- AstraZeneca,

9- Teva ,

10- Abbott Laboratories ,

11-Bayer ,

12- Takeda ,

13-Bristol-Myers Squibb,

14-Novo Nordisk, 15-Eli Lilly -

votez :
par BienEtre (IP:xxx.xx3.129.13) le 5 décembre 2011 à 23H51

"Top 15 global pharma 2016 :

1-Sanofi,

2- Novartis,

3- Pfizer ,

4- GlaxoSmithKline ,

5- Roche ,

6- Merck & Co,

7- Johnson & Johnson ,

8- AstraZeneca,

9- Teva ,

10- Abbott Laboratories ,

11-Bayer ,

12- Takeda ,

13-Bristol-Myers Squibb,

14-Novo Nordisk, 15-Eli Lilly"

Bref ! que des saloperies de labos qui continuent à nous intoxiquer en toute impunité... et comme les médecins continueront d’avoir pour un bon moment leur "permis de tuer" avec ces sales traitements chimiques, notre secteur médical ne risque pas d’évoluer, pas plus que la santé de ceux qui continuent de leur faire confiance !

votez :
par is (IP:xxx.xx1.129.81) le 3 décembre 2011 à 11H18

@(IP:xxx.xx9.7.98) le 2 décembre 2011 à 14H31 Parce que ce sont des laboratoires !!! Je ne parlais pas au niveau économique mais recherche...l’économie suivra et...notre place sera ce qu’elle sera à cette époque.

Votre réponse me prouve que l’on peut se complaire dans l’erreur comme ce fut le cas dans les années 1960 avec la Chine dont nos intellectuels et médias raillaient l’enlisement du à son administration constituée d’intellectuels bouseux . Ils furent mis devant un long sillon de charrue le matin, à remplir à genoux, avec un mélange homogène d’engrais humain et de terre et leurs livres emplis d’erreurs brulés...Curieusement, il semble que cela ait amélioré le score des cerveaux si l’on en juge par les résultats de ce peuple. Devra -t-on nous le petit peuple en passer par là avec nos intellectuels ?

Je vous signale que dans les résultats du fameux essai en double aveugle dont se regorge nos médecins, il semble que jamais plus de 40% des malades ne sont améliorés par les nouveaux médicaments, bien plus chers que ceux qu’ils ont remplacés....et que depuis quelques années, les nouveautés autres que ’financières’ ne nous arrivent plus.Je ne vous fais pas mention de nos deux erreurs colossales d’essai de recherche pour cause de mensonges dans l’enseignement selon divers sources qui soignent dans leurs pays respectifs (je n’ai pas écrit ’médicales’ mais les peuples semblent s’en contenter et même en être satisfaits).

Pour mon propos, je confirme que nous vivons en équilibre avec les autres règnes de notre très belle nature. Les imbécilités ponctuelles d’essaimages de produits antibiotiques et phytosanitaires sont rééquilibrées par notre intelligente nature semble -t-il mais jusque où ???

votez :
(IP:xxx.xx9.7.98) le 4 décembre 2011 à 16H28

par is (IP:xxx.xx1.129.81) le 3 décembre 2011

Ils furent mis devant un long sillon de charrue le matin, à remplir à genoux, avec un mélange homogène d’engrais humain et de terre et leurs livres emplis d’erreurs brulés...

- Système dont l’efficacité a entraîné 65 à 70 millions de morts selon les historiens..... C’est vraiment tout ce que vous avez à donner en exemple ?

votez :
par is (IP:xxx.xx1.129.81) le 4 décembre 2011 à 17H55

@(IP:xxx.xx9.7.98) le 4 décembre 2011 à 16H28 : Ben celle là je n’avais jamais osé ! Même en blaguant avec des amis...

Bravo, vous l’avez fait. Parce que la famine ne donnait pas beaucoup de morts ! Bravo à vous pour la profondeur et la puissance de votre réflexion. Ils sont descendus à environ 600 millions mais personne ne connait le vrai chiffre en occident et avec une certitude de natalité très importante dans les campagnes ... Il était grand temps dans les années 1960 de reprendre en main les administratifs qui se la coulaient douce devant ce peuple qui se mourrait. Croyez bien que j’en suis navré pour la pauvreté de la petite capacité mentale de nos responsables occidentaux MAIS je ne fais que constater en comparant les récits des médias des années 1960 et de ces années-ci.

Je suis certain qu’ils regrettent beaucoup la disparition de livres qui marquaient leur culture mais le peuple peut commencer à manger à sa faim en passant des 700 millions de notre chanteur aux 1,1 milliard ou plus je crois...avec donc la pollution qui accompagne leur croissance et qui vient s’ajouter à la notre. Ce qui m’est difficile à admettre, c’est que leurs dirigeants doivent se préparer à apprendre à gérer nos finances avec la finance mondiale ...et leurs dirigeants sont avant tout des communistes comme ils viennent nous le confier. A croire que je n’aime pas du tout l’ironie. Les déclarations officielles sur ce sujet restent absentes à mes yeux et je le regrette.

Par contre, ils semblent avoir mis en route un plan de développement de soins efficaces où le chiffre d’affaire des laboratoires serait très durement réprimé s’il s’accroissait par trop....Chez eux non plus les médicaments ne semblent pas soigner plus de 40% d’un lot de malades....et même moins pour les psychotropes !

votez :
par schuss (IP:xxx.xx2.217.100) le 4 décembre 2011 à 20H12

bonjour, praticien de santé, je confirme la toxicité de tous les vaccins actuels proposés par les industriels du médicament. La sécu Suisse à réalisée une étude dans les années 2007-08 qui confirme que 40% des vaccinés attrapent la grippe ! Mes patients me le disent sans que je les sollicite : le vaccin de la grippe ne protège pas il favorise la maladie... Alors a quoi bon payer et s’intoxiquer pour attraper la grippe qui ne coute rien ? Les médias ; la télévision et la presse relayent les informations erronées sur la prétendue innocuité et la capacité de prévention des vaccins. Pour qui roulent ils ? la peur du virus (et au delà, l’idée de la mort) est instrumentalisée par nos propres instances gouvernementales lors des campagnes de vaccination. c’est un moyen extraordinaire pour formater les esprits malléables des gens que ne savent pas . La peur engendre chez les personnes sujettes la recherche à tout prix d’une solution rapide et radicale pour échapper au fléau . La peur déconnecte l’individu de la réalité et le plonge dans un monde irrationnel. l’individu n’a plus de repères et se noie dans l’excitation de son imaginaire morbide . Dans ces conditions, le déni de réalité fait abstraction de toute réflexion et conduit l’individu à la recherche d’un apaisement émotionnel. Cette apaisement il le trouve dans la prétendue bienveillance d’une offre magique qui va le sauver. C’est ainsi que les moins bien informés , qui devraient écouter les mises en garde des uns et des autres, finissent par succomber au matraquage médiatique pro vaccination. La peur, finalement, les jettent dans le gouffre qu’ils voulaient éviter. Ce comportement irrationnel est très bien décrit dans la métaphore dite "des moutons de panurges". Face à la peur , argumenter ne sert à rien sinon ajouter de la confusion. Par contre il est utile de démasquer les tricheurs. IL faut lutter contre la corruption qui gangrène nos institutions.

votez :
par is (IP:xxx.xx1.129.81) le 4 décembre 2011 à 20H43

MERCI à vous Schuss pour votre précision venant d’un pays qui n’a pas la réputation de faire dans l’à peu près. La précision a du être respectée donc, et 40% d’inefficacité de la vaccination est au rendez-vous.

Et bien cette étude semble confirmer que 40% des malades ne répondent pas favorablement au médicament dans un lot de patients. Ceci confirmerait donc bien les chiffres des essais en double aveugle : 30 à40% d’efficacité, 30 à 40 % d’inefficacité, 30 à 40 % d’effet placébo (donc 30 à 40% seraient protégés de la grippe avec une piqure d’eau ?) et 2% d’effet nocébo.

Pourquoi nos instances responsables ne tiennent pas compte de ces chiffres qui seraient à vérifier avec les vaccins puisque, quand même, des personnes ne sont jamais malades ? Le chiffre d’affaire et donc la place financière des laboratoires changeraient mais nos finances iraient bien mieux ainsi que notre Santé Publique. Et quelle révolution dans la médecine si les vaccinations obéissaient à cette règle trouvée pour les médicaments qui soignent et non pour les médicaments préventifs comme les vaccins.

votez :
(IP:xxx.xx9.7.98) le 5 décembre 2011 à 18H25

@ is (IP:xxx.xx1.129.81) le 4 décembre 2011 à 17H55 @(IP:xxx.xx9.7.98) le 4 décembre 2011 à 16H28 :

"Ben celle là je n’avais jamais osé ! Même en blaguant avec des amis..."

- Si vous considérez que 70.000.000 de morts dans les goulags, camps de travail forcé, camps de "ré-éducation" par le travail, prisons de toutes sortes, c’est "une blague entre amis", vous me faites l’effet d’être un bien sinistre individu.

"Parce que la famine ne donnait pas beaucoup de morts ! Bravo à vous pour la profondeur et la puissance de votre réflexion. "

- La Grande Famine (qui n’a pas été malheureusement la seule qui ait frappé la grande Chine du grand timonier) a entraîné la mort de plusieurs dizaines de millions de morts. Et ces chiffres sont connus et ne sont pas des élucubrations de journalistes mais les chiffres officiels fournis 20 ans après la mort de mao par un organisme d’état. Cherchez sur Internet (j’ai oublié de noter le site mais en tapant chine+famine vous en retrouverez plusieurs donnant ces chiffres). Mao et son système de production du bonheur est responsable de plus de 100.000.000 de morts.....

La grande famine chinoise, appelée aussi Les Trois Années de Catastrophes Naturelles, fait référence aux années de 1958 à 1961 dans la République Populaire de Chine, période durant laquelle la famine a sévi. Selon les statistiques gouvernementales, il y a eu 15 millions de morts supplémentaires durant ces années. Les chiffres officieux varient et souvent à la hausse. Yang Jisheng, un ancien journaliste de l’agence Xinhua News, après avoir passé 10 ans à rassembler toutes les informations viables possibles auprès de la population, estime le nombre de victimes à 36 millions.

Les représentants officiels de la Chine ont employé les termes de « Trois Années de Difficultés Economiques » et « Trois Années Dures » pour décrire cette période.

Les paysans contraints d’abandonner la production de denrées alimentaires privée.

LES CAUSES

Jusqu’au début des années 1980, la position du gouvernement, illustrée par « Trois Années de Catastrophes Naturelles » fut de dire que la famine était principalement due aux désastres naturels, combinés à des erreurs de planning. Cependant, les chercheurs étrangers, sont généralement d’accord pour affirmer que les changements massifs politiques et institutionnels entraînés par la politique du « Grand Bond en Avant », ont été des causes clés dans la famine. Depuis les années 1980, la Chine a reconnu de manière plus officielle le rôle important des erreurs politiques dans ce désastre, et a déclaré que celui-ci était dû à 35% aux causes naturelles et à 65% aux erreurs de direction.

Pendant « Le Grand Bond en Avant », l’agriculture fut réorganisée dans les communes, et la culture de terrain privé fut interdite. Mais les paysans perdirent leur motivation pour bien travailler à cause de cette collectivisation forcée. Dans le même temps, la production du fer et de l’acier fut identifiée comme une clé pour l’avancement économique. Des millions de paysans furent forcés de quitter leur travail agricole pour rejoindre les productions de fer et d’acier.

Yang Jisheng en a résumé ainsi les effets en 2008 :

« A Xinyang, des gens mouraient de faim aux portes des entrepôts de grain. Alors qu’ils mouraient, ils criaient ’Parti Communiste, Président Mao, Sauvez-nous’. Si les greniers de blé de Henan et Hebei avaient été ouverts, personne n’aurait eu besoin de mourir. Alors que les gens mouraient en grand nombres autour d’eux, les représentants officiels ne se demandaient pas comment les sauver. Leur seule préoccupation était de savoir comment ils allaient réussir à livrer le blé. »

En plus de la collectivisation, le gouvernement central décida de plusieurs changements concernant les technique agricoles, en se basant sur les idées du pseudo-scientifique Trofim Lysenko. L’ensemencement rapproché était une de ses idées. Par ce procédé, le jeune plant devait tripler la 1ère fois et puis encore doubler par la suite, selon la théorie que des plants de la même espèce ne rivaliseraient pas entre eux. Mais en pratique c’est ce qu’il s’est passé, les plants étaient chétifs, la croissance retardée, ce qui entraîna une baisse de culture. Une autre politique agricole, celle-ci proposée par un collègue de Lysenko, Teventy Maltsev, encourageait les paysans chinois à semer plus en profondeur (à 1 ou 2 mètres). Il pensait que le sol fertile était le sol profond. Mais ce ne sont que des cailloux, de la terre, et du sable qui sont venus recouvrir le sol de surface.

Ces changements radicaux dans l’organisation agricole coïncident avec des schémas météorologiques défavorables allant des sécheresses aux inondations. En juillet 1959, le fleuve Jaune déborda. Selon le Centre des Catastrophes, cette inondation tua directement environ 2 millions de personnes autant à cause des récoltes ruinées qu’à cause des noyades. Cette inondation est rangée à la 7ème place des catastrophes naturelles les plus meurtrières du 20ème siècle.

En 1960, la sécheresse et les mauvais temps ont endommagé 55% des terres cultivées. On estime à 60% les terres agricoles n’ayant reçu aucune pluie. Les encyclopédies britanniques des années 1958 jusque 1962 font l’état d’une météo anormale suivie de sécheresse et d’inondations, comme à Hong Kong, où il y a eu 760 mm de précipitations en 5 jours en juin 1959, exemple de ce qui a frappé tout le sud de la Chine.

Tout cela entraîna une chute de la production de blé de 15% en 1959, en comparaison avec l’année 1958. En 1960, la production chuta encore de 15%. Il n’y eut aucune augmentation avant 1962, c’est à dire lorsque la politique du « Grand Bond en Avant » prit fin.

Selon le travail de Amartya Sen, économiste lauréat du prix Nobel et expert en famines, les faibles productions de nourriture ne seraient pas l’unique cause de la plupart des famines. Le problème résiderait plutôt dans la mauvaise distribution de la nourriture, et serait aggravé par non seulement un manque d’information mais surtout par une désinformation totale, qui ne fait qu’étendre le problème.

CONSEQUENCES

Selon les statistiques du recueil de l’année 1984, la production de blé est passée de 200 millions de tonnes en 1958 à 143,5 millions de tonnes en 1960. A cause du manque de nourriture et du nombre décroissant de mariages, la population en 1960 est estimée à 658 590 000, soit 13 480 000 de moins qu’en 1959. Le taux de naissance de 2,922% en 1958 est descendu à 2,086% en 1960. Seul le taux de décès a connu un croissance, de 1,198 %en 1958, il est passé à 2,543% en 1960, et 4% en 1962, pour enfin redescendre à 1% en 1965.

Les rapports officiels des taux de décès indiquent des chiffres encore plus dramatiques dans plusieurs comtés et provinces. Par exemple, dans la province de Sichuan, la plus peuplée, le gouvernement fait état de 11 millions de morts sur une population d’environ 70 millions, entre 1958 et 1961. Cela équivaut à un mort sur 7. Dans la province de Henan, le gouvernement rapporte 102 000 pertes humaines sur une population de 378 000 personnes en 1960. Au niveau national, les statistiques officiels déclarent 15 millions de « morts excédentaires » ou de « morts anormales », la plupart suite à la famine.

Yu Dehong, le secrétaire du parti officiel à Xinyang en 1959-1960 a déclaré :

« Je suis allé dans un village et j’ai vu 100 cadavres, et dans un autre village, encore 100 cadavres. Personne n’y prêtait attention. On disait que les chiens mangeaient les corps. Mais j’ai dit que ce n’était pas vrai, car les chiens avaient déjà été mangés depuis longtemps par les gens. »

Les experts croient largement que le gouvernement a minimisé le nombre de victimes. Lu Baoguo, journaliste à Xinyang explique à Yang Jisheng pourquoi il n’a jamais rien dit de son expérience :

« Durant le 2ème semestre de 1959, j’ai fait un long trajet en bus, de Xinyang à Luoshan et Gushi. Par la fenêtre, je voyais cadavre après cadavre dans les fossés. Dans le bus, personne n’osait parler de ces morts. Dans le comté de Guangshan, un tiers de la population était morte. Malgré tous ces morts partout, les dirigeants locaux avaient le droit à de bons repas et à de la bonne liqueur...J’avais vu des gens dire la vérité sur ce qu’il se passait, et être détruits. Eus-je osé l’écrire ? »

Plusieurs professeurs et diplômés estiment le nombre de « morts anormales » entre 17 millions et 50 millions. Des analystes occidentaux comme Patricia Buckley Ebrey estime le nombre de personnes mortes à cause de la famine, celle-ci entraînée par une mauvaise politique et des catastrophes naturelles, entre 20 et 40 millions. En 1998, Li Chengrui, ancien ministre du Bureau National des Statistiques de Chine estimait ce même nombre à 22 millions.

Les estimations varient à cause des données inexactes, en effet le gouvernement a multiplié ses efforts pour cacher la situation (toutes les données ont été classées ultra-confidentielles jusqu’à leur révélation en 1983). Etant donnée la responsabilité accablante du gouvernement, certaines personnes réfutent toutes ces estimations, avançant qu’il n’y avait eu alors aucun recensement fiable de la population. C’est ce qu’avance le professeur Wim F. Wertheim, professeur à l’Université d’Amsterdam :

« Il a souvent été dit qu’on a dénombré entre 17 et 29 millions de chinois manquants lors du recensement au cours des années 1960, en comparaison avec le recensement officiel des années 1950. Mais ces calculs manquent cruellement de fiabilité...Il est peu probable que soudainement, et en une si courte période (1953-1960), la population chinoise soit passée de 450 millions à 600 millions ».Cependant, cette déclaration ne prend pas en compte que le gouvernement avait dénombré le nombre de décès, et que c’est seulement 20 ans plus tard, qu’il a divulgué les chiffres.

Mao Zeong Grande Famine de Mao génocide Articles relatifs 1. Sin Saimdang 2. Sejong 3. Auguste François 4. Chung Ju-yung 5. Yi Sun-sin + ENCYCLOPÉDIE

Suivez-nous sur...

A lire également... Cui Wei Cui Wei 崔嵬 est un réalisateur, scénariste et acteur chinois né en ... Liu Shaoqi Liú Shàoqí (劉少奇/刘少奇 ; 1898-1969) était... Mao ZeDong Né à Shaoshan, province Hunan (1893-1976). Issu d’une famille de paysans aisés, ... Fu Chaowu Fu Chaowu 傅超武 est un réalisateur et scénariste chinois né e... Hong Xiuquan Issu d’une famille pauvre du Guangxi, Hong Xiuquan 洪秀全 (181... Grande famine Grande Famine de Mao Trois Années de Catastrophes Naturelles Famine Grand Bond en Avant Grande muraille de Chine Grande Encyclopédie de Chine Plus grande ville de Chine Plus grande Grande

votez :
(IP:xxx.xx1.147.82) le 5 décembre 2011 à 21H41

@(IP:xxx.xx9.7.98) le 5 décembre 2011 à 18H25 : Si vous acceptez la fainéantise des administratifs comme étant une fatalité...avec les centaines de millions d’affamés et l’inertie qui emplit le pays...Nous n’avons plus rien à échanger !

Quand la merde est dans un pays, il faut en sortir ! Personnellement, un bol de riz pour deux jours pour les favorisés du pays, ça ne me suffit pas ! Je rappelle que les autres mourraient de faim nous écrivait nos meilleurs médias de l’époque et la progression de la mortalité ne cessait d’augmenter ! Nos amis de Grèce nous clament que c’est très dur de tenter de redresser un pays ce jour même...et ils en sont très loin.

Je n’ai jamais écrit qu’il n’y avait pas d’autres solutions mais il fallait en sortir et ils s’en sont sortis haut la main si l’on en juge par leur expansion pendant que notre Europe s’enfonce vers la faillite qui devrait être suivi de la famine comme chez eux. Il fallait éliminer les nuisibles au pays semble -t-il et ils l’ont fait.

Peut être que leur solution pourrait nous être utile un jour....Je retiens qu’ en médecine, les centres de recherche éclosent chez eux et que leurs premières conclusions ne semblent pas se diriger vers nos méthodes ’barbares’ de prévention... Maintenant, c’est une question de spécialistes entre eux. Le point qui m’inquiète est que nous pourrions perdre notre droit de véto à l’ONU et donc nos méthodes pourraient alors être interdites dont la vaccination obligatoire et/ou généralisée pour raison de salubrité Publique....A lire les articles, je ne sais pas encore si je dois vraiment me désoler ?

votez :
(IP:xxx.xx9.131.127) le 7 décembre 2011 à 10H15

(IP:xxx.xx1.147.82) le 5 décembre 2011 à 21H41

"..... Il fallait éliminer les nuisibles au pays semble -t-il et ils l’ont fait....."

"....Peut être que leur solution pourrait nous être utile un jour...."

- C’est exactement ce qu’ont également pensé et mis en oeuvre Hitler, Staline, Pol Pot. Et c’est ce dont vous vous faites le promoteur. Cà s’appelle faire l’apologie du génocide et du crime contre l’humanité.

votez :
(IP:xxx.xx1.28.24) le 17 décembre 2011 à 19H55

@(IP:xxx.xx9.131.127) le 7 décembre 2011 à 10H15 : Bigre...quelle erreur de jugement de votre part !...et bien allez vous expliquer avec les dirigeants de ce peuple. Ils viennent nous donner à manger en ce moment. C’est justement ce qu’ils pensent et ce qu’ils nous disent officiellement. Il me semble très étrange que vous regardiez du coté des 70 millions d’incompétents et très malheureusement bien sûr des erreurs et des vengeances qui furent certainement trop nombreuses et pas du peuple avec des centaines de millions qui crevaient littéralement...La Chine en arrive à commencer à ’gérer’ complètement deux milliards d’êtres humains !...et des humains osent se relaxer 35 heures par semaine , dans leurs retraites et leurs congés payés par les autres ...Il y a quand même des commentaires qui commencent à se faire dans des ’discutions de rues’ dans ces pays...il faudrait aussi écouter ce qu’il se dit. Je n’ai pas à juger si ces "commentaires" sont justes puisqu’ils viennent du coté de ceux qui nous nourrissent.

Quand une administration affame son peuple par son incompétence, il ne faut pas hésiter à la remettre en place... Et en ce moment, 22% des élèves sortent sans savoir lire, écrire et compter efficacement ! Le niveau de vie dans les zup de ma région ne permet pas de vivre correctement et dans le domaine de la santé, on ne sait plus vers qui se tourner pour avoir confiance.

J’ai noté que l’ Allemagne semble avoir d’autres traitements que nous contre la grippe et les états grippaux ! et ma fois ça marche pas mal ; il est vrai que je ne sais dans quelle catégorie il faut alors se placer . Il existe les 30 à 40 % d’effet positif des médicaments et 30 à 40% d’effet placébo. Par contre, il semble bien que la chimie soit absente de ces traitements...même pas d’aspirine et pourtant ce sont eux qui l’auraient inventé. La fièvre permet de tenir son poste de travail correctement, alors que jusque maintenant j’avais entendu d’autres façons de soigner qui nous amenaient trop souvent au lit...

votez :
(IP:xxx.xx1.13.110) le 4 février 2012 à 07H05

Il existe un article récent, venant des USA, qui m’a très surpris, sur le risque d’un produit entrant dans les revêtements de nos poêles qui empêchent d’adhésion des aliments. Ce produit organique fluoré serait également présent dans des crèmes de beauté.

Les vaccins de nos campagnes de vaccination depuis plus de trente ans seraient sans effet ^protecteur^ sur nous puisque annulés par ce que l’on absorbe lors de la cuisson de nos aliments.

Si cette information se révèle exacte, c’est la preuve de la nocivité de nos ministères et autres agences de soutien de ces ministères. Personne n’aurait repéré que seul la foi en notre médecine nous empêchait de tomber malade ! Et donc que la polio ou le tétanos ne pouvaient plus nous atteindre...

Ma question : Y a -t-il eu des vérifications importantes, ou pas, d’efficacité de nos vaccins depuis plus de trente ans ? Je pense que les services de pharmacovigilance pourrait nous répondre. Peut -être ne peut-on même pas nous répondre ?

Les Auteurs deSanté
Gilbert Spagnolo dit P@py - 22 articles
Sylvie Simon - 58 articles
Marc Girard - 20 articles
insaecula - 10 articles
çaDérange - 299 articles
Béatrice de Reynal - 209 articles
Koryneva - 1 articles
Biosphère Blog - 57 articles