NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
La grippe revient, nous non plus...

Article publié le 8 février 2011

S’il était besoin d’une confirmation que la médiatisation extravagante du "scandale" Médiator n’est vraiment qu’un piège à cons, l’actuelle campagne des autorités sanitaires relativement à la grippe nous la fournirait : les mêmes vaccins toujours développés au mépris de la même exigence élémentaire de prudence, les mêmes passe-droits réglementaires, les mêmes experts - l’arrogance en plus -, les mêmes violations de la loi, la même promotion mensongère. Tout cela relativement à une histoire qui, en l’espace de quelques mois, a coûté bien plus cher au pays que le produit de Servier sur 35 ans [1] et concernant des vaccins dont on ne peut sérieusement soutenir qu’ils ne posent aucun problème de tolérance...

Difficile, dès lors, de prendre au sérieux les engagements officiels d’en finir avec un système dont l’extension tentaculaire ne cesse au contraire de progresser [2].

La grippe revient, nous non plus...
 
Les mêmes vaccins

On se rappelle, notamment, que lors de la saison précédente (2009-10), le vaccin Pandemrix, de GSK, était dérivé d'un "vaccin-maquette" (mock-up) autorisé en 2008 par les autorités européennes sous le même nom de marque. Cette année, les responsables ont cru subtil de modifier le nom de marque (Arepanrix), mais le mode de fabrication est resté exactement le même - et l'essentiel de l'expérience clinique disponible reste bien celle de la maquette autorisée en 2008. Or, ainsi que nous l'avions révélé l'an dernier, on reste toujours dans l'attente de la moindre explication crédible relativement aux complications gravissimes observées au cours de ce développement "de référence", à savoir notamment :

  • le décès d'une rate enceinte lors des essais de toxicologie ;
  • la survenue de sept décès lors d'essais cliniques regroupant un effectif relativement minuscule d'environ 2000 patients adultes ;
  • la survenue de deux hépatites auto-immunes lors d'essais cliniques regroupant quelque 400 enfants ;
  • la fréquence ahurissante (près de 80%) de réactions générales parfois intenses (syndromes pseudo-grippaux) chez les sujets recevant cette vaccination [3].

De plus :

  • sans la moindre vergogne, les autorités sanitaires ont osé associer le vaccin anti-H1N1 à celui contre la grippe saisonnière, obligeant les gens qui souhaitent s'immuniser contre la grippe saisonnière à s'exposer aux intolérables risques du premier ;
  • alors que la réglementation pharmacovigilance actuelle (pas celle "remaniée en profondeur" conjointement promise par Sarkozy et Bertrand) leur fait d'ores et déjà obligation d'opérer une ré-évaluation continue du rapport bénéfice/risque des médicaments sur le marché, elles s'obstinent dans le statu quo alors que le potentiel iatrogène déjà menaçant de ces composés s'est nettement aggravé en un an, puisque :
    • avec les morts inexpliquées, les accidents obstétricaux, les Guillain-Barré, les réactions d'intolérance chez l'enfant et les narcolepsies, la pharmacovigilance des vaccins anti-grippaux s'est très significativement alourdie ;
    • la collaboration Cochrane a actualisé dans un sens encore plus défavorable une évaluation déjà très critique des vaccins antigrippaux.

Par rapport à l'an dernier, par conséquent, le risque s'est aggravé et le bénéfice s'est réduit : en d'autres termes, le rapport bénéfice/risque des vaccins anti-grippaux s'est significativement dégradé - et si la pharmacovigilance n'était pas un vain mot, les autorités sanitaires seraient toutes sur le pont pour essayer de gérer un tel désastre. Au contraire, elles se contentent de resservir sur un plateau ces mêmes vaccins, sans un mot de justification relativement à l'évidence épidémiologique disponible : c'est, proprement, se moquer du monde [4]...

Il est utile de relever que, pour choquante qu'elle soit, cette situation est en rapport direct avec l'échec annoncé des commissions d'enquête parlementaires : ayant choisi de cantonner l'essentiel de leurs auditions aux principaux responsables du scandale (autorités politiques et administratives, experts corrompus, journalistes à la botte) tout en ignorant - voire en agressant - ceux qui avaient d'emblée dénoncé les mystifications des précédents, ces commissions en sont restées au rideau de fumée de l'OMS, laissant ainsi toute marge de récidive aux véritables responsables, à savoir les agences sanitaires - au premier rang desquelles l'Agence européenne du médicament.

Les mêmes passe-droits

On se rappelle peut-être que dès l'été 2009 (France-Soir, 26/08/09), j'avais dénoncé la précipitation qui présidait au développement et à l'enregistrement des vaccins anti-H1N1 : malgré les dénégations effrontées du ministre de la santé, il a suffit ensuite de se reporter aux données disponibles sur le site de l'Agence européenne pour constater que les autorités n'ont même pas fait mystère d'une telle précipitation, admettant que les autorisations avaient été délivrées dans des "circonstances exceptionnelles" : urgence oblige...

Or, tandis que même les plus timorées des commissions d'enquête ont admis que la pandémie porcine était une fausse alerte et que, a fortiori, on ne peut soutenir décemment que la perspective de la grippe saisonnière soit une exceptionnelle menace pour la santé publique, même les vaccins destinés à la saison 2010-2011 ont reçu une "autorisation conditionnelle" (conditional approval) signifiant, dixit les autorités européennes, que "des données supplémentaires sont attendues, en particulier les résultats d'études cliniques à venir chez les enfants, les adolescents et les adultes". Parmi nos concitoyens qui se sont vus ardemment incités à recevoir cette vaccination ou à y exposer leur progéniture, combien ont été clairement informés que les études cliniques adéquates n'étaient pas disponibles - notamment pour ce qui concerne cette "espèce protégée" de la recherche clinique que sont les enfants [5] ?

Indicateur complémentaire de la bonne foi des autorités sanitaires : même en admettant qu'elles aient été sincères l'an dernier en accordant une autorisation précipitée eu égard aux "circonstances exceptionnelles" d'une pandémie censément menaçante, il s'est depuis écoulé plus d'un an sans rien de plus "exceptionnel" que le retour tout ce qu'il y a de plus banal de la grippe dite "saisonnière". Dans la mesure où, au moins pour ce qui concerne la spécialité de GSK, on en est resté à la "maquette" d'antan, qu'est-ce qui a empêché, dans l'entre-temps, de procéder aux études et évaluations que les "circonstances exceptionnelles" de 2009 avaient conduit à court-circuiter ?

Donnée nouvelle s'il en fut, l'épidémie de narcolepsies - pédiatriques, notamment - est "à l'étude", nous dit-on. Dont acte : mais force est de comprendre que durant l'inventaire du désastre, la vente continue... Comme dit certain lanceur d'alerte actuellement à la mode : "pourquoi pas un troisième scandale" ?...

Pourquoi pas, en effet ?...

Les mêmes experts

Pourquoi se gêneraient-ils ? Ils ont beau s'être lourdement trompés [6], ils ont beau avoir systématiquement violé la loi (notamment l'art. L.4113-13 du Code de la santé publique qui leur fait normalement obligation de déclarer leurs liens d'intérêts avant toute intervention dans les médias), c'est vers eux que se sont spontanément tournées les "commissions d'enquête" prétendument soucieuses de faire la lumière sur ce qui s'était passé, ce sont eux qui ont été naturellement désignés pour définir la nouvelle "stratégie vaccinale grippe pour la saison 2010-2011", tandis qu'aucune autorité administrative, ordinale ou judiciaire ne leur a jamais donné le moindre motif d'inquiétude quant aux sanctions potentielles de leur mépris constant pour les dispositions légales en vigueur. Pourquoi se gêner, par conséquent ?

Les mêmes recommencent donc, avec exactement les mêmes mensonges. Mais chez eux aussi, toutes choses égales par ailleurs, les insuffisances se sont aggravées relativement à l'an dernier :

  • malgré l'évidence désormais incontestable de leurs tromperies, ils ignorent le passé récent qui les ridiculise pour se poser en références indiscutables : coauteur d'un livre paru en septembre 2009, modestement sous-titré "La vérité sur la grippe A/H1N1", et responsable d'innombrables interventions médiatiques dont l'alarmisme était assez ridicule pour se trouver réfuté en temps réel, l'un d'entre eux ne craint pas d'inaugurer la nouvelle saison grippale en dénonçant "les contre-vérités" (Le Figaro, 01/11/10) tout en clamant, sans la moindre considération pour l'évidence contraire [7], que "il est fondamental de répéter que ce vaccin réduit la mortalité lors des périodes épidémiques" (Le Figaro, 28/12/10) ;
  • mieux : ils n'hésitent pas à prétendre ridiculiser ceux de leurs contradicteurs qui ont été outrageusement confirmés par les faits. C'est ainsi que le tenant précité de "la vérité" grippale va jusqu'à dénoncer comme irresponsable d'avoir qualifié de "grippette" la pseudo-pandémie de l'an dernier (20 Minutes.fr, 20/12/10) !... Ce que faisant, il s'aligne sur la rhétorique de cet autre expert lui aussi sévèrement réfuté par les faits, mais qui s'autorise néanmoins à interrompre ses contradicteurs en soutenant sans rire qu'en pareille matière, "le droit à la parole n'est pas 50/50" et qu'il ne viendrait à l'idée de personne de contester "le théorème de Pythagore"...

Toujours au chapitre de l'expertise "officielle" et de sa crédibilité, on relèvera la révision déchirante de la mortalité grippale telle qu'estimée désormais par l'Institut de Veille sanitaire puisque, si l'on en croit Le Parisien du 11/01/11, "quelque 4 281 décès associés à la grippe ont été observés sur l'ensemble des saisons 2000-2009". Le problème, c'est que jusque voici peu, les chiffres "officiels" complaisamment diffusés (Le Monde, 05/11/09) sans soulever la moindre protestation du même InVS situaient la mortalité de la grippe entre 4000 et 6000 par an, soit environ 40 000 à 60 000 sur la période considérée de dix ans : on est donc là dans un ordre d'approximation de 1 à 10, qui en dit long sur la précision des évaluations opérées par les autorités sanitaires et sur la crédibilité de leurs chiffres en général. Réactualisant à la lumière de cette révision déchirante les contre-exemples que nous donnions récemment pour illustrer l'aberration de telles erreurs, imaginons aujourd'hui que :

  • la dernière réévaluation du SMIC oscille entre 500 € et 5000 € ;
  • lorsque vous irez déjeuner demain au restaurant ouvrier du coin, vous pourrez attendre une note oscillant - environ... - entre 12 € et 120 € (ce n'est pas encore La Tour d'Argent, mais on s'en approche) ;
  • le dernier recensement de l'INSEE évalue la population française entre 65 millions et 650 millions (soit environ deux fois plus que les USA).

Non contents de se vautrer dans une aussi grotesque variabilité d'estimation, l'InVS ne craint pas de fournir la dernière avec rien de moins que quatre chiffres significatifs (4281), indicateur intéressant quant à la culture scientifique du personnel responsable : on se dit qu'ils ont même dû hésiter sur la décimale...

Les mêmes violations de la loi et de la réglementation

On se contentera de deux exemples, déjà évoqués dans mes textes de l'an dernier.

  • Loin d'être sanctionnés (ne serait-ce que par leur Ordre pour ceux qui sont médecins ou pharmaciens), les experts qui ont systématiquement bafoué les dispositions de l'art. L.4113-13 du Code de la santé publique (et qui continuent de le faire) se sont vu dérouler le tapis rouge par les commissions d'enquête parlementaires.
  • Oubliant que la réglementation qu'elles ont elles-mêmes mise au point fait obligation aux responsables de la pharmacovigilance de documenter les signalements d'effets indésirables qui circulent sur internet [8], les autorités sanitaires continuent de dénigrer ce support d'information et d'accréditer que plus de 90% des citoyens français seraient manipulés par des "sectes" [9]...

La même promotion mensongère

On hésite à aborder ce chapitre tant on répugne à se répéter platement pour contrer l'obstination bornée des autorités dans leur promotion vaccinale :

  • les mêmes mensonges pourtant aisément réfutables sur l'efficacité des vaccins ou la normalité de leur développement ;
  • les mêmes divagations sur la mortalité ou les "populations à risque" [10] ;
  • le même parti-pris grossièrement maximaliste dans l'imputation des décès à la grippe ;
  • les mêmes grosses ficelles de la manipulation pour dramatiser l'anecdotique (le bébé mort dans d'atroces souffrances laissant ses pauvres parents écrasés de chagrin) [11] ;
  • la même partialité dans le traitement différentiel des informations selon qu'elles concernent les complications de la grippe ou celles de la vaccination ;
  • les mêmes recommandations - criminelles - conduisant :
    • à inciter les gens à se faire hospitaliser pour un oui ou pour un non quand le risque infectieux de l'hôpital est probablement plus élevé que celui de la grippe ;
    • à promouvoir l'utilisation de Tamiflu quand il existe des raisons fortes de craindre que ce médicament puisse exacerber la virulence du virus H1N1 [12].

De nouveau, également, force est de considérer avec consternation que dans ce matraquage ultra-mensonger, on n'entend pas la voix des fabricants - qui se contentent de déléguer la promotion de leurs intérêts commerciaux à nos autorités, lesquelles, normalement en charge de sanctionner les excès de la publicité pharmaceutique, propagent en toute impunité des boniments dont l'excès refroidirait le plus cynique des visiteurs médicaux.

En fait, reprocher aux autorités de s'en tenir à la "même" promotion mensongère, c'est sous-estimer la gravité de la tendance observable. Car toutes choses égales par ailleurs, l'évidence du mensonge s'est largement renforcée depuis l'an dernier :

  • même les plus débiles de nos représentants sont forcés d'admettre le résultat minimum de toutes les commissions d'enquête, à savoir que la pandémie grippale et ses risques n'ont été rien de plus qu'une mystification - et une mystification téléguidée par l'industrie pharmaceutique ;
  • l'actualisation de la revue Cochrane a encore renforcé les doutes que l'on pouvait entretenir quant à l'intérêt - aussi bien collectif qu'individuel - des vaccins antigrippaux ;
  • il est de plus en plus difficile d'ignorer les nombreux signaux confirmant de graves problèmes de tolérance avec le vaccin anti-H1N1 [13] ;
  • si elle devait servir à quelque chose, l'affaire Médiator - qui alimente la dénonciation unanime d'une corruption [14] ancienne et généralisée - devrait confirmer, s'il en était encore besoin, que le scandale H1N1 n'était pas un simple accident de parcours et inciter, par conséquent, les responsables à une auto-critique drastique de leurs processus décisionnels.

En vérité, ce qui se passe actuellement est même un indicateur extrêmement préoccupant pour l'avenir. Car l'explication la plus probable du revirement statistique opéré par l'InVS sans crainte du ridicule est la suivante. Les autorités, qui prennent manifestement les citoyens pour des cons, n'avaient absolument pas anticipé que leur pitoyable alarmisme relativement à la menace du H1N1 (quelques centaines de morts - en cherchant bien) allait se heurter au scepticisme rigolard d'une majorité parfaitement informée que la mortalité attendue d'une grippe banale était bien supérieure. Dès l'an dernier, on a entendu des experts - parmi les meilleurs, évidemment - essayer de rattraper le coup en soutenant qu'après tout, il n'était pas normal de banaliser une mortalité aussi significative, fût-elle attendue : mais ils n'étaient guère crédibles d'avoir mis si longtemps à s'en aviser. La méthode qui s'esquisse à partir de cette année semble différente : on va réduire drastiquement la mortalité estimée de la grippe banale (dont tout le monde se contrefout, soit dit en passant), afin de donner plus de poids, par contraste, à toute nouvelle "pandémie". Gageons - c'est ma prophétie depuis longtemps [15] - qu'on entendra bientôt reparler de la grippe "aviaire" et que tous les Diafoirus d'internet qui ont cru bon, pour ridiculiser les fabricants, d'opposer la bénignité flagrante du H1N1 à la sévérité "bien connue" de la grippe aviaire vont bientôt se mordre les doigts de leur imprudence [16] - à moins que, cette fois, ils ne joignent leur voix à celles qui crient "au loup"...

Conclusion

Il est temps de conclure, quitte à se répéter au moins partiellement.

  • Les autorités sanitaires n'ont manifestement pas renoncé à organiser une immense panique autour de la grippe pour le plus grand bénéfice des fabricants au service desquels elles sont de plus en plus manifestement.
  • Les journalistes, surtout ceux de la grande presse, sont les relais complaisants - et intéressés - des mystifications conçues par les prédateurs qui exploitent le prestige naguère mérité de l'industrie pharmaceutique.
  • Aussi inamovibles que garantis dans leur impunité, les experts de l'administration et des politiques alimentent leur arrogance des démentis que leur inflige répétitivement l'expérience : usurpateurs de la science, ce sont les hommes de paille des lobbies.
  • Les décideurs (politiques, responsables administratifs, magistrats) ont beau jeu de mimer l'ouverture d'un débat sur l'expertise, considérée isolément, alors que ce sont précisément les premiers qui donnent à la seconde tout son pouvoir et lui confèrent sa dangerosité. Ecrasante, la responsabilité des décideurs dans la crise de l'expertise se décline selon au moins quatre axes :
    • leur choix d'experts ;
    • leur décision de recourir à l'expertise ;
    • leur définition de la mission d'expertise ;
    • leur exploitation de l'expertise.

Il est facile, désormais, de répondre à ma question précédente : à qui profite l'affaire Médiator ? L'échec massif de la vaccination contre la grippe saisonnière pour la saison 2010-11 a manifestement pris les autorités au dépourvu : une fois de plus surprises par la sagacité des citoyens, elles se sont rendu compte qu'ils n'avaient pas oublié l'escroquerie de la grippe porcine et qu'ils en avaient tiré des conséquences drastiques quant au bien-fondé des recommandations sanitaires. Médiator - goutte d'eau dans l'océan des scandales pharmaceutiques - fournit donc sans grand risque le prétexte pour organiser, dans un climat d'hystérie politico-médiatique rarement égalé, une cérémonie expiatoire ou sacrificielle visant à convaincre les gens que les Autorités ont pris toute la mesure du problème, qu'on va voir ce qu'on va voir et qu'en conséquence, ils peuvent retrouver toute confiance dans le système - et suivre docilement toutes ses recommandations à venir.

Seul problème : les dispositions légales et réglementaires qu'on nous promet pour rectifier la situation (notamment celles concernant la gestion des conflits d'intérêts - pour ne point parler de la pharmacovigilance) existaient déjà - et depuis longtemps pour certaines d'entre elles. Ce qui manque, par conséquent, ce ne sont pas de nouvelles dispositions plus ou moins superposables aux anciennes, c'est un effort de réflexion critique sur leur échec.

Exactement ce que à quoi se sont obstinément refusé les récentes commissions d'enquête parlementaires...


[1] Alors que - exploit parmi d'autres - les commissions parlementaires d'enquête n'ont même pas été en mesure de fournir une estimation décente du coût direct de cette fausse alerte H1N1, que penser de son coût indirect, probablement exorbitant : les achats massifs de masques et de désinfectants jusque dans les écoles, la désorganisation des entreprises dans des réunions pluri-hebdomadaires supposées "faire le point" sur la situation épidémiologique, les arrêts de travail abusifs, les hospitalisations pour rien, les erreurs de diagnostic parfois gravissimes, la réquisition, les complications de la vaccination anti-H1N1, etc ?

[2] Comment croire Sarkozy, par exemple, lorsqu'il promet - et dans un délai de six mois, s'il vous plaît - une "refondation en profondeur de la politique du médicament" (Le Figaro, 21/01/11) ? Comment fera-t-il pour contourner une législation pharmaceutique européenne dramatiquement manipulée par les lobbies, cet homme qui n'a pas craint d'imposer à ses concitoyens l'humiliation d'une constitution européenne dont ils ne voulaient clairement pas, au plat motif qu'il n'était pas possible de faire autrement ? Comment d'autre part, croire en une hypothétique réforme des études de médecine alors que celles de pharmacie - jusqu'à preuve du contraire plus centrées sur le médicament - sont en train de subir une lamentable réforme visant à remplacer les matières les plus évidemment fondamentales (botanique, chimie) par des cours de "communication" ou de "management", dans le but évident de transformer nos collègues pharmaciens (en principe chargés de contrôler les prescriptions médicales) en super visiteurs médicaux parfaitement dociles ?...

[3] Dans la mesure où chaque année, seule une minorité de la population est atteinte par un "syndrome grippal", que les symptômes ne sont significatifs que chez une minorité de cette minorité et que, en tout état de cause, seule une minorité de cette dernière minorité doit effectivement sa maladie à un virus de type influenzae (ceux contre lesquels le vaccin est supposé actif), on en arrive à ce paradoxe qu'un projet de vaccination large - sinon universel - rendrait malades bien davantage de gens que le virus laissé à l'état sauvage !

[4] Bizarrement, un communiqué de l'Agence européenne daté du 20/12/10, nous apprend placidement que, à la demande du fabricant (!), l'autorisation de mise sur le marché de la spécialité Arepanrix a été retirée "pour des raisons commerciales". C'est bizarre : en janvier 2010, le fabricant soumet une demande d'autorisation pour un médicament qui, au mieux, ne peut être vendu avant septembre-octobre de la même année, pour brutalement s'apercevoir, en décembre de la même année, que "commercialement", ce médicament n'a aucune raison d'être...

[5] Et combien des pédiatres éclairés qui reprennent à leur compte des arguments de visite médicale indigents pour harceler les parents sont eux-mêmes informés d'une carence aussi incroyable dans le dossier d'enregistrement ?

[6] Si personne ne peut sérieusement se voir contester son droit à l'erreur, celles de nos meilleurs-experts se singularisent par le fait qu'elles ont toujours tiré dans le même sens : la maximisation du profit pour les fabricants avec lesquels ils entretiennent des liens aussi chroniques que profus. En statistiques, on appelle "biais" ce type d'erreurs...

[7] Les revues Cochrane, par exemple.

[8] VOLUME 9A of The Rules Governing Medicinal Products in the European Union - Guidelines on Pharmacovigilance for Medicinal Products for Human Use, section 4.3.3.

[9] Ce genre de secte que l'on appelle Démocratie et qui a déjà conduit nos concitoyens à rejeter la constitution européenne avec une nette majorité - et le résultat que l'on sait...

[10] Quand les autorités sanitaires ne contestaient pas, voici encore peu, que "il n'exist[ait] pas d'études françaises sur le taux d'hospitalisations et de mortalité de la grippe" (DGS-GTNDO, 13/03/03) - et que les difficultés à opérer des quantifications fiables en pareille matière sautent aux yeux de toute façon (on ne fait pas des tests viraux coûteux chez tous les vieillards qui décèdent d'infection respiratoire... plus ou moins compliquée d'infection nosocomiale).

[11] Alors que, la main dans la main, fabricants et responsables administratifs stigmatisent comme indicateur d'inculture scientifique cette même dramatisation lorsqu'elle concerne un accident iatrogène... Soit dit en passant, c'est exactement la même dramatisation de l'anecdotique qui conduit, en matière de délinquance, au phénomène "un fait divers-une loi" - au détriment de toute évaluation statistique rigoureuse et de toute réflexion sérieuse sur les moyens de lutte effectivement alloués : les Français ont appris à apprécier ce vice des politiques à l'aune de ses résultats. C'est exactement la même chose en santé publique : la résolution des problèmes de fond appelle une réflexion large et approfondie.

[12] Pour ne point parler des travaux compatibles avec un effet aggravant de la vaccination sur certaines formes de la maladie grippale (Monsalvo et coll, Nature Medicine, 5 Dec 2010) et qui, s'ils méritent confirmation, devraient entre-temps appeler un minimum de prudence réciproque dans la dissémination d'un vaccin qui n'a donné aucune preuve convaincante d'efficacité.

[13] D'ailleurs, les autorités sanitaires ne prennent même plus la peine de nier, par exemple, le risque de narcolepsie post-vaccinale, notamment chez l'enfant : elles se contentent de soutenir qu'il est "à l'étude". Mais cela ne les empêche pas, dans le même temps, de promouvoir le vaccin suspect d'une complication aussi grave (et aussi disproportionnée au risque naturel de la grippe) - ce qui confirme au passage la lucidité de tous les observateurs, experts, politiques ou journalistes, qui ont cru bon d'imputer le désastre de l'an dernier aux excès du "principe de précaution"...

[14] J'inclus dans le mot "corruption" l'idée de cette décomposition intellectuelle qui correspond à l'incompétence.

[15] Girard M. World Health Organization vaccine recommendations : scientific flaws, or criminal misconduct ? Journal of American Physicians and Surgeons 2006 ; 11 : 22-3

[16] En réalité, il existe, sur la sévérité de la grippe aviaire, exactement le même type de doutes que ceux que j'avais émis dès avril 2009 relativement à la grippe porcine.

Source image : http://img2.generation-nt.com

Thèmes

Vaccin grippe h1n1 Pharmacovigilance Afsapps

Bookmark and Share
6 votes

commentaires
votez :
(IP:xxx.xx5.5.148) le 9 février 2011 à 09H31

Tiens, tiens, "le risque de narcolepsie post-vaccinale, notamment chez l’enfant " avec le besoin de dormir donc...et avec perte de tonus musculaire. Mais alors, c’est du coté des USA qu’il faut peut être aller regarder...Bigre, on revient à la mémoire de l’eau et à l’homéopathie donc !

Nous ne serions donc pas que de la matière ....Une valeur bien plus importante existerait qui est appelée " énergie de masse". Mais pourquoi cette valeur multiplicative du carré de la vitesse de la Lumière ?...la vitesse de la lumière multipliée par la vitesse de la lumière, mais la vitesse de la lumière dans notre monde terrestre et céleste actuel ... Monsieur le Professeur Montagnier Luc serait sur une voie intéressante sur l’étude des virus...

Ben, dans ce terrorisme ambiant contre ces traitements homéopathiques bêtement peu coûteux ....je préfère partir vite. Pourtant, il suffit de lire des matières médicales comme Lathoud ou Kent James Tyler par exemple pour apprendre que ces faits ont été appréciés en temps voulu.

votez :
par Bernard (IP:xxx.xx5.132.240) le 10 février 2011 à 22H48

Les scandales sanitaires signent-ils l’échec de la chimie et de la biochimie contre les maladies ?

Avec l’affaire du Médiator tout le monde voudrait qu’il n’y ait plus de scandales sanitaires. Mais quelle est leur cause profonde ? Parce que les produits pharmaceutiques seraient dangereux ? Ce serait une lapalissade. Suffirait-il d’interdire ou de limiter strictement l’usage des médicaments et vaccins dangereux ? Et si ces produits sont si dangereux, est-ce parce que les chercheurs seraient mauvais ?

Non, la vraie raison est l’échec de la Chimie et de la Biochimie pour produire des médicaments capables de lutter contre des maladies sans en provoquer d’autres. Et pourquoi cela ? Parce que la nature humaine (animale et végétale) n’est pas fondamentalement biochimique et que chez les êtres vivants le biochimique est sous le contrôle d’autres choses de nature énergétique, vibratoire, informatique (au sens transmission et stockage d’informations).

Il n’est pas si difficile d’en prendre conscience :

Si la vitamine D est de nature biochimique, elle est produite par l’action physique du rayonnement solaire sur la peau. Il en va sans doute de même pour la vitamine C qu’on trouve dans les fruits largement exposés au soleil. L’acide ascorbique qui reproduit chimiquement la vitamine C ne semble pas avoir exactement les mêmes propriétés que son homologue chimique naturelle.

Il faudra donc, bon gré mal gré, se tourner un jour ou l’autre vers autre chose. Les Russes l’ont déjà fait avec leur découverte pour empêcher que les os des cosmonautes en apesanteur ne se fragilisent comme du verre. La technique est maintenant utilisée en France sous le nom de mil-thérapie, mil comme magnétisme, infrarouge, laser. C’est de la lumière sophistiquée. Cela améliore grandement la consolidation des fractures et a une action sur les muscles, les tendons, la cicatrisation des plaies... C’est une action Physique et je mets une majuscule pour désigner la science Physique.

Nous associons la Physique à la pesanteur, l’électricité, l’optique ou le nucléaire, la science de la matière. Par opposition la Biologie serait la science de la Vie. Mais on oublie que les substances biologiques et la vie ont sans doute été crées par l’action physique du soleil (photosynthèse ...) D’où une autre piste fondamentalement différente...

votez :
(IP:xxx.xx5.28.168) le 11 février 2011 à 09H55

@Bernard (IP:xxx.xx5.132.240) le 10 février 2011 à 22H48 : Bonjour Monsieur,Que vos propos sont agréables à lire. Ils correspondent aux discours des années 1980 de nos chers amis qui sont devenus si riches. La façon dont leur croissance est arrivée semble laisser de marbre nos responsables administratifs et politiques actuels. Pourtant que d’inquiétudes ils avaient dans ces années 1980...un bol de riz pour trois et par jour, sentait très fort la révolution physique de 800 millions d’individus et ses débordements possibles dans le monde entier.

Pour les fractures, une fracture de jambe se soudait naturellement en UN mois en 1975 et en TROIS mois en 1990 avec tous les médicaments à prendre et cela ne dérange pas nos médecins. Il y a pourtant une publicité pour le chauffage électrique qui en parle dans internet ou plutôt contre le chauffage au bois. Les individus croissent de trois centimètres de plus actuellement et ils s’en vantent !

J’aimerais en savoir plus sur vos découvertes. En double aveugle, on trouve que 40% des malades sont améliorables par le traitement chimique et en orient, jamais non plus ils ne soulagent la totalité des êtres soignés avec leurs aiguilles. De là à en déduire qu’un rapprochement serait bénéfique à la Santé Publique...surtout que leurs chercheurs venus en France m’ont laissé de très bons souvenirs."" Quand on n’a pas de distractions possibles et bien, on s’instruit dans les livres. On n’a aucun mérite à cela. "" ..Ce doit être sur internet maintenant.

votez :
par Bernard (IP:xxx.xx5.11.171) le 11 février 2011 à 21H36

L’acupuncture chinoise à laquelle vous faites allusion n’agit ni de façon chimique ni biologique. Même si ça guéri pas le cancer c’est intéressant. Il existe un appareil, l’ohmmètre de Wolf qui permet de mesurer l’état des méridiens d’acupuncture à l’extrémité des doigts et des orteils. Mon médecin l’utilise et j’ai ainsi au moins une mesure par an depuis 1997, au début beaucoup plus car j’avais des problèmes.

L’appareil ne soigne pas mais il pointe des problèmes. La grande faiblesse de tous les méridiens a permis de découvrir une mononucléose chez un de mes proches. Une fois j’avais une gène à l’estomac et le méridien correspondant était particulièrement faible. Ce sont des mesures physiques et non pas des analyses chimiques ou biologiques.

L’acupuncture peut permettre des petits correctifs qui peuvent nous aider à garder un bon équilibre : si on essaie de tenir un bâton vertical sur un doigt il faut constamment corriger immédiatement les petits déséquilibres. Si ceux-ci deviennent trop importants ce n’est plus possible et le bâton tombe. C’est probablement le secret de la santé : ne jamais laisser s’installer un déséquilibre trop important.

Bien sûr, il y a les accidents entrainant des opérations, des anesthésies, la prise d’anticoagulants voire des maladies nosocomiales qui peuvent tout compromettre.

Mais avec les vaccinations on crée des perturbations que l’organisme peut compenser difficilement même sans effets secondaires particulier. Ainsi, avec l’appareil de Wolf, mon médecin a pu constater sur des enfants que les méridiens subissaient une forte dépression après une vaccination DTPC. Il faudrait faire un suivi pour voir dans quelle mesure et sur quelle durée les enfants récupèrent leur état initial. On aurait probablement de très désagréables surprises et notamment avec les vaccins hexavalents et le BCG sans parler du ROR ou du Prevenar. Pour la médecine de tels effets n’existent pas alors qu’on peut aisément les mesurer avec un appareil simple de mesures physiques.

Pour la milthérapie il y a le site de l’appareil : www.gds-milta.com/mil.html

votez :
(IP:xxx.xx5.28.168) le 13 février 2011 à 20H51

@Bernard (IP:xxx.xx5.11.171) le 11 février 2011 à 21H36 : ""L’acupuncture chinoise à laquelle vous faites allusion n’agit ni de façon chimique ni biologique.""

J’ai retenu l’expérience type qui a profondément vexé les très hautes instances médicales des USA, venues en délégation,et qui a consisté à traiter un chien avec des aiguilles d’acuponcture et à opérer l’autre chien à coté sans aucun problème. Il y a donc bien une action sur des points d’acupuncture et non les nerfs avec les aiguilles et une réaction chimique dans le corps et cette réaction chimique peut être transfusée dans le corps du chien opéré. Le cerveau des professeurs de médecine de l’époque a failli exploser...je crois qu’il s’est rendormi sur une vague possibilité d’action hypothétique et foireuse sur les nerfs ! Ils ne veulent pas comprendre l’existence d’autre chose possible, comme un circuit d’énergie qui serait parallèle aux nerfs. De toute façon, il est semble -t-il bien prouvé que la matière est de l’énergie aussi.

De plus, je pense que ce fut la manière de nos amis pour nous annoncer qu’ils nous ’avaient compris’ et qu’ils allaient rejoindre notre progrès avec leurs 700 millions de l’époque....MAIS, le ’détail’ est : "sommes nous si heureux que cela avec plus d’une moitié de la population qui ne se déplace même plus pour aller voter ?"

Pour les points, je suis très heureux d’apprendre qu’il existe maintenant des appareils car jusqu’à présent il n’y avait que le beaucoup trop rare grand savoir faire pour trouver les points ’manuellement’ comme semble savoir le faire ce grand médecin qui a écrit ’20 ans après médecin des trois corps’ et d’autres livres et qui nous prouverait que nous aurions un corps d’énergie avec notre corps physique dense. Ce médecin se nomme Janine Fontaine.

votez :
(IP:xxx.xx8.136.254) le 12 février 2011 à 17H09

h t t p : / / c c d h . a s s o . f r /

votez :
par Bernard (IP:xxx.xx7.210.15) le 14 février 2011 à 17H27

Oui, ce que je voulais dire c’est que l’action initiale n’est pas de nature chimique mais elle peut très bien engendrer en particulier des réactions chimiques ou biologiques dans le corps.

l’exemple du soleil qui fait produire de la vitamine D à notre corps le montre bien. De même, le fait de tomber amoureux, puisque c’est la St Valentin, peut déclencher des réactions chimiques. Mais normalement, on ne cherche pas à tomber amoureux en consommant des drogues. Normalement, il n’y a guère que la nourriture qui agit directement sur le corps par la voie biochimique.

votez :
(IP:xxx.xx5.28.168) le 15 février 2011 à 09H39

@Bernard (IP:xxx.xx7.210.15) le 14 février 2011 à 17H27 : ""il n’y a guère que la nourriture qui agit directement sur le corps par la voie biochimique"" et l’air que l’on respire certainement. Merci à vous de préciser votre pensée.

Votre précision sur la Saint Valentin me parait primordiale. Il n’y a pas de matière absorbée et pourtant, ...et pourtant, ça se voit tout de suite le changement de l’expression sur le visage de deux amoureux. Tiens, qui peut nous donner la quantité absorbée d’amour puisque ’la substance présente’ doit être bien supérieure au nombre d’ Avogadro ?

Ainsi nous tenons une preuve que la seule énergie ’amour’ apporte des modifications instantanées sans avoir dérangé nullement la matière et le nombre d’Avogadro. Alors, pourquoi oser nier la possibilité que l’apport d’une énergie puisse améliorer la santé d’un individu ? Des spécialistes pourraient très bien avoir appris à utiliser les énergies.

votez :
par Bernard (IP:xxx.xx1.102.176) le 15 février 2011 à 16H25

Oui, j’avais oublié l’air que nous respirons ! Mais si l’on en croit les traditions ésotériques, l’air véhiculerait aussi une énergie en plus des composants chimiques (pas trop chimiques espérons-le !). En Inde, dans la tradition des yogis, c’est le prana, énergie mystérieuse à maitriser par le pranayama, techniques respiratoires.

La St Valentin tombait à pic, je vois que vous avez aimé !

Nous sommes à première vue très loin de l’article initial de Marc Girard. En fait non car le "tout Chimique et biochimique" nous enferme dans des situations sanitaires impossibles par le fait qu’en ignorant un élément fondamental de la Vie on s’expose aux multiples et variées conséquences désagréables.

Revenir aux fondamentaux comme on dit en rugby.

votez :
par Dr JL Rey (IP:xxx.xx4.133.138) le 9 juillet 2011 à 10H56

la quasi totalité des points soulevés par M.Girard a été démentie par les faits on pourrait dire, et personne ne peut démontrer le contraire, que l’épidémie en France de H1N1 2009 a été limitée grâce aux mesures (excessives) prises suffit-il de se dire expert en pharmacovugilance pour l’être je cherche les travaux de M Girard en pharmacovigilance je ne trouve pas : passer à la TV n’est pas (encore) une publication scientifique on peut penser que la pharmacovigilance marche mal en France mais il faut proposer des solutions autres

votez :
par Atterré (IP:xxx.xx3.218.79) le 9 juillet 2011 à 21H15

Cher JL Rey, dont j’ose espérer que la qualité revendiquée de Dr est une plaisanterie, apprenez donc à vous servir d’internet à des fins plus utiles que déblatérer des inepties, et vous trouverez en quelques liens un CV détaillé du Dr Girard comportant des dizaines de publications scientifiques depuis plus de 25 ans : BMJ, Lancet, La Recherche, ..., autant de journaux dont vous n’êtes visiblement pas un lecteur très assidu.

http://www.rolandsimion.org/IMG/pdf...

Et vous, quelle est votre légitimité pour prétendre que "la quasi totalité des points soulevés a été démentie par les faits" et accuser un professionel aux compétences documentables de charlatanisme ? La brochure de votre dernier visiteur médical ? Le discours de clôture du dernier pince-fesses de Servier tous frais payés aux Bahamas ?

Les Auteurs deSanté
Gilbert Spagnolo dit P@py - 22 articles
Sylvie Simon - 58 articles
Marc Girard - 20 articles
insaecula - 10 articles
çaDérange - 299 articles
Béatrice de Reynal - 209 articles
Koryneva - 1 articles
Biosphère Blog - 57 articles