Les aliments bio sont-ils meilleurs ?

0

Denis Lairon et JF Narbonne se partagent la vedette lors d’une conférence, pour ce sujet très controversé… Les aliments Bio sont-ils vraiment meilleurs nutritionnellement ? Sont-ils plus sains que les autres ? Pas évident ! Merci à Valérie pour le reportage

Intérêts nutritionnels et sanitaires des produits bio – La pollution du Bio : mythe ou réalité ?

Le but du Bio est de produire des aliments de qualité en respectant les écosystèmes. De manière générale, ce n’est pas très rentable pour les agriculteurs mais plus rentable pour les distributeurs qui profitent du marketing du bio. Les agriculteurs qui continuent à faire du bio le font pour l’éthique et non pour l’argent.

Les données statistiques sur la consommation de bio en France en 2009 indiquent que

– 46% des Français consomment du bio au moins une fois par mois

– 9% en consomment quotidiennement

– 71% ont l’intention de continuer à consommer du bio

– 25% veulent augmenter leur conso de bio

– Leurs motivations à consommer du bio : santé pour 95%, environnement pour 94%, goût pour 87%

Les intérêts nutritionnels du bio sont variables et divers :

Ø Les fruits et légumes bio

– Teneur en matière sèche supérieure dans le bio

– Peu de différences entre bio et conventionnel pour la majorité des minéraux et oligoéléments sauf le magnésium et le fer, en quantité plus élevée dans certains légumes bio

– Pour les vitamines, peu de différences sauf qu’il y a plus de vitamine C dans la pomme de terre bio

– Pour les phyto-microconstituants (antioxydants type phénols, caroténoïdes…), teneur très supérieure dans les produits bio (en moyenne, 12 à 16% de métabolites secondaires en plus, d’après une étude récente)

Ø La panification bio

– Pas de raffinage des céréales à pain plus riche en fibres, minéraux, vitamines et antioxydants

– Pain au levain à activation de la phytase par acidité qui détruit l’acide phytique à libération de Ca, Fe, Mg, Zn complexés par l’acide phytique d’où meilleure biodisponibilité de ces éléments

Ø Les produits animaux bio

De manière générale, ils sont moins riches en lipides totaux et plus riches en AGPI

Et sur la pollution du bio ?

Les facteurs de risque liés à la fertilisation sont réels : les boues d’épuration ne sont pas autorisées en AB. S’agissant du compost, il est également très utilisé en conventionnel pour ses très bonnes propriétés fertilisantes et il ne présente pas de risque de contamination bactérienne car le compostage détruit les bactéries.

– Pour les nitrates, il y en a moins dans le bio (en tout cas, en France) mais attention : on compte dans les nitrates ceux qui sont naturellement présents dans la plante d’où des taux parfois déclarés trop élevés de manière abusive dans le conventionnel

– Pour les pesticides, on ne trouve aucun résidu dans près de 94% des produits bio analysés récemment et la consommation de fruits et légumes bio permet de réduire l’exposition aux pesticides d’un facteur variant entre 6 et 9 mais attention : cela ne veut pas dire qu’il y a des risques à consommer les produits de l’agriculture conventionnelle car aujourd’hui les pesticides sont biodégradables et il suffit donc d’un peu d’eau pour les lessiver (à vérifier !) ; de plus, quand on dit que l’on détecte de plus en plus de résidus de pesticides, ce n’est pas parce que l’on en utilise de plus en plus mais parce que l’on a fortement baissé les seuils de détection et perfectionné les outils de détection.

– Pour les mycotoxines, les teneurs sont significativement plus élevées dans les produits bio et la consommation de bio entraîne une exposition plus élevée aux mycotoxines. C’est un problème pour l’alimentation du bétail. C’est pourquoi il faut adapter des process éliminateurs de mycotoxines aux produits de l’agriculture bio.

– Pour les résidus de dioxines (qui sont en fait des résidus de PCBà mensonge des autorités), il y a eu quelques cas de contamination d’œufs de poules élevées en plein air (contamination proportionnelle à la teneur en PCB du sol)

– Pour les OGM, ils sont de toute façon interdits en AB

En conclusions, les aliments BIO ont des teneurs en antioxydants plus hautes et bénéficient du principe de précaution pour les pesticides.

Partager

Commenter