NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
La vélorution : les vélos à la conquête du monde !

Article publié le 6 juin 2011

Le vélo devient de plus en plus un élément incontournable de notre quotidien, notamment en France et aux Etats-Unis.

La vélorution : les vélos à la conquête du monde !

The City Fix propose un petit tour d'horizon des campus américains : au New-Jersey, pour faire face à une population croissante et à un nombre limité de place de stationnement, l'université Rutgers a décidé d'inciter ses étudiants à laisser leurs voitures chez eux. Les propriétaires de voitures devront payer 1 000 dollars par an pour pouvoir garer leurs véhicules.

 

A Chicago, l'université Saint Xavier a investi une partie de son budget dans la mise en place d'un service de location de vélos. Les étudiants peuvent y avoir accès sur simple présentation de leur carte d'étudiant. A l'inverse, l’université de la Nouvelle-Angleterre préfère distribuer directement des vélos à leurs étudiants. Ce genre d'initiatives se multiplient un peu partout aux Etats-Unis avec comme seul et unique objectif : intégrer les bicyclettes dans le quotidien des étudiants.

 

Comme le nombre de propriétaires ne cessera d'augmenter dans les prochaines années, trouver un emplacement pour stationner son vélo deviendra compliqué. Un cabinet d'architecture "Manifesto Architecture" s'est penché sur la question et propose une solution : un système rotatif qui peut être fixé à la verticale sur des façades d'immeubles pour gagner de la place. Ce type de rangement permettra de contenir de 20 à 36 vélos ! Quelques clichés de cette invention insolite sont accessibles sur le site de Greenlaunches.

 

En France, la livraison de marchandises à vélo est à la pointe de la mode ! En effet, après le "Rendez-vous au travail à vélo", le magazine Luxsure révèle que la marque de cosmétique Lush veut multiplier ses actions écologiques. Depuis le début du mois d'avril 2011, pour toute commande en ligne, la livraison se fait le jour-même sur Paris, à bicyclette. Pour inciter les consommateurs à modifier leurs modes de livraison, elle sera gratuite du 20 juin au 2 juillet 2011.



L'auto-partage des voitures séduit de plus en plus les villes européennes
 

Début avril, Renault a lancé le projet SAVE (Seine Aval Véhicule Electrique) dans la région des Yvelines. Le constructeur automobile va mettre à disposition une centaine de véhicules Kangoo, Fluence et Nissan Leaf, pour une quarantaine de clients professionnels (Carrefour, France Telecom, Otis) mais aussi pour les collectivités territoriales. CleanTech Republic précise que pour faciliter leurs recharges, près de 200 bornes locales et deux espaces de charge rapide ont été installés. A la fin de l'expérience, en juillet 2012, Renault attendra leurs retours afin de pouvoir affiner ses offres électriques au grand public.

 

En Provence-Alpes-Côte d'Azur, c'est Auto Bleue qui a vu le jour. Innovcity rappelle qu'après la Rochelle, la ville de Nice est la seconde collectivité à mettre en place un dispositif d'auto-partage 100% électrique. Pour le moment, les Niçois ont accès à une cinquantaine de véhicules pour quatorze stations. D'ici 2012, la métropole multipliera ses équipements avec 70 points de stationnements pour 210 voitures.

 

Pour inciter à l'achat de véhicules électriques, la municipalité a équipé chaque station de cinq emplacements, dont deux sont réservés aux propriétaires de véhicules électriques avec un accès gratuit jusqu'en 2013.

 

Après Austin (Etats-Unis) et Ulm (Allemagne), le programme d'éco-mobilité Car2go arrive à Amsterdam (Pays-Bas) pour la fin de l'année 2011, avec un équipement de 300 automobiles électriques. Autobloggreen précise que l'utilisateur n'aura pas besoin de ramener la voiture à l'endroit même où il l'a louée, hormis à proximité d'un des 300 points de recharges qui seront installés.

 

Par l'intermédiaire de Siim Kallas (Vice-Président et Commissaire aux Transports), la Commission européenne vient d'officialiser le lancement de Green eMotion, une expérimentation sur les véhicules électriques qui durera quatre ans. Selon Institut de recerca en energia de Catalunya (IREC), ce programme a pour objectif de comparer toutes les offres qui ont été mises en place, et d'identifier celles qui ont favorisé l'émergence des véhicules électriques. Cette mission s'inscrit dans la continuité du « Plan Transport 2050 », qui prévoit de diminuer son empreinte carbone à 60%.



L'éco-mobilité made in Asia
 

Les autorités philippines veulent mettre en place une politique environnementale radicale. En effet, Inquirer souligne qu'à Manille, une des capitales les plus denses de la planète, les émissions de CO2 produites par les véhicules représentent 80% de la pollution du pays.

Avec l'aide de l’Asian Development Bank, le gouvernement renouvelle ses services de transports publics avec la mise à disposition de 20 000 tricycles électriques à Manille. Les objectifs sont multiples : inciter les utilisateurs à avoir recours aux énergies douces comme le gaz naturel ou l'électricité… et surtout réaliser des économies sur l'importation de combustibles, qui peut s'élever jusqu'à 35 millions de dollars par an, garantissant ainsi une indépendance énergétique.

 

People's Daily Online rapporte que du côté de la ville de Pékin, les efforts s'intensifient. Le douzième plan quinquennal de l'industrie automotrice s'est fixé deux objectifs : réfléchir à des véhicules fonctionnant avec de nouvelles énergies ; et surtout obtenir le seuil de 100 000 véhicules électriques dans les rues de la capitale pour 2015.

 

Plugincars révèle que la ville de Shangaï a conclu un accord avec Los Angeles pour échanger leurs données sur les comportements des consommateurs par rapport à l'utilisation de véhicules électriques, afin d’optimiser leurs performances. Ce partage d'informations a pour objectif de développer le marché de l'automobile électrique avec la plus grande efficience.

 

Malgré toutes ces initiatives encourageantes, la pollution reste encore une actualité dans de nombreuses villes du monde. Pour sensibiliser l'opinion publique à ce sujet, deux étudiants de l'Université de New-York ont confectionné un tee-shirt réagissant au monoxyde de carbone. Si votre environnement est trop pollué, des fissures bleues apparaitront sur votre poumon imprimé, donnant l'illusion qu'il est en train de se flétrir. Une démonstration en vidéo est disponible sur le site de Marcelgreen.

Thèmes

Ecologie Vélo Etats Unis Mobilité durable

Bookmark and Share
0 vote

commentaires
Les Auteurs deSociété
rcoutouly - 65 articles
voxpopuli - 1 articles
ble2 - 35 articles
çaDérange - 299 articles
Biosphère Blog - 57 articles
ecolomaisjetemmerde - 3 articles
Mobilité durable - 178 articles
Greendriver - 1 articles