NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
L'éco-mobilité à l'échelle mondiale

Article publié le 19 juillet 2011

Zoom sur les différents projets dans le monde en matière de mobilité durable.

 

La ville de La Rochelle a fait l'acquisition de Cybus, des mini-bus conçus par Yamaha et l'Institut national de recherche en informatique et en automatique (INRIA). Equipés de scanners et de radars permettant de détecter et d'éviter les obstacles, ils peuvent transporter jusqu'à cinq passagers à 10 km/h sans avoir besoin de conducteurs !

Ils sont actuellement en phase de test dans les rues de la ville blanche, sur un parcours de 900 mètres comprenant cinq stations. Selon Romandie, réaliser des tests de bus en situation réelle est une première mondiale.

 

Grâce à un partenariat entre le constructeur automobile Scania France, Saint-Quentin Mobilité (filiale du Groupe Veolia-Transdev) et la communauté d'agglomération de Saint-Quentin, les villes de Saint-Quentin et Reims vont pouvoir expérimenter un bus 100% éthanol. Actu environnement précise qu'il s'agit d'une expérience inédite en France en matière de transport en commun durable puisqu'ils ont reçu une autorisation spéciale pour tester deux nouveaux biocarburants. Le test se fera en deux temps avec deux fournisseurs de bioéthanol : Téréos, qui proposera un agrocarburant à base de betteraves et Raisinor dont l'éthanol est à base de marc de raisin.

 

Pour inciter les usagers à emprunter les transports en commun, l'entreprise Transway a mis en place depuis le début de l'année "Soleillos", un concours récompensant les meilleurs comportements en matière de transports : l'usager devra indiquer le chemin qu'il a emprunté ainsi que son mode de déplacement, via l'application GoToo. Grâce à une grille de référentiels créée par l'ADEME, plus le transport utilisé sera jugé respectueux de l'environnement, plus l'usager gagnera de points.

Innovcity précise que ce programme a également pour objectif de faciliter les échanges entre usagers d'un même trajet : conseils pratiques, signalements de perturbations, covoiturage... Les 150 utilisateurs les plus « verts » bénéficieront de cadeaux.

 

A New York, les déplacements en taxi ont encore de beaux jours devant eux. L'Express rapporte que jusqu'à fin 2013, la ville va remplacer progressivement ses taxis par 13 000 NV200 de Nissan. Ce monospace a été sélectionné pour son confort mais surtout pour sa faible consommation d'essence par rapport aux légendaires taxis Ford Crown Victoria. En effet, pour faire face à la hausse du prix des carburants, ce véhicule a été conçu pour que son coût d'utilisation soit faible durant toute la durée de sa vie.

Ce nouveau partenariat avec la ville va permettre au constructeur de mettre en place un programme d'essai avec les propriétaires de taxis, pour 2012 : il s'agira de tester la Nissan Leaf, un véhicule électrique qui n'émet pas de dioxyde de carbone. Cette phase de test sera accompagnée par l'installation de plusieurs bornes électriques dans la "Grosse Pomme".

 



Des Etats subventionnent l'accès à la mobilité durable

En Allemagne, le gouvernement s'est dit prêt à investir plusieurs milliards d'euros afin d'obtenir un million de véhicules hybrides immatriculés d'ici 2020. Green Autoblog mentionne que la chancelière allemande Angela Merkel plancherait également sur un projet de loi qui supprimerait la taxe automobile pour une durée de dix ans, suite à l'immatriculation du véhicule : l'objectif est de rendre le prix des voitures hybrides le plus attractif possible face aux voitures roulant au carburant fossile.

 

Green Car Congress rapporte que le président Espagnol José Luis Zapatero souhaite également inciter à l'achat de voitures électriques. C'est un budget de 72 millions d'euros pour l'année 2011, qui permettra des subventions à l'achat de 25% pour les Espagnols séduits par la mobilité zéro émission à l’usage.

 

Aux Etats-Unis, Clean Technica note que Barack Obama va investir 47 millions de dollars pour subventionner huit travaux de recherche et de développement des bioénergies, qui permettront par la suite, de réduire les importations de pétrole d'un tiers d'ici 10 ans. Parmi ces projets, on retrouve par exemple l'amélioration des biocarburants à base de panic érigé, une espèce de céréale sauvage très présente sur le territoire américain.

Si ces projets s'avèrent concluants, ils pourraient représenter de véritables opportunités pour les Américains en termes de développement durable, d'économie d'argent et de créations d'emplois.



L'éco-mobilité made in Asia

En 2009, avec 4,5 millions de tonnes de manioc, la Chine a pu produire 2 millions de tonnes de barils d'éthanol en 2010. Actuellement, le pays souhaite intensifier sa production en utilisant la totalité de sa récolte de Manioc pour atteindre la barre de 10 millions de tonnes de barils de bioéthanol. Pour y parvenir, le blog énergie souligne que plusieurs contrats ont été conclus entre la société britannique TMO Renewables, COFCO (le plus grand fournisseur chinois de l’industrie agro-alimentaire) et CNOOC (un groupe pétrolier) afin de mettre en place des moyens de production permettant d'accroitre la production d'alcool de 15%.

 

La Chine prend de plus en plus conscience des opportunités que le secteur de la mobilité verte peut offrir : selon une étude menée par le cabinet de consultation en management PRTM, à la demande de la Banque Mondiale, le pays serait devenu le plus grand bassin d’essais d’innovations technologiques de véhicules propres ! Selon voiture électrique, ces efforts pourraient-être payants car on estime que d'ici 2020, 10% des ventes totales dans le monde des véhicules neufs seraient des véhicules électriques et hybrides.

 

Le journaliste du New York Times, Ken Belson, décrit sur son blog qu'il a été témoin d'une scène étonnante. Suite à l'incident à Fukushima en mars 2011, les sinistrés ont rencontré de très grandes difficultés pour circuler en voiture car l'approvisionnement en pétrole a été totalement interrompu, alors que l’électricité a pu être rétablie progressivement.

 

Le constructeur automobile japonais, Mitsubishi Motors, a donc décide d'offrir une dizaine de voitures électriques (Mitsubishi i-MiEV) pour faciliter le transport de nourritures, de fournitures ainsi que les déplacements des médecins. Ken Belson reste convaincu que les plus sceptiques ont été conquis par les capacités de ces véhicules qui se sont révélés d’une incroyable utilité pour les sinistrés.


Thèmes

Transports Carburants Technologies Véhicule électrique

Bookmark and Share
0 vote

commentaires
Les Auteurs deSociété
rcoutouly - 65 articles
voxpopuli - 1 articles
ble2 - 35 articles
çaDérange - 299 articles
Biosphère Blog - 57 articles
ecolomaisjetemmerde - 3 articles
Mobilité durable - 178 articles
Greendriver - 1 articles