NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Rapport Charpin : Un coup de massue pour la filière photovoltaïque ?

Article publié le 20 septembre 2010

Aux termes de l’arrêté du 31 août (paru au Journal Officiel du 1re septembre) les tarifs d’achat de l’électricité photovoltaïque ont baissé de 12 % pour les professionnels. Les installations domestiques des particuliers inférieures à 3 kWc ne sont pas concernées et bénéficient toujours d’un tarif d’achat de 58 c€ le kWh (en cas d’intégration au bâti). Par contre, pour toutes les demandes de raccordement après le 31 décembre 2011, les tarifs d’achat baisseront de 10 % tous les ans.

Rapport Charpin : Un coup de massue pour la filière photovoltaïque ?

Tableau des nouveaux tarifs sur le site du CLER

Arrêté du 31 août

 

La baisse a pour but d’éviter les effets d’aubaine et « la surchauffe » du secteur –Environ 860 MW devrait être raccordé pour l’année 2010 selon la programmation d’ERDF -. Elle pourrait avoir une autre conséquence : La conjonction de la hausse des tarifs de l’électricité et de la baisse du tarif d’achat, va conduire plus vite que prévu à la parité réseau de l’électricité solaire en France (jusque là pronostiquée pour 2018). Ce n’est pas forcément une mauvaise nouvelle. Il deviendra intéressant d’investir dans le photovoltaïque pour sa propre consommation, et Enercoop aura des prix compétitifs.  

 

Mais cette baisse, brutale, peut aussi déstabiliser la filière photovoltaïque, très jeune en France. Il y a un peu péril en la demeure, parce que cette baisse des tarifs, elle est inspirée d’un rapport  Théodule, Charpin de l'Inspection Générale des Finances, consternant.

En dehors de pointer quelques vérités que l’on savait déjà, notamment que la France a des tarifs d’achat plus élevés que ses voisins, et de brandir le spectre d’une hausse de la CSPE,  le rapport est particulièrement assassin sur le volet industriel.

 

Si le rapport reconnaît que « les moyens de la R&D française, aujourd’hui inférieurs à ceux des pays leaders dans le secteur, devraient être renforcés dans le cadre des investissements d’avenir et des programmes Oséo  » il dresse le portrait d’une filière photovoltaïque française « peu développée », évoquant les efforts laborieux de quelques uns (Photowatt en difficulté en 2009, Saint-Gobain qui fabrique au Luxembourg…) pour conclure que les aides accordées à la filière au niveau national ont contribué à creuser le déficit commercial français de 800 millions d’€ en 2009.

 

Affligeant. Parce que Saint-Gobain, Photowatt, mais aussi Soitec, Solarezo et d’autres, ce sont quand même des entreprises implantées chez nous avec des salariés et des chercheurs qui travaillent au développement de technologies solaires de pointe, et qui sont aussi dans la tourmente économique. Alors moi ce rapport, je le trouve plein de mépris pour ces pionniers, mais mon opinion étant certainement subjective, voici le rapport lui-même :

 

http://www.lesechos.fr/medias/2010/0903//020763025844_print.pdf

 

Et puis voici un aperçu de quelques activités innovantes du secteur photovoltaïque en France (plus passionnantes que le rapport Charpin !) :

 

Le photovoltaïque est devenu un axe majeur du groupe Saint-Gobain (spécialisé dans les matériaux de construction innovants, 191 500 salariés dans le monde). Une division spécifique pour regrouper ses activités solaires, Saint-Gobain Solar, est née en 2009.  Saint-Gobain Solar produit des modules photovoltaïques à couches minces basés sur la technologie CIS (Cuivre-Indium-Selenium). L’acquisition à 100% d’un partenaire industriel Solarwood Technologies lui a permis de disposer d’une usine de tuiles photovoltaïques au Luxembourg de 15 MW  dont la capacité passera à 30 MW. Saint Gobain Solar a mis sur le marché une gamme de solutions photovoltaïques intégrées au bâtiment. Disposant de nombreux atouts (facilité de montage, qualité d’intégration au bâti, esthétique), ses tuiles photovoltaïques ont été primées au dernier salon Batimat. Elles répondent à tous les critères d’intégration au bâti en France et y répondront après le renforcement des exigences en 2011. Une autre usine de tuiles pourrait bientôt voir le jour.

 

Photowatt (Bourgoin-Jallieu, Isère, 750 salariés, 70 MW de capacité de production), fabrique une gamme de modules photovoltaïques, de 12 W à 230 W, à partir de cellules monocristallines et polycristallines à haut rendement de dernière génération. Son produit d’intégration au bâti, Wattéa, a été reconnu pour sa fiabilité par le CSTB.  Photowatt collabore avec le CEA sur des programmes de recherche pour optimiser le rendement des cellules photovoltaïques et faire baisser les coûts de fabrication. L’entreprise participe au consortium PV Alliance qui a mis en service au un printemps un « Lab Fab », une unité pilote de fabrication de cellules photovoltaïques qui produira des cellules haute performances. 

 

Solarezo (groupe lyonnais à capital familial, 70 salariés) a inauguré en juillet sa 1ère centrale photovoltaïque au sol à Saint Clar de Lomagne dans le Gers, qui, avec 9 MWc, est la plus puissante centrale photovoltaïque cristalline au sol en France. Depuis 2009, Solarezo produit ses propres modules photovoltaïques sur son site de Pontonx sur l’Adour dans les Landes, une ancienne usine de Sony. Marché visé : les centrales au sol et les installations en toiture.

 

D’autres sociétés (EDF ENR, Schneider Electric, Evasol, Imerys, Photon…) ont développé des compétences variées dans le photovoltaïque et créé des centaines d’emplois en France.

 

Il y a donc bien une filière photovoltaïque française qui émerge et même plus rapidement que le réacteur nucléaire de 3ème génération. N’est-ce pas ça qui pose problème et qui explique cette volonté de mise en coupe réglée du photovoltaïque, après celle de l’éolien ?

 

Source image : http://www.futura-sciences.com

Thèmes

Solaire Photovoltaique

Bookmark and Share
0 vote

commentaires
votez :
(IP:xxx.xx2.104.125) le 22 septembre 2010 à 14H45

Il y a quelques années, quelqu’un de ma famille construisait sa maison, et en discutant, elle m’a dit qu’elle envisageait de mettre des panneaux solaires sur son toit. Je lui fis remarquer que les prix d’achat garanties indiqués dans les dépliants fournis par ERDF n’étaient valables que pour, si je me souviens bien, les 3 années suivantes, et qu’ensuite, il n’y avait plus de garantie. Bien entendu, 3 ans ne sont pas suffisants pour amortir l’installation, loin s’en faut. Le risque est donc d’être largement perdant, et de financer sans le vouloir l’électricité verte d’ERDF.

Il n’y a pas de panneau solaire sur le toit de la maison en question. Et je pense, à la lecture de cet articles, que c’est plutôt une bonne chose...

votez :
par Mijo (IP:xxx.xx7.154.194) le 22 septembre 2010 à 19H51

@ IP xxx.xx2.104.125

Les prix d’achat de l’électricité photovoltaïque sont garantis sur 20 ans. A ma connaissance, une dégressivité est envisagée à partir de 2012 pour les nouvelles installations photovoltaïques, mais comme cette technologie avance pas de géant, les nouvelles installations auront en principe de meilleurs rendements et les particuliers investisseurs ne seront pas perdants. Actuellement, une installation photovoltaïque est amortie sur 7 ans.

votez :
par Ray Volté (IP:xxx.xx6.4.68) le 22 septembre 2010 à 18H15

J’ai entendu il y a plusieurs années que l’énergie nécessaire pour produire un panneau solaire correspondait à cinq années de sa production- Si cela est vrai arrêtons le solaire à tout va. Dans ma ville un bâtiment à été doté de panneaux solaires. Une présentation des locaux à eu lieu. Une équipe nous vanté l’installation des panneaux. J’ai évoqué les chiffres ci dessus, laissant dans l’embarras les présentateurs qui ont ni confirmé ou infirmé mes chiffres. Leur formation a peut-être occulté cette donnée. Je ne sais pas quelle est la durée de vie d’un panneau, il faudrait tenir compte de l’énergie nécessaire à sa production apprécier ses avantages. Si quelqu’un peut confirmer ou infirmer cette consommation, je le remercie d’avance.

votez :
par Mijo (IP:xxx.xx7.154.194) le 22 septembre 2010 à 23H25

@ Ray Volté

Plusieurs études scientifiques ont été faites par des chercheurs indépendants au sujet de l’analyse du cycle de vie et de l’énergie grise nécessaire à la fabrication des systèmes photovoltaïques. Celle du chercheur E. Alsema de l’Université de Utrecht au Pays-Bas publiée en juin 2005, évoque un temps de retour énergétique de 1,5 à 2,5 ans pour un ensoleillement correspondant au sud de l’Europe. Ramené au climat français, le temps de retour énergétique se situe entre 2 et 3,3 ans, ce qui signifie qu’un système photovoltaïque raccordé au réseau peut produire jusqu’à 10 fois l’énergie nécessaire à sa fabrication.

La durée de vie d’un panneau photovoltaique est supérieure à 20 ans. Ils sont souvent garantis jusqu’à 25 ans d’utilisation par les revendeurs. Il peut également y avoir une garantie du fabriquant sur les composants.

votez :
par g.jacquin (IP:xxx.xx3.239.87) le 23 septembre 2010 à 17H17

Bonjour, Mijo,

Le problème du PV en France est complexe mais pour rester simple, cette source d’ENR est cohérente avec la consommation des ménages et ce, contrairement, par exemple, à l’éolien !!!

En effet quant il fait beau, généralement, il fait chaud et quant il fait chaud, les climatisations fonctionnent. Hors l’été, c’était la période propice aux arrêts mécaniques des grosses centrales. le PV contribue à maintenir cette période favorable pour la maintenance.

D’autre part, il faut noter qu’encore une fois, les majors (Edf enr et autres) se taillent la part du lion en installant des champs PV de plusieurs MW, car les tarifs de rachat sont bien plus intéressants que d’autres sources (370 €.MWh contre 82 €.MWh pour l’éolien) !

Quant aux particuliers, les temps de retour sur investissement sont de l’ordre de 7 ans, autrement dit pour un contrat de 20 ans signé avec EDF, 13 années à 2300€/ans, rapportent près de 30 000€ net d’impôts !!!

C’est la France de Sarkozy qui veut que ceux qui sont locataires dans des HLM ne puissent bénéficier de cette manne, puisque aujourd’hui, un installateur sérieux est en mesure de proposer un financement total à partir du moment ou le client est solvable !!!

Enfin, concernant la CSPE, le calcul est fait de la façon suivante : Chaque KWh racheté aux producteurs d’ENR est comparé au prix du marché de gros de l’électricité. La différence est incluse dans le montant de la CSPE que chaque Français paye.

Mais attention, Si par exemple, EDF rachète 82 € le MWH l’energie éolienne et que le marché de gros à ce moment-là, est fixée par exemple, à 60 € le MWH, la part CSPE sera de 22 € (la différence). Mais la réalité est tout autre puisque l’Energie que produisent les centrales française d’EDF, est en moyenne à 40 € le MWh. Ce qui veut dire que la part non financée est de 20 € (60—40 soit le prix du marché de gros - le prix réel) que nous payons tous par nos impôts !

Donc, la réalité est simple, le calcul pour l’éolien réel est 82€ - 40€ soit 42€ payé par les Français dont 22€ (82€ - 60€) par la CSPE

Pour le photovoltaïque : 580€ - 40€ soit 540€ payé par les Français dont 520€ (580€—60€) payés par la CSPE !!!

Les questions sont :

1) Est-ce normal qu’une petite partie des Français qui ont un toit bien exposé puissent se faire des rentes de 30 000€ en 20 ans ?

2) Est-ce normal que les Français qui n’ont pas accès à cette manne, soient obligés de la Financer ??

3) Si les règles restent identiques, à combien se montera la CSPE dans quelques mois avec 25 GW d’éoliennes et 5 GW de PV, d’installés ????

4) Les ENR, est-ce vraiment une necessité dans la mesure ou la France est un des 2 ou 3 pays qui pollue le moins pour sa production d’électricité ?

Sources : rapport d’activité de la CRE 2008 : http://cre.search.pertimm.com/index...

Respectueusement,

votez :
par Mijo (IP:xxx.xx7.154.194) le 24 septembre 2010 à 10H37

@ g.jacquin,

Bonjour,

Pour répondre à vos questions :

1) Une rente de 30000 € en 20 ans pour une installation photovoltaïque, ne me semble pas quelque chose de scandaleusement excessif. Certains font des profits beaucoup plus conséquents en bourse ou dans l’immobilier. Le particulier a quand même au départ investi dans une installation qui produit de l’électricité sans CO2 et je considère, moi, que c’est un avantage pour toute la collectivité. Il a certes la chance d’avoir un toit bien exposé, mais d’autres sont encore plus gâtés par les circonstances : certains ont la chance d’hériter d’un magot, d’autres obtiennent un bon job grâce aux réseaux parentaux, certains touchent une retraite confortable que tous n’auront probablement pas …

2) Cher monsieur, il y a tout un tas de choses que le contribuable finance à travers ses impôts, sans être pour autant d’accord avec les objectifs. Mais je ne vais pas m’étendre ici sur ce que je trouve désagréable de financer en payant mes impôts. Il me semble que le photovoltaïque est un créneau technologique d’avenir à encourager. Son développement profitera à tout le monde, les équipements deviendront plus performants et moins chers, permettant de produire soi-même son électricité pour un coût dérisoire et peut-être même dans le brouillard.

3) Je ne sais pas à combien se monte le coût de la CSPE pour 25 GW d’éolien et 5 GW de solaire. Ce que je sais, c’est que l’on est très loin de ces seuils là puisque l’on est à environ 5 GW d’éolien et 500 MW de solaire en France ! Et ce ne sont pas les rapports Ollier et Charpin qui vont accélérer la progression des énergies renouvelables… Concernant ce supposé risque d’explosion de la CSPE, très souvent évoqué, c’est très exagéré. Il faut peut-être aussi revoir le calcul des taxes sur l’électricité pour les énergies renouvelables produites par les particuliers. Ce n’est pas à vous que je vais l’apprendre, mais l’énergie produite étant consommée au plus près de son lieu de production, la production photovoltaïque des particuliers et les productions d’ENR décentralisées (petites éoliennes, moulins à eau, etc…), évitent des coûts d’acheminement (la fameuse taxe CTA que l’on paye sur sa facture et qui représente environ 12% du montant d’un abonnement de 6kVA). Donc, il faut certes prendre en compte la CSPE, mais déduire les coûts d’acheminement évités, ce qui réduit pas mal le soi-disant surcoût du photovoltaïque. Je n’ai pas le temps de donner un exemple chiffré, mais je le fais dès que possible.

4) Oui, pour moi les énergies renouvelables sont vraiment une nécessité, plus que jamais. Elles nous permettent d’éviter des rejets de CO2, des rejets radioactifs et des rejets de tritium dans l’environnement. Si elles pouvaient nous éviter la course au pétrole et à l’uranium et toutes les horreurs qui vont avec… C’est sans doute un rêve, mais je pense qu’il est largement partagé.

Bonne journée à tous.

votez :
par g.jacquin (IP:xxx.xx3.239.87) le 26 septembre 2010 à 12H52

Mijo,

1) Je vois encore une fois, que vous ne connaissez pas très bien le problème :

- Vous trouvez normal, que sous prétexte que votre maison soit correctement exposée, de toucher 30 000€, alors que vos voisins d’en face, qui peut-être, auraient besoin de cet argent, ni auront jamais accès, parce qu’ils ont une toiture plein nord ou que tout simplement vos voisins ne sont pas propriétaires où qu’ils habitent en immeuble ??? Vous avez une mentalité plutôt curieuse !!!

- C’est totalement faux de dire que l’on investit dans le PV !!! Aujourd’hui, cela ne coûte pas un centime d’€. Bien sur, encore faut-il trouver la société sérieuse qui propose une installation sans que vous ayez à débourser quoi que ce soit !(financement total par la banque)

- Quant à faire la comparaison à ceux qui ont la chance de toucher un magot... Quelle mentalité !!!

2) Chère Madame, je suis dans votre cas...

- Je déteste de voir dépenser l’argent de mes impôts bêtement ! Et le photovoltaïque, comme d’autres sources ENR, se voient attribuées des tarifs de rachat pour l’energie fournie qui ressemble plus à de l’escroquerie qu’à du bon sens.

- Laisser travailler les pays pollueurs en CO2 sur les ENR pour qu’eux-mêmes, mettent au point des systèmes compétitifs !!! La France, n’est pas dans ce cas et n’a aucune raison sérieuse et justifiée pour dépenser des milliards bêtement. Pour le moment, ce sont nos politiques qui sont dans le brouillard !!

3) Oui, Madame, on a bien compris que vous ne compreniez pas grand-chose au sujet !!!

- Actuellement, la participation des ENR dans la CSPE représente environ 5% du total mais sur des bases qui sont de l’ordre d’environ 3 GWe en éolien et 300 MWc en PV... Compte tenu des objectifs de ce gouvernement, faites le calcul ! Vous savez faire une règle de trois ????

- La CSPE, sur les bases actuelles de calcul, va tellement augmenter que EDF ne souhaite plus s’en occuper ! EDF a déjà demandé à ce que la CSPE devienne un impôt !!! Comprenez-vous ce que cela veut dire ???

- Je remarque avec plaisir que vous avez compris que l’energie ENR est actuellement en grande majorité consommée localement :
- Il n’en demeure pas moins, chère Madame, que contrairement à ce que vous dites, déduire les coûts évités de transport est une idiotie pour la simple raison qu’à plus de 90% du temps, les ENR ne produise pas localement, la totalité de nos besoins !!!
- Et oui... C’est encore un scoop pour vous mais, la pression du vent sur les pales de vos chères éoliennes, varie en permanence tout comme varie l’ensoleillement pour le PV ! Pour autant, vos éclairages fonctionnent toujours correctement !! Grace à qu’elles energies ???
- Si EDF était capable de différencier l’énergie ENR (laquelle ?? PV ou éolienne ???), des autres sources, ce serait possible. Mais on attend que quelqu’un (ou quelqu’une) nous apporte la formule ! Notez que je serais heureux de cette avancée car cela me permettrait de demander à EDF de ne me fournir que de l’energie la moins chère (nucléaire).
- Et que ceux qui sont des ayatollahs des ENR, ne consomment que des ENR ! Je ne suis pas contre que ceux qui veulent l’energie la plus chère à produire, payent plus cher.

Et ça... c’est juste !

4) Les ENR ne sont pas une nécessité pour la France !!! Elles n’améliorent pas le taux de carbone dans l’atmosphère... au contraire ! Quant aux rejets radioactifs ????? C’est un sujet tellement complexe.... restons-en aux ENR !

votez :
(IP:xxx.xx3.88.147) le 6 octobre 2010 à 12H44

Article publié le 20 septembre 2010

"Aux termes de l’arrêté du 31 août (paru au Journal Officiel du 1re septembre) les tarifs d’achat de l’électricité photovoltaïque ont baissé de 12 % pour les professionnels. Les installations domestiques des particuliers inférieures à 3 kWc ne sont pas concernées et bénéficient toujours d’un tarif d’achat de 58 c€ le kWh (en cas d’intégration au bâti). Par contre, pour toutes les demandes de raccordement après le 31 décembre 2011, les tarifs d’achat baisseront de 10 % tous les ans."

- Il y a quand même quelques bonnes nouvelles dans ce monde qui marche de plus en plus sur la tête au son des sirènes écolo-politico-utopistes....

votez :
par cheap ugg boots (IP:xxx.xx0.117.65) le 13 novembre 2010 à 04H07

Ca m’était pourtant très utile pour une rubrique calendrier, pour afficher un certain type d’articles publiés le mois en cours.nike dunks

votez :
(IP:xxx.xx4.8.178) le 9 septembre 2011 à 14H49

Seen so many classic Air Jordan collection, "shoes" to give you something to out fresh fun thing-mini Air jordans key chains, these do the work elegant mini Air Jordan Shoes is only about the size of your thumb, but although spadger is small all-sided, they work fine, no less than really Jordan Retro shoes.

Les Auteurs deÉnergies
Pierre Yves - 1 articles
J. Yster - 11 articles
Pierre FG - 1 articles
Dynamicsauto - 37 articles
rcoutouly - 65 articles
lucazal - 3 articles
çaDérange - 299 articles
Mobilité durable - 178 articles