NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
L'île de la bonne fortune

Article publié le 29 juin 2011

L'île de la bonne fortune

Difficile de parler du nucléaire alors que les articles sur le sujet se comptent par milliers...

La catastrophe de l'île de la Bonne Fortune au Japon vient encore nous montrer qu'il est peut-être déja trop tard... En admettant que les hommes arrêtent définitivement de se fourvoyer dans cette technologie dépassée et mortelle pour l'humanité, nous devrons en subir les séquelles pour la nuit des temps.

Un peu comme une vilaine cicatrice qui vient nous rappeler un ancien traumatisme.

Fukushima est emblématique du pouvoir de l'argent à n'importe quel prix. Comment lutter contre de tels intérêts financiers ? Je suis assez d'accord avec les idées de décroissance car si nous sommes des millions, le dieu de l'argent sera enfin un colosse aux pieds d'argile.

Le nucléaire n'est qu'une partie du système et l'on ne peut pas isoler ce sujet d'une globalité. Si les pluies ramènent sur mes légumes et mes fruitiers un suave parfun de césium agrémenté d'un zeste de plutonium, ce sera la conséquence du pouvoir de l'argent dont le nucléaire n'est que l'un des instruments.

Cela dit, si j'écris cet article devant l'écran de mon ordinateur, c'est bien parce qu'une barre d'uranium fait son boulot dans le coeur d'un réacteur et qu'une centrale produit de l'électricité... Je vais encore en profiter un petit peu et cela me permettra certainement de continuer à visiter des forums sur l'autosuffisance énergétique... Pour conclure ce petit billet, je vais aller voir mon jardin car le temps est à la pluie ce matin...

J'ai une idée... Si mes confitures avaient le label "AB", c'est à dire "Avec Becquerel", cela pourrait intéresser un groupe agroalimentaire... Là, je crois bien que je tiens un concept et que la bonne fortune me tend les bras. 

Bookmark and Share
1 vote

commentaires
votez :
par Albert (IP:xxx.xx8.57.213) le 29 juin 2011 à 23H29

La centrale nucléaire de Fort Calhoun, dans le Nebraska (USA) se trouve entourée par les eaux du Missouri en crue : http://www.nytimes.com/imagepages/2011/06/21/us/FLOOD.html

La centrale était à l’arrêt pour rechargement du combustible et est restée arrêtée à cause de l’arrivée de la crue.

Mais cela n’a pas empêché un incendie de se déclarer dans un groupe de refroidissement de la piscine où sont entreposés les combustibles irradiés.

votez :
par Philippe (IP:xxx.xx2.128.211) le 30 juin 2011 à 08H03

Business is business, n’est-il pas ? Combien de catastrophes devront encore se produire pour qu’ils comprennent vraiment ? Alors que vraisemblablement, l’emballement de la fusion est d’actualité à Fukushima, l’omerta médiatique continue d’anesthésier les gens et notre président "droit dans ses bottes" nous adresse une fin de non recevoir : "Pas d’alternative au nucléaire !". Quand l’Areva va, tout va !

votez :
(IP:xxx.xx3.205.93) le 30 juin 2011 à 13H56

Vous n’imaginez même pas l’ampleur de la catastrophe,faut arrêter de manger du poisson ;; ;

votez :
par Philippe (IP:xxx.xx2.128.211) le 1er juillet 2011 à 06H12

Vous avez raison. Et se poser la question de savoir si l’on peut toujours manger du poisson est pertinente !.. Aujourd’hui, c’est un peu une loterie. Entre le PCB, le mercure, les farines animales distribuées dans les fermes d’élevage et tout le reste, c’est à dire Fukushima, c’est un peu la roulette russe !!! A noter que les farines animales devraient bientôt faire leur réapparition en France : business is business...

votez :
par Hervé (IP:xxx.xx7.228.17) le 6 juillet 2011 à 22H58

"roulette russe !!!" trop bon, pour une fois qu’ils ne sont pas dans le coup ceux là !

Bah, de toute façon, faut bien mourrir de quelque chose. Et puis soyons positif, ça va aussi aider à résoudre le problème des retraites, alors tout baigne...

votez :
par Laratapinhata (IP:xxx.xx6.218.170) le 8 juillet 2011 à 13H26

Signerez-vous cette pétition mondiale initiée par la société civile japonaise : L’APPEL POUR FUKUSHIMA ?

http://www.appealforfukushima.com/fr/

votez :
par Philippe (IP:xxx.xx6.65.137) le 9 juillet 2011 à 06H24

Effectivement, il faut être présent sur tous les fronts. Cela dit, les initiatives sont nombreuses, très nombreuses ! Je me pose deux questions :
- Comment "fédérer" ces initiatives et lutter contre l’éparpillement des bonnes volontés ?
- Et enfin, malgré l’évidence de la catastrophe et l’urgence de la situation, je m’interroge, peut-être naïvement, sur la "mémoire courte" d’une majorité d’humains car lorsque l’on regarde la proportion d’individus mobilisés par rapport à la masse, c’est infinitésimal...

votez :
(IP:xxx.xx1.1.51) le 10 juillet 2011 à 06H26

""L’île de la bonne fortune"" :

’Il faudra trois à 10 ans pour parvenir à reprendre le contrôle, et plusieurs décennies pour remédier aux conséquences de l’accident’, a annoncé le premier ministre japonais’

Et bien, il va en falloir une fortune pour gérer cette énergie si peu chère. Cet homme, le premier ministre japonais, vient nous annoncer que personne ne sait dépolluer à part à éparpiller et tuer un peu partout dans le monde, dont dans le pacifique bien sûr, puisque le plus proche. Maintenant je suis certain que c’est l’énergie la plus couteuse puisque très mal utilisée.

votez :
par Philippe (IP:xxx.xx6.65.137) le 10 juillet 2011 à 08H15

Et la course à la rentabilité... Car ce sont aussi les marchés de la sous-traitance et nous savons très bien que d’une part la qualification des personnels n’est pas à hauteur de ce que l’on serait en droit d’attendre et que d’autre part les cadences imposées ne permettent pas un travail de qualité... Mais sur un plan plus large, le nucléaire civil n’échappe pas aux griffes des cathédrales financières que sont les places boursières, et là, c’est la loi de la jungle ! Et comme toujours la fuite en avant... Regardez les résultats boursiers d’AREVA : depuis un an, le titre a perdu 25,30% et suite à Fukushima, plus de 31% entre mi-février et mi-mars... Nous sommes donc bien, une fois de plus, dans des choix politiques dictés par la finance, et non pas dans des orientations portées par l’intérêt collectif... On comprend mieux que l’état français, actionnaire à hauteur de 97% veuille relancer la machine et que notre président, sous couvert d’indépendance énergétique, adresse aux opposants une fin de non recevoir... Lorsqu’il dit qu’une sortie du nucléaire ferait augmenter par 4 la facture énergétique des ménages, il se fiche de la gueule du monde et c’est surtout un faux prétexte ! Si AREVA était une société totalement privée, elle serait en grande difficulté au regard de son endettement ( Un peu comme TEPCO en fait car ces braves gens sont une grande famille... ). La seule garantie qu’offre AREVA sur les marchés financiers, c’est qu’un état est justement actionnaire majoritaire et c’est pour cela qu’il n’est pas question de sortir du nucléaire civil ! Il faut sauver le soldat AREVA et ce n’est pas parce que le général "Atomic Anne" vient de se faire lourder que nos brillants stratèges vont pour autant changer de stratégie... Et notre président a finalement raison : la facture énergétique liée à une sortie du nucléaire ferait augmenter le prix de l’énérgie par 4, 10 ou 20 !!! Mais simplement parce que dans ce cas de figure, AREVA plongerait et comme il n’existe pas de choix politique pour d’autres alternatives, il faudrait bien que EDF répercute sur nos factures les pertes abyssales de la société. Le gouvernement, déjà en situation de faillite, ne pourrait pas longtemps freiner et réguler une envolée du Kw/h... Nous sommes donc bien face à des choix politiques liés la finance mondiale, et non pas dans des orientations dictées par l’intérêt collectif...

votez :
(IP:xxx.xx1.1.51) le 12 juillet 2011 à 14H09

Je vous reçois 5/5 Monsieur. Je me permets, avec le gros poids sur la poitrine, de reparler du scandale de l’obligation par EDF d’installer chez tous les industriels et dans tous ses transformateurs des dispositifs au pyralène.Je me souviens des discutions sur le cout obligatoire sous peine d’arrêt de livraison de courant et des explications sur la non toxicité de ce produit neutre. L’interdiction de pécher des poissons dans le Rhône actuellement résume bien le scandale. Le traitement de détoxification des transformateurs n’a pas du être très couteux et le principe de dépollution semble même avoir été repris en Bretagne puisque pour la centrale nucléaire des Monts-d’Arrée de Brennilis, ce sont les habitants qui ont fait cesser les dépôts radioactifs dans les ordures ménagères du coin.

Ces faits d’attaque de notre belle et bonne Nature ont eu lieu aussi dans les pays de l’est comme l’URSS. Ceci m’amène à croire que la société s’est trompée dans le choix de ses responsables qui se disent et se vantent même d’être intelligents, cartésiens et rationnels.

La sélection d’êtres intelligents, à tous les niveaux et postes de responsabilité, qui ne pensent qu’à leur bien à eux seuls me fait croire en un égoïsme très aigu qui ressemble à : " à moi, rien qu’à moi et tout à moi".

Ainsi, le Bien de l’Ensemble ne peut être atteint même si quelques uns pensent en même temps au bien de l’entreprise ou d’une grosse communauté, le compte n’y est pas pur la Société.

votez :
(IP:xxx.xx6.56.197) le 14 juillet 2011 à 07H28

Mais qu’est-ce que l’intelligence ? Des diplômes, des têtes bien faites ? Tout système a besoin de son élite, dans tous les domaines... Mais malheureusement, lorsque l’on entend et que l’on voit agir les sur-diplômés de l’industrie nucléaire, ce ne sont que des ignorants arrogants "boostés" par un ego hypertrophié. Mettons-les seuls pendant une minute dans une pièce en présence d’un gramme de plutonium... Chaud devant !... Pour la petite histoire, dans deux jours, cela fera exactement 66 ans que la première bombe atomique explosait dans le désert "Jornado Del Muerto" au Nouveau-Mexique. Au moment précis où le feu nucléaire se déchaînait, le responsable du projet, Oppenheimer, est parti dans un gros délire en disant : "Maintenant je suis Shiva, destructeur des mondes" .Et bien heureusement que son collègue Brainbridge a rajouté : "Ouais... A partir de maintenant , nous sommes tous des fils de p..." ... Quelques jours plus tard, au Japon, un B29 survolait Hiroshima. Et bien oui, ces gens là, tout comme ceux de TEPCO ou d’AREVA et les lobbies politiques et économiques qui les soutiennent sont tous des fils de p... qui ignorent ce qu’est la vie...

votez :
(IP:xxx.xx3.210.73) le 17 juillet 2011 à 07H48

@(IP:xxx.xx6.56.197) le 14 juillet 2011 à 07H28 : Bonjour, vos propos semblent être les miens en beaucoup mieux écrits.Je partage complètement :"Tout système a besoin de son élite, dans tous les domaines.". Je reproche à la notre, dans les pays occidentaux, de s’être dévoyée dans l’égoïsme qui semble être en symbiose complet avec le mental rationnel et cartésien ; je précise , tel qu’ils osent décrire ce mental eux-mêmes.

Je reste persuadé comme pour toute découverte importante que l’on a très mal étudié l’atome et donc que l’on utilise très mal l’atome. Il semble que nos chers amis entrevoient une façon beaucoup plus rationnelle, cartésienne et donc harmonieuse que nous d’utiliser l’atome. Pourvu que leurs deux principes de fonctionnement ne viennent pas mettre une entrave à l’étude enfin intelligente de l’atome ! Ils semblent en ce moment très soucieux de notre sort dans les pays occidentaux et ils doivent poursuivre leur programme anti-famine dans leur propre pays. A ma grande surprise ils maitrisent très bien le jeu de mot :’en pire’ et ’empire’...

votez :
par Philippe (IP:xxx.xx6.56.197) le 18 juillet 2011 à 06H32

Encore une fois, la science n’est pas une mauvaise chose loin de là, lorsqu’elle est au service de l’évolution pour le bien de tous. Malheureusement, elle est au service des ambitions de la finance mondiale et dès lors que des intérêts sont en jeu, c’est le bazar... Nous parlons des apprentis sorciers du nucléaire, mais nous pourrions décliner le sujet dans bien des domaines ! Vous avez raison de parler de "l’Empire" et les politiques ne sont que des petits barons bien dociles qui défendent scrupuleusement les petites miettes d’un gâteau bien alléchant. Et cet "Empire" sait parfaitement tirer les ficelles en jouant sue "le côté obscur" de ces élites : ego, vanité, orgueil et préjugés...

votez :
(IP:xxx.xx3.88.10) le 20 juillet 2011 à 12H22

"la science n’est pas une mauvaise chose loin de là, lorsqu’elle est au service de l’évolution pour le bien de tous. Malheureusement, elle est au service des ambitions de la finance mondiale et dès lors que des intérêts sont en jeu, c’est le bazar...

Rien n’est jamais ou tout blanc ou tout noir ! Toutes les activités humaines ont leurs bons et leurs mauvais côtés.

Connaissez-vous une activité humaine qui ne tende, un jour ou l’autre, à produire un avantage financier à ceux qui le veulent et le cherchent ?

votez :
(IP:xxx.xx6.173.11) le 20 juillet 2011 à 14H01

Vous avez raison. Si une société telle que la notre ne peut pas vivre sans argent, c’est bien aussi parce que tout le monde a ce besoin impérieux de posséder... Un monde dans lequel les échanges se feraient sans argent et pour le bien-être de tous, ce n’est pas pour demain car cela suppose une modification radicale de la façon de penser et d’appréhender autrement la question des besoins et de leur répartition. Un gouvernement mondial qui viendrait réguler les dérives du monde de l’argent serait une bonne chose, certainement utopique, mais peut-être bien une vision communautariste de notre vie sur terre. Faut-il réinventer le "communisme" ? Je le pense, d’une certaine façon, mais en tous les cas pas comme cette caricature sanglante qui a traversé le 20e siècle et qui n’a jamais eu rien à envier aux pires dictatures... Ego, orgueil, vanité...etc...

votez :
(IP:xxx.xx3.88.10) le 21 juillet 2011 à 10H18

"c’est bien aussi parce que tout le monde a ce besoin impérieux de posséder..."

- Et ce depuis que le monde est monde et que l’homme est sur la Terre....

" Un monde dans lequel les échanges se feraient sans argent"

- Cà s’appelle le troc......

votez :
(IP:xxx.xx3.65.100) le 23 juillet 2011 à 19H37

C’est facile de faire porter la responsabilité de tous nos prétendus malheurs aux politiques aux industriels et aux banquiers, alors que le principal acteur grâce auquel le capitalisme s’est développé n’est jamais mis en cause.

Le consommateur.

La déforestation, la pollution, les bénéfices astronomiques du système bancaire ne sont que la conséquence de son inépuisable boulimie.

Avant de parler décroissance, troc, et autres idées totalement irréalistes compte tenu de notre niveau de dépendance au système marchand, une première étape pourrait consister à transformer l’horrible consommateur en citoyen.

Et l’école est la seule à pouvoir faire cela.

votez :
par Philippe (IP:xxx.xx6.69.230) le 24 juillet 2011 à 06H48

Vous avez raison, à l’unique condition que l’école ne soit pas celle du système tel qu’il est aujourd’hui... Puis parlons de la notion de "citoyen". Est-ce une personne qui relève de l’autorité, de la protection d’un état et donc qui dépend de ses orientations et par conséquent des programmes scolaires ? Ou parle t’on d’une personne qui serait "citoyen du monde" et attachée aux valeurs de l’humanité plutôt qu’à celles, de fait restrictives, d’un état ?

Les Auteurs deÉnergies
Pierre Yves - 1 articles
J. Yster - 11 articles
Pierre FG - 1 articles
Dynamicsauto - 37 articles
rcoutouly - 65 articles
lucazal - 3 articles
çaDérange - 299 articles
Mobilité durable - 178 articles