NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Gaz de schiste : interdire son exploitation ?

Article publié le 30 mai 2011

Le gouvernement vient d’interdire l’exploration des gaz de schistes. Ne va t-il pas trop vite en besogne ? Ne serait-ce pas une décision électoraliste ? Sinon populiste ?

Gaz de schiste : interdire son exploitation ?

L'exploitation des gaz de schistes est venue récemment occuper la scène médiatique et donne l'occasion à tous les nouveaux "experts géologues" du genre Mamère, Hulot voire Copé, Ayrault ou Borloo de multiplier les déclarations définitives.

Le gouvernement vient, dans l'urgence, de faire voter l'interdiction de l'exploration pour cette ressource qui fournit déjà 30% du gaz naturel américain, sans aucun problème dans l'immense majorité des cas. Parmi les perles que l'on peut ramasser à la pelle figurent les jugements sur la "nouvelle" technique d'hydro-fracturation, comme dit Le Monde. En fait de technique nouvelle, la fracturation hydraulique était, il y a cinquante ans, au programme des cours de forage de l'Ecole Nationale Supérieure du Pétrole. Cette technique a permis la mise en production d'innombrables gisements d'hydrocarbures. Son application récente aux gisements de gaz de schistes a été rendue possible par les progrès fantastiques des forages déviés et de l'informatique ( un appareil de forage placé à La Défense pourrait, à quelques mètres prés, taper une cible à 3.OOO m sous Notre Dame). Le drame est qu'aux Etats-Unis de petits indépendants se sont lancés dans cette aventure en prenant quelques libertés avec les réglementations fédérales. Que du gaz se retrouve dans des nappes phréatiques, comme un documentaire l'a montré, est impensable pour tout ingénieur pétrolier digne de ce nom. Cela signifie que tubings, casings, cimentations, calculs de fracturations etc.. ont été faits n'importe comment en ne respectant aucun code professionnel et réglementaire, en s’affranchissant de toute règle de l'art. De là à interdire complétement cette technique, il y a un pas que seuls des politiciens avides de populisme peuvent franchir. L'existence d'une brebis galeuse ne justifie pas le rejet de tout le troupeau dans les ténèbres . 

Si l'on s'interdit a priori le recours à une source d'énergie potentiellement prometteuse ( ce qui reste à prouver tant que l'on n'a pas fait des campagnes de forage) sur notre territoire, cela signifie qu'il faudra importer encore plus de gaz de Russie, d'Algérie, du Moyen Orient etc..dont le prix d'achat est lié contractuellement au prix du baril de brut. Sans parler des importations supplémentaires conséquentes à une éventuelle remise en cause du programme nucléaire.
La politique énergétique, une des clés de l'avenir économique de notre pays, est trop sérieuse pour la laisser aux mains de media et de politiciens uniquement avides de sensationnel. La précipitation ne donne jamais de bons résultats.

Source image : http://sciences.blogs.liberation.fr

Thèmes

Energies fossiles Gaz de schiste

Bookmark and Share
1 vote

commentaires
votez :
(IP:xxx.xx6.118.232) le 30 mai 2011 à 16H00

..."La politique énergétique, une des clés de l’avenir économique de notre pays, est trop sérieuse pour la laisser aux mains de media et de politiciens uniquement avides de sensationnel. La précipitation ne donne jamais de bons résultats".

Oui..., vous avez parfaitement raison ! L’Energie est une chose suffisamment sérieuse pour ne pas la laisser dans les mains de mafias avides de fric et qui se foutent éperdument de ce que pensent les Français ! Et je ne parle pas des cons qui approuvent cet état de fait sans savoir de quoi ils parlent...

votez :
par lio (IP:xxx.xx5.140.25) le 31 mai 2011 à 10H25

"piece of shiste" comme cet article

votez :
par kervanoel (IP:xxx.xx9.7.252) le 31 mai 2011 à 21H08

Le problème est le rejet de substances toxiques à la surface de la terre et des quantités astronomique d’eau consommées. Que va t il rester à nos enfants ? Une terre pourie, un air pollué....

votez :
par Nicolas (IP:xxx.xx6.75.112) le 31 mai 2011 à 21H58

Je suis d’accord avec la fin de votre article, la précipitation ne donne jamais de bon résultat. Si on doit se fournir dans d’autres pays, on en paiera le prix. Les politiciens remettent en cause ce qu’ils veulent. Le nucléaire on en parle pas des masses car c’est un sujet délicat. duo tel

votez :
par Clojea (IP:xxx.xx1.43.24) le 1er juin 2011 à 18H13

Oui, il faut interdire l’exploitation du gaz de schiste. Primo car les bidouilleurs vont mal forer et vont automatiquement provoquer des catastrophes, secundo, les 500 produits chimiques injectés vont en plus polluer tout ce qui bouge, et tertio il y a d’autres solutions.

votez :
par Hervé (IP:xxx.xx7.228.17) le 4 juillet 2011 à 22H45

Très Sympa votre illustration ! (et bon article aussi, je suis d’accord avec vous).

De toute façon, nous sommes tellement avides d’énergie que s’il y a du gaz, on l’exploitera un jour, ça c’est presque sur, ce n’est qu’une question de temps.

Quand ? Comme vous le dites, ça dépendra de l’opposition des riverains vs prix de l’import du gaz. Et comme il va monter... Espérons que d’ici là, les techniques seront au point...

Les ENR ? De toute façon, les ENR ont toutes besoin de gaz en back up. Par ailleurs, le nucléaire en a besoin aussi même si c’est dans une moindre mesure.

Donc il faut du gaz (ou du pétrole ou du charbon), mais il en faut... Obligé...

votez :
(IP:xxx.xx3.88.10) le 19 juillet 2011 à 10H41

Le gouvernement vient d’interdire l’exploration des gaz de schistes. Ne va t-il pas trop vite en besogne ? Ne serait-ce pas une décision électoraliste ? Sinon populiste ?

- Poser la question, c’est déjà y répondre !

votez :
(IP:xxx.xx8.38.2) le 21 septembre 2011 à 13H29

Article excellent, tranchant avec ceux présents par ailleurs sur ce site, généralement écrits sans connaissances du sujet abordés.

Une erreur est malgré tout à noter : ce n’est pas l’exploitation des gaz de schistes ou schistes bitumeux qui est interdite, c’est la technique par fracturation hydraulique. Et c’est bien sous la pression de certains "écolos" peu renseignés et manipulateurs, que des politiciens démagogues l’ont prise.

La réélection dans des fauteuils confortables passe avant l’avenir du pays.

En attendant, nous brûlons toujours des hydrocarbures venant de l’étranger, dont une bonne partie ont été extraits grâce aux techniques que nous interdisons chez nous. Cela me rappelle les OGM : interdiction de cultiver les plantes que nous importons, mangeons et donnons à notre bétail. Là aussi parce que des politiciens ont préféré baisser leur pantalon devant la pression de certains manipulateurs d’opinion publique.

votez :
par cheap nike air max (IP:xxx.xx3.201.148) le 27 juillet 2012 à 05H16

Manchester cheap nike air max super star Giggs, who seem to at age 38 grew to be the actual most seasoned man to play inside the Olympic footballing level of competition, swung inside a free-kick with the cheap air max 2011. Steven Caulker’s aerial nightmare brought about turmoil inside the Senegal proverbial box, as well as basketball droped i implore you to regarding Bellamy who seem to drove a strong angled taken cheap air max 2012 Ousmane Tresses.

Les Auteurs deÉnergies
Pierre Yves - 1 articles
J. Yster - 11 articles
Pierre FG - 1 articles
Dynamicsauto - 37 articles
rcoutouly - 65 articles
lucazal - 3 articles
çaDérange - 299 articles
Mobilité durable - 178 articles