NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Les anti-éoliens de l'Eure brassent de l'air

Article publié le 30 octobre 2009

La fronde des anti-éoliens semble avoir pris naissance à Grand-Camp et à Saint-Aubin-de-Scellon en avril 2008 avec la constitution de l’association Ecologie 27, présidée par François Lepère. Au 4 octobre 2008, le département de l’Eure disposait de 18 associations dont celle de Saint-Aubin-de-Scellon, "Protégeons la beauté et la tranquillité de nos campagnes" présidée par Hughes Papelans de Morchoven. Le 4 décembre 2008, le Conseil municipal de Grand-Camp, à la demande d’un éleveur de chevaux se situant à 900 mètres de la première éolienne, vote son opposition au projet éolien sur la commune par 9 voix contre 1 alors qu’il s’était prononcé pour à l’unanimité quelques mois auparavant. La pression des anti-éoliens semble l’avoir emporté.

Les anti-éoliens de l'Eure brassent de l'air

Même scénario ou presque à Mesnil-Rousset et la Haye-Saint-Sylvestre. A la demande des communautés de communes de Broglie et Rugles, la société Maiä Eolis de Lille et l’Agence de paysage Bocage viennent présenter en avril 2009 le projet d’implantation d’éoliennes. Les inquiétudes exprimées par les habitants portent sur le bruit, la dégradation du paysage, la dévalorisation des biens immobiliers, la dégradation des faisceaux hertziens, etc. Un argumentaire complet est disponible sur le site Vent de Colère. Présidée par Philippe Fromentin, conseiller municipal de la Haye-de-Saint-Sylvestre et propriétaire d’un des trois châteaux de la commune, l’association Pays d’Ouche Protection Environnement entend ferrailler contre le projet d’implantation d’éoliennes. Pour Philippe Fromentin, les éoliennes seraient incompatibles avec le paysage du pays d’Ouche. Les choses ont le mérite de la clarté.

Beaucoup moins claire est l’attitude du conseil municipal de Perriers-la-Campagne, dont le maire est le conseiller général Jackie Desrues. Le 7 septembre 2009, par 5 voix contre et 2 abstentions, les élus se sont prononcés contre un projet éolien sur la commune de Perriers-la-Campagne sans qu’on sache publiquement les raisons exactes fondant la décision.

Beaucoup plus claire est l’attitude de l’ensemble des élus locaux du plateau du Neubourg mobilisés contre le projet d’implantation de 4 éoliennes sur la commune de Quittebeuf. Le 12 septembre 2009 sous la houlette de Pascal Ouin, président de l’Avive (Association Vigilance Information Villages Environnement), 180 manifestants défilaient dans les rues d’Evreux.

A Champ-Dolent, si le conseil municipal s’est prononcé clairement contre un projet éolien le vendredi 24 avril 2009, les communes voisines de Le Fresne et Orvaux ne l’entendent pas tout à fait de la même oreille. Les élus de ces deux communes se sont exprimés en faveur d’une étude de faisabilité sur l’implantation de 2 éoliennes.

Alors, pourquoi cette opposition ?

Le premier élément mis en avant par les anti-éoliens est l’impact des éoliennes sur le paysage et en terme de dévalorisation des biens immobiliers des riverains. C’est évidemment tout à fait contestable et parfaitement subjectif, même s’il convient de veiller à la protection de zones remarquables. Et les éoliennes ne sont pas les seuls éléments de la modernité à impacter sur nos paysages : routes, autoroutes, ponts implantés dans les zones Natura 2000, bâtiments d’élevage, entreprises, parc d’activités, les châteaux d’eaux, les centrales nucléaires, les terminaux méthaniers... La liste risque d’être bien longue.

Le deuxième argument est que le développement de l’éolien exigerait plus d’utilisation de combustibles fossiles pour pallier l’irrégularité de la production d’électricité à base d’éoliennes. Si cela est vrai sur un territoire, il est peu probable que toutes les éoliennes au niveau national en viennent à manquer d’air.

Le troisième argument est que, par le rachat du courant à 0.0838 euros le KWH pendant 5 ans, l’implantation d’éoliennes favoriserait le green business et la défiscalisation. Du fait d’un prix de rachat excessif, l’éolien amènerait, à terme, une hausse du prix du courant électrique. Le prix de vente de l’électricité est de 0.1078 euros TTC. Selon le KeyStone Center, le coût du KwH d’origine nucléaire est estimé entre 0.057 et 0.0765 euros. L’éolien fait apparaître un surcoût qui reste tout à fait compatible avec le prix de vente pratiqué en France par Edf. Étonnant d’ailleurs de voir les anti-éoliens dénoncer les profits des uns et pas ceux d’Areva sur fond de la hausse du prix de l’uranium ! L’uranium reste un minerai et donc une ressource non renouvelable en situation de déplétion au niveau mondial sous l’impact de la relance des programmes électro-nucléaires !

La hausse continue du prix de luranium

Crédit photos : Futura24

Thèmes

Energie Eolienne

Bookmark and Share
27 votes

commentaires
votez :
par joletaxi (IP:xxx.xx9.9.244) le 30 octobre 2009 à 17H53

et les pro éoliens, eux, ils brassent notre pognon.

votez :
par Lisa sion 2 (IP:xxx.xx4.68.218) le 31 octobre 2009 à 00H07

Notre président a assuré qu’ls va aider la recherche à intégrer 50 % des budgets sur les énergies reouvelables. Toutes les nouvelles technologies du renouvelable sur un même poteau électrique pour que tous produisent, accumulent, et restituent gratuitement la nuit un éclairage relié à un simple radar de présence, quelques kilowatts redistribués sur le réseau ou délivrés en charge par carte bancaire sur distributeur à son pied. On peut enfin espérer que ces + ou - 6 millions de poteaux électriques installés sur notre territoire, dont 254.000 haute et moyenne tension, (c’est à dire trois fois plus que la demande en éoliennes, 85.000, pour remplacer complètement notre parc nucléaire) pourraient être doublés, puis équipés d’éoliennes transparentes d’un à dix mètres selon la taille du poteau, et orientable selon le vent...

...au lieu de ça, nos décideurs enterrent ces poteaux à raison de 60 à 120 mille euros du kilomètre.

votez :
par GRENSON.J (IP:xxx.xx1.171.136) le 31 octobre 2009 à 19H22

Je suis sidéré d’entendre de telles positions "anti" qui me paraissent dater d’un autre siècle ! Que ces personnes aillent jusqu’au bout de leur raisonnement archaïque et demandent la suppression de tous les pylones et poteaux électriques ou autres qui dénaturent bien plus notre paysage.et, pourquoi pas aller au bout du raisonnement en exigeant l’interdiction de tous véhicules à moteur et leur remplacemen par des chevaux . . . Il faut de tout pour faire un monde ! Vive la France !

votez :
par g.jacquin (IP:xxx.xx3.239.87) le 2 novembre 2009 à 15H23

@l’auteur

Article idiot de quelqu’un qui ne maîtrise pas le sujet !

Et toujours, la cohorte d’obscurs qui vont avec et qui font semblant, mais qui ne touchent pas terre...

Voyons :

« Le premier élément mis en avant par les anti-éoliens est l’impact des éoliennes sur le paysage et en matière de dévalorisation des biens immobiliers des riverains ».

C’est un fait reconnu par moultes agences immobilières. Cherchez vous-même les textes sur le sujet, tellement il y en a…

C’est autant vrai pour les autoroutes, les lignes à haute tension etc.… Sauf qu’il faut absolument différencier ce qui est d’utilité publique à ce qui ne l’est pas !

Il existe des lois qui permettent de ne pas faire n’importe quoi, n’importe comment !!! (enfin normalement…).

Si vous pensez qu’un champ éolien est d’utilité publique, vous avez tout faux !

L’éolien est uniquement d’utilité privée…

Voilà le vrai problème ! et dans ce pays, peut-on accepter qu’un tout petit groupe de personnes se fasse de l’argent sur le dos des habitants qui sont à proximités des éoliennes ?

Cela s’appelle de la spoliation (moyen de s’approprier les biens d’autrui par force ou par ruse) …

Pour quel résultat ? une énergie qui est tellement peu fiable que RTE l’utilise en base uniquement (de toute façon, une éolienne ne régule pas en fonction de la demande … voir décret Cochet).

« Le deuxième argument est que le développement de l’éolien exigerait plus d’utilisation de combustibles fossiles ».

Là je suis d’accord avec vous ! EN AUCUN CAS, L’ÉOLIEN NE FAVORISE L’ÉMERGENCE DE NOUVELLESS CENTRALES A FLAMMES …(du moins, tant que la puissance installée totale ne dépasse pas les 20 GWe).

Pourquoi vous demanderez vous ???? et bien tout simplement parce que contrairement à ce que vous pensez, le régime de vent en France est variable (ce ne sont pas des alizés).

Ce qui veut dire qu’en permanence, les centrales équipées de régulations corrigent les manquement ou la surabondance de l’énergie éolienne (qui elle ne régulent pas… Voir le décret Cochet).

Et comme le nucléaire représente 80 % du total installé, c’est majoritairement lui qui régule les variations de l’éolien ! d’autant que l’énergie éolienne étant de base, seule une énergie identique peut la réguler... Sinon ? c’est le risque du black out puisqu’on utiliserait de l’énergie réservée aux pointes... avec toutes les conséquences que vous pouvez imaginer (ou pas)...

Oui, … mais ! EDF utilise ce prétexte pour construire des THF uniquement pour parer à la carence de production à venir pendant les heures de pointe, là où les éoliennes sont quasiment interdites pour risque de plantage du réseau. !(Moyen hautement diplomatique de dire qu’EDF a été en dessous de tout et qu’aujourd’hui, il faut massivement investir dans les THF.

Hors la mode est au renouvelable… Soit… allons-y ! Et ça marche…que dis-je… ils courent !

Quant au célèbre foisonnement venteux des régions (la décorrélation des systèmes venteux sur la France) vous réinventez la physique où vous voulez chauffer l’atmosphère avec les lignes électriques… Attention, ça... Ce n’est pas la mode !

a) Les éoliennes sont en très grandes majorités sur le circuit moyenne tension (20 KV). Elles sont implantées après accord de RTE que si leurs productions sont consommées localement ! (toujours le fameux décret Cochet). Rappel : en 20 KV, au-delà de 15 KM les pertes en ligne sont telles, que la tension fournie est hors spécification (pour un coût normal d’installation).

b) Les éoliennes sont TOUJOURS proches des habitations, car le coût normal de la liaison poste source local, poste EDF coûte environ 150 000€ /Km.

c) Faire basculer le réseau de production de la MT vers la HT nécessite des investissements très lourds (transfos, cellule de couplage, cellule de comptage etc).… qui plombent ce genre de projet. Croire qu’une éolienne implantée à perpignan va alimenter Lille est tout simplement idiot (en tout cas techniquement, ce serait hors de prix (gestion des flux sur le reseau)) !

« Le troisième argument est que, par le rachat du courant ……. »

Concernant la tarification, vous mélangez tout ! Il faut dissocier le prix de revient du prix de vente ainsi que le prix d’achat par EDF…

Le prix d’achat du MWh éolien est de 83,8€ auquel il convient d’ajouter le prix du transport de cette énergie ainsi que les montants de gestion… (Edf nous cache le véritable prix de vente qu’il devrait pratiquer).

Le prix moyen d’achat du KWh par les Français est un prix net rendu chez le consommateur ! Il existe différents contrats EDF qui permettent normalement d’adapter sa consommation aux exigences de notre pays ! Ainsi, vous avez le contrat TEMPO qui en heures creuses et journées bleues (les moins consommatrices) voit le tarif du KWH facturé à 0,035 € (300 jours par ans !) par contre, le tarif heures de pointe en journées rouges (les plus consommatrices) voit le tarif du KWH passer à 0.37 € !

Nota : ce système devrait être généralisé, car il est le seul qui permette une facturation représentative du mode de gestion de son habitat.

Quant au tarif du nucléaire… on entend tout et son contraire. EDF ne donne pas ses coûts de revient, mais on peut supposer qu’il ne vend pas à perte. Donc je fais comme tout le monde, je donne mes estimatifs de prix de revient (mais moi… je le dis).

Les centrales actuelles qui ont moins de 30 ans d’activité ont un coût de revient de l’ordre de 45€/MWh.

Les centrales qui ont plus de 30 ans d’activité ont un coût de revient de l’ordre de 25€/MWH (amortissement terminé et fin du provisionnement pour démantèlement).

Quant à vos remarques sur la rareté de l’uranium, je vous renvoie sur les nombreux fils AV qui en parlent.

En n’oubliant pas de vous rappeler, que le nucléaire, du fait de son faible coût, fonctionnera encore pendant des dizaines d’années voire plus (régénérateurs ou surgénérateurs qui consommeront les déchets des centrales actuelles, tellement décriés).

Voilà qui vous permettra de brasser un peu moins d’air !

votez :
par joletaxi (IP:xxx.xx9.114.34) le 2 novembre 2009 à 17H37

@ Jacquin

la perte de valeur de l’immobilier a même été officialisée par un jugement condamnant un vendeur d’un bien, qui n’avait pas prévenu l’acheteur d’un projet très avancé d’implantation d’éoliennes dans le voisinage immédiat. Les chiffres de RTE de l’année dernière montrent que si le renouvelable, principalement éolien,est monté en puissance,prenant 1 % de l’énergie produite, dans le même temps,le nucléaire diminuait lui de 1 % Merveilleuse gestion verte !

votez :
par Patrick (IP:xxx.xx8.122.66) le 2 novembre 2009 à 19H44

Avant de vous lancer dans des discours enflammés sur l’escroquerie, le scandale, etc.. de l’éolien, jetez donc un coup d’oeil la-dessus (http://www.electron-economy.org/art...), en gardant quand même en tête que le problème actuel est celui de l’énergie, de sa production, de ses conséquences sur le climat, de notre dépendance à notre source actuelle (le pétrole), oublier cet aspect du problème est un réflexe d’égoïste qui ne pense qu’à lui, aujourd’hui, et à son petit bonheur bien mérité dans sa ferme "authentique", le monde qu’on va laisser à nos enfants, on s’en fout, ; et quant à la conservation des clochers et de ces admirables paysages que le monde entier nous envie c’est sûr (par exemple ceux de la Bauce), je rejoins la remarque de Grenson, l’aurait fallu vous réveiller avant, avec toutes ces rocades, zones commerciales , banlieues, autoroutes et zones pavillonaires sans fin. Et au sujet du soi-disant impact sur l’immobilier, peut-être préférez-vous la situation que l’on voit dans certaines campagnes où le moindre clapier en bois est proposé à des prix pour émirs du pétrole ?

votez :
par kopernic (IP:xxx.xx1.251.143) le 28 novembre 2009 à 22H10

Moi je veux bien des éoliennes, seulement il faudra m’expliquer pourquoi l’on veut absolument installer des éoliennes à axe horizontal - pollution visuelle, pollution acoustique, et j’en passe - alors qu’il existe des éoliennes à axe horizontal autrement performantes que les "" SALOPERIES " que l’on veut installer et que l’on installe déja en France. Bien sûr ces éoliennes sont fabriquées en France, et non chez nos chers voisins allemands, à qui nous devons la suppression des douilles baïonnettes,l’ampoule soit disant ""BASSE CONSOMMATION " et autres trucs "marrants" dans le domaine de l’électricité

votez :
(IP:xxx.xx8.35.154) le 7 février 2011 à 21H58

Effectivement le débat des éolienne est large, mais ne vaut-il pas mieux casser un peu le paysage que de rajouter des centrales nucléaires sous-marines. Bon effectivement si on a une maison à coté du parc c’est pas le top. Et effectivement un collègue intervenant comme magicien Eure se trouve dans un périmètre et il a lancé une association contre.

Les Auteurs deÉnergies
Pierre Yves - 1 articles
J. Yster - 11 articles
Pierre FG - 1 articles
Dynamicsauto - 37 articles
rcoutouly - 65 articles
lucazal - 3 articles
çaDérange - 299 articles
Mobilité durable - 178 articles