NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
L'E10 est-il vraiment un carburant plus vert pour nos voitures ?

Article publié le 26 mars 2009

Un carburant plus bio sera disponible dans les stations service françaises dès le 1er avril 2009, sous le nom de l’E10 ou SP95-E10. Près de 60 % des véhicules seront compatibles avec ce nouveau carburant vert. Mais est-ce vraiment une bonne nouvelle ?

L'E10 est-il vraiment un carburant plus vert pour nos voitures ?

Un carburant vert mais pas sans difficultés

Composé à 90% d’essence Sans-Plomb 95 et à 10% d’éthanol, ce nouveau carburant est amené à remplacer le SP 95, qui en contient déjà 5%.

L’objectif pour la France est clair : réduire d’un million par an les émissions de gaz à effet de serre et anticiper de 6 ans la nouvelle directive européenne, avec un taux d’incorporation d’éthanol et d’huiles végétales (biodiesel) dans les carburants de 6,25 % en 2009, en valeur et de 7 % en 2010.

Mais ces objectifs chiffrés risquent de rencontrer de nombreux obstacles :

  • l’E10 ne devrait être utilisé que par 60% des véhicules en circulation, c’est-à-dire les véhicules essence immatriculés après le 1er janvier 2000.
  • Si il est annoncé que l’E10 devrait être distribué dans 75 % des stations d’ici à la fin de l’année, les débuts s’annoncent pourtant difficiles puisque très peu de stations en mettront à disposition le 1er avril. Seul BP affirme que la quasi-totalité de ses stations seront approvisionné fin avril, alors que seules 300 stations- service Total (Bretagne et région parisienne) sur 4000 seront équipées en E10 au départ, une dizaine sur 700 pour EssoLeclerc ou Carrefour, eux, n’ont pas avancé de chiffres....

Les difficultés techniques sont en effet importantes : le nouveau carburant vert ne peut pas être transporté par oléoduc mais uniquement par camion ; sa distribution nécessite une mise en conformité des cuves des stations et des dépôts :

  • seule une trentaine des 161 dépôts de carburants en France disposent des installations pour recevoir de l’éthanol,

  • beaucoup de stations ne disposent que de deux cuves à essence, et devront donc abandonner la vente du SP95 ou du SP98.

Developpement durable article

Source : UFIP (Union française des industries pétrolières)

Les conducteurs pourront vérifier la compatibilité de leurs véhicules avec le SP95-E10 sur le site Internet du Ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement Durable et de l’Aménagement du Territoire et mis en ligne dès le 1er avril : www.carburantE10.fr

Dans le cas où votre voiture ne serait pas compatible, vous devrez continuer à alimenter votre voiture en SP95 ou SP98.

L’E10, vraiment plus économique ?

L’E10 est annoncé par ses promoteurs de 1 à 3 centimes le litre (TTC) moins cher que le sans-plomb standard, du fait de la défiscalisation partielle de l’éthanol. Soit un prix qui devrait être compris entre 1,13 et 1,15 euro.

Mais cette baisse de prix à l’achat ne signifie pas pour autant que l’E10 nous fera faire des économies puisque pour faire
autant de kilomètres qu’avec du SP95 ordinaire, il faudra consommer plus d’E10. L’intérêt tant au niveau économique et écologique pourrait être ainsi rapidement remis en question... Sans oublier les précédents et toujours actuels débats sur l’impact de l’éthanol sur la déforestation ou encore les denrées alimentaires...

Alors, le 1er avril, que comptez-vous mettre dans votre réservoir ?
Thèmes

Gaz à effet de serre Agrocarburants Automobiles Carburants

Bookmark and Share
38 votes

commentaires
votez :
par lio (IP:xxx.xx6.91.96) le 26 mars 2009 à 10H12

il suffit de boycotter ce carburant a la pompe et tout les autres agro carburants pour que cette filiére polluante et sous perfusion d’argent publique meurt de sa belle mort.

votez :
par mathieu Hangue (IP:xxx.xx1.196.141) le 26 mars 2009 à 11H21

Le programme éthanol a été lancé en France lorsque la filière maïs voyait ses cours au plus bas et que la filière betterave était inquiète de la refonte de la politique sucrière de l’Union européenne.

Ce programme (Raffarin, Villepin) a donc été lancé afin de créer un débouché pour ces productions agricoles et maintenir artificiellement les prix.

Les programmes de soutien aux agrocarburants aux Etats-Unis et dans l’Union européenne ne sont que des programmes de soutien à des filières agricoles. En plus, ce type de subventions massives à des productions "énergétiques" - on parle de milliards de dollars - ne rentrent pas en compte dans les négociations de l’OMC.

Ce n’est que par la suite, que tout l’emballage "Vert", "Bio", "Bon pour l’environnement" est venu pour justifier ces opérations financières.

Premier point : on a toujours fabriqué de l’éthanol à partir de vin et on l’appelait "éthanol". Ce n’est que depuis qu’il est fabriqué à partir de maïs ou de blé qu’on l’appelle "bio" éthanol. Pourtant, c’est le même produit. Si ce n’est pas prendre les gens pour des imbéciles quest-ce que c’est ?

De plus, le bilan énergétique de l’éthanol de maïs est dans le meilleur des cas neutre : l’éthanol produit autant d’énergie qu’il faut d’énergie pour le produire....

Toutefois, l’éthanol n’est pas introduit directement mais sous forme d’un additif : l’ETBE. Cet additif est gourmand en énergie pour être fabriqué.

En clair : l’éthanol que vous mettez dans votre réservoir sous forme d’ETBE a consommé plus d’énergie qu’il ne vous en donnera...

Si on ajoute les gaz à effet de serre émis pour fabriquer l’éthanol et son additif, aux gaz à effet de serre émis pour faire pousser betteraves, blé et maïs, il serait mathématiquement étonnant qu’il y ait diminution...

Quant au biodiesel (nom commercial : Diester, détenu par la firme Sofiprotéol), comme les 2/3 du colza français y passe, la France doit importer la moitié de ses besoins en huile végétales !

Elle fait donc venir de l’huile de palme indonésienne et participe activement à la destruction des forêts tropicales (L’Indonésie est devenue le troisième pays émetteur de gaz à effet de serre après les Etats-Unis et la Chine, à cause de la déforestation et de l’assèchement des zones tourbeuses défrichées) .

On estime que pour 2008, Sofiprotéol pourrait avoir encaissé pas loin de 1 milliard d’euros en défiscalistion et autres cadeaux fiscaux de vous généreux contribuables.

Les agrocarburants sont une escroquerie qui coûte cher aux contribuables français et à l’environnement !

Seul point rassurant : vous pourrez vous renseigner sur le site www.carburantE10.fr à partir du 1er avril. C’était donc bien une douce plaisanterie !

MH

votez :
(IP:xxx.xx6.119.180) le 26 mars 2009 à 13H17

A l’été dernier, le monde a été frappé d’une "crise alimentaire" ou plutot d’une crise de prix de l’alimentaire.

A cette période c’était Haro sur l’E85 et les biocarburant, bloquant sont développement.

Aujourd’hui il se produit toujours plus de bio carburant. Et les prix alimentaire ont chuté.

Il y a donc eu visibilement manoeuvre politique contre le bio-carburant E85. Vous dénoncez le bilan energétique de l’E10. Il faut de l’énergie pour le produire. C’est une Lapalissade. Pouvez vous exposer le bilan énergétique du super 95 "du puit à la pompe" pour que nous puissions comparer : extraction chez les Saouds, transport en bateau, raffinage, transport en camion ?

Total avait prit les engagements les plus élevés sur l’ouverture de pompes E85. Il n’en a pas ouvert la moitié. Les autres acteurs de la distribution ont eux remplis leurs objectifs.

Total vous remercie.

votez :
par mathieu Hangue (IP:xxx.xx1.196.141) le 27 mars 2009 à 10H54

Sobriquet, vous écrivez : "A l’été dernier, le monde a été frappé d’une "crise alimentaire" ou plutot d’une crise de prix de l’alimentaire."

Non, les premières émeutes de la faim ont eu lieu au Mexique, début 2007, pas l’été dernier. Avec l’envoi du programme éthanol des Etats-Unis, des millions de tonnes de maïs ont été détournées et il y a eu de fortes tensions sur les prix. Les Mexicains pauvres ne pouvaient plus se payer leur tortillas et sont descendus dans la rue. Ce sont bien les programmes agrocarburants des Etats-Unis et de l’Union européenne qui ont déclenché la crise.

Vous dites : "Aujourd’hui il se produit toujours plus de bio carburant. Et les prix alimentaire ont chuté."

Lorsque les prix alimentaires ont augmenté, les marchés à termes ont compris qu’il y avait une bonne occasion de spéculer et ils s’en sont donné à coeur joie. Les prix ont explosé. Aujourd’hui, les prix ont retrouvé un cours plus normal, mais restent élevés et le nombre de personnes souffrant de la faim qui était passé de 820 millions à plus de 900 millions n’est pas redescendu.

Vous écrivez : "Il y a donc eu visibilement manoeuvre politique contre le bio-carburant E85".

Le taux de subventions au litre faisait de ce carburant un goufre pour les caisses de l’état. Je vous rappelle aussi que la quantité de maïs pour un plein d’éthanol correspond à la ration en calories d’un enfant pendant un an.

Autre point qu’il faut rappeler. Il faut 300 litres d’eau en moyenne pour faire pousser un kg de maïs. Il faut 3 kg pour faire un litre d’éthanol, soit 900 litres d’eau. Prenons une voiture qui roulerait esentiellement avec de l’éthanol et consommerait l’équivalent de 6 litres d’essences aux 100km. L’éthanol n’ayant pas la même valeur énergétique que l’essence, il faut 1,25l d’éthanol pour avoir la même énergie : 8 litres d’éthanol correspondent à 6 litres d’essence. Donc pour faire 100 km, il aura fallu - et sans tenir compte de la dépense en eau lors de la fabrication de l’éthanol - 8x900 l , soit 7200 l ou bien pour chaque km parcouru 72 l d’eau !!!

Qu’une idée aussi idiote ait finalement échoué est rassurant.

Vous écrivez : "Vous dénoncez le bilan energétique de l’E10. Il faut de l’énergie pour le produire. C’est une Lapalissade. Pouvez vous exposer le bilan énergétique du super 95 "du puit à la pompe" pour que nous puissions comparer : extraction chez les Saouds, transport en bateau, raffinage, transport en camion ?"

Vous avez raison : pour fabriquer un litre d’essence, il y a une dépense énergétique qui s’ajoute. D’ailleurs, au fur et à mesure que les champs pétrolifères deviennent plus durs à exploiter, ce coût énergétique supplémentaire augmente : il faut de plus en plus d’énergie pour faire 1 litre d’essence. Mais cela ne change rien à notre problème, au contraire ça l’aggrave ! Car si pour faire l’équivalent de 1 litre d’essence en éthanol, il faut déjà 1,3 litre d’essence et que pour fabriquer ce 1,3 litre d’essence il a fallu encore plus d’énergie (raffinage,transport), votre éthanol est une pure stupidité économique !

Vous écrivez : "Total avait prit les engagements les plus élevés sur l’ouverture de pompes E85. Il n’en a pas ouvert la moitié. Les autres acteurs de la distribution ont eux remplis leurs objectifs."

Les pétroliers n’étaient pas chauds du tout car le marché français est déséquilibré entre le diesel et l’essence. Les pétroliers français doivent revendre du diesel et importer de l’essence. Ils voyaient donc d’un mauvais oeil l’arrivée de cet éthanol. Pour les inciter, le gouvernement a instauré une défiscalisation qui, contrairement au Brésil, ne profite pas aux consommateurs mais uniquement aux industriels.

Vous écrivez : "Total vous remercie."

Je ne pense pas que l’abandon de l’E85 soit pour quelque chose dans les bénéfices records de Total en cette année de ...crise

MH

votez :
par sobriquet (IP:xxx.xx5.100.34) le 27 mars 2009 à 11H12

M’enfin, c’est pas moi qui ai écrit tout ça ! :-))

votez :
par mathieu Hangue (IP:xxx.xx1.196.141) le 27 mars 2009 à 11H16

Euh pardon, c’est (IP:xxx.x36.119.180) qui a écrit ce que je commente.

Désolé

MH

votez :
par sobriquet (IP:xxx.xx8.33.228) le 26 mars 2009 à 13H14

Si on veut rouler vert, la première chose à faire est de rouler moins vite.

Changer les moteurs et les carburants pourra toujours se faire dans un second temps, mais c’est plus compliqué. Le faire en priorité n’a qu’un avantage, celui de déléguer la gestion de la contrainte environnementale à d’autres.

votez :
(IP:xxx.xx1.240.135) le 26 mars 2009 à 14H19

Bonjour Pauline,

Donc, en résumé, si j’ai bien compris :

On va extraire de l’uranium dans un pays lointain que l’on pollue hardiment et du pétrole dans un autre. On les transporte dangereusement jusqu’à chez nous. Il nous permettent de produire de l’électricité. on brule ces deux derniers pour cultiver des légumes et céréales qui produisent ce carburant agricole. Il ne manque plus qu’à bruler cet éthanol pour fabriquer de l’hydrogène qui servira à produire de l’électricité et propulsera votre véhicule.

Vous êtes tout à fait consensuelle. Même si cette chaine extrêmement complexe est génératrice d’emplois multiples, n’est elle pas totalement inutile ? N’y a-t-il pas plus simple ? N’existe-t-il pas un raccourci ?

La recherche privée est en passe de mettre au point, sans aucune aide publique une http://www.ecolo-trader.fr/Le-solai... peinture qui recharge votre voiture légère pendant que vous faites vos courses au supermarché. Ce procédé, s’il avait été soutenu par autant d’aide de l’Etat que le nucléaire et les pompes faussement vertes, serait aujourd’hui généralisé et donnerait à chacun une autonomie limitée, certes, mais dégagée de bien des abonnements à l’administration et aux pays lointains lésés dans cette affaire...

L’évolution des technologies est d’une rapidité déconcertante à tel point qu’il faut s’adapter à vitesse grand V sous peine d’être très vite dépassé. C’est ce manque d’interactivité qui entraine nos modes à s’enliser dans de profondes ornières boueuses dont même nos lourds 4 X 4 n’arrivent à sortir.

votez :
par bill grodé (IP:xxx.xx7.121.40) le 26 mars 2009 à 20H01

Ben voyons ! Anti écolo, et quoi encore ? IL faudrait peut-être aussi arrêter de se chauffer au bois ? Les campagnes ( à qui profitent-elles , au fait ?) contre l’éthanol fleurent bon le lobbying pétrolier. Tout comme la fixette sur le CO2 , qui est évidemment soutenue par le nucléaire . Je veux bien qu’on nous prenne un peu pour des cons, mais il y a des limites...

votez :
par gascon (IP:xxx.xx9.123.97) le 27 mars 2009 à 09H58

Ne pensez-vous pas qu’il serait temps de remettre au gout du jour le GPL , pour qui personne n’a fait le moindre effort ?

Les Auteurs deÉnergies
Pierre Yves - 1 articles
J. Yster - 11 articles
Pierre FG - 1 articles
Dynamicsauto - 37 articles
rcoutouly - 65 articles
lucazal - 3 articles
çaDérange - 299 articles
Mobilité durable - 178 articles