NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Combien d'eau pour du biocarburant : beaucoup trop.

Article publié le 6 mai 2009

Combien d'eau pour du biocarburant : beaucoup trop.

On sait que la consommation « intermédiaire » d’eau (pour la production de la viande, d’une auto, pour le refroidissement des éléments en surchauffe), mise en exergue par la notion d’empreinte de l’eau (voir le concept d’eau virtuelle), est astronomique.


Cette cartographie trouvée chez TreeHugger soulève en tout cas un nouveau risque dans la production irraisonnée de biocarburants : ceux-ci nécessitent beaucoup plus d’eau qu’une agriculture classique, selon TreeHugger. Ce qui est intéressant ici, c’est l’arbitrage qui commence à être fait entre la production d’un bien et son poids en eau, un peu comme on le fait pour le poids en carbone des produits.

La consommation d’eau est dans certains pays un paramètre aussi important (peut-être bien plus) que l’émission de gaz à effet de serre.

On entre de plus en plus dans l’ère des arbitrages écologiques : vaut-il mieux un biocarburant (indépendance, émissions de GES inférieures,…) ou moins consommer d’eau (mais alors comment faire tourner les moteurs de nos gros 4x4) ? La conséquence, c’est une approche toujours plus fine du recyclage et du refus du gaspillage : des moteurs toujours plus performants, des méthodes agricoles moins gourmandes en eau, un recyclage systématique des eaux usées, etc. Un champ passionnant de réflexions et d’essais s’ouvre à nous.

TechnoPropres

Thèmes

Agrocarburants Economie Eau

Bookmark and Share
12 votes

commentaires
votez :
par pissefroid (IP:xxx.xx1.184.219) le 7 mai 2009 à 18H36

Les biocarburants n’ont rien de bio. Le problème de l’eau me paraît crucial alors que le problème du CO2 est un faux problème. Il n’est pas raisonnable de produire des végétaux pour les transformer en carburants (ni en viande d’ailleurs) alors que la production pour l’alimentation est indispensable. Cette production doit être locale pour limiter les transports. L’agriculture industrielle est une catastrophe car elle implique une surface d’exploitation qui déborde la capacité d’absorption locale.

votez :
par Jean-Marc Hauth (IP:xxx.xx2.11.254) le 8 juillet 2009 à 20H40

Si il y a bien un élémént qui ne manque pas sur terre c’est l’eau puisqu’elle recouvre 71% de la surface sur 3,7 km d’épaisseur.

Quoi ? salée ?

Le soleil est le plus puissant désaleur d’eau qui évapore gratuitement et proprement l’eau pour en faire de l’eau douce qui retombe sur les sommets des montagnes.

Au lieu de la regarder passer pendant les inondations qui poussent les pollutions vers les voisins en aval et de faire venir le sorcier pour épuiser les nappes phréatiques de vos voisins en amont , faites marcher vos méninges. L’eau peut être répartie globalement en la drainant horizontalement sur la coube de niveau pour recharger les nappes.

Réfléchissez , on peut faire beaucoup plus que des biocarburants ,car l’eau ne manque pas elle n’est pas répartie parce que sur Naturavox il y a des gens qui disent n’importe quoi en se contentant de répéter les fausses informations

Les Auteurs deÉnergies
Pierre Yves - 1 articles
J. Yster - 11 articles
Pierre FG - 1 articles
Dynamicsauto - 37 articles
rcoutouly - 65 articles
lucazal - 3 articles
çaDérange - 299 articles
Mobilité durable - 178 articles