NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
La voiture électrique, c'est pas encore gagné !

Article publié le 10 juillet 2012

La voiture électrique, c'est pas encore gagné !

Si vous écoutez nos medias, qui font toujours aussi peu cas de la réalité objective, la voiture électrique et tout électrique en particulier, c'est parti,c'est super et nous nous précipitons déjà pour en acheter.Si vous lisez ce blog régulièrement, vous savez que tout en étant le "produit automobile" de l'avenir,- ce que je reconnais bien volontiers-, cela reste surtout un produit en devenir.

Pour plusieurs raisons. L'absence d'un réseau de prise de recharges électriques rapides dans nos logements d'abord. Mais que fait EDF me direz vous ? C'est simple, elle attend que vos copropriétés décident de payer pour équiper vos garages et parkings

La lenteur de la recharge, 8 hrs avec une prise normale, 5h au minimum avec une prise rapide et la nécessité d'avoir un autre véhicule, au carburant traditionnel, pour couvrir cette plage de temps pendant lequel vous "avez le droit" quand même d'en avoir besoin.

Le coût qui reste, malgré les subventions, très nettement supérieur à celui d'une voiture classique. 2500 euros de plus à l'achat,subvention déduite, pour la Peugeot 608

Le poids et l'encombrement supplémentaire du pack de batterie.260 kg de plus sur la Peugeot 608 qu'il vous faut transporter en plus pour toute la durée de vie de la voiture. Sacré gaspillage tout de même n'est ce pas ?Et pas ou plus beaucoup de coffre à bagages !Si Peugeot lance son hybride en break, ce n'est pas par hasard. Et si vous allez voir la Volt que je considère comme le modèle hybride le plus abouti, vous verrez qu'il vous faudra restreindre sévèrement les bagages familiaux pour partir en vacances.Ceux qui sont tombés, par hasard, sur un taxi Prius pour aller à aéroport savent qu'ils vaut mieux voyager leger

Enfin sur le pur plan écologique, ce n'est pas évident que ce soit une telle affaire. Tout dépend d'abord de la source d'énergie primaire avec laquelle la dite électricité est fabriquée.Quel surcout en énergie engendre le trimballage du pack batterie également sur toute la vie de la voiture ? Et enfin comment se débarrasse t on des batteries en fin de vie ?

Comment donc ces nouveaux modèles sont ils accueillis par la clientèle qui est censée se précipîter dessus ?Eh bien, pas aussi bien que les constructeurs l'espéraient. Savez vous combien de voitures électriques ont été immatriculées l'année dernière en France ? 2630 voitures exactement dont un certain nombre pour des clients obligés, flottes captives ou voitures d'administrations, soit 0,12pct de part de marché.

La Général Motors qui avait prévue de vendre 10 000 Volt n'en a vendu que 7700 et vient d'en arréter temporairement la ligne de fabrication. Nissan, dont le modèle Leaf est également très abouti n'en a écoulé que 22 000 en 2011 dont 2000 en Europe.Toyota qui est le précurseur de la voiture électrique et celui qui, de manière pragmatique, a su choisir la voie hybride a réalisé 10 pct de ses ventes en Europe grace à la Prius et pense arriver à 14 pct en 2012 grace à l'extension du nombre de modèles proposés.Pour autant,par rapport aux 80 millions de voitures vendues dans le monde, c'est une goutte d'eau dans l'océan.

La bataille n'est pas perdue, néanmoins, et l'accueil du public devrait se préciser cette année avec le lancement de l'Opel Ampéra, celui du quadricycle Twizy et de la Renault Zoe , l'élargissement de la gamme Toyota et le lancement des Peugeot/Citroën hybrides 3008, 5008,DS5 et 608.Il sera intéressant également de constater l'acceptation par les acheteurs de Zoe du système d'un prix réduit du véhicule compensé par un cout de location mensuel des batteries. A 15 700 euros de prix d'achat subvention déduite et 78 euros par mois de location batterie, c'est sans doute plus jouable qu'avec un prix de véhicule plein pot de l'ordre de 25/30 000 euros. Reste qu'après les enthousiasmes télécommandés de Monsieur Ghosn et de ses troupes, la montée en charge de la production de la Zoé à 150 000 exemplaires par an à Flins n'est pas garantie pour tout de suite.

Il faut reconnaitre par contre que le public fait bon accueil à l'absence de bruit dans l'habitacle en fonctionnement électrique. Eswt ce suffisant pour passer sur les autres inconvénients ? L'avenir le dira. C'est donc toujours pour moi un produit en devenir auquel il manque le fameux bond technologique dans le domaine des batteries sur lequel les chercheurs travaillent depuis des années. Espérons que ce sera pour bientot !

SOurce image : http://www.mathena-agence.com

Thèmes

Electricité Mobilité durable

Bookmark and Share
3 votes

commentaires
votez :
par julio (IP:xxx.xx8.94.33) le 10 juillet 2012 à 16H31

Et la voiture à air comprimé alors ça en ai est ou ? Des nouvelles de mdi.lu ?

votez :
par Herve (IP:xxx.xx1.57.113) le 10 juillet 2012 à 20H37

"Le poids et l’encombrement supplémentaire du pack de batterie.260 kg de plus sur la Peugeot 608 qu’il vous faut transporter en plus pour toute la durée de vie de la voiture. Sacré gaspillage tout de même n’est ce pas ?"

En fait les voitures électriques consomment généralement entre 15 et 20Kwh au 100Kms. Cette conso est trés liée à la vitesse et la performance se dégrade beaucoup plus vite avec la vitesse qu’une voiture thermique. Elle est donc particulièrement adaptée à la ville, mais pas aux longs trajets sur autoroute.

Coté C02, si la voiture est rechargée la nuit avec de l’elec nucléaire, c’est peanuts (en valeur d’emission moyenne, ça fait 10 grs/Km.) Si l’electricité est produite par une centrale à cycle combiné au gaz, ça fera 80grs environ, ce qui est mieux mais pas beaucoup mieux que les vehicules classiques.

Coté cout, si on compare avec une voiture thermique diesel qui consommerait 4l/100, le plein est moitié prix au tarif jour. Mais en ajoutant la location ou l’amortissement de la batterie, les choses ont plutôt tendence à s’inverser si on ne roule pas beaucoup. Il faut rouler au moins 2300Km par mois pour atteindre le seuil de rentabilité en chargeant au tarif nuit (@0.0913/Kwh et 1.3€/L).

Autre question : Que sera la durée de vie réele des batteries ? La Réponse : ?

Donc concretement, le profil de l’utilisateur que ça peut intéresser est assez restreint : Il faut qu’il habite à environ 50Km à 70Km de son lieu de travail.

Pour assister à un fort développement dece type de véhicule il faudra soit que le pétrole augmente beaucoup, soit que le prix des batteries baisse significativement. Dans la pratique il faudra les deux.

votez :
(IP:xxx.xx3.84.102) le 11 juillet 2012 à 14H13

La voiture électrique ne sera jamais commercialisable à grande échelle car c’est un gouffre énergétique.

Pour les subventions c’est une honte, seul ceux qui ont déjà les moyens vont pouvoir bénéficier de l’argent du peuple pour s’acheter ce jouet fort dispendieux, c’est un scandale.

votez :
par Helios (IP:xxx.xx6.48.102) le 11 juillet 2012 à 17H33

... La voiture electrique, version "tout electrique" et conçue comme telle n’est pas un gouffre, bien au contraire.

— - a la construction, les moteurs electriques sont bien moins gourmands en energie, en travail et en complexité... et la suppression de la chaine thermique allege beaucoup d’autres elements d’insonorisation et d’assistance.

— - au montage, les chaines seront plus simples pour tout ce qui touche la chaine thermique (alimentation, moteur lui-même, echappement, refroidissement, boite de vitesse)

— - enfin a l’usage, le moteur thermique a un bien meilleur rendement que le moteur thermique donc, a travail egal, la ressource primaire est moins sollicité, d’autant que l’energie cinetique emmagasinée est restituée au freinage et dans les descentes... ce qui reduit egalement d’autant la necessité de gros freins.

et pour ceux qui parlent de poids, une chaine thermique (voir composition ci-dessus)pese autant et probablement plus selon les modeles, qu’un jeux de batteries ACTUEL (non au plomb) !

votez :
(IP:xxx.xx9.44.75) le 12 juillet 2012 à 01H17

Helios, c’est un gouffre financier et un gouffre écologique en plus, la seul manière pour les constructeurs de la présenter comme une affaire et de la faire très très petite donc consommant très peu mais s’il faut être une sardine dans une boite à sardine pour avoir une électrique ce sera sans moi.

Ensuite d’où tu crois que l’énergie pour pousser ta voiture vienne ? du nucléaire, du charbon, du gaz (t’as vu le rendement du charbon) et tu l’as chauffes comment ta voiture électrique en hiver ? en ouvrant les fenêtres ?

Le moteur électrique à soit un meilleur rendement mais toute la chaîne électrique de la centrale à charbon en passant par les batteries (qu’il faut changer tous les 5 ans = 10000 euro) jusqu’à faire tourner les roues est désastreux, en comptant le prix la voiture à moteur thermique est bien plus rentable.

Et rien ne concurrencera l’essence car le pétrole c’est de l’énergie en boite, de l’énergie qu’on a pas besoin de fabriquer comme avec l’électrique et rien que cela ça fait une sacré différence.

votez :
par Helios (IP:xxx.xx6.48.102) le 11 juillet 2012 à 17H20

... ah, la voiture electrique, une bien belle aubaine pour se gaver sur le dos des consommateurs !

Coté technique, le vehicule doit etre repensé et non pas etre un vehicule actuel dont on remplace le moteur thermique par un electrique. Plus de moteur, d’echappement, de reservoir, ni tous les accessoires pour controler la temperature (radiateurs), pas plus que de boite de vitesse et encore moins de structure interieure pour tout ce bazar qui disparait !!!!

Juste une structure en soubassement pour les batteries (possiblement interchangeables sans demontage comme un tiroir), quelques boitiers electroniques et 2 ou 4 moteurs dans les roues, voila le bon sens qui ne resiste pas aux prix dementiel qu’on nous propose.

Quand a la recharge il faut reconnaitre qu’il y a la un probleme economique reel, non pas pour le consommateur, mais pour l’etat qui ne va pas abandonner la TIPP et qui va devoir trouver une taxe nouvelle :

... se fera-t-elle sur les km parcourus entre deux CT, sur le compteur elecrique de la maison, sur une boite noire incorporée... vu la rapacité des gouvernements, la recharge dans les descentes ou les panneaux solaires seront surement aussi taxés que la prise, c’est sur.

Si aujourd’hui la voiture electrique ne demarre pas, c’est tout simplement que les constructeurs veulent profiter de l’aubaine pour s’en remplir les poches et que les gouvernements ne sont pas prets a mesurer des systemes qu’ils vont avoir du mal a maitriser,car le petit electron de charge n’a pas de couleur ni d’origine, lui, comme le litre de petrole.

Au fait, savez vous que TOUS les vehicules electriques construits aujourd’hui en Europe sont arbitrairement limités a 120 (ou 130 je ne sais plus trop) ?... ne pas refaire le coup des autos thermiques, de quoi satisfaire l’horrible madame Perrichon...

votez :
par Hervé (IP:xxx.xx1.57.113) le 19 juillet 2012 à 19H49

Bonjour Helios.

J’aurais un avis assez réservé sur la fin de votre commentaire (mais j’adhère sans réserve à la première moitié).

Je ne me fais absolument aucun souci pour la problématique de la taxation par l’état. Ils trouveront une solution, c’est le domaine où ils excellent (le seul d’ailleurs, si on fait abstraction des dépenses ou là ils sont encore plus forts).

Si la voiture électrique ne démarre pas, c’est principalement à cause de la batterie qui est le maillon faible. (Prix, fiabilité, difficulté de rechargement rapide). Une voiture 100% électrique ne peut pas remplacer en totalité un véhicule thermique. C’est pourquoi elle arrivera très probablement sous deux formes :

-  L’hybride rechargeable (une base électrique dotée d’un "prolongateur thermique" pour étendre ses possibilités) et capable de remplacer la voiture thermique.
-  Pour ceux qui habitent à la campagne, sous forme d’un petit véhicule aux performances modestes servant aux trajets quotidiens. Ils disposeront d’un véhicule « normal » pour les longs trajets.

Dans un futur plus éloigné, tout dépendra des progrès sur les batteries.

D’autre part, il est très difficile pour un constructeur de passer de 0 à une grosse production sans étapes intermédiaires. Je pense que pour le moment, ils ne doivent pas gagner beaucoup sur la voiture électrique. Ils préparent l’avenir, en accumulant des connaissances et en avançant pas à pas

Concernant la limitation de vitesse, c’est pour ne pas trop consommer. La conso d’un véhicule électrique est proportionnelle au carré de sa vitesse (en ordre de grandeur). C’est à dire qu’un véhicule pouvant faire 400Km à 50Km/h de moyenne n’en fera plus que 100 à 100Km/h.

votez :
(IP:xxx.xx8.142.89) le 22 juillet 2012 à 02H08

La voiture électrique ne démarre pas car son rendement est un désastre, son énergie vient d’une centrale nucléaire (rendement 33%). à gaz ou à charbon (rendement 36%), un VE fonctionne donc avant tout au charbon, au gaz ou au nucléaire.

On voit de suite que le rendement des centrales dépassent à peine celui d’un moteur à explosion et le rendement combiné moyen pour un VE va rapidement descendre en dessous de celui du moteur thermique qui n’a pas à supporter toute une chaîne énergétique comme le VE.

Pour ces raisons le rendement d’un VE est lamentable même si le rendement du moteur électrique est très bon, en effet, une centrale au charbon 36% de rendement, perte dans les lignes électrique environ 5% (distance), rendement du moteur 85%, rendement de batteries 85%, transfo-redresseur 90% et on ne compte pas le trou dans le portefeuille quand il faut remplacer les batteries, faites vos calculs et vous verrez que tous ces rendements mènent à un rendement final inférieur à celui du moteur à explosion.

De plus un VE coûte beaucoup + cher que son équivalent à essence, rendement médiocre + coût élevés, ça n’étonnera personne que le VE ne se vends pas.

votez :
par Hervé (IP:xxx.xx1.57.113) le 23 juillet 2012 à 13H24

@(IP:xxx.xx8.142.89) le 22 juillet 2012 à 02H08

Votre raisonnement ne tient pas debout. Vous comparez le rendement maximal du moteur thermique (rarement atteint) avec celui d’anciens VE qui sont dépassés.

En réalité, le rendement moyen d’une voiture thermique est compris entre 10 et 20% suivant son utilisation.

Sur un VE, les moteurs actuels rendent entre 90 et 95% et se maintient sur une large plage de puissances (contrairement aux voitures thermiques. Les batteries Lithium c’est 90% et les chargeurs dépassent 96%. Et qui plus est on peut récupérer une bonne partie de l’énergie du freinage, soit une économie de l’ordre de 10%.

Le rendement total de la voiture + transport de l’électricité est de l’ordre de 70%.

Pour comparer les deux techniques, si on utilise de l’essence ou du diesel ou du gaz pour faire l’électricité, on peut utiliser une centrale à cycle combiné dont le rendement est de 50% environ.

Ce qui nous donne pour comparer :
- Rendement total du cycle VE : >30%
- Rendement total thermique : entre 10% et 20%

Sachant que l’électricité peut être faite en partie avec des origines peu polluantes au final, la voiture électrique est toujours mieux placée sur le plan environnemental, et est particulièrement performante en utilisation urbaine.

votez :
par nico (IP:xxx.xx4.143.251) le 27 mai 2013 à 10H38
Les Auteurs deConso
Anissina - 5 articles
J. Yster - 11 articles
Dynamicsauto - 37 articles
La Nature dans la Peau - 6 articles
ecolomaisjetemmerde - 3 articles
çaDérange - 299 articles
Bartik - 2 articles
Mobilité durable - 178 articles