NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Taxe carbone et justice sociale

Article publié le 10 juillet 2009

Taxe carbone et justice sociale

Le débat sur la taxe carbone est donc lancé. Le mérite en revient incontestablement à Nicolas Hulot et à ses complices qui ont su porter un sujet dont les principes ont été testés dans d’autres pays (Suède et Danemark notamment).

Le débat est posé et déjà les gens s’inquiètent. Les discussions s’articulent aujourd’hui autour de l’acceptabilité sociale d’une mesure perçue comme une pression fiscale supplémentaire. « Le pari écologique ne peut se gagner en pénalisant les familles les plus modestes » selon Daniel Ruiz. L’association UFC-Que choisir n’en démord pas et s’oppose « fermement aux projets de taxe carbone qui vise à accroître le prix du carburant pour essayer de diminuer la consommation ».

« Nous devons lutter pour respecter les 450 ppm, mais [...] nous devrions nous préparer au fait que les 550 ppm seront vraisemblablement atteints. La cible des 450 ppm est incroyablement difficile à atteindre », selon Bob Watson. La concentration de CO2 dans la basse atmosphère doit être gérée, contrôlée et diminuée dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique. Nous parlons d’un volume d’émissions et d’un niveau de concentration de CO2 que nous ne devrions pas dépasser. Ainsi, Il en va des émissions de CO2 comme de la gestion des matières premières, c’est un stock comme un autre

Hors, il n’y a que deux leviers pour gérer un stock de ressources finies : les prix ou les quotas. Chacune de ces options a ses vices et ses vertus, la gestion par les prix est injuste socialement, la gestion par les quotas est liberticide. Nous employons un « mix » de ces deux leviers : les quotas par l’intermédiaire des PNAQ (Plan National d’ Affectation des Quotas) et aujourd’hui par les prix via la taxe carbone. Si le signal prix a démontré son efficacité (bonus écologique), au final  les foyers aux revenus les plus modestes se trouveront inévitablement pénalisés pour se déplacer, pour se chauffer, et ce malgré tous les « chèques verts » à l’étude.

rationnement.jpgPlus généralement, la gestion par les prix, c’est-à-dire le marché, de l’ensemble des ressources et des stocks de matières premières est aujourd’hui globalement la règle et les injustices sociales sont d’autant plus douloureuses dans les pays les plus pauvres où les besoins en énergie et en produits alimentaires est une question de survie. La taxe carbone nous permet de donner une réalité à plus petite échelle de ce phénomène.  A l’inverse, un système de gestion de stocks « juste » socialement s’orienterait vers un système de quotas, un retour aux tickets de rationnement en quelque sorte. Si nous refusons l’idée d’une augmentation des prix, sommes davantage prêts à cette seconde option ?

Le développement durable est créateur d’emplois, de nouvelles sources de croissance, de nouvelles perspectives de marchés ; certes. Mais le respect de l’environnement a cependant un coût. Que celui-ci se traduise en termes financiers (les prix) ou en termes de contraintes et de libertés individuelles (les quotas), c’est une réalité qu’il faudra aborder, ce sont des arbitrages qu’il faudra porter en connaissance de cause.

Alexis du Fontenioux. Juillet 2009

Thèmes

Taxe Carbone

Bookmark and Share
34 votes

commentaires
votez :
par titi7 (IP:xxx.xx0.47.107) le 11 juillet 2009 à 00H29

Le principe "pollueur payeur" sera nécessairement anti-social. Tout notre système social repose sur le coefficient familial dont le dénominateur est proportionnel au nombre de personne dans un foyer. Plus le foyer est grand, moins il paye de taxe.

Or plus un foyer est grand, plus il produit de déchets, plus il se déplace, plus il consomme. Donc plus il payera.

Si les redevances et autres taxes "écologiques" sont atténuées par un volet "social" alors elles perdront tout caractère incitatif pour ceux qui bénéficieront d’allégement, et seront perçues comme des prélèvements supplémentaires pour ceux qui seront pénalisés.

votez :
par Kelson (IP:xxx.xx5.22.171) le 11 juillet 2009 à 11H41

En Europe occidentale, tout le monde est coupable de consommer/polluer trop. C’est donc tout le monde qui doit changer ses comportements. Une fois admis cela, il faut faire les choses de manière intelligente et éviter qu’une taxe carbone fasse tomber dans la pauvreté des personnes en situation déjà précaire.

Il est possible que l’UFC, par son approche liée à la consommation, soit touchée dans sa raison d’être par les discussions au sujet de la taxe carbone.

votez :
(IP:xxx.xx9.100.235) le 11 juillet 2009 à 12H53

Il n’y a aucun lien entre la concentration de CO2 dans l’atmosphère et la température. Aucun.

Si vous vous donniez la peine de vous renseigner un peu sérieusement, vous le sauriez.

Mais, quand on est intellectuellement paresseux, il est plus commode de s’en remettre à l’avis des "experts". Sans même savoir que la majorité des scientifiques (les vrais, pas la petite camarilla d’escrocs et autres hélicologistes qu’on entend partout) dénoncent cette gigantesque arnaque. Et voilà comment on devient un "idiot utile". Margaret Thatcher et Goldman Sachs, pour qui vous roulez sans même le savoir, vous remercient de leur ouvrir un marché de mille milliards de dollars. Je les entends déboucher une bouteille de dom Pérignon à la santé de leur femme, de leur cheval, de tous les idiots de la Terre et de ceux qui les montent !

votez :
par Eloïse (IP:xxx.xx5.170.112) le 11 juillet 2009 à 17H47

"Sans même savoir que la majorité des scientifiques (les vrais, pas la petite camarilla d’escrocs et autres hélicologistes qu’on entend partout) dénoncent cette gigantesque arnaque."

J’ai lu et écouté les scientifiques (les pour et les contre) concernant l’impact de l’augmentation du CO2 dans l’atmosphère sur le réchauffement du climat et je ne tire pas les mêmes coclusions que vous.

D’une part, il n’est pas juste d’affirmer que la plupart des scientifiques voient une escroquerie dans l’explication du réchauffement climatique par l’augmentation du CO2. Au contraire, ils soient beaucoup plus nombreux à le penser au sein de la communauté scientifique que ceux qui pensent le contraire, à l’instar de Claude Allègre.

Par ailleurs, concernant l’explication du réchauffement par les cycles (de 11 ans) du soleil... ? Il se trouve que depuis quelques anneés, contrairement aux prévisions des spécialistes, le soleil n’a pas une activité très importante. Donc, il semble exclu de lui imputer les hausses de températures bien réelles enregistrées dans plusieurs régions du monde (fonte des glaciers notamment).

Par ailleurs, le principe pollueur/payeur, c’est bien joli, à condition de faire payer les pollueurs au prorata de la pollution qu’il génère.

Or les "droits à polluer" instaurés par Bruxelles à l’intention des industriels montrent leurs limites, voire leurs effets pervers. En effet, nombreux sont ceux qui -en ayant les moyens - préfèrent payer plutôt que d’avoir à réduire leurs émissions de CO2.

Un système interdisant de polluer et sanctionnant financièrement les contrevenants serait bien plus efficace sur le plan environnemental et serait la preuve d’une réelle volonté politique d’intervenir dans l’intérêt de tous.

En revanche, on voit bien quels effets aurait la taxe carbone sur de simples citoyens devant se rendre à leur travail en voiture (parfois plus de cent kilomètres aller/retour par jour) et possédant une chaudière au fioul (c’est l’exemple que prend UFC que choisir ? et il se trouve que c’est aussi mon cas...) Si on ajoute à cela les futures hausses envisagées par EDF, le petit est une fois de plus étranglé financièrement alors que le gros peut se payer le luxe de polluer...

Dans le même temps (j’habite une zone rurale qui se repeuple à 50 km d’une grande agglomération), la fréquence et l’état des trains de banlieue (lignes non modernisées) ne correspondent pas aux besoins grandissant de la population pourtant de plus en plus demandeuse de transports en commun non polluants...

Tant que je n’entendrai pas de la bouche de Nicolas Hulot ou de D.Cohn-Bendit cette revendication d’un développement conséquents des transports en commun - trains (voyageurs et frêt) et tramways - dans l’hexagone et ailleurs en Europe, les mesurettes du Grenelle de l’environnement ne seront pour moi qu’un cautère sur une jambe de bois...

votez :
(IP:xxx.xx9.100.235) le 11 juillet 2009 à 19H25

@ Eloïse,

"J’ai lu et écouté les scientifiques (les pour et les contre) concernant l’impact de l’augmentation du CO2 dans l’atmosphère sur le réchauffement du climat et je ne tire pas les mêmes conclusions que vous."

Lesquels par exemple ? Parce que j’en doute et je vais vous montrer que vous n’avez du sujet qu’une connaissance... superficielle.

Question 1 : pouvez-vous me citer sur quelles études se fonde le GIEC pour affirmer que le CO2 séjourne entre 50 et 200 ans dans l’atmosphère ? Moi, je peux vous citer 36 études publiées, effectuées par plus de 20 équipes indépendantes, en 35 ans, qui toutes concluent sur un temps de séjour compris entre 5 et 10 ans.

Question 2 : pourquoi le GIEC dans son dernier rapport (AR4 - 2007, fig. 2.4, p. 49) omet-il la vapeur d’eau dans son schéma des différents forçages ? La vapeur d’eau est pourtant le principal GES dans l’atmosphère, elle y est 10 fois plus concentrée que le CO2...

Ce ne sont que deux exemples.

"Par ailleurs, concernant l’explication du réchauffement par les cycles (de 11 ans) du soleil... ? Il se trouve que depuis quelques anneés, contrairement aux prévisions des spécialistes, le soleil n’a pas une activité très importante. Donc, il semble exclu de lui imputer les hausses de températures bien réelles enregistrées dans plusieurs régions du monde (fonte des glaciers notamment)."

C’est tout simplement faux !

Pour votre gouverne, la fonte des glaciers a débuté au XIXe siècle. Entre 1850 et 1880, en seulement 30 ans donc, la Mer de Glace est remontée d’environ 1300 m. D’ailleurs, même les "réchauffistes" ont fini par concéder que la fonte des glaciers n’est pas une preuve.

De plus, les températures terrestres, atmosphériques et océaniques sont sur une pente *descendante* depuis plusieurs années, au moins depuis 2003 pour les océans. Oui, vous avez bien lu : la Terre se refroidit depuis plusieurs années. Je m’appuie évidemment sur des résultats dûment publiés dans la littérature scientifique. Et tiens ! Quel hasard ! Ca correspond justement à la baisse d’activité du soleil... Laquelle baisse, contrairement à ce que vous affirmez, n’est pas une surprise pour les spécialistes. Votre argument se retourne contre votre affirmation et il montre que vous ne connaissez pas le sujet, en tout cas pas les vrais résultats scientifiques.

"D’une part, il n’est pas juste d’affirmer que la plupart des scientifiques voient une escroquerie dans l’explication du réchauffement climatique par l’augmentation du CO2. Au contraire, ils soient beaucoup plus nombreux à le penser au sein de la communauté scientifique que ceux qui pensent le contraire, à l’instar de Claude Allègre."

Vous êtes mal renseignée. Je vous conseille d’aller consulter cette page : http://epw.senate.gov/public/index....

On peut y lire que plus de 700 scientifiques, certains de très haut niveau comme le prix Nobel de physique Ivar Giaever, ont signé un rapport pour dénoncer le RCA (réchauffement climatique anthropique). Parmi eux, le propre superviseur scientifique de James Hansen. Voici quelques citations :

“I am a skeptic…Global warming has become a new religion.” - Nobel Prize Winner for Physics, Ivar Giaever.

“Since I am no longer affiliated with any organization nor receiving any funding, I can speak quite frankly….As a scientist I remain skeptical...The main basis of the claim that man’s release of greenhouse gases is the cause of the warming is based almost entirely upon climate models. We all know the frailty of models concerning the air-surface system.” - Atmospheric Scientist Dr. Joanne Simpson, the first woman in the world to receive a PhD in meteorology, and formerly of NASA, who has authored more than 190 studies and has been called “among the most preeminent scientists of the last 100 years.”

Warming fears are the “worst scientific scandal in the history…When people come to know what the truth is, they will feel deceived by science and scientists.” - UN IPCC Japanese Scientist Dr. Kiminori Itoh, an award-winning PhD environmental physical chemist.

“The IPCC has actually become a closed circuit ; it doesn’t listen to others. It doesn’t have open minds… I am really amazed that the Nobel Peace Prize has been given on scientifically incorrect conclusions by people who are not geologists.” - Indian geologist Dr. Arun D. Ahluwalia at Punjab University and a board member of the UN-supported International Year of the Planet.

“So far, real measurements give no ground for concern about a catastrophic future warming.” - Scientist Dr. Jarl R. Ahlbeck, a chemical engineer at Abo Akademi University in Finland, author of 200 scientific publications and former Greenpeace member.

“Anyone who claims that the debate is over and the conclusions are firm has a fundamentally unscientific approach to one of the most momentous issues of our time.” - Solar physicist Dr. Pal Brekke, senior advisor to the Norwegian Space Centre in Oslo. Brekke has published more than 40 peer-reviewed scientific articles on the sun and solar interaction with the Earth.

“The models and forecasts of the UN IPCC "are incorrect because they only are based on mathematical models and presented results at scenarios that do not include, for example, solar activity.” - Victor Manuel Velasco Herrera, a researcher at the Institute of Geophysics of the National Autonomous University of Mexico “It is a blatant lie put forth in the media that makes it seem there is only a fringe of scientists who don’t buy into anthropogenic global warming.” - U.S Government Atmospheric Scientist Stanley B. Goldenberg of the Hurricane Research Division of NOAA.

“Even doubling or tripling the amount of carbon dioxide will virtually have little impact, as water vapour and water condensed on particles as clouds dominate the worldwide scene and always will.” – . Geoffrey G. Duffy, a professor in the Department of Chemical and Materials Engineering of the University of Auckland, NZ.

“After reading [UN IPCC chairman] Pachauri’s asinine comment [comparing skeptics to] Flat Earthers, it’s hard to remain quiet.” - Climate statistician Dr. William M. Briggs, who specializes in the statistics of forecast evaluation, serves on the American Meteorological Society’s Probability and Statistics Committee and is an Associate Editor of Monthly Weather Review.

“The Kyoto theorists have put the cart before the horse. It is global warming that triggers higher levels of carbon dioxide in the atmosphere, not the other way round…A large number of critical documents submitted at the 1995 U.N. conference in Madrid vanished without a trace. As a result, the discussion was one-sided and heavily biased, and the U.N. declared global warming to be a scientific fact,” Andrei Kapitsa, a Russian geographer and Antarctic ice core researcher.

“I am convinced that the current alarm over carbon dioxide is mistaken...Fears about man-made global warming are unwarranted and are not based on good science.” - Award Winning Physicist Dr. Will Happer, Professor at the Department of Physics at Princeton University and Former Director of Energy Research at the Department of Energy, who has published over 200 scientific papers, and is a fellow of the American Physical Society, The American Association for the Advancement of Science, and the National Academy of Sciences.

“Nature’s regulatory instrument is water vapor : more carbon dioxide leads to less moisture in the air, keeping the overall GHG content in accord with the necessary balance conditions.” – Prominent Hungarian Physicist and environmental researcher Dr. Miklós Zágoni reversed his view of man-made warming and is now a skeptic. Zágoni was once Hungary’s most outspoken supporter of the Kyoto Protocol.

“For how many years must the planet cool before we begin to understand that the planet is not warming ? For how many years must cooling go on ?" - Geologist Dr. David Gee the chairman of the science committee of the 2008 International Geological Congress who has authored 130 plus peer reviewed papers, and is currently at Uppsala University in Sweden.

“Gore prompted me to start delving into the science again and I quickly found myself solidly in the skeptic camp…Climate models can at best be useful for explaining climate changes after the fact.” - Meteorologist Hajo Smit of Holland, who reversed his belief in man-made warming to become a skeptic, is a former member of the Dutch UN IPCC committee.

“The quantity of CO2 we produce is insignificant in terms of the natural circulation between air, water and soil... I am doing a detailed assessment of the UN IPCC reports and the Summaries for Policy Makers, identifying the way in which the Summaries have distorted the science.” - South Afican Nuclear Physicist and Chemical Engineer Dr. Philip Lloyd, a UN IPCC co-coordinating lead author who has authored over 150 refereed publications.

“Many [scientists] are now searching for a way to back out quietly (from promoting warming fears), without having their professional careers ruined.” - Atmospheric physicist James A. Peden, formerly of the Space Research and Coordination Center in Pittsburgh.

“All those urging action to curb global warming need to take off the blinkers and give some thought to what we should do if we are facing global cooling instead.” - Geophysicist Dr. Phil Chapman, an astronautical engineer and former NASA astronaut, served as staff physicist at MIT (Massachusetts Institute of Technology)

“Creating an ideology pegged to carbon dioxide is a dangerous nonsense…The present alarm on climate change is an instrument of social control, a pretext for major businesses and political battle. It became an ideology, which is concerning.” - Environmental Scientist Professor Delgado Domingos of Portugal, the founder of the Numerical Weather Forecast group, has more than 150 published articles.

De plus, un sondage a été effectué au Canada et sur 51.000 scientifiques sondés, 68% se sont déclarés sceptiques.

En France, le grand climatologue Marcel Leroux, décédé récemment, était un sceptique. Aux Etats-Unis, Richard Lindzen, titulaire de la chaire de climatologie du MIT, est aussi un sceptique.

S’il y avait consensus, il serait dans l’autre sens, celui des "incroyants".

Vous prétendez avoir étudié le sujet, alors qu’il est évident que vous n’y connaissez pas grand chose. Vous vous êtes laissée intoxiquer par une - petite - bande de malhonnêtes, scandaleusement soutenus par les médias. Je maintiens qu’une certaine paresse intellectuelle vous a conduite à vous ranger dans le troupeau des "idiots utiles". Pour le plus grand bonheur des escrocs qui vont gagner beaucoup d’argent grâce à votre soutien. Goldman Sachs vous dit merci ! Mais moi pas, parce que votre naïveté concoure à précipiter l’humanité dans le trou. L’argent mal investi dans l’escroquerie du RCA manquera pour faire face aux vrais défis, comme la décroissance énergétique.

votez :
par Eloïse (IP:xxx.xx5.16.207) le 12 juillet 2009 à 08H50

"Vous prétendez avoir étudié le sujet, alors qu’il est évident que vous n’y connaissez pas grand chose."

Je ne prétends pas avoir étudié le sujet pour la bonne raison que je ne suis pas scientifique, je dis que je me suis documentée en bonne journaliste scientifique que j’ai été...

35 études au niveau international, fort bien, cela ne représente pas que je sache une majorité de scientifiques...

Certains (je ne sais pas si vous en êtes) prétendent même que dire que le climat se réchauffe du fait de l’augmentation du CO2 et de l’activité humaine est un complot contre les Etas-Unis (qui au passage n’ont diminué que très peu leurs émissions...)

Je mets ici le lien d’un article qui fait assez bien la synthèse de ce que pensent la majorité des scientifiques (que certains soient sceptiques, c’est possible, le doute est aussi un moteur pour la recherche scientifique) :

Evolution préoccupante du niveau de CO2 dans l’atmosphère. Les puits de carbone deviennent des sources et le réchauffement s’emballe :

http://www.cdurable.info/Evolution-...

D’autre part, sur le soleil, voici encore un article du CNRS qui confirme ce que j(écrivais dans mon post précédent :

http://www.larecherche.fr/content/a...

Enfin, pour informer les lecteurs de ce site vous auriez pu trouver un chercheur parlant la langue de Molière... il n’en manque pas dans notre beau pays...

votez :
(IP:xxx.xx9.100.235) le 12 juillet 2009 à 11H05

@ Eloïse,

"[...] je me suis documentée en bonne journaliste scientifique que j’ai été..."

Si vous vous étiez documentée sérieusement, vous ne propageriez pas ces absurdités. Si tous les journalistes scientifiques sont comme vous, on comprend mieux comment nous en sommes arrivés à ce niveau d’intoxication sur le RCA. C’est grave et vous portez une part de responsabilité.

"35 études au niveau international, fort bien, cela ne représente pas que je sache une majorité de scientifiques..."

Vous ne m’avez pas compris. Peut-être n’ai-je pas été assez clair. Je reformule donc : 36 (et pas 35) études disent que le CO2 reste dans l’atmosphère moins de 10 ans (5-10 ans). Le GIEC dit 50 ans, voire 200 ans. Aucune étude ne donne ce chiffre. Le GIEC a inventé ce chiffre parce que ça l’arrange. Voilà ce qu’est la "science" du GIEC...

C’est plus clair maintenant ?

"Je mets ici le lien d’un article qui fait assez bien la synthèse de ce que pensent la majorité des scientifiques [...]"

C’est faux ! J’ai montré que la "majorité des scientifiques" pense le contraire. La majorité pense que la théorie du RCA est fausse. Un sondage a été effectué au Canada et sur 51.000 scientifiques sondés, 68% se sont déclarés sceptiques.

Êtes-vous aller lire la page que je conseille dans mon précédent lien ?

"D’autre part, sur le soleil, voici encore un article du CNRS qui confirme ce que j(écrivais dans mon post précédent :"

D’abord ce n’est pas un "article du CNRS", mais un éditorial de la revue de vulgarisation "La Recherche". De plus, c’est un affligeant tissu de contre-vérités et de désinformation ! Un mécanisme amplificateur de l’action du soleil existe, via la protection - variable - qu’il offre contre le rayonnement cosmique. C’est l’hypothèse de Svensmark. Une expérience importante, le projet CLOUD, est en cours au CERN. De tout ça, pas un mot dans cet éditorial biaisé. Si c’est à partir de ce genre d’"article" que vous vous renseignez... Mais avez-vous lu les commentaires ? Certains sont intéressants et montrent que les lecteurs ne sont pas tous dupes, loin de là.

"Enfin, pour informer les lecteurs de ce site vous auriez pu trouver un chercheur parlant la langue de Molière"

Désolé, mais pour suivre la science aujourd’hui, il est indispensable de lire l’anglais. A ce propos, les citations de mon commentaire précédent proviennent non pas d’un chercheur, mais de 18. Vous n’avez manifestement pas lu, C’est dommage...

"Certains (je ne sais pas si vous en êtes) prétendent même que dire que le climat se réchauffe du fait de l’augmentation du CO2 et de l’activité humaine est un complot contre les Etas-Unis [...]"

Absurde ! Et à plus d’un titre. D’abord la Science n’a que faire de la politique. Elle est là pour établir des faits et démontrer des théories et rien d’autre. Ensuite, il est clair maintenant que le marché des crédits de carbone va enrichir les financiers et les banques, avec Goldman Sachs au premier rang. Ainsi la corruption est du côté des "réchauffistes", pas du côté des sceptiques. Ceux-ci mettent le financement de leurs recherches et même leur carrière en jeu quand ils prennent la parole. Ce sont eux les intègres, les courageux, les résistants. N’inversez pas les rôles.

Et vous, qui, j’en suis convaincu, ne profiterez pas de la bulle financière du carbone, vous faites partie des "idiots utiles".

votez :
par Eloïse (IP:xxx.xx5.18.111) le 12 juillet 2009 à 18H02

Juste une remarque : j’ai tenté de vous répondre et de débattre avec vous, mais à aucun moment, je ne vous ai traité ni d’idiot, ni de paresseux ou tout autre nom d’oiseaux. Commencez par respecter vos interlocuteurs avant de leur faire la leçon...

Pour l’article du CNRS, il existe bel et bien, mais je ne l’ai pas retrouvé, j’ai donc mis le lien de la Recherche qui dit la même chose (et j’ai oublié de modifier la source...)

Enfin, une question : selon vous, faut-il oui ou non réduire les émissions de gaz à effet de serre à la surface de la Terre ? Si ce n’est pour contenir le réchauffement, au moins pour réduire la pollution qu’elles engendrent et qui induit, on le sait, de nombreuses maladies respiratoires (asthme, allergies notamment) ?

votez :
par zygomar (IP:xxx.xx4.1.79) le 12 juillet 2009 à 19H11

".....de nombreuses maladies respiratoires (asthme, allergies notamment) ? "

La présente discussion concerne le gaz carbonique (dioxyde de carbone, CO2, prétendûment responsable du RCA). Si vous avez des résultats de recherches attribuant les "nombreuses maladies respiratoires, notamment l’asthme et les allergies", au gaz carbonique, je suis preneur..... En tant que "journaliste scientifique", vous devriez soutenir vos affirmations par des arguments scientifiques et non pas colporter des palinodies de concierges (avec tout le respect que je dois aux concierges !).

votez :
par Eloïse (IP:xxx.xx5.18.111) le 12 juillet 2009 à 20H24

D’abord, en quoi vos sources seraient-elles plus fiables et plus scientifiques que les miennes ?

Une partie de la communauté scientifique semble sceptique sur l’impact du CO2 sur le réchauffement climatique, mais ce n’est pas une raison pour prendre tous ceux qui ne pensent pas comme eux pour des c... !

Deuxièmement, si le CO2, je vous l’accorde, n’est pas un polluant directement responsable des maladies respiratoires, il y contribue...

Pour votre information, voici mes sources :

Le réchauffement climatique et la pollution ne font pas bon ménage :

http://www.notre-planete.info/actua...

Asthme, l’environnement mis en cause :

http://www.viva.presse.fr/Asthme-l-...

votez :
(IP:xxx.xx9.100.235) le 12 juillet 2009 à 21H06

@ Eloïse,

Mon intention n’est pas de vous insulter. J’espère que vous savez que l’expression "idiot utile" se réfère à une période et une catégorie de gens bien précis dans l’Histoire du XXe siècle. Voici un extrait de la page Wikipedia :

"L’expression « idiot utile » s’applique à des personnes qui, de bonne intention et de bonne foi, promeuvent aveuglément une politique ou, plus généralement, une idée. [...] Lénine lui-même aurait qualifié d’« idiots utiles » les ressortissants des démocraties libérales qui, par leur soutien indéfectible à une idéologie totalitaire, préparaient la corde qui allait les pendre."

Ensuite, il est vrai que j’en veux tout particulièrement aux gens comme vous, qui se contentent de lire et croire sur parole la presse, même spécialisée, sur ce domaine. En tant qu’ex-journaliste scientifique, vous *devez* aller plus loin et vous informer en profondeur, surtout après que plusieurs personnes vous aient alertée sur une contestation profonde au sein de la communauté scientifique. Aujourd’hui, grâce à Internet, il est facile de s’informer plus complètement.

Voici un site, en français, écrit par un physicien, ancien directeur de recherche au CNRS, que je vous conseille de lire : http://www.pensee-unique.fr/index.html ou, si ce site ne répond pas, son miroir : http://www.pensee-unique.eu/

Mais, Eloïse, je maintiens que prendre position sur un sujet - scientifique - que l’on ne maîtrise pas, est de la paresse intellectuelle.

Reprenez-vous, que diable ! Considérez comme votre devoir professionnel d’approfondir vraiment la question. Dans ce combat - inégal - pour la vérité scientifique, toutes les énergies sont nécessaires.

On attribue à Albert Einstein la prédiction suivante : "Le monde ne sera pas détruit pas ceux qui font le mal, mais par ceux qui laissent faire sans rien dire."

votez :
(IP:xxx.xx9.100.235) le 12 juillet 2009 à 21H19

Mon cœur d’agronome saigne quand on traite le CO2 comme un polluant.

Ne jamais oublier que si, demain, le CO2 venait à disparaître de l’atmosphère, toute vie terrestre le suivrait en l’espace de moins de deux ans. Le CO2 est le support de la vie, son engrais primordial. On en injecte dans les serres pour augmenter la croissance végétale.

Les efforts - coûteux - pour le piéger sont une aberration vis-à-vis de la production agricole.

votez :
par Eloïse (IP:xxx.xx5.18.111) le 12 juillet 2009 à 22H27

J’ai déjà lu, il y a de cela quelques mois et en profondeur (comme vous dîtes) le site dont vous donnez le lien (pensée unique...). Vous voyez, contrairement à ce que vous dîtes, je m’informe et je lis tous les points de vue...

Et sur bien des sujets, croyez bien que je ne suis ni suiviste, ni acquise à la pensée unique, au contraire.

Mais je ne me rallie pas non plus à une thèse sous prétexte qu’elle est à contre-courant... Contrairement à ce que vous insinuez, j’analyse les arguments et surtout les résulats validés des travaux de recherche autant que me le permet mon intelligence...et je compare...

Le problème de la référence que vous citez est que c’est à peu près le seul site (de vulgarisation et en français) qui défende cette thèse (qui ne me convaint pas) et je préfère non pas m’en remettre aux experts ou à la presse (ou à un site d’information quelqu’il soit), comme vous m’en faîtes le reproche, mais aux propos et explications des scientifiques eux-mêmes.

Et je le répète, ils sont très majoritaires à penser que les émissions de CO2 (en forte augmentation au 20è siècle du fait de l’accroissement de l’activité humaine) sont pour une large part responsables du réchauffement climatique et qu’IL FAUT RAZPIDEMENT PRENDRE DES MESURES POUR DIMINUER CES EMISSIONS !

A cet égard, vous devriez vous réjouir que les grandes puissances réunies en G8, il y a quelques jours, n’aient pris aucune résolution significative en ce sens ! Vous dîtes que de telles mesures coûteraient cher, eh bien nous allons donc faire des économies !

Bon, et puis, avec tout ça, vous noyez le poisson, à savoir le problème posé dans l’article : à qui fait-on payer la lutte contre le réchauffement climatique ? Et qui sont les plus gros pollueurs ?

Mais s’il n’y a pas réchauffement ou s’il est dû à l’activité solaire, il n’y pas lieu de débattre de qui doit payer la facture... CQFD...

Sources scientifiques sur les causes du réchauffement climatique :

http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/dosc...

http://www.insu.cnrs.fr/a2425,recha...

http://www.sos-climat.com/Effet-de-...

votez :
par Louis (IP:xxx.xx5.18.111) le 12 juillet 2009 à 22H32

Entre faire disparaître le CO2, comme vous le dîtes nécessaire à la vie, de la surface de la terre et éviter qu’il y soit en excès, il y a peut-être un juste milieu à respecter, non ?

votez :
(IP:xxx.xx9.100.235) le 12 juillet 2009 à 23H07

Et quel serait ce "juste milieu" selon vous ?

Si les autres besoins nutritionnels sont remplis, la croissance végétale est presque proportionnelle à la concentration de CO2. Il y aurait 30 % de CO2 en plus par rapport à l’ère pré-industrielle ? Eh bien c’est une bonne nouvelle : les rendements peuvent donc être 30 % plus élevés.

Et comme le CO2 n’est pas responsable d’un réchauffement qui (1) est très modéré (0,6 °C en un siècle), (2) a complètement cessé depuis 1999 et (3) serait, de toute façon, une bonne chose (l’optimum médiéval supportait 20 millions d’habitants en France, population qui ne sera retrouvée qu’au XVIIIe siècle)...

Vous suggérez qu’il faut faire baisser la concentration de CO2 ? Je prétends, au contraire, qu’il faudrait la faire s’élever.

L’affaire du CO2 est une gigantesque arnaque, qui va rapporter beaucoup à ses escrocs de promoteurs. Et qui détourne l’attention du vrai problème : la pénurie énergétique qui a débuté.

votez :
(IP:xxx.xx9.100.235) le 12 juillet 2009 à 23H39

@ Eloïse,

J’ai lu vos liens. Si vous les mettez sur le même plan, voire même au dessus, que celui du site pensee-unique, je crois que je ne peux décidément rien pour vous !

Je constate que vous prétendez à la fois avoir lu ce site et que le réchauffement "bien réel" se poursuit encore aujourd’hui (vous en faites même un argument pour évacuer le rôle du soleil).

Donc, soit vous n’avez pas compris les *preuves* de la cessation du réchauffement quand vous les avez eues sous les yeux, soit vous êtes de mauvaise foi.

J’ai, je crois, fait l’effort de montrer que le GIEC est un falsificateur (sur deux exemples précis : durée de vie du CO2, effacement de la vapeur d’eau du bilan radiatif). Vous n’avez pu réfuter ces deux points, et pour cause, mais ils n’ont pas ébranlé vos certitudes.

Il existe plusieurs sites francophones (je comprends que vous ne lisez pas l’anglais) sceptiques. Je pourrais vous donner les liens, mais je commence à m’épuiser et puis à quoi bon ? Même les preuves sous le nez, vous continuerez à réciter votre mantra.

Pour ma part, j’étudie le cas de la Corée du Nord. Parce que c’est ce qui risque d’arriver à nos pays développés. Parce que nous ne serons pas prêts. Parce que le capital aura été détourné par des malhonnêtes, soutenus par des gens comme vous.

votez :
par zygomar (IP:xxx.xx0.33.78) le 13 juillet 2009 à 09H05

Deuxièmement, si le CO2, je vous l’accorde, n’est pas un polluant directement responsable des maladies respiratoires, il y contribue...

>> Ce qui reste à démontrer !!

votez :
(IP:xxx.xx5.18.111) le 13 juillet 2009 à 10H52

"D’abord la Science n’a que faire de la politique"

Vous êtes un grand naïf... La science ce n’est pas de la politique certes... mais cela n’empêche pas les politiques de lui faire dire ce qui les arrange... c’est d’ailleurs ce que vous dénoncez, non ?

Au fait, je n’arrive pas toujours pas à comprendre à qui profite le crime du mensonge (selon vous) du réchauffement climatique par le CO2... En revanche, prétendre l’inverse exonère les grands pays industriels d’agir pour faire baisser les émissions...

votez :
par mr-bienetre (IP:xxx.xx5.191.228) le 13 juillet 2009 à 19H43

Tient ! Je me doutais bien que Zygomar ne résisterait à mettre encore son grin de sel dans ce débat ! Le problème, c’est que comme d’abitude, c’est pour faire dela critique facile et sans rien apporter de constructif...

votez :
par mr-bienetre (IP:xxx.xx5.191.228) le 14 juillet 2009 à 09H17

Oui, tout à fait, la vie toute entière n’est qu’une question d’équilibre.

votez :
par tvargentine (IP:xxx.xx1.158.54) le 11 juillet 2009 à 15H19

En Argentine,je n’ai pas vu Nicolas Hulot ramasser les millions de sacs plastiques qui se trouvent sur les routes !!!!!

Mais ou est il Nicolas Hulot ????????

votez :
par GGMTO (IP:xxx.xx3.127.86) le 28 juillet 2009 à 21H24

Ok, le principe de pollueur payeur est un bonne idée, à condition de ne pas culpabiliser les français car, le gros de la pollution dans notre pays provient des secteurs industriels et du transport routier. Il est fort à parier que ces secteurs seront les premiers à être exonéré de cette taxe qui au final va concerner une majorité des contribuables. Si je ne m’abuse , il n’y a pas de TIPP en suède (En France double taxe). Encore une fois, cette loi est proposée par une poignée d’"élites" qui ne seront pas vraiment concernés (voiture de fonction, logement de fonction, carburant offert par Total ...) et elle visera l’ensemble de la collectivité. Faut-il continuer de subir les décisions de ces arrivistes assoiffés de pouvoir qui détruisent tous les acquis ?

Les Auteurs deConso
Anissina - 5 articles
J. Yster - 11 articles
Dynamicsauto - 37 articles
La Nature dans la Peau - 6 articles
ecolomaisjetemmerde - 3 articles
çaDérange - 299 articles
Bartik - 2 articles
Mobilité durable - 178 articles