NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
La sécheresse du mois de Mars est-elle de bon augure pour l'été qui arrive ?

Article publié le 2 avril 2012

Un été avant l’été…le mois de Mars a enregistré des températures exceptionnellement chaudes qui ont pour conséquence le niveau d’eau des rivières trop bas pour la saison et la sécheresse précoce des cultures agricoles. Va-t-on être en restriction d’eau d’ici peu ? Difficile à dire mais d’après un vieux dicton « quand Mars a fait l’été, Avril met son manteau ». Donc on peut s’attendre à voir la pluie tombée durant ce mois-ci.

La sécheresse du mois de Mars est-elle de bon augure pour l'été qui arrive ?

D’après Météo France, le mois de Mars a été assez exceptionnel au niveau des températures puisqu’on a enregistré 8 à 10 degrés au dessus des normales saisonnières. Est-ce dû au réchauffement climatique ou est-ce simplement une coïncidence ? Certains diront qu’il s’agit d’une situation exceptionnelle mais d’autres plus engagés envers l’écologie affirmeront que le réchauffement climatique est l’une des causes de ce climat anormal pour la saison. Il est tout à fait possible que le réchauffement climatique que subit le monde entier en soit la cause. En effet, notre hiver fut assez bizarre lui aussi au niveau des températures…il est passé du doux au très froid du jour au lendemain...puis 4 semaines après il est repassé au doux et y est resté. Et malheureusement il n’a pas beaucoup plu pendant cette période. Est-ce réellement normal ?

Pour le moment, la restriction d’eau nous pend au nez. Certaines régions ont déjà subi des feux de forêt et même près de chez moi des feux de marais… Les agriculteurs soupçonnent l’arrivée de la restriction d’eau si le mois d’Avril n’apporte pas de pluie assez conséquente pour remplir nos rivières et nos nappes souterraines. Mais qu’annonce Météo France pour ce mois-ci ? Au niveau des températures, elles vont baissées et être dans la norme et la pluie devrait faire son grand retour. Mais bon faut-il que cette pluie soit abondante.

Espérons que ces températures exceptionnelles ne présagent pas un été caniculaire ou pire un été frais, pluvieux et venteux. Il nous reste plus qu’à nous fier à nos anciens avec leurs dictons : « beau temps à la saint-Anicet, est l’annonce d’un bel été ». Pour ceux et celles qui ne le savent pas, la saint-Anicet est le 17 avril… on se donne rendez-vous alors dans 15 jours pour débattre sur le sujet !

Pour les curieux, Météo France a publié un document sur la surveillance sécheresse. Voici le lien pour le consulter : http://climat.meteofrance.com/content/2012/2/26499-48.pdf.

 

Thèmes

Sécheresse Réchauffement climatique

Bookmark and Share
0 vote

commentaires
votez :
par Philippe (IP:xxx.xx6.211.116) le 4 avril 2012 à 06H14

Bonjour. Par chez-moi, les anciens disent :"temps du trois, temps du mois"... Et cela se vérifie généralement ! A priori donc, nous devrions avoir un temps nuageux avec des éclaircies, mais pas vraiment de pluie... Si tant est que l’on puisse se fier ad vitam aeternam à de vieux dictons ! Bien sur, cette pénurie d’eau est à mettre en lien avec les changements climatiques d’une part mais aussi avec une gestion de l’eau esclave d’un système ultra-productiviste. Vous savez qu’un pourcentage très élevé de l’eau potable est utilisé par le monde agricole et qu’une part importante de ce pourcentage sert à irriguer et arroser des cultures gourmandes en eau, comme le maïs par exemple... Ce maïs qui sert de base à la nourriture du bétail dans l’élevage intensif... C’est ainsi que l’on se trouve face à des aberrations comme le kilo de boeuf qui aura indirectement nécessité des milliers de litres d’eau avant de se retrouver sur les étals. Et les forages sont de plus en plus profonds pour aller chercher de l’eau dans les nappes primaires auxquelles nous ne devrions surtout pas toucher... Chez moi aussi, le risque d’incendie est majeur et de bonnes pluies seraient les bienvenues. Mais avec un sol sec comme un coup de trique, des pluies diluviennes sont un risque non négligeable d’inondations et autres joyeusetés... Et si le débit de certains cours d’eau vient à diminuer fortement, que va t’on faire pour refroidir nos réacteurs nucléaires ? Ou inversement pour les protéger des inondations comme dans le Blayais par exemple ? Il y a donc bien une réalité climatique, dont l’homme est grandement responsable, mais en face, une gestion de l’eau douce irresponsable et suicidaire. Le système productiviste, agricole ou industriel est à remettre en cause, mais là, c’est une autre paire de manches !

votez :
(IP:xxx.xx1.146.201) le 4 avril 2012 à 07H39

@l’auteur et Philippe (IP:xxx.xx6.211.116) le 4 avril 2012 à 06H14 : Merci vraiment pour ces très beaux messages.L’histoire nous indique qu’il y a toujours eu des hauts et des bas pour le climat en France. Le sol nous raconte qu’il y a eu bien plus que des très hauts et des très bas sur notre terre.

C’est la connerie de la société de consommation que vous mettez en cause...mais cette connerie a été imposée par des responsables politiques et administratifs certainement soutenus par des lobbies industriels et syndicaux, donc par des êtres humains.

"Ils n’y connaissent rien", nous clamaient très fort des vieux cultivateurs dans les années 1970 en visant nos énarques et technocrates...Ils avaient raison semblez-vous nous écrire.

Quand on a l’Abondance, on n’a pas le droit de cracher dessus, même pour des "z-avantages z-acquis" de consommation.

On ne dépollue pas en diluant les polluants dans la nature. Cette pollution de produits chimiques et divers va arriver dans nos réserves d’eau potable d’ici quelques années....Il ne faudrait pas que les produits radioactifs viennent s’y ajouter !

votez :
(IP:xxx.xx4.84.32) le 5 avril 2012 à 10H02

Désolé d’être encore pessimiste, mais la pollution des nappes est déjà d’actualité... Prenez cette infâme saloperie cancérigène qui porte le merveilleux nom de "Déséthylatrazinze", pesticide largement utilisé par nos agriculteurs pendant presque un demi siècle et interdit en 2003... Et bien on en trouve dans les nappes et les cours d’eau ! Et cette pollution va durer encore un bon bout de temps car le produit continue de s’infiltrer et de progresser dans les sols... D’autant qu’il est largement prouvé que certains l’utilisent encore et se fournissent en Espagne. Et ce n’est qu’une molécule parmi tant d’autres ! Et en ce qui concerne la radioactivité, allez donc voir dans les sédiments du Rhône vers la Camargue et vous m’en direz des nouvelles... Non, toutes ces pollutions ne sont pas à venir, elles sont là et nous n’en sommes qu’aux préliminaires... Et l’humain ne comprend toujours pas !

votez :
(IP:xxx.xx1.146.201) le 6 avril 2012 à 14H03

@(IP:xxx.xx4.84.32) le 5 avril 2012 à 10H02 : Ma preuve ultime de la pollution actuelle des nappes est que les distributeurs, plutôt les usines de distributions semblent être obligées de faire des mélanges...pas plus d’atrazine, pas plus de mercure, pas plus de fluor...Tant que les doses toxiques de mélange ne sont pas prouvées et admises , ça va continuer ainsi.

votez :
par Laurie ALVAREZ (IP:xxx.xx0.11.135) le 13 avril 2012 à 13H35

Bon beh voilà...le poitou-charentes, ma région à moi, est en restriction d’eau ! Le moment tant redouté est maintenant arrivé...un peu trop tôt quand même !

votez :
(IP:xxx.xx3.84.61) le 23 mai 2012 à 17H46

Vous confondez changement global (tendance) et variabilité climatique. Oui c’est "normal".

Les Auteurs deClimat
çaDérange - 299 articles
Dynamicsauto - 37 articles
Biosphère Blog - 57 articles
Laurie ALVAREZ - 1 articles
alain cluzet - 3 articles
rcoutouly - 65 articles
chems eddine Chitour - 2 articles
Mobilité durable - 178 articles