NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Le cheval se cabre pendant que Ferrari fait dans l'hybride

Article publié le 29 mai 2009

Est il possible de concilier sport automobile de haut niveau et écologie, recherche sur la pollution et performance sportive en compétition ?

Le cheval se cabre pendant que Ferrari fait dans l'hybride

Au cœur de plusieurs débats ces dernières semaines, le prestigieux constructeur au cheval cabré ne cesse de faire la une. Aujourd’hui, c’est pour avoir enfin déposé des brevets en Europe que Ferrari fait les gros titres. On sait depuis un an déjà que le constructeur se penche sérieusement sur les technologies hybrides. Aujourd’hui, le progrès devient concret.

Il y a à peine quelques jours, le Tribunal de Grande Instance de Paris refusait la demande de Ferrari de suspendre le règlement 2010 de Formule 1 qui prévoyait notamment de plafonner les budgets des écuries, au grand dam de l’équipe rouge. Chez les écolos, souvent réfractaires à ce sport pas très vert, dirons : « bien fait » ! Mais les constructeurs eux plaident à l’opposé.

D’après les constructeurs, la F1 est un milieu de pointe, qui pousse les technologies vers le haut, et qui serait donc une bonne chose pour des technologies plus éco-responsables. Les budgets astronomiques de ces écuries permettraient des investissements considérables dans la recherche de performances plus propres. On peut cependant se demander qu’est ce qui empêche ces constructeurs d’utiliser ce budget là sur des voitures ordinaires !

Plusieurs constructeurs, parmi lesquels on trouve Ferrari, Renault et Red Bull, menacent de ne pas se présenter sur la ligne de départ de la prochaine saison si ces nouvelles règles ne sont pas revues. Ferrari prévoit de faire appel de la décision du TGI, mais nous devrions bientôt connaitre le fin mot de l’histoire puisque les écuries n’ont que jusqu’au 29 mai pour s’inscrire.

En attendant, on est heureux d’apprendre, en plein soap opéra de Formula One, que Ferrari fait des avancées concrètes en matière de technologie hybride. La prochaine Ferrari ne sera peut être pas hybride, mais on est sur la voie. L’Office Européen des brevets vient de publier un brevet déposé en février dernier par Ferrari et intitulé « véhicule à quatre roues motrices avec propulsion hybride ». Le principe est de pouvoir passer en 4 roues motrices en utilisant la technologie hybride. Plusieurs solutions sont décrites dans le brevet.

Ferrari propose par exemple d’utiliser un moteur électrique pour les deux roues arrière tandis que le moteur thermique se charge de celles de devant. Le moteur thermique est donc assisté d’un moteur électrique pour les quatre roues. Autre solution, équiper chaque roue arrière d’un moteur électrique… En bref, les suggestions sont multiples, reste à savoir lesquelles seront retenues !

Lire l’article d’origine : cliquer ici

Thèmes

Développement durable CO2 Sport Pollution Technologies

Bookmark and Share
10 votes

commentaires
Les Auteurs deClimat
çaDérange - 299 articles
Dynamicsauto - 37 articles
Biosphère Blog - 57 articles
Laurie ALVAREZ - 1 articles
alain cluzet - 3 articles
rcoutouly - 65 articles
chems eddine Chitour - 2 articles
Mobilité durable - 178 articles