NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
20 à 25 % des émissions mondiales de CO2 dues à la déforestation !

Article publié le 10 décembre 2007

20 à 25 % des émissions mondiales de CO2 dues à la déforestation !

Le monde assiste sans rien dire à la plus grande déforestation de la planète depuis longtemps. Que ce soit pour en consommer le bois comme dans le bassin du Congo en Afrique (Cameroun, Congo Brazzaville, Centrafrique), ou pour étendre les surfaces cultivables au profit en particulier de cultures à destination énérgétiques(Canne à sucre au Brésil,Palmiers à Huile en Indonésie), tout est bon pour abattre les arbres, les utiliser ou les revendre sans les remplacer.Or ce sont ces forêts, celles en zone tropicale, qui absorbent le plus le CO2 que nous émettons.

Savez vous que cette déforestation dont on vous parle si peu est responsable de 20 à 25 pct de la production totale de CO2 sur la planète ? Elle est estimée à 5 900 millions de tonnes de CO2 par an soit un peu moins que la totalité des émissions des Etats Unis, plus gros émetteur de la planète à 7250 millions de tonnes et autant que la Chine et la Russie réunies.

Cette déforestation atteint trois zones principalement, le Brésil, l’Indonesie et le bassin forestier du Congo (Cameroun, Congo Brazzaville et République Centrafricaine). Le bassin du Congo est exploité pour l’industrie du bois, une activité traditionnelle de ces pays.Ils ont des législations qui comportent des obligations de replanter mais personne n’est là pour aller voir au fond de gigantesques forêts dans la brousse ce qui s’y passe. Et si par hasard un controleur y venait, la corruption ferait le reste.

Le Brésil et l’Indonésie déforestent à tout va l’un pour planter de la canne à sucre que l’on transforme en Ethanol pour le marché des carburants locaux ou à l’exportation( le E 85 suédois à ma connaissance), l’autre des palmiers à huile dont l’huile de palme est, là aussi, transformée en carburant. Le Brésil a ainsi déboisé 2.6 millions d’hectares en 10 ans de 1990 à 2000 et 3.1 supplémentaire en 5 ans seulement de 2000 à 2005. L’Indonésie, elle en a perdu 1.87 millions d’hectares de 1990 0 2000 et poursuit à grande allure.

Or une forêt ancienne, dite primaire, absorbe deux à trois fois plus de CO2 qu’une forêt récemment plantée et en début de croissance. C’est dire combien la perte sera difficile à compenser par des plantations nouvelles généres par le marché des droits d’émission mis en place par le protocole de Kyoto.

Le président indonésien,Susilo Bambang Yudhoyono, vient d’exprimer son point de vue à la conférence le Bali du 3 decembre sur Kyoto II, le successeur du traité de Kyoto. Il faudra que les pays développés, responsables de par leur industrialisation du XIXéme et du début de XXéme siécle de l’augmentation des émissions de CO2, payent pour cela. Même son de cloche pour le Brésil dont le président Lula a dit que l’on ne pouvait pas " convaincre les pauvres de ne pas abattre un arbre si on ne lui donnait pas en échange du travail et de la nourriture".A ceci prêt que Monsieur Lula semble oublier que ce sont plutot les riches qui abattent les arbres pour les remplacer par des plantations de canne à sucre dans lesquelles travaillent effectivement les pauvres et que la plus grande déforestation se passe en ce moment.

Il est vrai que le mécanisme des crédits issus des mécanismes de développement propres,- en clair le mécanisme qui permet à un industriel qui n’arrive pas à respecter ses quotas d’émission de racheter des crédits correspondants à son déficit d’émission sur le marché-, s’il a bien prévu que ces crédits puisse financer des plantations nouvelles, n’a rien prévu par contre pour éviter la déforestation.

Sur la base de ce que les pays industrialisés finiront par payer, tout le monde s’active pour savoir comment se partager la manne celeste.Le Brésil propose qu’on évalue en comparant des image satellites sur plusieurs années pour établir un taux de déforestation de base qui servira à calculer les financements correspondants aux objectifs de déforestation évitée qu’on lui fixerait. L’Indonesie a déjà calculée qu’un tel financement de la déforestation évitée pourrait lui permettree de toucher 15 milliards de dollars annuels sous forme de crédits de CO2. Les pays africains ne sont par contre pas satisfait du système de mesure par satellite car ils ont peur de moins recevoir de crédit de CO2 soit parce que leur forêts ont été effectivement moins détruites que celle de l’Amérique latine ou de lAsie, soit parce que la déforestation dans des forêts très hautes et très denses serait moins visible par satellite. Brefs ils ont peur de recevoir moins que ce qu’il estiment leur juste part à la grande distribution des crédit carbones.Et donc ils réclament que l’on prenne en compte non pas la déforerstation acquise mais leurs besoins de développement futur.

Il est un point par contre sur lequel ils sont tous d’accord, c’est celui du paiement des crédits directement aux gouvernements ! Il est vrai qu’il sera difficile de savoir qui devrait être le bénéficiaire de ces fonds pour déforestation évitée(l’indien ou le pygmée de la forêt,son habitant traditionnel, ceux qui déforestaient activement et qui désormais regarderont les arbres continuer à pousser sans rien faire,l’industriel brésilien ou Indonésien de l’Ethanol, le Chinois industriel du meuble etc. Pour moi qui ait pu voir la corruption à l’oeuvre, une chose est sure par contre.Bien malin qui pourra suivre à la trace les fonds versés aux gouvernements jusqu’aux bénéficiaires finaux. La surface des forêts continuera peut être à diminuer un peu moins qu’avant la mesure, mais les dépots dans les banques suisses ou autres risquent par contre d’en bénéficier.Et le pauvre cher au Président Lula risque, lui, de passer devant la glace

Un programme très important donc à mettre en oeuvre pour limiter nos émissions et sauver le climat de la planète mais un mécanisme à établir avec une extrème prudence.

A suivre

Source photo : Treehugger

Thèmes

Changement climatique CO2 Gaz à effet de serre Déforestation huile de palme

Bookmark and Share
59 votes

commentaires
votez :
par chris (IP:xxx.xx1.128.116) le 10 décembre 2007 à 17H00

Pour la forêt de Bornéo, il semble qu’il soit déjà trop tard, elle devrait disparaitre dans moins de 7 ans, et avec elle, les derniers Orang Outans sauvages. Les biocarburants vont devenir la première cause de déforestation (si ce n’est déjà fait). Celle-ci est réalisé par de grande multinationales avec la complicité des gouvernements en place, expropriants les paysans ou tibus locaux (voir encore l’exemple du Sud du Brésil ou de Bornéo). Le président Lula ment. Généralement, les pauvres sont attachés à leur forêt y compris en Afrique, où effectivement, la forêt est remplacée par l’agriculture mais une agriculture exportatrice et non vivrière locale.

On peut également mentionner le cas de la Tasmanie également dévastée ainsi que les forêts boréales de l’Alberta au Canada qui laissent place aux terribles exploitations des sables bitumineux, qui anéantie toute forme de vie (il faut voir une fois dans sa vie une image aérienne de ces énormes plaies qui couvrent des hectares et des hectares).

Enfin, en Europe, la tendance est inverse. L’exode rural, l’abandon des campagnes et de l’élevage traditionnel fait que nos pays connaissent une forte extension de la forêt tempérée avec notamment le phénomène de fermeture des vallées.

votez :
par ICE (IP:xxx.xx5.198.254) le 10 décembre 2007 à 19H46

Malheureusement bien d’accord avec la fn de votre article. Les Mécanismee de Devt Propre souffrent apparemment déjà d’un gros manque de transparence. Pourtant effectivement stopper la déforestation tropicale est un enjeu primordial, car ces fôrets sont à la croisée de nombreux enjeux environnementaux : carbone et CO2, biodiversité, eaux, préservations des sols, régime climatique (déforester "assèche" le climat) Protéger les forets, d’une facon ou d’une autre, permet donc de gagner sur plusieurs fronts en même temps.

votez :
par Energia (IP:xxx.xx9.255.216) le 10 décembre 2007 à 23H58

La principale cause de déforestation est maintenant celle provoquée par les cultures de canne à sucre (qui prend la place du soja, lequel prend la place de la forêt) et de palmier à huile, pour produire des agrocarburants.

Non seulement les agrocarburants détruisent la planète, mais ils constituent une catastrophe alimentaire. Lire :
- La faim, la bagnole, le blé et nous de Fabrice Nicolino : les désastres provoqués par les agrocarburants

- Mettez du sang dans votre moteur ! La tragédie des nécro-carburants de l’association Kokopelli

Chaque année, la déforestation produit 1.800 Mt (millions de tonnes) de CO2 (ou équivalent CO2), soit 7% des émissions mondiales de CO2 des combustibles fossiles ou 4% des émissions de gaz à effet de serre. Lire :
- La palme du réchauffement - Cooking the climate de Greenpeace

Par comparaison, si l’on arrivait à doubler la puissance globale des réacteurs nucléaires dans le monde d’ici 2030 pour remplacer exclusivement les plus vieilles centrales à charbon, la quantité de gaz à effet de serre économisée en une année serait seulement équivalente à la quantité de ces mêmes gaz émise par la déforestation. Lire :
- Electricité, nucléaire et CO2

Mais comme ce doublement nucléaire n’est même pas envisagé par l’AIEA ni par l’AIE dans leur scénario le plus fou, la seule solution est d’arrêter le déboisement, de renoncer aux agrocarburants, de réduire nos consommations d’énergie, d’isoler très fort nos constructions pour arriver à des bâtiments à consommation nulle d’énergie, d’arrêter les transports par camion sur des centaines ou des milliers de kilomètres, de réduire l’usage de l’automobile, de développer les transports en commun et le vélo, de réduire au minimum l’usage de l’avion.

votez :
par brieli67 (IP:xxx.xx6.193.91) le 11 décembre 2007 à 00H55

il me semble que le trou d’ozone sur l’Australie s"amenuise par traitement de la flore intestinale de la gente ovine !

et arrêtez de radotter sur l’éthanol. Ca fait un peu rengaine d’un AAA d’un anti alcool anonyme. De la fécule il y en a que trop et par tubercules on peut en produire beaucoup plus. Les cellules à hydrogènes vont carburer à l’alcool dénaturé par Bercy en attendant mieux.

Il faut boycotter les produits des chêvres et des moutons et la Nature reprendra vite les dessus buissons puis arbres.

votez :
par mathieu hangue (IP:xxx.xx7.171.238) le 17 décembre 2007 à 10H46

Juste un point à corriger : les forêts qui absorbent le plus de carbone ont les forêts en pleines croissance, les forêts anciennes ayant souvent un bilan carbone neutre.

Par contre lorsqu’on brûle la forêt, il y a bien sûr dégagement de carbone et dans le cas de l’Indonésie, les sols tourbeux sur lesquels se trouvaient les forêts, dégagent, en s’asséchant, des quantités énormes de méthane, un puissant gaz à effet de serre.

Et tout cela pour produire des agrocaburants afin de combattre...l’effet de serre.

MH

Les Auteurs deClimat
çaDérange - 299 articles
Dynamicsauto - 37 articles
Biosphère Blog - 57 articles
Laurie ALVAREZ - 1 articles
alain cluzet - 3 articles
rcoutouly - 65 articles
chems eddine Chitour - 2 articles
Mobilité durable - 178 articles