NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Les mauvaises herbes font de la résistance

Article publié le 21 avril 2009

Les mauvaises herbes font de la résistance

Alors que la grogne anti-OGM demeure vigoureuse et que leur productivité est remise en cause, la vraie résistance aux semences modifiées pourrait provenir de l’ennemi dont elles sont censées contrer, les mauvaises herbes. France24 publie un article passionnant, concernant la découverte de nouvelles souches d’herbes résistantes à l’herbicide Round-Up, l’un des plus vendus au monde et développé par la firme Monsanto.

Depuis 2004, dans un petit comté de l’état de Géorgie (Sud Est des Etats Unis), des pousses d’amarantes semblent résister à ce fameux désherbant, très médiatique, le Round-Up . Les cultures OGM sont justement conçues pour supporter l’épandage souvent massif de cet herbicide sur les champs de coton. Depuis, 5 États américains semblent touchés, l’article cite 50 000 hectares envahis (en comparaison, cela représenterait la moitié des champs OGM européens) en particulier en Géorgie.

Selon les scientifiques, la raison la plus probable du développement exponentiel de ces accablantes amarantes serait due au cocktail magique OGM/Round Up Ready et épandage massif. Ce cocktail aurait contribué au développement d’une souche plus solide et résistante. N’ayant pas de solution alternative providentielle, la firme Monsanto, toujours satisfaite d’offrir son conseil avisé, propose de coupler son herbicide avec d’autres molécules, même celles développées par ses concurrents. On s’imagine aisément les risques potentiels pour l’environnement, ainsi que la faible probabilité d’éliminer la résistance.

En faisant un parallèle avec les résistances aux antibiotiques ; on remarquera que les médecins n’ont pas retenu ce type d’actions pour combattre les maladies. En tant normal, ils effectuent du cycling, méthode elle aussi peu efficace qui consiste à changer d’antibiotique lorsque la première molécule perd de son efficacité. Aujourd’hui, ils retiennent généralement celle du mixing, ou l’alternance quasi aléatoire des antibiotiques prescrits. Malheureusement, le nombre de molécules efficaces est probablement plus important en médecine que dans les produits phytosanitaires capables de combattre l’amarante…

Si cette « invasion » se confirme et s’étend, elle pourrait ainsi remettre en cause l’extension de certaines cultures OGM couplées à l’épandage d’un herbicide. On a vu plus efficace comme arme de destruction massive.

Sources : France24, Le Figaro, Le Journal de l’environnement

Thèmes

Pollution OGM Herbicide

Bookmark and Share
43 votes

commentaires
votez :
(IP:xxx.xx3.133.89) le 21 avril 2009 à 11H59

en temps normal...

mais monsanto n’a strictement RIEN de normal

ils sont des assassins de masse, des criminels contre l’humanité et contre la vie sur terre.

en ayant déjà fait disparaître autant d’espèces de céréales pour ne laisser que leurs produits de labo infects, des plantes assexuées, infertiles, handycapées donc qui, si elles devaient rester les seules semences assureraient la mort de trois quarts de la population terrestre incapable dès lors de renouveler sa base alimentaire. :-((

votez :
par Capitaine Poltron (IP:xxx.xx8.114.156) le 21 avril 2009 à 15H23

Pas la peine de se déchainer contre Monsanto ou les OGM, ça n’a pas grand chose à voir. Il y a dans le monde plusieurs centaines de mauvaises herbes résistantes à un ou plusieurs herbicides. Les premières résistances au roundup sont apparues avant l’invention des OGM roundup-ready. Les première amaranthes résistantes ont été observées en 2004 ( pour quelle raison cela vient sur le tapis ce printemps, mystère. Un groupe écologique ayant besoin d’un coup média, ou un jounaliste en mal de maronier ?)

Il est fort possible qu’un usage plus judicieux ait pu retarder le phénomène. Mais le seul moyen d’éviter les résistances est de ne pas utiliser d’herbicide.

Quoi qu’il en soit, pas de quoi se réjouir le roundup étant peu toxique.

votez :
par zygomar (IP:xxx.xx0.240.249) le 22 avril 2009 à 19H10

"...Mais le seul moyen d’éviter les résistances est de ne pas utiliser d’herbicide."

>>> Ah ! Le charme du désherbage manuel......

Des volontaires ???

votez :
par zygomar (IP:xxx.xx7.8.2) le 21 avril 2009 à 16H33

Antibiothérapie :

Augmentin® (amoxicilline, acide clavulanique)

votez :
par TSS (IP:xxx.xx0.146.50) le 21 avril 2009 à 20H19

encore qui connait bien le roundup !!

Quoi qu’il en soit, pas de quoi se réjouir le roundup étant peu toxique.

il n’y a pas plus dangeureux que le glyphosphate seulement Monsanto le cache bien... !!

votez :
par zygomar (IP:xxx.xx7.139.230) le 22 avril 2009 à 09H09

"il n’y a pas plus dangeureux que le glyphosphate..."

>>> Rien qu’à voir la manière dont vous orthographiez le nom du produit, on voit tout de suite que l’on a affaire avec un(e) spécialiste qui sait de quoi il/elle parle.......

votez :
par vienzy (IP:xxx.xx0.85.64) le 22 avril 2009 à 10H51

Un organisme vivant s’adapte ou disparait, point final.

OGM ou pas, ça n’a aucune importance. L’agriculture a, dés l’origine, été la base de la destruction de la biodiversité, les espèces vivantes s’adaptant à cette concentration de nourriture unique.

La lutte contre la vie, si peu éthique, est perdue d’avance, sauf destruction totale

votez :
par zygomar (IP:xxx.xx0.240.249) le 22 avril 2009 à 17H45

"....L’agriculture a, dés l’origine, été la base de la destruction de la biodiversité...."

>> Mais non !! Ce n’est pas l’agriculture !! C’est l’Homme !! S’il s’était contenté de vivre de ses cueillettes, il n’aurait pas détruit la biodiversité !! C’est l’Homme qui est responsable de tout çà. Il faut éliminer l’Homme et la Nature sera sauvée.

votez :
par Scloud (IP:xxx.xx1.30.225) le 22 avril 2009 à 18H48

C’est curieux comme le détracteurs de Roundup et Monsanto se lamentent pour des amarantes résistantes à l’herbicide le plus utilisé sur la planète, puisqu’en général ils sont les adeptes de la binette, ils devraient se réjouir, je ne comprends pas. (ces adeptes il est vrai n’ont sans doute jamais vu ni une amarante ni tenu un manche de pioche ne serait ce que quelques minutes.) Enfin j’ai pu lire des commentaires avertis (merci à Zigomar et à Cap Poltron), ça nous change des délires habituels et des élucubrations apocalyptiques.

votez :
par zygomar (IP:xxx.xx0.240.249) le 22 avril 2009 à 19H14

"....Enfin j’ai pu lire des commentaires avertis..."

>>> C’est la différence entre ceux qui ont une expérience de terrain et qui savent de quoi ils parlent et les écolos et "spécialistes" de salon qui ne parlent que pour se donner l’illusion d’exister....

votez :
par ZELECTRON (IP:xxx.xx6.205.64) le 28 avril 2009 à 21H23

Il est logique qu’à force de pratiquer des expérimentations absconses des résultats chimériques puissent se produire immanquablement.

Les manipulateurs gavés de leur suffisance continuent leurs incantations au nom de la (fausse)science, en réalité pour continuer à percevoir leurs émoluments et ainsi passer sous silence les dégâts collatéraux qu’ils ne manquent pas d’observer et qu’ils dissimulent cyniquement.

votez :
par zygomar (IP:xxx.xx0.113.9) le 29 avril 2009 à 10H58

"....au nom de la (fausse)science..."

>>> Et d’après vous quelle est donc la (vraie) science ? Merci de vos éclaircissements...

votez :
par ZELECTRON (IP:xxx.xx6.205.64) le 28 avril 2009 à 21H28

BE Espagne 81 >> 23/04/2009 Environnement et biologie évolutive

Les viroïdes : capacité de mutation exceptionnelle

http://www.bulletins-electroniques....

Un groupe d’équipes universitaires de Valencia (Universidad Politécnica de Valencia et Universidad de Valencia - CSIC) s’est intéressé au taux de mutation des viroïdes et a publié ses conclusions dans "Science". Ces pathogènes de plantes, à ne pas confondre avec les virus, sont des particules dépourvues de capside, et qui contiennent chacune une molécule d’ARN circulaire ne codant pour aucune protéine.

En pratique, les chercheurs ont étudié le CChMVd [1], le viroïde responsable de la chlorose mouchetée du chrysanthème. Ils ont ainsi pu estimer son taux de mutation [2] à 1 pour 400 nucléotides... soit 25 fois celui des virus à ARN ou à chaîne simple d’ADN, et quatre millions de fois celui des mammifères ! Cette valeur, la plus élevée jamais mesurée pour une entité vivante, est en fait due à la faible fidélité de la réplication [2] du viroïde. Par ces deux caractéristiques, les viroïdes s’apparentent aux réplicons primitifs qui devaient supporter, il y a plus d’un milliard d’années, des taux de mutation extrêmement élevés qui leur permettaient de s’adapter aux changements de conditions environnementales [3].

Ainsi, les chercheurs concluent que l’acquisition de mécanismes augmentant la fidélité de réplication suppose donc un pas décisif dans l’apparition de formes de vie complexes.

[1] CChMVd : Chrysanthemum Chlorotic Mottle Viroid. Fait partie de la famille des Pélamoviroïdes et est responsable de la chlorose mouchetée du chrysanthème.

[2] Taux de mutation : il s’agit de la fréquence avec laquelle la machinerie de réplication du matériel génétique commet une erreur et introduit n’importe quel changement dans la descendance.

[3] Le taux de mutation est une donnée très importante puisqu’elle est l’un des paramètres-clefs de la compréhension de l’évolution des organismes vivants : la quantité de variation génétique d’une espèce est directement reliée à sa capacité à répondre aux changements environnementaux.

Pour en savoir plus, contacts :
- Rafael Sanjuán - Institut Cavanilles de Biodiversitat i Biologia Evolutiva - Campus Cientific de la Universitat de València - Poligono La Coma - s/n 46980 Paterna, Valencia - Tél : +34 963 543 629 - Email : rafael.sanjuan@uv.es
- Salma Gago - Universidad Politécnica de València - IUM de Biologia Molecular y Celular de Plantas - Edificio 8E - Camino de Vera - s/n 46022 - Tél : +34 963 877 730 - Email : ibmcp@ibmcp.upv.es Code brève ADIT : 58808 Sources :
- Diariomedico, 06/03/09
- Communiqué de presse du CSIC, 06/03/09
- DiCyT, 06/03/09
- "Extremely High mutation rate of a hammerhead viroid"- Science, 2009 Mar 6 ; 323 (5919):1308. Gago et al. Rédacteur : Anne-Laure Fize, service-scientifique@sst-bcn.com Origine : BE Espagne numéro 81 (23/04/2009) - Ambassade de France en Espagne / ADIT - http://www.bulletins-electroniques....

Les Auteurs deBiodiversité