NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Bar des sciences le 26 juin à Paris : Science et technologies 
aux deux confins de l'Univers


Article publié le 25 juin 2012

L’Univers recèle bien des trésors… et tous leurs mystères. A l’échelle de l’angström et en dessous, ce sont les briques élémentaires qui composent la matière, vivante et inerte. A l’échelle des années lumières, ce sont les galaxies et les étoiles, chaudrons des atomes. Dans ces deux mondes, si éloignés de nos sensations quotidiennes, l’intuition ne sert plus à rien car la physique est bouleversée : mécanique quantique et relativité générale, deux sœurs inconciliables, règnent en maitre à chacun des deux confins des dimensions de l’Univers. Pour explorer ces mondes, les physiciens mènent des développements technologiques très pointus et à grande échelle : satellites, accélérateurs, capteurs de rayonnements et logiciels d’analyse d’images sont une partie de leur arsenal, qu’ils mettent en œuvre au sein de grandes collaborations internationales.

Mardi 26 juin au soir, au café du Pont neuf - 14, quai du Louvre, Paris 1er (Metro Pont-Neuf), Philippe Chomaz et Etienne Augé, physiciens français, vous feront partager leur propre expérience dans cette quête aux frontières de la connaissance et de la technologie. Ils nous conteront comment les physiciens approfondissent les connaissances sur la matière et l’énergie tout en constituant un moteur essentiel du savoir-faire technologique des Hommes.

L’Institut international de l’énergie nucléaire (I2en), qui a pour mission de promouvoir auprès de partenaires étrangers de la France les meilleures solutions de formation pour le développement des ressources humaines dans l'énergie nucléaire, l’INSTN et l’association « Bar des sciences, Paris » organisent ce bar des sciences exceptionnel en marge d’une session internationale de formation à l’énergie nucléaire. 

 

Philippe Chomaz

Philippe Chomaz est physicien théoricien, spécialiste de physique des noyaux. Il a travaillé au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) français, au laboratoire national Lawrence Berkeley, aux Etats Unis. Depuis 1991, il travaille au Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives. Il a occupé différentes fonctions au grand accélérateur national d'ions lourds (GANIL), à Caen, en Normandie. En 2007, tout en étant directeur adjoint chargé de la physique, il a réorganisé toute la sûreté de l’établissement pour préparer l’installation du futur accélérateur d’ions Spiral 2. Il dirige aujourd’hui l’Institut de recherche sur les lois fondamentales de l’univers (CEA Irfu) qui intervient pour la recherche et les développements technologiques dans les domaines de l’astrophysique, de la physique des particules et de la physique nucléaire. 

 

Etienne Augé

Etienne Augé est professeur de physique à l’Université Paris Sud. Depuis 30 ans, il participe à plusieurs expériences au Cern touchant à différents domaines de la physique des hautes énergies comme l’étude des interactions fortes ou la mesure de l’asymétrie matière-antimatière. De 1993 à 2008, il a participé plus particulièrement à la conception et à la mise en œuvre de l’expérience Atlas, centrée sur la recherche du Boson de Higgs par l’analyse de collisions proton-proton à très haute énergie auprès du collisionneur LHC. En plus de ses activités d’enseignement et de recherche, il a occupé plusieurs responsabilités au sein de l’Université Paris-Sud Il est membre du Conseil des Formations de l’Ecole Centrale de Paris et préside le comité de pilotage de l’Institut international de l’énergie nucléaire. Il est, en outre, directeur-adjoint scientifique de l’Institut de physique nucléaire & de physique des particules du CNRS.

 

Claude Barbalat

Claude Barbalat (I2EN) est l’un des organisateurs de cet événement inédit : le Bar des sciences. Entretien. 

Pourquoi vous êtes-vous lancé dans ce projet ?

Le Bar des sciences est organisé dans le cadre d’un séminaire de formation de l’Agence Internationale de l’énergie atomique (AIEA), dont le siège se trouve à Vienne. L’agence propose régulièrement des sessions dans différents pays. Cette année, la France accueille pendant deux semaines ce séminaire, réservé aux décideurs de tous les pays qui envisagent de construire leur propre programme nucléaire afin de produire de l’électricité. 

Quels sont les pays concernés ? 

Se joignent à nous des personnes venant d’Afrique, du Moyen-Orient, ou d’Extrême-Orient.

Le bar des sciences est l’un des événements qui se tiennent au cours de ce séminaire. Expliquez-nous de quoi il s’agit. 

Les participants auront, pendant toute la durée de cette formation, des conférences et des tables rondes sur tous les enjeux qui doivent être soulevés afin de commencer dans de bonnes conditions un programme de production d’énergie nucléaire. L’accent est mis sur la sûreté, en particulier après l’accident de Fukushima. Mais on abordera aussi la structure des réacteurs, le cycle du combustible nucléaire, le démantèlement, aussi bien que le choix du site pour l’implantation d’une centrale, les débats publics et les questions économiques. 

Quels sont les intervenants ? 

Tout d’abord, nous avons des experts de l’AIEA ! Mais aussi un large panel d’experts venant de toutes les institutions, les centres de recherches, les agences publiques et de la grande industrie, qui travaillent en France dans le domaine de l’énergie nucléaire. 

Comme vous le savez, la France a acquis une longue et vaste expérience depuis toutes ces années, et nous sommes prêts à la partager. Il est de notre responsabilité de promouvoir la sûreté et la prise de conscience des acteurs du secteur nucléaire dans le monde entier. 

Y a-t-il des activités ou des visites techniques prévues pendant ces séminaires ?

Oui, bien sûr. Les participants visiteront le réacteur EPR actuellement en construction à Flamanville ainsi que l’usine de retraitement de combustible de la Hague. Ils auront aussi la possibilité de découvrir la France, grâce à une visite privée de ce merveilleux musée qu’est le Musée d’Orsay et une visite de l’incroyable Cité de la mer, à Cherbourg où vous pouvez pénétrer à l’intérieur du sous-marin nucléaire le Redoutable ! Le Bar des sciences a été également organisé pour montrer que la recherche fondamentale en physique des hautes énergies exige de mener à bien d’énormes projets, avec des technologies innovantes ! Tout comme l’énergie nucléaire !

Qui a organisé ce programme riche en événements ? 

L’institut international de l’énergie nucléaire (I2EN) et l’institut national des sciences et techniques nucléaires (INSTN) ont organisé tout cela avec le soutien et les instructions de l’IAEA. 

 

Thèmes

Sciences Astronomie