NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Voiture électriques : Quelques obstacles formidables...

Article publié le 30 janvier 2009

Voiture électriques : Quelques obstacles formidables...

Aucune journée ne se passe sans que l’on vous parle de la voiture électrique comme du remède à tous nos mots. Même notre Président nous présente comme cause à tous les maux de l’industrie automobile le fait de ne pas disposer de voitures électriques adaptées à la conjoncture et leur propose de les aider à financer son développement.Un peu comme si vous proposiez à un malade tout prêt de la mort, le remède pour sa maladie de dans dix ans !

Il vilipende même EDF pour n’avoir pas su développer elle même ce véhicule électrique qu’il appelle de ses voeux. Comme si EDF avait les compétences pour le faire et avait vocation à fabriquer des automobiles. Passons.

Bien sur tout la classe médiatique reprend en coeur ce mot d’ordre sans faire l’effort de se renseigner sérieusement sur le sujet.Voici quelques élements qui, j’espère, vous seront utile pour mieux comprendre les enjeux et les formidables obstacles qui se dressent devant la mise sur le marché et le développement en nombre significatif des véhicules électriques.Quelques précisions ou définitions tout d’abord :

Véhicule Hybride : l’archétype de ce type de voiture est la Toyota Prius qui comporte un moteur thermique classique , à essence dans ce cas,un moteur électrique et des batteries pour alimenter le moteur électrique et permettre au véhicule de fonctionner en tout électrique.Le véhicule est donc autonome et peut fonctionner sur les deux modes énergétiques. C’est le moteur à essence et la récupération de l’énergie cinétique au freinage du véhicule qui rechargent les batteries à l’aide d’un système électronique complexe. Au point de vue des consommations de carburant, c’est un modèle performant pour un moteur à essence mais pas vraiment plus performant qu’un moteur diesel tout seul ! En plus son gain de consommation provient exclusivement de la récupération d’énergie au freinage.Un détail : savez-vous combien de kilomètres la Prius est capable de parcourir en tout électrique ? 2 à 3 km pas plus, au delà c’est le moteur thermique qui doit prendre le relai. Pourquoi ? Parce que le constructeur n’a pas voulu écraser la Prius sous la charge des nombreuses batteries supplémentaires qui auraient été nécessaires si on avait voulu augmenter significativement son autonomie en tout électrique.

Véhicule Hybride rechargeable ou VHR : Le même que ci dessus mais avec une capacité de batteries infiniment plus importantes qui augmente son autonomie en tout électrique, impose sa recharge sur le secteur( la recharge moteur + la récupération d’énergie au freinage ne suffit plus) et surtout grève le poids du véhicule car les batteries ont une faible capacité énergétique massique. Ils sont donc équipé d’un pack de batteries plus important,plus lourd et qui occupe beaucoup plus de place. Au point qu’il ne vous reste plus beaucoup de place dans le coffre. Une maladie qui incidemment a déjà tué il y a quelques années les voitures au GPL dont le coffre était envahi par le réservoir. Allez voir ce qui vous reste comme place dans le coffre d’une grosse Toyota ou Lexus hybride et vous verrez que, si vous en achetez une, vous aurez besoin d’une autre voiture pour aller faire vos courses au supermarché !

Capacité énergétique des carburants : Canalblog_249C’est l’énergie que telle ou telle source d’énergie est capable d’apporter à votre véhicule pour un volume ou une masse donnée.C’est là que le bât blesse pour les énergies alternatives. Car un litre ou un kilo d’essence ou de gazole c’est un concentré d’énergie, dix fois supérieur de ce point de vue là à n’importe quelle énergie alternative comme vous le voyez ci contre.Là où il vous faut un plein soit 60litres de super ou de gazole, il vous faut 400kg de batteries de la dernière technologie. Qui tiennent de la place dans le véhicule et qu’il vous faut transporter en permanence tout au long de vos déplacements. Et c’est là bien sur qu’est le problème car augmenter le poids total de tous les véhicules de 350 kg, ça a un cout énergétique exorbitant.

Au point que personne ne vous/nous a dit combien cela couterait en énergie de convertir le parc automobile français au tout électrique. Une bonne indication toutefois, le rapport en préparation sur la "Programmation pluriannuelle des investissements de production électrique" que la Direction Générale de l’Energie et du Climat (DGEC) qui dépend du ministère de JL Borloo remet à jour une fois tous les 5ans. On s’aperçoit à cette occasion que pour alimenter les véhicules hybrides ou totalement électriques que nous appelons de nos vœux il faudra construire... un ou deux réacteurs nucléaire EPR de plus !! Sur la base d’un développement moyennement rapide de la voiture tout électrique qui nous amènerait à 1.1 à 1.4 millions de véhicules électriques en 2020 soit seulement 3 à 4 % du parc automobile français

Batteries Lithium/Ion : ce type de batterie est la batterie la plus avancée techniquement à l’heure actuelle sur le plan de sa capacité massique en énergie. En d’autres termes c’est celle qui est la plus lègère pour une capacité énergétique donnée. Ce n’est pas le Pérou néanmoins, c’est trois fois mieux que la batterie au plomb mais ca reste d’une capacité énergétique modeste par rapport aux hydrocarbures liquides. Autre inconvénient, elle peut, dans certaines conditions, donner lieu à des températures de fonctionnement élevées qui peuvent se traduire finalement par l’incendie du véhicule.Elles sont utilisées dans des applications où des batteries de petit taille seulement sont nécessaires( briquets, téléphone Cellulaire, lecteur MP3 etc) et malgré cela donne lieu parfois à des rappels pour changement de batterie. On considére que pour l’instant la taille maximale de batterie Lithium/ion pour utilisation sans risque ne dépasse pas celle que l’on trouve sur les vélos équipés d’aide au pédalage.Pour l’instant donc, pas de batteries Lithium/ion de capacité suffisante pour faire fonctionner une voiture en toute sécurité.

Emissions de CO2 : C’est supposé être l’avantage majeur du véhicule électrique par rapport à la voiture conventionnelle à hydrocarbure. Cependant, tout dépend de la structure de production disponible dans le pays pour fournir l’électricité. Si, comme c’est le cas en France votre électricité n’émet pas ou peu de CO2 pour sa production (Hydraulique, éolien, photovoltaïque, nucléaire, biomasse) c’est effectivement vrai. Si, par contre, l’électricité provient de centrales à gaz ou à charbon, le remède est pire que le mal ! Car passer au tout électrique pour l’alimentation de nos voitures revient à transférer les émissions de CO2 du lieu ou la voiture se déplace au lieu où est situé la centrale qui vous alimente. Effectivement il y un avantage local à disposer de voitures électriques mais cela porte sur les autres polluants émis par le moteur, produits nitrés et surtout particules. En ce qui concerne le CO2, c’est bonnet blanc et blanc bonnet de l’émettre au dessus de la centrale ou de votre voiture !

Et la Recharge ? Enfin qui dit véhicule électrique dit recharge des batteries. Premier problème, recharger une batterie nécessite un durée longue en moyenne toute une nuit. Les constructeurs travaillent sur des systèmes de recharge rapide, de l’ordre de la demi heure. C’est mieux mais c’est nettement plus long que les 10 minutes que vous prennent votre plein. Et puis il vous faudra surtout disposer d’une prise, conventionnelle chez vous ou rapide à la stationCanalblog_250. Or combien d’entre vous disposent d’une prise électrique dans votre garage ou sur votre parking ? Et équipée d’un compteur si vous habitez en habitat collectif ? Très peu bien sur. Il faudra donc des investissements lourds dans 50 % de l’habitat (le pourcentage du collectif) pour pouvoir convertir nos garages aux voitures électriques. Un obstacle majeur car je peux fort bien imaginer un certain pourcentage de copropriétaires qui y seront opposés. Allons il faudra bien 20/30 ans minimum.
Il y aurait pourtant un avantage majeur à pratiquer de cette manière. Car notre consommation électrique a un fort creux pendant la nuit ce qui amène EDF à faire fonctionner ses centrales nucléaires à bas régimes. Il y a donc de la capacité de production électrique disponible de nuit qui permettrait de recharger nos batteries pour pratiquement rien !C’est vrai en France bien sur mais pas chez nos voisins chez lesquels il faudrait faire tourner les centrales conventionnelles et émettre du CO2.

Quelques éléments sur ce sujet que j’espère vous trouverez intéressant. A leur seule lecture, néanmoins, vous constaterez que le problème est loin d’être résolu qu’il reste quelques formidables obstacles à franchir et que donc nous en avons pour une bonne vingtaine d’années et quelques Centrales nucléaires de plus.

 

Thèmes

CO2 Automobiles Energies renouvelables Electricité

Bookmark and Share
90 votes

commentaires
votez :
par Olivier (IP:xxx.xx9.125.41) le 30 janvier 2009 à 02H07

Bonjour çaDérange,

Je vous invite à lire ce billet :

Quels seront les carburants de demain pour nos voitures ? http://www.human-network.fr/edito/4...

Olivier

votez :
par eugene wermelinger (IP:xxx.xx0.43.144) le 30 janvier 2009 à 10H49

Bonjour Olivier et bonjour Ca dérange.

Olivier, je donne le lien complet à visiter absolument pour une vision plus complète de la problématique : http://www.electron-economy.org/art... Tout le monde oublie le moteur à air comprimé de l’ingénieur français Guy Nègre dont le brevet est repris par l’indien Tata (comme c’est dommage !) http://www.mdi.lu/airpod.php

votez :
par tchoo (IP:xxx.xx3.145.13) le 30 janvier 2009 à 10H41

Sur la pollution au CO2 : ce n’est pas la seule, et si on enlève toutes les pollutions dues à la combustion sans diminuer le taux de CO2 produit, c’est déjà un gain de dépollution. Un aspect que vous ne développez pas sur les batteries, c’est le nombre de cycle charge/décharge qui est la principale source du veillissement des batteries. Plus les cycles sont nombreux plus courte sera la vie de la batterie. C’est aussi un obstacle économique majeur, encore actuellement au dévelloppement de la voiture électricque

votez :
par zelectron (IP:xxx.xx6.203.169) le 30 janvier 2009 à 11H34

une autre approche (oubliée celle-là) à enrichir de façon combinatoire ...

http://www.udel.edu/udaily/2009/jan...

Quand la voiture devient une centrale électrique

Le Vehicle-to-Grid génère sa propre électricité. Il est ensuite capable de transférer celle qu’il n’utilise pas aux réseaux électriques via une simple prise. L’Université du Delaware travaille sur un véhicule entièrement électrique capable de générer sa propre électricité mais aussi la partager quand la voiture est inactive.

Pour les entreprises ou les administrations disposant d’une grande flotte de véhicules, on peut imaginer l’intérêt du système : si certaines voitures n’ont pas vocation à être rechargées immédiatement, l’énergie résiduelle de leur batterie pourrait être réinjectée dans leurs circuits électriques. Le système, baptisé Vehicle to Grid, se recharge grâce à des sources d’énergie alternatives comme le vent ou le solaire. Il peut ensuite fournir l’énergie stockée dans la batterie de la voiture aux opérateurs électriques. Ce, sans que les fonctions de la voiture soient impactées par ce transfert.

"Si l’on recharge pendant la nuit les véhicules grâce au vent, les opérateurs pourront ensuite utiliser cette énergie quand les conducteurs ne seront pas actifs et auront branché leur voiture", exprime Willett Kempton, l’un des responsables du projet. Et d’ajouter : "Ce service aidera à maintenir la fiabilité du réseau". Pour recevoir les reliquats automobiles, les opérateurs électriques exprimeront leurs besoins via divers protocoles sur IP, besoins transmis aux unités non utilisées. Une rémunération sera versée au propriétaire.

Bien évidemment, cette réduction du coût d’utilisation de son automobile a pour but de populariser l’usage de Vehicle-To-Grid. Avec en ligne de mire la généralisation de l’utilisation de sources d’énergie alternatives et la réduction de celles liées au carbone. Le transfert se fait par branchement. Selon les créateurs du système, un conducteur américain moyen est au volant de sa voiture une heure par jour. Or l’énergie générée par la voiture est bien supérieure à ces besoins : une automobile électrique qui a chargé pendant une nuit entière peut générer jusqu’à 19 kW, soit la quantité d’électricité nécessaire pour alimenter plus d’une dizaine de foyers.

C’est la ville de Newark, dans le Delaware, qui est la première à adopter le véhicule et à adapter ses infrastructures pour permettre ce transfert d’énergie. D’ici la fin de l’année, la flotte devrait s’élever à six véhicules, répartis dans différentes villes de l’Etat. Ceux-ci seront utilisés pour démontrer l’efficacité du dispositif, qui permet aux autos de fonctionner normalement et de fournir de l’énergie selon les besoins.

Newark first to license electric cars to provide power

votez :
par chourave (IP:xxx.xx0.24.179) le 30 janvier 2009 à 11H50

Bravo ! Voici un article qui éclaire bien la situation sur le sujet. J’aimerai avoir aussi avoir des informattions sur les nuisances de l’industrie de fabrication des batteries et sur les possibilités de recyclage. Je possede un vélo à assistance électrique dont je suis trés satisfait, par contre au bout de 2 ans les batteries doivent être changées et coutent plus de la moitié du vélo, cela fait trés cher au km.

votez :
par ZEN (IP:xxx.xx8.160.160) le 30 janvier 2009 à 12H01

@ Chourave Bonjour, Je possède un vélo à assistance musculaire.. Très économique ! Le moteur cardiaque se renforce au pédalage et les durites s’en portent mieux Juste un peu plus de sucre lent pour l’efficacité , mais les pâtes alimentaires ne coûtent pas trop cher...

votez :
par Olivier Daniélo (IP:xxx.xx9.21.153) le 2 février 2009 à 18H21

Le lithium est recyclable à hauteur de 98%.

votez :
par Imhotep (IP:xxx.xx4.42.113) le 30 janvier 2009 à 12H20

Cet article oublie bien des choses et a un parti pris peu compatible avec la vérité. Tout d’abord l’auteur est très loin d’être à la pointe de la technologie en matière de voiture électrique. En effet deux points très importants : 1- il existe depuis trois ans des super-condensateurs qui (grosso-modo) pour 1/3 du volume et du poids emmagasinent autant d’énergie qu’une batterie ion lithium. Ceci est obtenu grâce aux nanotechnologies en multipliant la surface de contact. Le nombre de cycles dépasse 1 million. La reconversion est non polluante. Donc on diminue le poids et le volume des batteries 2- en commençant pas les canadiens et en passant par les américains, les anglais et les japonais pour terminer par Michelin, il existe maintenant des moteurs roue. Le moteur est intégré à la roue. Ce qui veut dire : plus de différentiel, plus de boîte de vitesse, plus de moteur dans un coffre et de l’espace dégagé.

Quant au bilan carbone, l’auteur oublie de nombreux éléments. Un moteur électrique à fabriquer nécessite infiniment moins d’énergie et de composants. Il dure infiniment plus longtemps qu’un moteur atmosphérique. Le rapport énergie transmise par énergie consommée est infiniment supérieur aux énergies fossiles. Sans compter l’entretien, et les huiles que l’on oublie. Son comparatif poids d’une batterie avec un litre de carburant est stupide. L’un est l’énergie l’autre est le stockage. Et avec ces super condensateurs et ces moteurs roues on résout le problème du poids et de la place. Fabriquer une voiture électrique prend moins de temps, use beaucoup moins d’énergie et nécessite bien moins de matériaux. Le bilan global est très positif en faveur de la voire électrique. S"’ajoute à cela un confort auditif sans pareil. Or la pollution sonore est un des maux principaux et une des plaintes principales de la population, en dehors du fait que le bruit engendre stress,, fatigue et agressivité. L’électricité peut par ailleurs venir de sources multiples comme le vent, les forces marée-motrices, le courant marin, l’hydraulique, la géothermie et le nucléaire (bien sûr le gaz, le charbon et le fuel).

votez :
(IP:xxx.xx8.171.71) le 30 janvier 2009 à 23H53

A propos des moteurs - roues, ils existent depuis longtemps, la "jamais contente" la premiere voiture electrisue qui a dépassé les 100km en était équipé.

Leur interet n°1 c’est leur diametre. plus ils sont grands, par exemple 17 pouces (43cm) plus leur couple est important, justement ce qui fait defaut au principe du moteur electrique qui est fait pour tourner vite.

Mais, il faut voir egalement qu’en equipant, par exemple, un vehicule d’un moteur par roue on arrive a diminuer la puissance unitaire du moteur, donc son poids et sa consommation.

En utilisant 4 moteurs de 20 cv (15 KW) on a un vehicule d’une puissance de 80 cv dont la gestion electronique va lui donner une securité incomparable puisque nous auront un vrai 4x4 permanent totalement controlé nativement pour l’antiblocage au freinage, l’antipatinage, et la correction de trajectoire.

Objectivement, la vehicule electrique est bien la solution d’avenir. Il reste seulement a determiner comment on va lui permettre d’emporter de l’electricité a bord. je ne crois personnellement pas trop a la fabrication de l’electricité a bord, quel qu’en soit le type de générateur (thermique, hydrogène ...) mais par contre je suis persuadé que d’immenses progres sont encore a faire dans le domaine des accumulateurs. Viendra simultanément le developpement des réseaux commerciaux destinés a mettre a disposition des automobilistes les "recharges" que ce soit la prise ou l’accumulateur.

Enfin, la pollution... oui il est largement préférable de concentrer la pollution a un seul endroit, question d’efficacité et de sécurité. Mais il ne faut pas ignorer, et les ecologistes devraient etre contents, que l’électricité peut provenir de multiples sources, comme vous l’indiquez bein.

Dernière remarque, en rapport avec le moteur-roue... les ecologistes se battent contre les 4x4 alors que les vehicules de demain qui se profilent a l’horizon, seront naturellement des 4 roues motrices comme cela aurait toujours dù etre le cas !

votez :
par parkway (IP:xxx.xx1.238.209) le 30 janvier 2009 à 13H04

il est à noter que çadérange ne parle plus de l’économie de marché salvatrice de tous nos maux !!!

d’ailleurs quand on lui fait la remarque, ça ne le dérange pas du tout !

on n’est sûr avec ce genre de personnage d’avoir affaire à un homme de convictions ! mais vous avez raison de ne plus raconter vos conneries d’antan.

votez :
par Daniel R (IP:xxx.xx8.29.226) le 30 janvier 2009 à 13H21

Nous faisons tous comme si la décision était affaire de technologie, de rationalité et d’économie pures.

Nous faisons comme si Bolloré n’avait pas des batteries à vendre et de lourds investissements à amortir.

Nous faisons comme si le même n’était pas le copain presque fraternel de l’homme le plus puissant de France.

Nous faisons comme si Sarko était un homme politique progressiste, au dessus des mesquineries et des affaires.

Nous faisons comme si les décisions étaient prises dans l’intérêt général et non pas en faveur de certains intérêts particuliers.

Nous faisons comme si nous avions la moindre chance de convaincre un psychotique sourd-muet-aveugle aigri de la fragilité de notre seul vaisseau spatial capable de nous maintenir en vie, la Terre.

votez :
par e-custom (IP:xxx.xx2.119.217) le 30 janvier 2009 à 14H01

Je serais moins négatif que l’auteur de l’article. Les véhicules électriques ont encore du chemin à faire pour se substituer complètement aux thermiques, mais la technologie des batteries lithium murit petit à petit, et, rassurez-vous, les dernière évolutions (disponibles !, pas comme les super condensateurs...) ne posent aucun problème de sécurité (lithium-phosphate-fer).

Les principaux obstacles du moment sont moins dans la technique que dans les mauvaises habitudes. Un véhicule léger de 200-300 km d’autonomie, limité à 100 km/h satisferait l’immense majorité des utilisateurs urbains et peri-urbains. La fameuse "deuxième voiture" En série "raisonnable", il couterait moins de 15 000 € en l’état actuel de la technologie...

Les marchands ne veulent promouvoir que le confort d’une voiture lourde, qui puisse atteindre les 170 minimum, ayant une autonomie de 1000km... Le bénéfice est plus confortable !

Autre problème : il n’y a rien sur le marché...même à beaucoup plus cher.

Si on a pu construire en série ultra limitée une auto de sport qui abat le 0 à 100 en 4s et roule 350 km sur une charge pour 100 000 $ (avec une technologie de batteries qui commence à dater), la Tesla, on doit pouvoir faire quelque-chose de moins exclusif, moins puissant, et plus autonome, pour beaucoup moins cher !

Quand à l’efficacité énergétique, pour comparer, il faut examiner le processus "du puit à la roue". Outre le fait qu’on ne trouve pas facilement d’information digne de confiance à ce sujet, nous constatons tous les jours que l’exploitation des hydrocarbures et leur transport/transformation/distribution à un cout matériel (dont environnemental) et humain insupportable. L’électricité, même d’origine "fossile", pose un peu moins de problèmes en centralisant la production. Il est plus facile de contrôler les émissions d’une centrale continuellement entretenue et mise à jour que celles de dizaines de milliers de véhicules plus ou moins bien maintenus, et dont les caractéristiques d’émissions sont au mieux celles en vigueur lors de la fabrication...

Le recyclage des batteries est un problème réel, mais, vu le prix des matériaux utilisés, je ne doute pas que l’on "soigne" la récupération. On y arrive très bien pour les accus au plomb. Le marché des gros accus lithium n’est seulement pas encore assez développé pour que l’industrie et les pouvoirs publiques se soucient de la question.

votez :
par Imhotep (IP:xxx.xx4.42.113) le 30 janvier 2009 à 20H25

D’accord avec vous en ce qui concerne le transport des carburants. A la différence du réseau électrique qui couvre tout le territoire, et qui permettrait de s’alimenter en tout point, le carburant nécessite des transports aux stations : coût de transport, pollution, camions sur les routes, danger d’explosion, énergie perdue en transport, énergie perdue en construction de camions, bilan carbone négatif.

Quant aux supercondensateurs une société américaine a mis au point avec des mélanges de nantostructure en verre entre autres des supercondensateurs qui sont opérationnels. Ils sont signé un accord avec une entreprise canadienne de fabrication de voiture. Ailleurs au Japon et en Corée il y a des avancées significatives. Les supercondensateurs sont l’avenir car ils coûteront moins chers que les batteries ion lithium, leurs composants son recyclables, leur durée de vie est énorme (un million de cycles), ils sont plus légers et moins volumineux que les batteries, ils se chargent quasi instantanément (à condition d’avoir l’intensité suffisante). Votre remarque quant aux constructeurs automobiles est juste. En fat ils ne poussent pas à la fabrication de voitures électriques. Il faut amortir leurs usines et les plus récentes. Il y a une pression énorme des pétroliers. Bolloré n’est pas prêt de son côté et Sarko fera retarder pour qu’il soit prêt. L’avenir viendra de nouveaux constructeurs et cela fera des dégâts notamment parmi la sous-traitance. Un moteur électrique c’(est simplissime : un aimant, un solénoïde en cuivre isolé et le tour est joué Rien à vois avec un moteur atmosphérique qui nécessite un réservoir, un pot catalytique, une boîte de vitesse, un différentiel, des milliers de pièces usinées. Et c’est tout cela qui bloque et on peut le comprendre. L’avenir des sous-traitants est très sombre.

votez :
par Olivier Daniélo (IP:xxx.xx9.21.153) le 2 février 2009 à 19H32

Oui, la technologie EEstor est très prometteuse !

Un supercondensateur se charge en une seconde. Et on peut le charger et décharger un million de fois. EEStor, basée à Cedar Park au Texas, serait en mesure de commercialiser prochaînement une unité de stockage de l’énergie électrique (Electrical Energy Storage Unit, EESU) offrant une densité d’énergie trois fois supérieure à celle des meilleures batteries au lithium sur le marché. ZENN Motor, un constructeur basé à Toronto annonce la sortie des premières voitures électriques équipées de la technologie EEStor pour l’automne 2009. Et General Motors serait en négociation avec EEStor. La revue technologique du MIT (Massachusetts Institute of Technology, un centre de recherche de premier plan à l’échelle mondiale) a consacré plusieurs articles sur cette technologie potentiellement révolutionnaire, dont "Better Batteries Charge Up - A startup reports progress on a battery that stores more energy than lithium-ion ones", 5 août 2008 [ http://www.technologyreview.com/ene... ]

votez :
par krolik (IP:xxx.xx2.42.75) le 30 janvier 2009 à 14H35

EDF s’est déjà posé la question de construire des voitures électriques. En 1975 Le centre des Renardières avait fabriqué une cinquantaine de 4L. C’était effectivement sympa à conduire, pas de bruit, pas de boite de vitesse. Un accélérateur, un frein.

Mais le problème de l’autonomie... du poids et du volume et des batteries..

Mais il y a toujours le problème qui turlupine :

Celui du chauffage du véhicule.

On imagine toujours la voiture en été.

Mais dégivrer la voiture l’hiver et faire 200km par une température de -10°C, il faut bien que cela se fasse..Et d’après l’équivalent mécanique de la calorie il faut 4,18 joules pour une calorie.. D’autant que la capacité des batteries fléchit gravement lorsque la température baisse.

Et de ce petit problème, personne n’en parle.

Je vous signale que si tout le parc automobile français passait en électrique, il faudrait 9 EPR de plus..Une paille..

Allez, je vous mets ici la photo d’une voiture électrique espoir du temps.

http://i47.servimg.com/u/f47/12/17/...

Toujours espoir... @+

votez :
par zelectron (IP:xxx.xx6.203.169) le 30 janvier 2009 à 17H25

lien ne fonctionne pas...

votez :
par Croa (IP:xxx.xx0.86.227) le 30 janvier 2009 à 23H24

Simple : Il faut un chauffage au propane de caravane.

On peut aussi conduire avec de gros gants comme les motards !

votez :
(IP:xxx.xx8.171.71) le 30 janvier 2009 à 23H33

Il ne faut pas être bête, on ne va pas prelever l’energie des batteries, déjà limitée pour se chauffer !

Par contre il existe de petits systèmes a catalyse qui emploient du gaz. Vu l’usage, L’equivalent d’un reservoir "jetable" ou consigné de type camping-gaz embarquant 3 kg de gaz suffit a chauffer la voiture pour plusieurs heures.

Il faut ce qu’il faut et le dogme du tout electrique dans ce domaine est a examiner lorsque nous aurons des accumulmateurs electriques a la mesure de nos ambitions.

votez :
par Francis Martin (IP:xxx.xx2.247.108) le 30 janvier 2009 à 15H44

pour raisonner sur la voiture électrique il faut éviter de se limiter à un aménagement d’une automobile à combustion, mais envisager un modèle totalement spécifique. ( pourquoi une petite voiture qui pesait 700 kg il y a 30 ans pèse une tonne aujourd’hui) Il faut prendre l’ensemble du processus de la fabrication au recyclage y compris pour les pièces d’usure et surtout envisager tout ce qui entoure le transfert de l’énergie, donc penser à long terme. Mais il faudra bien commencer un jour. On peut également repenser nos déplacement et notre mode de vie à 9 milliards sur cette terre finie. Il faudra y penser avant la fin du pétrole et la montée des eaux.

votez :
par Olivier Daniélo (IP:xxx.xx9.21.153) le 2 février 2009 à 19H36
votez :
par TARTAR (IP:xxx.xx8.241.63) le 30 janvier 2009 à 17H40

Totalement d’accord avec Krolik

Le chauffage de l’habitacle consomme.... comme une chaudière... ET les batteries s’écroulent au froid.... Attendons 10 ans la fin de la crise mondiale et puis encore 10 ans pour la remise en route de la civilisation. En attendant CARPE DIEM si vous pouvez....

votez :
par Imhotep (IP:xxx.xx4.42.113) le 30 janvier 2009 à 20H14

Vous oubliez tout simplement que le moteur électrique dégage une chaleur très importante et qu’on est obligé de le refroidir ce qui est une des pertes de ce système. En hiver cette chaleur est récupérée et sert au chauffage.

votez :
par krolik (IP:xxx.xx2.43.140) le 30 janvier 2009 à 22H22

@Imohtep La perte de rendement dans un moteur électrique est de l’ordre de 4 à 5% de la puissance mécanique transférée.

Dans un moteur thermique, du fait de Carnot, le thermique évacué est de l’ordre de 200% la puissance mécanique transmise...

Donc on se gélera en hiver dans les voitures. Je vous remets le lien de la voiture électrique, j’espère qu’il fonctionnera cette fois.

http://www.servimg.com/image_previe...

@+

votez :
par caramico (IP:xxx.xx0.231.253) le 30 janvier 2009 à 18H35

Bonjour, question d’un profane :

Est-ce que quelqu’un a pensé à la possibilité d’alimenter en direct les véhicules, sans passer par des batteries lourdes à transporter, genre tramway, train, auto-tamponneuses...(ne souriez pas !) Moyennant l’électrification des voies de communication, en commençant par les principales, autoroutes...

votez :
par Croa (IP:xxx.xx0.86.227) le 30 janvier 2009 à 23H15

Dans l’absolu, c’est pas con.

Par ailleurs cela pourrait se faire progressivement avec des véhicules hybrides capable d’être aussi autonomes. C’est sûrement une solution d’avenir mais très lointain... à condition que l’espèce humaine soit encore là !

En effet, les problèmes ne nous laissent pas le temps de réaliser cet équipement. De plus les énergies renouvelables ne suffiront pas à couvrir les besoins fixes si, principalement, nous ne réduisons pas ceux-ci ! Leur demander de fournir l’énergie-transports est donc de trop ! Il se peut toutefois que dans un avenir très lointain ce soit possible, qui sait ? :-/

votez :
par bizoub (IP:xxx.xx8.103.205) le 30 janvier 2009 à 22H21

Réchiflons d’abord à la T.I.P.E.(remplaçante de la T.I.P.P.) Sans elle, rien ne se fera jamais puisque les actionnaires ne gagneraient point de denier avant d’avoir investi le moindre Kopec !

Un bel obstacle, non ?

votez :
par Croa (IP:xxx.xx0.86.227) le 30 janvier 2009 à 22H58

Bonsoir,

Cet article nous présente une synthèse honette des vrais possibilités des voitures électriques. C’est, en plus, à la porté de tous ! Cette mise au point loin des propagandes et des réfutations tout aussi stériles était nécessaire, MERCI !

 :-( Un oubli toutefois, :-(

la voiturette électrique. A-t-on, en fait, vraiment besoin de se déplacer toujours à 130km/h ? Rarement en fait sauf pour voyager, ce qui peut tout à fait se faire en train ! Reste donc les petits trajets urbains sans alternatives, autour des villes moyennes par exemple. Des voiturettes électriques existent et sont opérationelles car la modestie des performances permet une autonomie suffisante. Elles constituent une vraie alternative pour certains usages mais on n’en parle pas !

votez :
par krolik (IP:xxx.xx2.43.140) le 31 janvier 2009 à 00H00

En ce qui converne le développement de la voiture électrique, ne pas oublier ce que l’on doit à Voynet Ministre de l’écologie à l’époque à qui l’on présentait des projets de développement..

Lorsqu’elle a compris que voiture électrique c’était plus de nucléaire.. Elle a fait la poupée qui dit non..

Un sectarisem d’outretombe.. @+

votez :
par Gandalf (IP:xxx.xx4.133.40) le 1er février 2009 à 09H08

Tous ce que vous venez de dire est vrai. Je viens d’ailleurs de lire un article de Science et Vie qui va dans le même sens. A cela je réponds que les habitations collectives sont souvent en ville et que dans ce cas il vaut mieux prendre les transports en commun plutôt que la voiture. Transports en commun qui peuvent être électriques (métro, tram ou trolley-bus). Moi, j’habite dans une petite ville et dans un quartier pavillonnaire, et je bénéficie d’un garage avec prise de courant. Je fais moins de 30 km par jour pour aller travailler. Je pense d’une petite voiture électrique serait parfaite pour limiter mes émissions de gaz à effet de serre. Il y a certainement beaucoup de personnes qui sont dans le même cas que moi et qui ne bénéficient pas de transports en communs dans ce cas la solution électrique est parfaite (pour notre pays). Ce n’est peut être pas une solution à généraliser, mais dans le cas des énergies renouvelable il y à beaucoup de solutions particulières qui au final pourrait nous faire économiser beaucoup de carburant. Nicolas Sarkozi à raison de vanter la voiture électrique car notre pays émet peu de gaz à effet de serre pour produire son électricité et il y a beaucoup de petites villes et de village (36000 communes en France) sans transport en commun. Parisien, Lyonnais Marseillais,... prenez le bus ou le métro !

votez :
par bénédicte (IP:xxx.xx2.3.8) le 1er février 2009 à 09H38

le département des Yvelines a décidé d’implanter le grand Prix de formule 1 sur la 2ème nappe phréatique d’Ile de France classé en zone PPRI afin de faire avancer la recherche automobile , entre autre celle concernant la voiture électrique : http://www.collectif-flinssansf1.org/ ce grand prix serait haute qualité environnementale et longerait les terres de deux maraichers biologiques et une maison de la nature . Bref, de quoi rire longtemps ! hélas le projet est soutenu très sérieusement . Aussi, n’hésitez pas à rejoindre le collectif Flins sans F1 pour le développement d’une économie durable et pour que les habitants de la vallée de la seine aient une qualité de vie acceptable . Une cyberaction est en cours : http://www.cyberacteurs.org/actions... et une manifestation à vélo est prévue le samedi 7 février à 14H place du Châtelet Paris I . A l’avance, merci de faire passer .

votez :
par Olivier Daniélo (IP:xxx.xx9.21.153) le 2 février 2009 à 16H46

Dans l’article :

"En ce qui concerne le CO2, c’est bonnet blanc et blanc bonnet de l’émettre au dessus de la centrale ou de votre voiture !"

Cette affirmation est eronnée.

Au niveau CO2, le bilan de la filière électrique est largement meilleur comparé à celui de la filière carburant liquide, quel que soit le carburant utilisé. En moyenne, l’intensité carbonique par unité d’énergie mécanique (CO2 intensity of motive energy) est de 1600 gCO2/kWh (grammes de CO2 par kilowattheure) pour un véhicule essence et de 1350gCO2/kWh pour un véhicule diesel. Aux USA, un véhicule électrique à batterie a en moyenne une intensité carbonique de 1037gCO2/kWh et pour l’Union européenne, de 619 gCO2/kWh.

Référence : Fig 16 page 91 du rapport WWF "Plugged In : The End of the Oil Age" http://assets.panda.org/downloads/p...

votez :
par Olivier Daniélo (IP:xxx.xx9.21.153) le 2 février 2009 à 16H49

Dans l’article : "Pour l’instant donc, pas de batteries Lithium/ion de capacité suffisante pour faire fonctionner une voiture en toute sécurité."

Cette affirmation est exacte pour les anciennes technologies lithium, mais elle est erronée en ce qui concerne les nouvelles génération de batteries. Par exemple, les batteries lithium nanophosphate ne posent pas de problème de sécurité. http://www.a123systems.com

votez :
par karva (IP:xxx.xx3.2.223) le 3 février 2009 à 00H03

Comme ca derange ne connait pas le probleme, il recited es lieux communs sans reflechir.

- La Prius a ete etudiee il y a a peu pres 15 ans, elle est basee sur les batteries disponibles a l’epoque : des NiMH, de basse capacite.

- Une hybride qui veut couvrir 100Km a besoin de moins de 100Kg de batteries (10KWh), et cela occupe entre 50 et 80 litres, cad la capacite d’un reservoir d’esssence un peu gros.

- le prix des batteries est autour de 3-5000euros pour ces 10KWh

- Pour une voiture qui couvrirait 13000Km/an (ce que fait une voiture en moyenne en France), il faut donc a peu pres 1.3MWh, avec les pertes en ligne, a peu pres 2 MWh au niveau de la centrale electrique.

- Pour alimenter un million de ces voitures, il suffit d’un cinquieme d’EPR, car celui-ci doit produire autour de 11 millions de MWh (11 Twh).

Faute d’une connaissance elementaire du sujet, "ca derange" repand des aneries. Qu’il voie ce que dit notre execellent collegue Olivier Danielou : il connait un peu le sujet. Cela me surprend qu’Olivier adhere aux dogmes antinucleaires ! D’habitude ceux qui ont une culture scientifique raisonnable savent bien que les renouvelables sont un miroir aux alouettes !

de Karva, qui pense que, si caderange connait le monde des entreprises, on peut regretter qu’il s’interesse aussi peu aux sciences.

votez :
par Olivier Daniélo (IP:xxx.xx9.22.172) le 3 février 2009 à 16H58

Bonjour Karva,

Je ne suis pas anti-nucléaire : je considère l’énergie nucéaire comme une énergie de transition utile dans le contexte actuel.

Mais les énergies renouvelables (éolien, solaire etc.) ont un bien meilleur bilan sur le plan environnemental, sanitaire etc. (voir par exemple l’étude multicritère du département Energie et atmosphère de l’université de Stanford à ce sujet : Review of solutions to global warming, air pollution, and energy security http://www.stanford.edu/group/efmh/... ).

Pour recharger les batteries de véhicules électriques, l’éolien et le solaire conviennent parfaitement (V2G / G2V).

Je souhaitererais préciser aussi ceci : Ce n’est pas parceque l’on est favorable aux énergies renouvelables que l’on est forcément anti-nucléaire...Et réciproquement. Ces oppositions sont à mon sens stériles.

Olivier

votez :
par karva (IP:xxx.xx0.33.59) le 4 février 2009 à 15H42

Cher Olivier,

je regarde depuis longtemps ce que vous faites, et j’apprécie votre bonne culture scientifique. En particulier il y a beaucoup de choses très bien sur le site :

http://www.electron-economy.org/

Je trouve tout à fait intéressante et progressiste votre recherche de solutions dans le développement de l’électricité pour remplacer les carburants fossiles.

Par contre, je suis en désaccord avec vous quand, même si vous n’en niez pas les (provisoires) qualités, vous surfez sur les peurs du nucléaire pour faire la promotion de l’énergie "renouvelable" (solaire en particulier).

Je reconnais que chacun est animé par ses intérêts de jeunesse, et il me semble que vous avez fait une thèse auprès de mes collègues du CNRS qui avancent depuis 30 ans (au moins) le solaire thermique à concentration (Mr Ferrière, de mémoire, je crois).

Une étude un peu critique du projet "desertec" dont vous faites la promotion me renforce dans cette idée. Pour moi, il s’agit d’un projet délirant, et sans avenir, uniquement dicté par quelques idéologues qui veulent à tout prix se passer du nucléaire, une resucée du projet de gazoducs à hydrogène transméditerranéen de quelques officines germaniques. En outre, en examinant certains projets algériens de centrales combinées "solaire-gaz", on peut se demander si là derrière, il n’y a pas un lobby gazier qui se serait aperçu qu’il est plus facile de transporter de l’électricité que du gaz ! Les Algériens pourraent être contents de nous fournir un produit fini (l’électricité) qu’un matière première (le gaz). Cela expliquerait aussi l’intérêt des industriels allemands qui sont derrière ce projet...

Je ne crois pas beaucoup à l’avenir de ces moyens de produire de l’électricité, et, si un jour ils peuvent avoir un intérêt ECONOMIQUE (c’est là l’important), l’urgence exige que l’on développe très vite la seule énergie actuellement disponible pour faire de l’électricité sans émettre de GES (ou presque, bien sûr), et c’est l’énergie nucléaire (outre, bien sûr l’hydraulique...). Bien sûr, j’ai lu les papiers sur le solaire concentré, les estimations, et j’ai aussi vu les biais que mes enthousiastes collègues introduisent dans leurs prévisions...

Bien entendu, on peut passer son temps à polémiquer, mais je n’en ai guère envie : vous avez eu d’excellentes analyses sur le VE, l’hydrogène, les batteres, le Lithium, et j’apprécie trop de voir s’exprimer une bonne culture scientifique pour voir l’intérêt de se chamailler.

Mais je pense que vous héritez dans votre inconscient de la vulgate antinucléaire qui a exercé son influence entre nos deux générations (je suis né en 1946...).

amicalement

Karva

votez :
par weekly (IP:xxx.xx8.217.237) le 4 février 2009 à 16H16

j’ai mon vélo électrique qui consomme 1€ tous les 1000kms ! ;-) http://www.pom-pom.fr/

votez :
par Olivier Daniélo (IP:xxx.xx9.18.136) le 4 février 2009 à 17H09

Cher Karva,

Voici mes coordonnées électroniques : olivierdanielo (at) gmail Je vous prie de m’envoyer un mail et on se met d’accord, si vous les voulez bien, pour discuter des points que vous soulevez par téléphone. Il n’y a effectivement pas (c’est en tout cas mon point de vue) de vraie politique énergétique en Europe, chacun agit de son coté, et c’est plus que regrettable.

Vers une vraie politique européenne de l’énergie, dépassant les approches purement nationales (MIT Technology Review) http://www.electron-economy.org/art...

votez :
par Cyrille (IP:xxx.xx0.234.131) le 4 février 2009 à 17H51

Une solution à court terme et à portée de mains depuis des années : la conversion de véhicules thermiques adéquats... en espérant ne rien vous apprendre.

Notre prototype de Dyane Electrique : l’ElectroDyane. www.bientotelectrique.com

votez :
par Olivier Daniélo (IP:xxx.xx9.18.136) le 4 février 2009 à 18H50

Bonjour Cyrille,

Je connaissais votre site /(http://www.bientotelectrique.com ), mais je vois qu’il a fortement évolué ! J’aime beaucoup par exemple l’animation flash placée en bannière en page d’accueil. Très bon ;) Olivier.

votez :
par _Ulysse_ (IP:xxx.xx4.32.119) le 10 février 2009 à 11H17

Il y a plusieurs clichés dans cet article qui sont tout simplement faux.

D’abord, l’histoire des 2 EPR pour alimenter des VE qui n’existent pas... C’est simplement pour justifier la construction de ces centrales qui est planifiée pour le RENOUVELLEMENT du parc nucléaire français. Si il fallait 2 EPR pour alimenter ces hypothétiques VE en 2012 c’est pas 2 EPR qu’il faudrait mais 4... Quand à l’évaluation de la consommation électrique elle est largement surévaluée. Quelques calculs de coin de table suffisent pour s’en convaincre :

http://eco-sceptique.over-blog.fr/a...

La seconde ineptie (désolé) concerne les émissions de C02. Une simple estimation basée sur la production électrique mondiale suffit à tordre le coup à cette croyance :

http://eco-sceptique.over-blog.fr/a...

Pour finir, sur les pb de poids et de place il suffit pour cela d’utiliser une architecture plus intelligente que la toyota prius qui dans sa première version ne sert qu’à vendre 2 systèmes de traction à la fois. Par ex, des moteurs roues, 100Kg de batterie pour une autonomie d’environ 100km et une petite génératrice électrique pour les long trajets. Ainsi, le véhicule fait un poid comparable avec un coffre comparable, est autonome et ne demande pas d’infrastructure pour être utilisé. D’ailleurs sur génératrice, la consommation de carburant serait réduite de 30 à 50% par rapport à un véhicule thermique diesel.

http://eco-sceptique.over-blog.fr/a...

PS : désolé de faire de la pub pour mon blog, c’est parce qu’il contient pas mal de détails et de références sur le sujet et que je vais pas tout copier/coller !. Celui-ci ne contient aucune publicité.

Les Auteurs deÉnergies
Pierre Yves - 1 articles
J. Yster - 11 articles
Pierre FG - 1 articles
Dynamicsauto - 37 articles
rcoutouly - 65 articles
lucazal - 3 articles
çaDérange - 299 articles
Mobilité durable - 178 articles