[Enquête IFOP] Le gras dans le couple… un sujet tabou ?

0

Lorsque l’été pointe le bout de son nez et la très redoutée épreuve du maillot de bain, un seul mot devient notre pire cauchemar : kilos. Mais bien souvent, une prise de poids n’est pas un simple problème saisonnier.

L’est-il vraiment au sein d’un couple ? Sujet tabou ou futile ?  Sujet taquin ou de disputes ? Comment se passe la prise de poids dans un couple ? Pour le savoir, voici l’étude Ifop pour Naturavox réalisée par questionnaire auto-administrée en ligne du 24 ou 25 mai 2018 auprès d’un échantillon de 1009 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Les femmes plus concernées par la perte de poids avant l’été ?

On ne le sait pas forcément mais les femmes sont moins concernées par l’excès de poids que ces messieurs et pourtant, elles sont plus nombreuses que les hommes à vouloir en perdre avant l’été. L’étude révèle en effet que deux Françaises sur trois avouent avoir besoin de perdre quelques kilos contre un Français sur deux. La raison ? Pour pouvoir se mettre en maillot sans complexer et se sentir donc bien dans leur corps.

Il faut savoir que ce n’est pas forcément les femmes en surpoids qui souhaitent perdre du poids avant l’été. 58 % d’entre elles ont une corpulence normale et 15 % sont en insuffisance pondérale selon les tranches d’indice de masse corporelle établies par l’OMS. Ces chiffres montrent bien que les Françaises ont une grande insatisfaction à l’égard de leur poids et ont un désir certain de correspondre aux normes de minceur en vigueur.

Cette différence entre les hommes et les femmes l’est également dans le nombre de kilos à perdre avant l’été. Les hommes affichent en effet un IMC moyen plus élevé que les femmes et pourtant le nombre de kilos à perdre voulus est aussi élevé chez les Françaises que chez les Français.

Nous sommes plus sévères envers nous-mêmes qu’envers notre partenaire

La majorité des personnes qui sont en couple pense avoir du poids à perdre personnellement mais seulement 33 % d’entre-elles estiment que leur partenaire devrait en perdre pour se mettre en maillot cet été.

Selon l’étude Ifop, l’exigence de perte de poids chez son partenaire est identique chez les hommes et les femmes, il semblerait pourtant que certaines personnes exercent plus de pression que d’autres sur leur partenaire, notamment chez les hommes jeunes qui appartiennent aux classes populaires et/ou qui vivent en milieu rural.

Pour vous donner un exemple, chez les moins de 25 ans, 64 % des garçons souhaitent que leur partenaire perde du poids contre 32 % des filles. Chez les personnes âgées, c’est l’inverse. Les femmes sont en effet plus nombreuses que les hommes à vouloir que leurs conjoints perdent du poids.

[Extrait] : Analyse interview de François Kraus

Cliquez ici pour télécharger l’interview

Alors que chez les hommes, l’aspiration à voir son partenaire perdre du poids est plus forte dans les catégories populaires (43%) que supérieures (26%), c’est l’inverse dans la gent féminine : les femmes cadres et professions intermédiaires étant plus exigeantes à l’égard de leurs conjoints (36%) que les femmes des catégories populaires (26%), elles même caractérisées par une corpulence plus élevée que la moyenne.

Prise de poids du conjoint : 1 Français sur 2 ose lui en parler

Ce n’est pas simple de demander à son conjoint de perdre du poids souvent par peur de lui faire de la peine. 46 % des personnes qui trouvent que leur conjoint est en surpoids osent le leur dire. Les hommes sont deux fois moins nombreux à avoir oser le dire à leur partenaire que les femmes.

Il faut également savoir que 33 % des Français qui estiment que leur conjoint est en surpoids admettent avoir déjà ressenti une certaine gène à cause de ce surpoids dans un lieu public et notamment à la plage. Cette gêne est plus souvent ressentie par les femmes que par les hommes.

3 Français sur 4 avouent avoir prix du poids depuis qu’ils sont en couple

Ils sont en effet 74 % à avouer avoir pris du poids depuis qu’ils sont en couple avec leur partenaire. Comme une évidence, plus le couple dure et plus les kilos vont s’installer dans la durée. Selon l’étude Ifop, 81 % des personnes qui sont en couple depuis plus de 20 ans ont noté une prise de poids contre seulement 50 % des personnes en couple depuis moins de 3 ans.

Perdre du poids en couple, la solution ? Il semblerait que non puisque seulement 44 % ont tenté de perdre du poids en même temps que leur partenaire. Perdre du poids en couple est difficile. Les femmes et les hommes sont différents face à la perte de poids et les résultats obtenus dans un couple sont donc inégaux. Seulement 13 % des couples réussissent à perdre du poids en même temps.

Le surpoids : un frein pour séduire ?

Le surpoids et la séduction est un sujet qui revient souvent. Toujours selon l’étude réalisée par l’Ifop, les femmes qui ne souscrivent pas notamment aux fameux stéréotypes morphologiques dominants se voient réduire leur possibilité de séduire et d’avoir des relations amoureuses. Deux raisons sont mises en évidence : la réaction de leur partenaire face à leur surpoids et bien sûr l’autocensure qu’elles s’obligent en pensant qu’elles ne respectent les normes minceur.

Les femmes en surpoids savent que les hommes attachent de l’importance à l’apparence physique lors de leur choix de partenaire. 23 % des hommes contre 17 % des femmes avouent ne pas avoir voulu aller plus loin avec une partenaire à cause de son surpoids même si celle-ci leur plaisait.

Les femmes connaissent l’importance du poids dans la séduction et elles sont donc plus nombreuses (35%) que ces messieurs (30%) à reconnaître ne pas avoir aborder un homme qui leur plaisait car elles estimaient être trop en surpoids pour le séduire.

Il est toutefois important de savoir grâce à cette étude que le surpoids n’est que rarement la cause d’une rupture. En effet, seulement 4 % des Français reconnaissent avoir quitté leur partenaire pour une question de surpoids.

Les résultats de cette étude analysées par l’Ifop

François Kraus, directeur de l’expertise « Genre, sexualités et santé sexuelle » à l’Ifop reconnait que selon l’étude, la « contrainte pondérale » est plus intense chez les femmes que chez les hommes et ce, quelle que soit leur corpulence réelle. Lorsque l’été arrive, mincir est un enjeu typiquement féminin.

Toujours selon lui, dans un pays comme la France où la pression sociale autour de la corpulence est très forte, il est intéressant de prendre en compte que les couples n’échappent pas aux normes de minceur en vigueur et notamment lorsque l’été arrive et donc lorsque les corps plus dévoilés à cette époque de l’année sont confrontés aux normes corporelles dominantes.

Et enfin, François Kraus explique que cette étude apporte des enseignements qui rassurent. En effet, elle démontre que les personnes qui sont en couple sont dans l’ensemble moins exigeants à l’égard de leurs partenaires que d’elles-mêmes et que si le surpoids peut les gêner dans certaines situations comme à la plage, cela est rarement le cas dans leur couple au point en tout cas d’amener à une rupture.

L’infographie synthèse (téléchargeable)

Cliquez ici pour obtenir la version PDF.

 

L’interview de l’analyse de François Kraus, directeur de l’expertise « Genre, sexualités et santé sexuelle » à l’Ifop (téléchargeable)

Vous pouvez y accéder en cliquant ici.

Les résultats complets de l’enquête (téléchargeables)

Vous pouvez accéder au power point explicatif des résultats en cliquant ici.

Votre avis nous intéresse !

Faites-vous entendre en commentaires !

Partager

Commenter