Les fibres ne sont pas toutes fibreuses

0

Contrairement à leur nom, qui cache une très large famille, les fibres ne sont pas toutes fibreuses. Certaines sont même invisibles à l’oeil nu, imperceptibles au palais…. Comment les détecter ?

Dans l’esprit de la plupart des mangeurs, les fibres sont visibles à l’oeil nu, un peu comme le crin des matelas d’antan ou les fils des haricots verts…. Les fibres alimentaires renvoient souvent à la consommation de fruits et de légumes et la fameuse recommandation du PNNS de manger au moins cinq portions de fruits et légumes par jour. Ainsi que les céréales et produits dérivés. La consommation d’un produit céréalier complet à chaque repas est également une autre recommandation du PNNS.

Or, les fibres sont aussi variées dans leur nature que les produits où elles sont ajoutées en 2010 : même dans le lait, on s’amuse à en rajouter… Alors ?
Les fibres sont des polymères glucidiques (comprenez des multiples d’éléments plus simples, un peu comme un collier fait de perles identiques) contenus dans la nature. De la forme des molécules de base et de l’importance de cette polymérisation, on peut avoir des fibres solubles – ce sont alors souvent des gels plus ou moins denses – ou des matières plus conséquences présentes le plus souvent dans la paroi des cellules végétales.

Dans notre modèle d’alimentaire actuel, les fibres proviennent pour moitié des produits céréaliers, pour 32% des légumes et 16% des fruits.

Tous les produits céréaliers : farine, pain, riz, pâtes en contiennent mais en quantité variables. Ce sont les produits complets et semi-complets qui en contiennent le plus. En effet, les fibres dans les céréales se trouvent dans l’enveloppe qui entoure le grain, partie de la céréale conservée dans la fabrication de ces produits complets. C’est pourquoi, le pain fabriqué avec de la farine de type 80, le pain bis ou aux céréales sont des produits plus riches en fibres que le pain blanc qui est quant à lui fabriqué à partir de céréales raffinées, c’est-à-dire ayant notamment été séparées de leur enveloppe.

Mais les fibres solubles aussi, comptent : elles sont présentes à la fois dans les gels et gommes (gomme d’acacia, gomme guar, psyllium, agar-agar, fructooligosaccharides présents dans les racines comme la chicorée, l’artichaut…

Notre alimentation est trop pauvre en fibres… En effet, la consommation moyenne chez les femmes Françaises s’élève entre 15 et 18g/j* et entre 18 et 21g/j* pour les hommes, alors que les recommandations du PNNS (Plan National Nutrition Santé) recommande au minimum 25g/j pour un adulte quelque soit son sexe. Pour les enfants, comptez son âge + 5 g/j .

* Sources : l’étude ENNS, Usen InVS/Cnam/P13Par exemple, 10 g pour un enfant de 5 ans,

15 g pour un enfant de 10 ans.

Pour la plupart d’entre nous, c’est sur la digestion que jouent principalement les fibres. C’est l’avis de 76% des européens en 2008 contre 64% en 2007*.

* Sources : Tate & Lyle – Consumer Insight

Partager

Leave a Reply