La tyrannie des régimes

0

Rester mince ou conserver son poids de forme au fil des années, perdre les kilos accumulés l’hiver ou par un laisser-aller …

La volonté de préserver un poids idéal est un gage de bonne santé, mais semble aussi déterminant pour inspirer la considération d’autrui.

Est-ce pour cela que chaque année, aux premiers signes du printemps, les régimes fleurissent comme le muguet et le lilas ?

Mais, comment perdre le poids ainsi accumulé ? Nul doute : il faut manger moins ! Et ce n’est pas si simple… On l’aura bien compris.

Depuis la fin des années 60, la ligne devient la préoccupation constante et croissante de la féminité. Le régime est légion : en 1985, 22 % des Français étaient au régime, en 1993, quatre Françaises sur dix voulaient maigrir dont 70 % pour des raisons esthétiques et une Française sur deux a au moins tenté une fois de maigrir. Réguler son alimentation dans l’optique de perdre du poids est un comportement qui s’est banalisé et rares sont celles qui y échapperont. Cette préoccupation de la « ligne » est à relier à la diffusion médiatique du modèle du corps svelte devenu la référence idéale.

Et pour arriver à ces fins, plusieurs méthodes sont à notre disposition :

• Les régimes hypocaloriques

Le principe est simple : il faut diminuer les calories consommées pour forcer l’organisme à puiser dans ses réserves, en contrôlant notamment les apports de sucre et de graisses. Un des plus célèbres et des plus drastiques étant le fameux régime 800 calories. Pour suivre l’apport en calories journalier, il est en général conseiller d’utiliser des applications pour compter les calories comme My Fitness Pal. Pour en savoir plus, consulter notre TOP 5 des applications pour maigrir.

Qu’il soit enrichi en « fibres » ou simplement « hypocalorique », il exige rigueur et obstination pas toujours facile à respecter. La variante « soupe », mise au point dans un hôpital américain pour faire maigrir rapidement des personnes obèses devant subir une intervention chirurgicale, est comme son nom l’indique, à base de soupes dite « brûle-graisses ».

La méthode « Weight Watchers » qui existe depuis 1963 aux Etats-Unis et qui se base sur des repas hypocaloriques associés à des réunions de groupe et un suivi réguler. Cette stimulation a fait ses preuves, de plus, il permet à chacun, de remettre en cause sa propre façon de s’alimenter.

• Les régimes avec substituts de repas

« Hyperprotéiné » basé sur le principe de la satiété liée à l’ingestion de protéines ou « Substituts de repas » basés sur le principe d’un régime hypocalorique, ils permettent de contrôler les apports énergétiques. Cependant, ce sont des régimes chers.

• Les régimes d’exclusion

Sont les plus dangereux. Ils génèrent des carences et des déséquilibres nutritionnels pouvant entraîner des problèmes de santé.

« Atkins » ou « La révolution diététique » exclut les glucides au profit des protéines et des lipides que l’on peut donc consommer à volonté.

Régime « Hollywood ou régime fruits » qui consiste à manger des fruits pendant une semaine. Quelques variantes sont toutefois possibles : « régime ananas », « cure de raisin », …« low carb »  ou régime pauvres en glucides (sucres)qui permet de limiter la consommation de sucre et de sucreries. Régime « Mayo » ou le contrôle stricte des apports caloriques de la journée.

Régime « Miami »  ou « South Beach Diet », le parfait régime sans glucides (sucres), et très riche en lipides (graisses et aliments gras) et en protéines (viandes, poissons…).

• Les régimes dissociés

« Le chronorégime »  basé sur les rythmes biologiques (chrononutrition), avec une répartition des aliments dans la journée et la consommation de certains d’entre eux à des moments particuliers. « Le régime Montignac » qui s’appuie sur l’index glycémique (IG) en excluant des aliments à indice glycémique élevé.

• Les régimes « détox et équilibre »

Ils proposent de purifier l’organisme par différents biais : « acide-base », « association d’aliments particuliers », … compliqué et scientifiquement injustifié.

Le régime « medium fat » ou « régime crétois » ou encore « méditerranéen » favorise la consommation de fruits et légumes, de matières grasses végétales, de poissons et de céréales complètes tout en conseillant l’activité physique.

Tout comme le « régime Okinawa », il privilégie un art de vivre, sans restriction mais toujours avec modération et optimisme.

• Les régimes « de spécialistes »

Dr Cohen, Dukan, Dr Fricker, Valérie Orsoni, Zermati, chacun sa méthode souvent liée au business, elle ont tout de même l’avantage d’être moins frustrantes que d’autres. En revanche, elles sont plutôt chères, peuvent être compliquées dans les recettes à réaliser et se basent sur une perte de poids « douce ». Comme dans tous les régimes, de la phase de stabilisation dépend le succès du régime à terme. Bien souvent, les personnes regrossissent dès la fin du régime.

Il existe bien d’autres régimes encore. Dans tout cela, comment détecter le bon régime du piège financier ? Pas toujours évident. Pour en savoir plus, n’hésitez pas à consulter notre rubrique spéciale régime.

Partager.

Leave a Reply