Les bactéries épidermiques sont bonnes pour la santé

0

Les Américains sont des fanas d’antibactériens ces dernières années. Savon, désinfectant, dépolluant, se métamorphosent en un arsenal exterminateur de tout microorganisme présent à la surface de la peau.

Certes, certains microbes font peur : Staphiloccoque ou Clostridium difficile, par exemple. Or, le microcosme vaste de la vie bactérienne, virale et fongique qui vit dans et sur nous, est non seulement inoffensif, mais la plupart du temps même, indispensable à notre santé !

Des recherches récentes ont révélé que, lorsque nous éradiquons certaines bactéries bénéfiques de notre tube digestif (un traitement antibiotique prescrit), d’autres espèces de bactéries indésirables peuvent alors s’installer et causer des problèmes de santé.

Une nouvelle étude constate qu’un même phénomène survient au niveau de notre peau. Peu importe combien de douches vous prenez chaque jour, vous êtes encore une colonie de bactéries de marche, ce qui est une bonne chose pour vous !

les bactéries épidermiques

Une équipe de chercheurs dirigée par Shruti Naik, de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses Laboratoire de parasitologie, a examiné ce qui se passe chez des souris axéniques (nées en milieu stérile et protégées de toute contamination).

Des bactéries commensales de l’épiderme, Staphylococcus, absentes, laissent la peau plus susceptible d’être infectée par des Leishmania major (la leishmaniose chez l’homme entraîne les furoncles et les plaies ouvertes qui ne guérissent pas).

La raison va au-delà d’une simple question d’espace d’occupation. Les chercheurs suggèrent que l’interleukine 1 (IL-1) de signalisation, une réponse immunitaire, que les bactéries bénéfiques peuvent influencer.

Les chercheurs ont également testé les effets du microbiote intestinal sur les infections cutanées. Même s’ils vivent à l’intérieur du corps, la flore intestinale va indirectement aider la peau à lutter contre les infections en contribuant au développement du système immunitaire et la régulation des réponses inflammatoires. Mais ils ont constaté que les bactéries intestinales étaient beaucoup moins importantes que les bactéries de la peau pour l’élaboration de la réponse immunitaire de la peau.

Ces résultats suggèrent que la flore de la peau jouerait un rôle important pour éviter les infections. Alors peut-être tous ces bains antibactériens ont des effets qui vont bien plus loin que la peau.

Partager

Leave a Reply