NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Comment vivra-t-on dans 50 ans ?

Article publié le 16 juillet 2011

Le climatologue Hervé Le Treut a apporté à NaturaVox des réponses aux questions que chacun se pose : comment vivra-t-on dans 50 ans, existe-t-il déjà des surprises climatiques, quels sont les enjeux économiques et sociaux du changement climatique, sont autant de questions abordées par Hervé Le Treut en vue de nous apporter une vision claire de ce qu’est le changement climatique.

Durée de l’interview : 17 minutes



Bookmark and Share
31 votes

commentaires
votez :
par alberto (IP:xxx.xx8.85.25) le 7 novembre 2007 à 14H46

Merci à l’Equipe de Naturavox d’avoir attiré notre attention sur cette vidéo : un entretien plein d’enseignement.

Et au passage, l’occasion d’aller visiter (ou revisiter) les sites internet consacrés aux travaux de l’IPCC dont parle Hervé Le Treut.

Une question, cependant, à l’attention l’Equipe de Naturavox : serait-il possible à l’issue de telles interviews de questionner l’auteur (et d’en attendre ses réponses) dans le cadre des commentaires faisant suite à leurs vidéos ?

Bien à vous.

votez :
par Jean-Marc Hauth (IP:xxx.xx8.109.130) le 7 novembre 2007 à 15H46

On ne peut être que d’accord sur ce qui est dit sur la climatologie. Par contre si on parle de la vapeur d’eau dans l’atmosphère pour en minimiser les effets sur le climat il ne faut pas négliger les modifications dûes aux activités humaines de l’eau souterraine.

Ces activités font un déficit d’infiltration et une surexploitation du sous-sol. Ce fait est oublié ou marginalisé mais en tous cas il agit sur le climat. L’augmentation du CO2 dû à son nonrecyclage par réduction de la biomasse par sécheresse ou l’augmentation de la température des sols qui se transmet à l’air sont aussi oubliés. La gestion globale de la ressource en eau sera la réponse aux problèmes climatiques et beaucoup d’autres quand les experts actuels cesseront de jouer le jeu des grosses compagnies qui font du developpement durable pour faire durer le capitalisme sauvage de plus en plus mafiaté.

votez :
par olivier cabanel (IP:xxx.xx7.97.221) le 7 novembre 2007 à 16H27

bonjour, bien sur cet interwiew est interessant.

toutefois, je voudrais attirer l’attention sur le fait qu’un texte écrit, et construit, est bien plus interessant si l’on cherche a aller au fond des choses.

d’autant que dans cet interwiew, on note beaucoup de contradictions, des hésitations, des doutes.*

on reste souvent dans l’anecdote, et on aimerait avoir des informations plus rationnelles.

on connait les dangers de la modelisation.

j’en veux pour preuve un sujet local que je connais bien pour le "pratiquer" depuis plus de 15 ans (ligne de fret ferroviaire lyon turin) qui a comme origine l’augmentation annoncée du transport de marchandises : c’est l’argument qui a permis de lancer ce projet.

dans le dossier (très sérieux ?) de consultation, on annoncait un doublement du trafic en 15 ans, allant meme jusqu’à affirmer 80 millions de tonnes de marchandises en 2010.

or, la réalité est très différente, puisqu’en 15 ans, le nombre de camions est passé de 4300 par jours à ...4000. quand on fait de la modélisation, il faut chercher le plus grand nombre de critères possibles.

dans le cas du changement climatique, quid de l’augmentation exponantielle des véhicules en chine, aux indes, en russie... quid de la libération de millions de m3 de méthane encore piégé dans la calotte glaciaire ? etc etc...

ce serait vraiment interessant de travailler à fond ce sujet, avec toutes les données que nous avons, et non pas en se basant sur des a priori, ou des estimations aléatoires.

qu’en pensez vous ?

votez :
par floyd (IP:xxx.xx7.119.42) le 8 novembre 2007 à 09H46

@olivier cabanel

Mon impression est que la science climatalogique est utilisée pour promouvoir des projets de société. Et malheureusement les extrêmes sont très bien représentés. D’une part on a des ultra-libéraux ou des néo-conservateurs qui luttent pour le status-quo et d’autre part des idées d’extrême gauche qui sont recyclés dans l’écologie.

Heureusement, il y a des gens moins extrêmistes, mais ils sont moins représentés dans les médias. Pour ma part, je crois qu’on a beaucoup d’incertitude concernant le climat. Quand je vois des projections a 100 ans, je trouve cela assez ridicule.

Ce qui me gêne aussi, c’est que les tenants de la réduction du CO2 sont généralement contre les idées vraiments novatrices. Je crois que vous en êtes conscient puisque vous avez écrits des articles sur ces technologies.

votez :
par ch. le bec-troadec, réflexologue (Paris) (IP:xxx.xx7.54.44) le 9 novembre 2007 à 16H52

Je suis tout à fait en accord avec cet analyse (cf mon article : http://lepilori.unblog.fr/2007/11/0...

votez :
par wibil (IP:xxx.xx7.181.146) le 10 novembre 2007 à 11H12

oui, la modélisation, de même que les statistiques sont des outils plus que limités puisque, par définition, ils s’appuient sur des données connues !

Or, nous sommes dans une situation d’emballement des phénomènes inconnue ! On ne peut pas intégrer des paramètres que l’on n’a pas !

D’ailleurs, il suffit d’observer la cacophonie qui règne en climatologie : pour les prévisions du relèvement du niveau de la mer, on va de 50cm à 14m pour 2050 .....

votez :
par lerma (IP:xxx.xx1.158.69) le 14 novembre 2007 à 00H43

Arrêtons toute ce bizness du catastrophisme en essayant de nous vendre la rareté des matières premières pour mieux justifier les prix de la spéculation.

D’ailleurs,ce discours justifie toutes les dérives actuelles alors que si vous voyagez un peu (l’inde,la Chine soit 1/3 de la population) vous comprendrez qu’il ne sert à rien de se priver alors que ces pays n’ont même pas atteint nos normes d’hygiène ,de sécurité et encore moins de normes de travail.

Tout ce discours catastrophisme ne visent qu’à instaurer des taxes des justifier la spéculation

Intégrer le développement durable dans l’économie,OUI,mais il faut prendre exemple sur le modèle allemand,puisqu’ils ont commencé en 1983 à le faire

Je retire du modèle allemand le nucléaire,qui est en France un modèle de connaissance stratégique que nous devons continuer à développer et mettre en application

Quand à prédire l’avenir,personne ne peut le dire,comme personne ne pouvait prévoir l’internet dans sa conception d’aujourd’hui

STOP AU CATASTROPHISME !

votez :
par wibil (IP:xxx.xx5.219.27) le 17 novembre 2007 à 07H30

Rêvez, rêvez...

Plein de nounours achetés à Noël, pendant ce temps, l’ours blanc, le vrai, lui : il meurt !

Bien sûr qu’il y a des profiteurs pour qui ces bouleversements sont une mâne !

Je me suis engagée à respecter la nétiquette, je m’abstiendrai donc de coucher noir sur blanc le qualificatif dont j’ai envie de les doter...

Mais faudrait-il censurer le fait que le pétrole se fait rare dans l’espoir d’empêcher les spéculations ???

Les Auteurs deVideo
L'équipe NaturaVox - 114 articles
TerrEthique - 1 articles
Juw-le-naturien - 1 articles
Sylvie Simon - 58 articles
Littlecelt - 25 articles
Greg - 10 articles
BelleAuNaturel.net - 33 articles
minijack - 8 articles