NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Une école durable est-elle possible ?

Article publié le 13 octobre 2011

L’Education Nationale en générale, et chaque école, en particulier, est devenu le réceptacle de tous les espoirs et exigences de la société. Il faut y parler des problèmes de santé, éduquer à la sécurité routière, sensibiliser les enfants aux droits de l’homme.... L’enseignant est devenu, à son corps défendant, le canal obligé d’une éducation multiforme qui reflète la complexité croissante de nos sociétés. Alors, dans ce processus, l’enseignement au développement durable semble une nécessité incontournable.

Une école durable est-elle possible ?

Interrogeons cette évidence car nous allons voir que cela n'est pas aussi simple que cela.

 

1-L'enseignement au développement durable :

L'éducation au développement durable a été véritablement lancé dans le système éducatif français par la circulaire du 8 juillet 2004 mais les prémices de cette préoccupation du ministère de l'Education Nationale se trouvent déjà dans la circulaire du 29 août 1977 consacrée à "l'éducation des élèves en matière d'environnement".

Cette éducation se veut ancrée dans toutes les disciplines, multipliant les modalités et les points de vue, travaillant de manière systémique.

Cette éducation, dans son essence même, se voit comme une initiation à la complexité. Travaillant sur des études de cas précis, l'enseignant et ses élèves découvrent ensemble une situation particulière, souvent locale, qui donne de "la chair" et permette de comprendre ses enjeux environnementaux, ses interactions avec les réalités économiques et sociétales.

Cette démarche séduisante a pourtant ses limites. Si elle peut être travaillée dans toutes les disciplines, les Sciences et la Géographie sont celles qui se prêtent le mieux à son utilisation. 

Les programmes ont donc évolués pour tenir compte de cette nouvelle approche. Mais, face à elle, les enseignants sont souvent mal à l'aise.

Elle nécessite en effet une véritable remise en cause de leur travail. S'agissant d'une approche "politique" (au sens noble du terme), le développement durable bouscule les croyances et les convictions de certains d'entre eux, qui font preuve, en temps que citoyen, de scepticisme face à l'écologie.

Peut-on enseigner correctement le développement durable quand on est convaincu personnellement que le réchauffement climatique et les travaux du GIEC sont discutables, quand on est passionné, par exemple, de motos ou de voyages sous les tropiques ? L'enseignant rencontre parfois la contradiction entre sa vie quotidienne, ses convictions personnelles et les exigences de sa fonction.

Le ministère reconnaît d'ailleurs qu'il est difficile "d'identifier une définition simple et acceptable pour tous du développement durable, un concept encore en construction". Il est difficile pour l'enseignant de s'emparer de savoirs imprécis et fragiles qui bousculent les certitudes de sa formation universitaire et les cloisonnements de sa discipline.

De plus, l'expression de développement durable est devenue redondant dans tous les discours : politiques, chefs d'entreprise et journalistes l'emploient à tort et à travers alors même qu'elle est discutable et fragile. Dans ce contexte, il est difficile de donner de la cohérence à un sujet aussi versatile et trivial.

Aussi, si l'éducation au développement durable est une nécessité incontournable, il ne faut pas s'en contenter. L'école durable peut prendre d'autres formes que l'on voudrait décrire ici.

2-L'école, une communauté durable :

Alors que les préoccupations environnementales ont occupé le champ des programmes, et commencent à entrer dans les classes, il est encore bien rare de voir des établissements scolaires s'intéresser à cette question.

Or, une école est d'abord un lieu de vie où, chaque jour de l'année scolaire, des centaines de personnes (élèves,personnels, parents) consomment de l'énergie, de l'eau, mangent et produisent des déchets. Une école émet du carbone comme une entreprise.

Cet angle d'attaque du problème présente l'intérêt de toucher à la vie quotidienne des gens et peut avoir un retentissement considérable car l'école touche l'ensemble de la population.

Dans l'établissement de vos enfants, le tri des déchets existe-t-il ? Lieu de passage et de vie, l'école peut se révèler un lieu de collecte de certains déchets (ampoules, piles, etc...).

Les cantines scolaires peuvent devenir une "force de frappe" considérable dans la généralisation de l'usage de produits alimentaires issus de l'agriculture biologique.

A l'école, source de déplacements quotidiens pour les élèves, leurs parents et les personnels, une démarche de promotion des modes de transport "doux" est possible (transport en commun, co-voiturage).

Ces quelques exemples montrent qu'il y a de nombreuses actions possibles : les établissements scolaires ayant intégré une démarche Agenda 21 sont pourtant rares. 

La multiplicité des missions fixés aux établissements, l'inflation croissante des tâches dans un contexte de réduction budgétaire ne facilitent pas l'implication des équipes. On sait aussi que l'impulsion donnée par les cadres du système (personnel de direction,inspecteurs) est cruciale. Or, ceux-ci ne sont pas toujours sensibilisées, et encore moins formées, à ces questions.

Alors que peut-on faire de plus ? Et bien, il est possible d'aller plus loin en s'intéressant aux établissements scolaires comme des écosystèmes dont il faudrait développer la durabilité.

3-Les bâtiments scolaires, des lieux à transformer :

Marqué par la démocratisation et la massification, le système scolaire français est constitué autour de bâtiments construits, dans leur grande majorité, entre les années 30 et les années 70. 

C'est dire si les écoles, collèges et lycées sont, en générale, de véritables passoires énergétiques. Les prix croissants de l'énergie sont d'ailleurs en train de mettre les établissements en difficulté. Leur budget n'augmentant pas ou peu, les collèges et les lycées sont obligés de réduire leurs crédits pédagogiques pour payer leurs facteurs de gaz, de fuel et d'électricité.

Certes, la décentralisation, à partir des années 80, a permis aux collectivités territoriales de reprendre la main. Ce qui les autorisent, pour les nouveaux établissements neufs, à construire des établissements aux labels HQE ou BBC. Mais la très grande majorité des établissements n'en bénéficient pas.

Proposons de transformer le parc d'établissements en bâtiment à énergie positive : en installant une "peau" extérieure isolante, en mettant des mini-éoliennes et des panneaux solaires sur les vastes toits des bâtiments scolaires, en installant des systèmes de récupération d'eau et des toilettes sèches, on transforme la vie et l'organisation des établissements.

Si on associe les membres de la communauté éducative à l'élaboration du projet, on fait avancer la cause environnementale bien davantage que par quelques actions ponctuels ou par l'étude de quelques cas en géographie. L'élaboration de ce projet peut devenir un objet d'étude pédagogique pour les élèves.

Voir et faire évoluer l'établissement comme un écosystème peut aller encore plus loin : si on possède, derrière un bâtiment, un espace vert, on peut y installer un potager, des ruches ou une mare pédagogique.

 

Certes, on va me rétorquer qu'en ces temps de disette budgétaire, l'Etat et les collectivités territoriales n'ont pas d'argent à mettre dans ces coûteuses opérations.

Mais la recherche de l'autonomie énergétique des établissements scolaires présente le double intérêt de participer à la relance du secteur du bâtiment et de limiter les dépenses énergétiques qui plombent notre balance commerciale.

 

On pourrait accélérer le processus, développer les initiatives et favoriser son financement, en demandant une petite contribution incitative aux établissements, contributions utilisés pour payer, en partie, les travaux.

 

Si le développement durable veut devenir une préoccupation centrale dans l'école de demain, il ne faudra pas seulement qu'elle pénètre dans les classes, il faudra aussi changer le mode de vie quotidien des membres de la communauté éducative, il faudra faire évoluer les bâtiments où ils vivent.

Source image : http://www.paris.fr

Thèmes

Développement durable Responsabilité sociale

Bookmark and Share
0 vote

commentaires
votez :
(IP:xxx.xx3.65.100) le 14 octobre 2011 à 21H55

Les Journée défense et citoyenneté (ex-JAPD)permettent de constater un taux record d’illettrisme chez les jeunes Français.

Preuve s’il en est que les enseignants auraient autre chose à faire que de sensibiliser les élèves au développement durable.

votez :
(IP:xxx.xx3.65.100) le 14 octobre 2011 à 21H57

"L’Education Nationale en générale"

N’y aurait-il pas comme un problème.

votez :
(IP:xxx.xx4.117.7) le 18 octobre 2011 à 17H42

""Les Journée défense et citoyenneté (ex-JAPD)permettent de constater un taux record d’illettrisme chez les jeunes Français.""

Et si on exigeait l’école obligatoire jusque 12 ans.

votez :
par comptresinno1982 (IP:xxx.xx6.52.191) le 16 juin 2013 à 14H36

Right here are three great ways for marketing your small business. A assortment in link profile proves that your link building exertion is genuine and genuine. Krzysztof Balicki

votez :
par almausonlie1974 (IP:xxx.xx6.56.45) le 21 août 2013 à 16H38

Abuse dispensation is grouping, collecting, treating return disposing be advisable for waste. Relative to laymen display rubbing daunt be required of denunciation is organised additional of a mind to middling techniques walk fortitude emerge http://hostingelite.pl

Les Auteurs deSociété
rcoutouly - 65 articles
voxpopuli - 1 articles
ble2 - 35 articles
çaDérange - 299 articles
Biosphère Blog - 57 articles
ecolomaisjetemmerde - 3 articles
Mobilité durable - 178 articles
Greendriver - 1 articles