NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Politique, écologie : le désarroi des élites

Article publié le 12 avril 2011

En cette période de montée du Front National, de crise nucléaire japonaise, de débat, contesté, sur la laïcité, la classe politique française, les chroniqueurs médiatiques, les politologues et autres experts paraissent désemparés devant l’évolution de la société.

Prenons quelques exemples qui montrent à quel point les vieux clivages et les vieilles grilles d’analyses ne conviennent plus pour comprendre notre monde.

Politique, écologie : le désarroi des élites

1-L'inventaire du désastre :

Vu aujourd'hui une affiche du Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) de Besancenot dont je résume le propos : "A bas le capitalisme vert, vive l'écosocialisme !" Mon commentaire : l'écologie, en prenant une place de plus en plus importante dans le débat public, gêne les clivages manichéens d'antan. Il suffit donc de couper l'écologie en bon et méchant et on retrouve nos rassurantes certitudes !

Le parti socialiste, après avoir retrouvé des couleurs, nous prépare son projet politique. On peux être inquiet en lisant ce billet de Pierre Moscovici sur son blog : la solution à nos problèmes ? La croissance, bien sûr ! Comme si il suffisait de la décider, sans analyser pourquoi nous en avons de moins en moins depuis 30 ans ! Car, elle ne se décrète pas, la croissance, et même si l'emprunt a pu être un des outils de ce miracle, est-on bien sûr que cela suffise à la déclencher ?

 

Le désarroi, on le trouve aussi, bien entendu, du côté de l'UMP. Ses déconfitures peuvent se lire dans l'échec d'un projet de société qui prétendait réformer la société française par la libéralisation économique. Or, la crise est toujours là. 

 

Les experts sont bien embêtés : ceux qui ont préconisé la libéralisation ont échoué, mais ceux qui ont vanté la relance par la demande dix ans auparavant n'ont pas réussi non plus. Les vieux débats du XXéme siècle sont morts.

 

Et puis, "les français sont des veaux", comme disait le général De Gaulle : Ils votent pour le Front National. Les politologues sont désemparés : la montée semble irrésistible et on ne comprend pas pourquoi le pays des Droits de l'Homme devient le berceau de cette montée d'un parti d'extrême-droite.

 

2-La méconnaissance de la population française :

Depuis plus de 10 ans, les experts en politique française en sont convaincus : les français, les classes populaires françaises votent Front National à cause de la violence et de l'insécurité, parce qu'ils sont racistes et n'aiment pas les arabes et les étrangers. Il suffit donc de leur raconter l'insécurité à longueur de JT et de les rassurer sur la politique musclée de la France en ce domaine pour gagner leur suffrage. Avec leur sondage creux, aux questions fermés et orientés, les politologues ont renforcé cette impression.

Mais qui a pris la peine de rentrer dans leur lieu de vie, de s'arrêter et d'avoir, avec eux, une vraie conversation ? Qui a discuté avec ces français des banlieues, à part ces radio-trottoirs aux questions fermées et téléguidées ? Ces poignées de mains sur les marchés ?

J'ai la chance de travailler depuis vingt ans dans les quartiers nord de Marseille, de recevoir dans mon bureau, tous les jours, des familles issues de ces quartiers populaires, de converser avec eux, dans une population qui vote Front National à plus de 35 % depuis des années. Ma conviction est toute différente.

Le racisme ? La peur de la violence ? Bien entendu, cela existe. Mais, cela reste secondaire. Le vrai problème de ces populations s'appelle l'insécurité. Mais il ne s'agit pas de l'insécurité liée à la violence dont on nous rabat les oreilles. Non, cette insécurité concerne la peur de l'avenir, pour soi et pour ses proches. Cette insécurité est celle de l'emploi perdu ou menacé, ce travail qui socialise et fait de vous un membre à part entière de la société. 

Les "gens" des classes populaires, dans leur grande majorité, ne sont pas simplistes, ils ont Internet et analysent l'évolution du monde avec davantage de discernement que l'imaginent nos experts. Les valeurs de la République ? L'école a bien fait son travail, ils les connaissent et les respectent. Mais le délitement de la société est à la mesure de leur désespérance et de leurs difficultés : le coeur de leur espoir et de leur dés(espoir) tient en trois mots : emploi, emploi, emploi.

Et c'est pour cela, parce que ni les socialistes, ni Sarkozy, n'ont su régler le problème, c'est pour cela qu'ils votent FN.

 

3-Sur quels axes faut-il travailler ?

Depuis 10 ans, les politiques se sont trompées : ils ont considérés l'emploi comme un problème parmi d'autres. En réalité, aujourd'hui, le travail est devenu, pour les français, la seule difficulté, celle qui englobe tous les autres.

Mais comment agir ? Par la croissance, bien entendu ! Et on nous ressort les vieilles recettes, celle de la relance ou celle de la liberté économique, celle de l'emprunt salvateur comme celle de la réduction des déficits. 

La croissance, telle que nous l'entendons, ne reviendra plus et il nous faut inventer autre chose. Il faut aller chercher, dans l'économie verte, dans les relocalisations et dans une économie qui consomme moins de matières premières, les leviers nécessaires pour construire une autre économie. Les historiens qui se sont penchés sur les différentes révolutions industrielles ou économiques décrivent un cercle vertueux complexe où des mécanismes diversifiés se conjugent : un saut technologique, une nouvelle organisation sociétale, une mutation culturelle, la création d'une demande, un Etat volontariste menant des politiques publiques appropriées.

Il faut trouver les innovations techniques, sociales et politiques qui formeront le cocktail permettant de trouver ce cercle vertueux.

Maximilien Rouer, spécialiste des relations entre le développement durable et les entreprises a l'habitude de rencontrer des patrons sceptique qui lui expliquent qu'ils n'ont pas les moyens d'investir dans une démarche de développement durable. Il leur répond toujours : si le baril de pétrole atteint 300 dollars, combien de temps votre entreprise peut-elle tenir ? 

Cette question vaut aussi pour notre personnel politique : vous hésitez entre relance par l'emprunt ou rigueur budgétaire ? Mais que vaudra votre politique quand le baril de pétrole sera à 300 dollars ? Elle ne vaudra de toute façon rien parce que vous n'aurez pas anticipé les évolutions inévitables à venir !

Le désarroi de nos élites s'expliquent parce qu'ils continuent à utiliser des schémas culturelles du passé, ceux où les ressources étaient abondantes et où les espaces étaient nombreux et accessibles. Le monde a changé et nos élites ne se sont pas encore adaptées. Espérons qu'ils sauront réagir assez tôt ! 

 

 


Thèmes

Ecologie Politique Economie

Bookmark and Share
1 vote

commentaires
votez :
(IP:xxx.xx3.90.243) le 12 avril 2011 à 11H54

"dont on nous rabat les oreilles"

- "Rebat", monsieur le principal, on nous "rebat" les oreilles....

votez :
par BienEtre (IP:xxx.xx0.231.26) le 13 avril 2011 à 08H23

Oh la la, oui ! En effet... Vous parlez d’une affaire !! Heureusement que vous êtes la pour relever toutes ces vilaines fautes, que ne ferions-nous pas sans vous...

votez :
(IP:xxx.xx3.90.243) le 12 avril 2011 à 11H58

"utiliser des schémas culturelles du passé,"

- Monsieur le principal, on dit "un schéma", et par conséquent l’orthographe correcte de l’adjectif est "naturel".....

votez :
par BienEtre (IP:xxx.xx0.231.26) le 13 avril 2011 à 08H20

Et à part ça ? Aucun commentaire intéressant à faire au sujet de l’article monsieur le... (monsieur qui au fait ?) !!

votez :
(IP:xxx.xx1.174.55) le 13 avril 2011 à 09H43

Bonjour Monsieur Le Principal, Vous parlez de désarroi des élites...Mais, elles sont dans le mensonge depuis le début de leurs études. Comment se fait-il que des énarques se retrouvent à des postes de décisions ? Un administratif est prévu pour administrer et les décideurs pour décider. Dès qu’il y a un petit grain de sable qui risque d’écorcher leur enveloppe corporelle...nos diplômés prennent la fuite ou tombent malade. Ils ne sont pas formés pour encaisser les conséquences de leurs actes. A trente sept ans, on en trouve en train de prévoir l’emplacement de la terrasse pour leur propriété de retraite !

De plus, les conseillés experts de ces messieurs sont aussi dans le mensonge de la société comme le résultat depuis les années 1975 nous l’indique. L’ironie est que après ce mois d’octobre, on ne sait pas ce que va devenir notre monde financier..pour des présumés super-cerveaux, qui devraient nous protéger dans notre futur, ça fait désordre je trouve. Le plus grave du plus grave qui puisse arriver dans notre pays est que les salaires ,non plus grave encore, leur salaire risque d’arriver avec un peu de retard....C’est, je crois, la raison de leur désarroi.

Le plus curieux de ce que je vous écris est que cela vient de deux de mes professeurs des années 1972 environ, donc de votre milieu, qui nous prévenaient fermement que le mensonge n’était pas un jeu car tout le monde avait à y perdre. Il n’y a que le mental rationnel qui ose se permettre de jouer avec le mensonge et en 1974, on a vu arriver au pouvoir le premier politicien à s’en réclamer et à même aller jouer dans un continent plus au sud où la magie viendrait renforcer la nocivité du mensonge. En effet, le ’ A moi, tout pour moi, rien qu’à moi ’ y trouve son compte.

Je pense qu’en reprenant les points principaux de votre message, le mensonge, est plus que présent et en est la cause première.

Le premier : L’utilisation erronée des mots pour mentir à l’autre donc à nous. Le principe de la’ petite formule’ ! Je vous fais grâce de la liste de mensonges que vous soulevez dans les paragraphes.

Le second : Nous aurions une loi pour l’emploi ! Que vaut-elle ? Mais, cela était prévisible avant de faire le texte de loi ! ...Là encore, la liste des mensonges est bien longue. De plus, il n’y a plus que 50% de votants qui se déplacent ! Ce chiffre est un des chiffres les plus importants de la France ! La moitié de la France se trouve hors course, alors que nos responsables ne savent qu’emprunter sans espoir aucun de remboursement ! Indigne des ménagères de votre ville et de toute la France cet état de fait.

Le troisième : Comment ne pas se tromper quand on est dans le mensonge du matin au soir ?

""Il faut trouver les innovations techniques, sociales et politiques qui formeront le cocktail permettant de trouver ce cercle vertueux."". Mais, alors pourquoi continuer et surtout pourquoi écarter ceux qui trouvent ? Bien sûr, cela a le très très grave inconvénient d’écarter du pouvoir ceux qui s’y cramponnent et qui favorisent des êtres qui veulent se cramponner...et ceci dans tous les domaines et donc même dans des domaines où une société se devrait d’apporter aide et assistance, je pense aux malades. Curieusement, jamais un médicament n’est moins cher que son précédent. J’ai suivi la découverte applaudie, par les spécialistes de ces maladies, à l’OMS en 2002 et en 2005 contre l’ulcère de Buruli de Madame Line de Coursou, femme d’ambassadeur je crois. L’argile était utilisée et bien un traitement gratuit, doit être éliminé et ...en 2011, il fut découvert un traitement qui marchouille avec des antibiotiques. Je n’ai pas le résultat du double aveugle éventuel mais...on peut penser à 30 à 40% d’effet placebo et 30 à 40% d’effet bénéfique !...Donc, moins que son traitement gratuit....Je pense aussi à ce dispositif ajouté aux moteurs des camions, tracteurs, bateaux et même voiture que l’on ajoute soi même et gratuitement donc qui n’intéresse pas du tout nos spéculateurs.Pourtant, il réduit la consommation de carburant,le brule mieux donc pollue moins,et allonge la durée de vie du moteur. Quelle belle concurrence pour les camions !...au lieu de partager cette belle invention des années 1940 sur les avions Anglais. Actuellement, on ’introduit’ la vapeur d’eau au lieu de l’eau en phase liquide.

Mais, je pense aux connaissances que notre amie, la Chine, est heureusement en train d’accumuler plus ou moins discrètement pour ne pas froisser nos responsables qui savent tout. En effet, vers 1970, elle a prouvé à une délégation de médecins des Usa l’existence du corps éthérique. Le président des USA a du intervenir en personne pour calmer l’ambiance guerrière de ces prétentieux qui venaient d’en prendre plein la g... Je fais référence à l’expérience des deux chiens reliés par des tubes de perfusion et l’un était traité par acuponcture pendant que l’autre était opéré...Il suffit de suivre, de très loin même, l’affaire médiator pour comprendre qu’il y a plus à gagner en conservant l’ignorance de ces faits...Nos amis Chinois semblent reprendre l’étude de ces expériences actuellement...Que doit-on en penser, Monsieur Le Principal ? Pourtant, les discours officiels de nos grands amis Chinois laissent entendre qu’ils seraient partageurs de ces découvertes très bénéfiques à l’Humanité dont vous semblez faire mention. Pourquoi alors avoir chassé de France des médecins qui semblaient être dans cette lignée ? ça, je n’en suis pas certain ! mais, leurs clients, contrairement à notre administration, ne se plaignaient pas, semble -t-il, des conséquences de leur traitement.

votez :
(IP:xxx.xx3.90.243) le 13 avril 2011 à 12H02

@ b(IP:xxx.xx1.174.55) le 13 avril 2011 à 09H43

- Eh ben ! Cà ne s’arrange pas on dirait.......

votez :
par rcoutouly (IP:xxx.xx7.227.206) le 14 avril 2011 à 06H40

Je vous remercie pour votre long commentaire. je ne connais pas tous les exemples que vous citez et qui sont intéressants. Je pense que nous sommes d’accord sur l’essentiel : les élites administratives et financières du pays se sont trompés sur beaucoup d’aspects. J’y rajouterai les élites intellectuelles dont vous parlez peu et qui jouent un rôle considérable sur les mentalités de la population.

votez :
(IP:xxx.xx1.174.55) le 13 avril 2011 à 12H21

@IP:xxx.xx3.90.243) le 13 avril 2011 à 12H02:Bonjour Monsieur, Je vous remercie de prendre la peine de répondre sur ma personne...mais, c’est sur le contenu de ce message que j’aimerais avoir des remarques et si possible des preuves d’erreurs. Les preuves de mes erreurs me rassureraient pour la suite de notre avenir. SVP, vous pourriez en dire plus ?

Une nouvelle société semble arriver et nous en serons absent pour cause de désertion de nos élites.L’extrême courtoisie, que nos amis utilise dans leurs discours officiels, semble n’avoir aucune portée sur le mauvais chemin que nos élites ont fait emprunter à notre société depuis les années 1975. Les résultats désastreux des chiffres et le sort de nombreux compatriotes en sont bien la preuve.

Les Auteurs deSociété
rcoutouly - 65 articles
voxpopuli - 1 articles
ble2 - 35 articles
çaDérange - 299 articles
Biosphère Blog - 57 articles
ecolomaisjetemmerde - 3 articles
Mobilité durable - 178 articles
Greendriver - 1 articles