NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Planification impérative des naissances ?

Article publié le 25 juillet 2010

Les natalistes utilisent tous les moyens pour faire triompher leur point de vue. Leur principal argument pour laisser la population croître indéfiniment est de disqualifier leurs adversaires en les traitant de « malthusien » sans pourtant avoir étudié Malthus.

Planification impérative des naissances ?

Mais nous pouvons constater historiquement que l’état de surpopulation accroît les risques de guerres, de famines et d’épidémies comme le prédisait Malthus. Un autre argument plus fiable énonce que la liberté et l’éducation pourvoiront à la régulation des naissances. Mais l’éducation n’est pas un moyen de contraception et la posture qui consiste à attendre que les femmes aient fréquenté l’école pour voir augmenter le recours à la contraception paraît méprisante à l’égard des femmes les plus pauvres et les moins éduquées. D’autant plus qu’avec une population croissante, l’écart se creuse généralement entre les adolescentes les plus pauvres et les plus riches, entre les plus éduquées et les non qualifiées, entre le milieu urbain et celui de la campagne…

C’est pourquoi la transition démographique n’est pas engagée en Afrique subsaharienne qui compte 4,9 enfants par femme, jusqu’à 5,4 en Afrique centrale et 5,1 en Afrique de l’Ouest. L’Afrique qui vient tout juste de dépasser le milliard d’habitant en 2009 atteindra sans doute 2 milliards en 2050. Ce rythme est insupportable, sauf à mettre les Africains sous perfusion, ce qui n’est pas durable. La journaliste Brigitte Perucca en appelle à une planification des naissances (LeMonde du 22 juillet), c’est donc le retour de Malthus et de la limitation volontaire des naissances. C’est aussi le retour aux thèses écologistes. Dans son programme aux présidentielles de 1974, le message de René Dumont était limpide :

« Nourrir plus d’hommes implique la destruction du milieu naturel. Du reste, si nous nous multiplions inconsidérément, le phosphore nécessaire à l’agriculture manquerait bientôt. Il faut réagir contre la surpopulation. En Inde surpeuplée certes, mais surtout chez les riches : 500 fois plus d’énergie consommée par tête à new York que chez le paysan indien. Ce qui remet en cause toutes les formes d’encouragement à la natalité, chez nous en France. La « France de 100 millions de Français » chère à M.Debré est une absurdité. Les propositions du mouvement écologique : la limitation des naissances et la liberté de la contraception et de l’avortement. Nous luttons pour le droit absolu de toutes les femmes de régler à leur seule convenance les problèmes de contraception et d’avortement. »

Source image : http://static.blogstorage.hi-pi.com

Thèmes

Démographie

Bookmark and Share
1 vote

commentaires
votez :
par France (IP:xxx.xx0.118.106) le 25 juillet 2010 à 20H55

Enfin un article qui ose aborder le problème de la surpopulation ! Avec une croissance continue de la population humaine, il n’y a aucun espoir pour l’environnement ni pour la biodiversité. Au contraire on va tout droit vers l’épuisement des ressources naturelles, la destruction de la biodiversité, la misère pour l’espèce humaine, et en fin de compte sa disparition dans des conditions horribles.

Rejoignez l’association "Démographie Responsable" qui lutte pour faire prendre conscience de la nécessité absolue de stabiliser puis réduire la population, par une diminution volontaire et responsable des naissances.

http://www.demographie-responsable.org/

votez :
par Manso (IP:xxx.xx9.160.176) le 26 juillet 2010 à 12H41

L’article de Brigitte Perruca du Monde est excellent et c’est une bonne idée d’y faire référence. Ceci dit cette histoire de soit disant mépris à l’égard des femmes pauvres quand on fait référence à l’éducation comme facteur pouvant aider à la planification familiale n’est, à mon avis, pas recevable. Le problème des femmes pauvres et non instruites est qu’elles sont sous la coupe de leurs maris et/ou de leurs familles et donc en définitive d’une culture qui nie le droit des femmes à disposer de leur corps et de leur vie tout simplement. C’est cette aliénation qu’il faut dénoncer. Et il n’y a aucun mépris, bien au contraire...

Maintenant il faut bien reconnaître que les peuples premiers s’autorégulaient de façon à vivre en harmonie avec leur milieu. Et donc, on pourrait se demander à cette occasion pourquoi certains peuples (qui ne sont plus premiers il est vrai, mais en tous cas dans un état de développement très inférieur au nôtre) ne sont plus capables de ce même discernement. Une des raisons en est qu’ils sont à la fois exploités par des dirigeants corrompus et souvent à la solde de grandes multinationales, mais aussi qu’ils peuvent (plus ou moins) compter sur une aide extérieure en cas de coup dur (famines, catastrophe naturelle etc). Tout est donc faussé à la base. Nous ne referons pas l’histoire, mais il est bien évident que "nous" n’aurions jamais dû mettre les pieds dans ces régions.

Pour ce qui est d’une éventuelle régulation des naissances, il semble à première vue que répondre aux besoins non satisfaits de contraception serait déjà une bonne amorce de solution au problème de la surnatalité. Dans cette optique,la pétition en faveur de la gratuité de la contraception est une initiative à signaler. http://7343.lapetition.be/

votez :
par Helios (IP:xxx.xx2.80.172) le 26 juillet 2010 à 23H30

Bonjour, Examiner le probleme de la surpopulation seulement par la raison "technique" de l’ecologie et du bien etre des habitant c’est un peu vite oublier au moins deux phenomenes, helas tres humains et culturellement pregnants.

- Certains VEULENT s’etendre, physiquement et culturellement suivant des schemas dogmatiques et religieux

- d’autres n’ont strictement rien a foutre de la surpopulation et ne sont interressés que par leur business

S’il est tres souhaitable d’etendre l’education a un maximum de gens, en esperant qu’ils s’autoregulent, ce n’est pas suffisant.

Comme pour des vases communicants, reduire les naissances en France — par exemple — ne sert a rien si les portes de l’immigration sont grandes ouvertes aux pays qui en profitent pour exporter leur population. Plus les pays dits "riches" seront "vides" et accueillants par leur moderation d’occupation, plus ces pays exporterons leur enfants qui finiront bien entendu par generer des catastrophe culturelles si ce n’est plus.

Cette afflux de migrants est de plus favorisé par la rarefaction de la mains d’oeuvre dont le prix ne fait qu’augmenter (continuité du partage de la richesse). En arrivant en masse, ils detendent le marché, font bassire les couts et du coup permettent la concentration de la richesse (plus faible répartition).

Quelles que soit les raisons, nous avons interet a diminuer la densité humaine mais il faut pour cela accompagner de mesures courageuses de controle strict des migrations et par l’application de mesures et de regulation du travail vraiment serieuses et efficaces.

Helas, je ne voit rien qui va dans cette direction....

votez :
par Didier (IP:xxx.xx4.38.27) le 26 juillet 2010 à 23H36

En un siècle (le 20ème) la population humaine a été multipliée par 3,5. Dans le même temps, celle des grands animaux a été selon les cas divisée par 10, parfois par 100. Faut-il être docteur en mathématiques pour comprendre ce que signifie le prolongement de ces tendances ? Non, un peu de bon sens, un peu de modestie. Il faut aujourd’hui avoir la franchise de dire que la surpopulation est le problème principal de l’humanité. Si nous ne revenons pas à des effectifs plus modestes, tous nos autres efforts en matière d’environnement seront réduits à néant. Ils sont conditionnés à ce préalable. La Terre est un monde fini, cela impose une croissance finie. Voir sur ce thème le site

http://www.economiedurable.over-blog.com

votez :
par René (IP:xxx.xx3.36.188) le 28 juillet 2010 à 12H55

Félicitation pour cet article, rares sont les gens qui osent s’exprimer sur la surpopulation humaine et ses conséquences sur la perte de biodiversités. En effet le pire problème que va rencontrer l’humanité dans un très proche avenir c’est bien celui de sa surpopulation sur une planète finie, surexploitée depuis que nous avons dépassé les trois milliards. La raréfaction des ressources, la pénurie d’eau, la désertification sont déjà présentes et ne peuvent que s’accélérer avec une population toujours croissante. Nous ne résoudrons pas les problèmes de la faim dans le monde tant que nous n’aurons pas stabilisé notre population.

votez :
par Ninive (IP:xxx.xx1.252.8) le 28 juillet 2010 à 17H29

@René (IP:xxx.xx3.36.188) le 28 juillet 2010 à 12H55. Bonjour Monsieur, je partage entièrement votre opinion mais dans le monde matériel seulement. Il ne faut pas oublier que nous avons des amis et que ces amis nous ont prouvés que l’on pouvait compter sur eux. Aux environs des années 1970, ils nous ont prouvé que notre monde n’était pas que de la matière dense après la preuve dite scientifique de 1898 qui n’était parait-il que la réplique des travaux de Monsieur Max Planck. Ainsi, dès à présent on pourrait nourrir la population entière. La quantité de nourriture est présente ...Mais, le faut-il ? C’est ce que semble nous dire nos hommes politiques. Quand allons nous com-prendre que la matière est de l’énergie et l’énergie est de la matière ? Seul le niveau de Conscience de l’observateur fait la différence.

Ainsi, seul le niveau de Conscience des Êtres Humains semble faire obstacle à l’abondance qui existe encore à ce jour sur notre terre. Voilà, j’en suis arrivé juste à ce niveau de raisonnement. J’ose ajouter qu’il y a Deux mille ans, un Être est venu nous demander de nous aimer les uns les autres et même dans son Église,( mais est-ce encore son Église ?) les êtres semblent vivre pour eux et rien que pour eux mêmes. Ma vrai question actuelle est : ’doit-on ajouter ce fait pour continuer mon raisonnement ou bien suis-je complétement à coté ?...enfin complétement ...pas tout à fait, il y a les chiffres de quantités d’aliments qu’on nous sort officiellement de nos administrations diverses et de la population mondiale. Pour nos amis, je me souviens très bien qu’ils n’avaient pas un bol de riz par habitants et par jour MAIS, officiellement un bol pour trois jours....leurs responsables administratifs et politiques ont connu le trait de charrue ouvert devant eux dès le lever du jour et le soir ils devaient avoir comblé ce sillon, avec leurs mains nues, d’un mélange harmonieux d’engrais humain et de terre et ceci durant un certains nombres de semaines fonction de leurs manques d’efficacité à leur poste de travail...Nos amis sont devenus à ce jour, un peuple qui réussit à nourrir sa population mais surtout le premier peuple du monde en industrie, finance et parait-il consommation d’énergie donc certainement le premier Empire mondial. Et avec nos chiffres officiels, il y a la nourriture suffisante par habitant. Il ne manque que, oh pardon ! ,... il manque la répartition....Faut-il faire un parallèle avec ce Grand Pays, avec encore un système unique mais qui sait utiliser deux principes de fonctionnement, pour parler d’efficacité de répartition ? Notre niveau de conscience ne peut-il nous aider à ’NOUS’ modifier, "tout seul", afin de ne pas subir les obligations logiquement induites et si bien décrites dans l’article ?...

votez :
par mr-bienetre (IP:xxx.xx0.231.61) le 29 juillet 2010 à 09H16

Et pendant ce temps là "nfl jersey" continue à essayer de faire son business, même sur naturavox, et même sur un salon ou on parle de démographie responsable ou d’économie durable...et responsable ! La question est donc de savoir s’il est possible ou non de changer une partie de la nature de l’homme...celle qui consiste à ne songer uniquement qu’à son profit personnel ! On aurait mieux fait, pour la sauvegarde de la phone, la flore, de tout notre environnement naturel et de notre propre espèce finalement, de ne jamais évoluer...

votez :
(IP:xxx.xx3.93.145) le 29 juillet 2010 à 10H05

"On aurait mieux fait, pour la sauvegarde de la phone, la flore...."

-Sauvegarder la "phone" avec son "téléfaune" ?

votez :
(IP:xxx.xx9.0.223) le 24 août 2010 à 14H36

"Les natalistes utilisent tous les moyens pour faire triompher leur point de vue...."

- On peut retourner le compliment et dire également que les antinatalistes utilisent tous les moyens pour faire triompher leur point de vue......"

".....Leur principal argument pour laisser la population croître indéfiniment est de disqualifier leurs adversaires en les traitant de « malthusien »...."

- On peut retourner le compliment et dire également que des antinatalistes que leur principal argument pour proner la décroissance de la population est de disqualifier leurs adversaires....

"......sans pourtant avoir étudié Malthus."

- Affirmation gratuite et le plus souvent infondée, les tenants de la promotion de la décroissance de la population ayant peut être lu Malthus (pas tous, loin s’en faut d’ailleurs), ils l’interprètent à leur manière afin de lui faire dire un peu plus qu’il n’a dit en réalité......

votez :
par olro (IP:xxx.xx2.164.149) le 11 juin 2011 à 10H20

Je ne suis pas un savant, mais cet article et les idées auxquelles il se raccroche (sommes toutes assez anciennes) me fait poser une question. Pourquoi voir la nature et l’homme en opposition alors que l’un est le berceau de l’autre ? Dans le domaine du raisonnement, la dualité est facile et ne demande pas beaucoup d’effort intellectuel et sous-entend un refus de changer, ce qui mène à s’opposer. Ceci ne cache-t-il pas une volonté de conserver "pour ceux qui restent" le confort d’une vie de consommation effrénée tout en ayant la bonne conscience d’un équilibre factice avec la nature ? Lorsque l’homme se respectera lui-même dans sa dignité et prendra conscience de la merveille qu’il est, il respectera naturellement le milieu qui lui donne naissance. Ou sont les écologistes amoureux de la vie ?

Les Auteurs deSociété
rcoutouly - 65 articles
voxpopuli - 1 articles
ble2 - 35 articles
çaDérange - 299 articles
Biosphère Blog - 57 articles
ecolomaisjetemmerde - 3 articles
Mobilité durable - 178 articles
Greendriver - 1 articles