NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Plan de mobilité durable pour le Québec

Article publié le 29 juillet 2010

Pendant la campagne des municipales, à l’automne dernier, la mobilité durable était au cœur des priorités de l’équipe du maire sortant, Régis Labeaume, largement réélu. Après avoir lancé les écolobus dans le centre historique en 2008, la ville de Québec s’apprête maintenant à dévoiler un plan de mobilité durable ambitieux qui pourrait voir arriver le tramway dans la Capitale Nationale.

Comme dans la plupart des agglomérations nord-américaines et européennes, à Québec, les quatre dernières décennies ont été marquées par une explosion du nombre de voitures individuelles, entraînant de sévères problèmes de congestion. Et ça ne s’arrange pas : entre 2003 et 2007, le temps de trajet sur certains grands axes de la ville crevait les plafonds, passant de 35% à 102% aux périodes de pointe.

Le temps presse, donc, et les québécois veulent du changement. La mairie l’a bien compris et dès 2008, s’inspirant du modèle bordelais, ville avec laquelle Québec est jumelée, Régis Labeaume a inauguré le projet Ecolobus. Ces mini-bus, qui peuvent emporter une quinzaine de passagers, sont entièrement électriques et ont un avantage tout trouvé pour les touristes et les riverains : ils sont gratuits ! Au départ prévus pour effectuer des boucles dans le centre historique, leur trajet va être étendu à la très animée Rue Cartier, véritable nœud de transport du centre-ville. Si leur gratuité fait grincer quelques dents chez les chauffeurs de taxi qui jugent cette concurrence déloyale, ils sont plébiscités par les usagers.

Le succès indéniable des écolobus ne permet pourtant pas de résoudre les plus gros défis de mobilité auxquels sont confrontés les résidents de Québec. Avec des objectifs de réduction des gaz à effet de serre de 20% à l’horizon 2020, la mairie veut passer à la vitesse supérieure. Le groupe de travail mis sur pied l’an dernier doit présenter ses conclusions en juin dans un plan de mobilité durable très attendu. L’une des pistes phares du plan devrait être l’implantation du tramway pour désengorger les lignes de bus des grands axes qui sont aujourd’hui proches de la saturation.

 

L’étape suivante : le tramway ?

Mais faire un tramway à Québec n’est pas une mince affaire. La topographie de la ville, particulièrement escarpée, ne facilite pas la tâche aux industriels qui planchent déjà sur le projet. Le constructeur québécois Bombardier, qui fabrique des trains, tramways et métros, se veut pourtant rassurant : « On peut circuler dans une pente de huit degrés, et ça peut aller jusqu'à 14 ou 15 degrés », affirmait Jacques Daoust, expert en planification produits chez Bombardier. Autre obstacle de taille, l’hiver : entre décembre et février, il peut tomber 50 cm de neige en quelques heures. Mais là encore, les solutions techniques existent, avec des alimentations souterraines performantes qui résistent aux conditions climatiques extrêmes.

Reste à savoir si la population soutiendra ce projet, qui serait une petite révolution dans une ville qui a pris du retard et qui doit désormais agir vite pour éviter l’asphyxie et poursuivre son développement économique et démographique dans les meilleures conditions.

Bookmark and Share
0 vote

commentaires
Les Auteurs deSociété
rcoutouly - 65 articles
voxpopuli - 1 articles
ble2 - 35 articles
çaDérange - 299 articles
Biosphère Blog - 57 articles
ecolomaisjetemmerde - 3 articles
Mobilité durable - 178 articles
Greendriver - 1 articles