NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Notre-Dame-des-Landes : Jean-Marc Ayrault gagne une bataille

Article publié le 26 septembre 2013

Le 17 septembre, la Commission s’est prononcée favorablement sur le projet de construction d’un aéroport à Notre-Dame-des-Landes, non loin de Nantes. Les opposants avaient espéré que Bruxelles relèverait des infractions à la réglementation européenne. Dans l’immédiat il n’en est rien. Mais les écologistes n’entendent pas baisser les bras pour autant.

Projet hautement épineux, celui de la construction d’un nouvel aéroport, à Notre-Dame-des-Landes, petite ville située non loin de Nantes et Rennes, n’est pas encore entièrement entériné. Défendu par Jean-Marc Ayrault, ancien maire de Nantes et chef du Gouvernement, le projet a connu un coup de pouce crucial de la part de l’exécutif européen. Karl Falkenberg, directeur général de l’environnement, a pris des pincettes, mais a déclaré qu’il n’avait pas identifié d’entorse à la législation européenne.
En effet, M. Falkenberg a pris soin de ne pas heurter frontalement la sensibilité des opposants au projet et des responsables politiques écologistes. « La Commission se réserve la possibilité de suivre de très près les dernières décisions, notamment les impacts cumulatifs », a-t-il précisé. De quoi donner de l’air à Jean-Marc Ayrault, soucieux de s’éviter une nouvelle source d’inquiétude et un éventuel camouflet politique. Et aussi de quoi laisser la porte ouverte à d’autres recours ou contestations de la part des Verts.
 
La réaction des eurodéputés d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV) ne s’est d’ailleurs pas faite attendre. Sandrine Bélier, membre d’EELV, a ainsi préféré insister sur l’intention de la Commission de prolonger sa supervision. Mme Bélier regrette cependant « la timidité  » des déclarations de la Commission, « car attendre une infraction, c’est risquer que soit imposée une situation de fait où une fois la nature et le site détruits et bétonnés nous n’aurions plus d’intérêt à statuer  ».
 
Une chose est sûre, l’affaire de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes représente un nouvel événement à même d’empoisonner les relations déjà tendues entre les socialistes et leurs partenaires du gouvernement. De fait, les écologistes sont d’ores et déjà à cran. Ces derniers n’ont que fort peu goûté à la décision de François Hollande de ne finalement pas augmenter le prix du diesel, et de repousser la présentation de la loi sur la transition énergétique au printemps 2014 au plus tôt.
 
Pascal Durand, secrétaire général d’EELV a lancé un ultimatum au Gouvernement, sommé par la même de donner des gages sur sa politique écologique. Et maintenant Sandrine Bélier a fait du renoncement à la construction de cet aéroport un élément de la transition énergétique et écologique. Dans l’immédiat, le Gouvernement s’est engagé à compenser les atteintes à la loi sur l’eau et à la biodiversité. Ces promesses ont satisfait Bruxelles alors que les Verts auraient voulu prévenir les éventuels dommages plutôt que de réagir a posteriori lorsqu’il est souvent déjà trop tard pour les réparer.
 
En tout cas les grandes manœuvres vont certainement commencer rapidement maintenant que le Gouvernement dispose de l’accord de Bruxelles. Ne manquent plus que les arrêtés préfectoraux. Le temps est d’ailleurs certainement le dernier atout des opposants au projet, qui savent bien que plus le début des travaux sera repoussé, moins l’aéroport aura de chance de voir le jour.
Bookmark and Share
2 votes

commentaires
votez :
par L.S. (IP:xxx.xx6.106.56) le 30 septembre 2013 à 22H01

Pourquoi pas sur les terres du copain de Miterrand à Bonvilliers où au bout du rail Bertin...https://www.google.fr/search?q=a%C3..., c’est le moment de réhabiliter cet ingénieur dont les brevets sont défendus jusqu’en 2017

votez :
par avril (IP:xxx.xx3.36.16) le 4 octobre 2013 à 20H14

Honnêtement vous y avez cru au désaccord de Bruxelles ? Forcément que Bruxelles ne pouvait être que d’accord avec ce projet.

votez :
(IP:xxx.xx3.234.250) le 31 octobre 2013 à 13H18

Lorsque économie et politique sont sur la même longueur d’onde, il n’y a pas grand chose que le peuple puisse faire pour contrer leurs velléités. Pauvre France... pauvre démocratie !

Les Auteurs deSociété
rcoutouly - 65 articles
voxpopuli - 1 articles
ble2 - 35 articles
çaDérange - 299 articles
Biosphère Blog - 57 articles
ecolomaisjetemmerde - 3 articles
Mobilité durable - 178 articles
Greendriver - 1 articles