NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Non-lieu : sur le passage en France du nuage radioactif de Tchernobyl

Article publié le 24 mars 2011

Non-lieu : sur le passage en France du nuage radioactif de Tchernobyl

Des victimes encore bafouées par ce que l’on appelle la Justice

 Nous venons d’apprendre par divers journaux que le parquet a l’intention de requérir un non-lieu dans l'enquête sur le passage en France du nuage radioactif de Tchernobyl lors d'une audience de la cour d'appel de Paris le 31 mars.

Cette consternante nouvelle arrive au moment même où nous attendons le nuage de Fukushima, en pleine catastrophe nucléaire.

La Chambre de l'instruction doit étudier le 31 mars l'appel formé par le Pr Pierre Pellerin, mis en examen pour tromperie aggravée dans cette affaire, contre le refus de la juge d'instruction chargée de l'enquête d'ordonner un non-lieu, a-t-on appris auprès du cabinet de Me Bernard Fau, avocat des parties civiles. Et la nouvelle encore plus stupéfiante a été le dessaisissement soudain de la juge d’instruction chargée du dossier, Marie-Odile Bertella-Geffroy, dans l’attente de la décision de la Cour d’appel sur ce non-lieu ! 

« Cette attitude vise à étouffer l'instruction pénale portant sur la problématique majeure de la communication officielle en direction des populations, lors des catastrophes nucléaires, ce qui est absolument intolérable », a réagi Chantal Lhoir, co-présidente de l'Association française des malades de la thyroïde (AFMT), dans un communiqué. 


L'association demande au garde des Sceaux Michel Mercier d'empêcher toute « entrave » au déroulement de l'instruction, particulièrement le non-lieu dans cette affaire. 
 

bombe-nucleaire.jpg« Au moment où le monde traverse l’une des plus graves calamité nucléaire au Japon et alors que nous commémorons le 25ème anniversaire de la tragique catastrophe de Tchernobyl, l’Association Française des Malades de la Thyroïde a appris avec indignation et consternation que le Procureur Général de la Cour d’appel de Paris a décidé de requérir un non lieu dans l’affaire pénale des mensonges sur les dangers du passage du nuage radioactif de Tchernobyl sur la France. »

L’AFMT estime que le dossier de l’instruction a mis au jour des fautes au détriment de la protection des populations en ce qui concerne l’information sur l’air et l’alimentation. Elle estime que le Service Central de Protection contre les Radiations Ionisantes a trompé la population en diluant, retardant ou masquant les données, en acceptant que des aliments contaminés interdits à la consommation chez nos voisins étrangers soient revendus sur le territoire français avec des doses hors des normes admises par l’Organisation Mondiale pour la Santé.

Pour les co-présidentes de l’Association, Madame Chanlal Lhoir et Madame Chantal Garnier, « c’est au moment où l’instruction pénale réunit les données épydémiologiques sur le développement du nombre des cancers chez personnes exposées aux retombées radioactives dans les zones de France les plus exposées, que l’on essaie d’enterrer le dossier. On a peur de savoir et surtout on a peur de devoir l’avouer ! »

Indignées par cette demande de non lieu du Procureur Général de Paris, les victimes françaises de Tchernobyl demandent que le Parquet, qui est l’autorité de poursuite en France, cesse de se manifester à contre emploi en demandant l’arrêt des poursuites et qu’il ait enfin une attitude conforme à son rôle institutionnel. La crédibilité de l’institution judiciaire auprès des citoyens qui est déjà très entamée, en dépendra. Elles ont appelé à la Mobilisation générale pour l’audience de la Cour d’appel du 31 mars 2011, à 9 h, devant le Palais de Justice de Paris. « L’audience de la Cour d’appel devant se tenir à huis clos, nous resterons tous sur le trottoir ! »

Environ 500 plaignants se sont constitués partie civile dans ce dossier.

Thèmes

Justice Radioactif

Bookmark and Share
5 votes

commentaires
votez :
par Alain-Goethe (IP:xxx.xx7.215.254) le 24 mars 2011 à 15H47

J’ai aperçu ce titre voici qq jours qq part . ;

J’espère qu’ils vont bien réfléchir

votez :
par Ferdinand Pecora (IP:xxx.xx6.58.3) le 24 mars 2011 à 19H06

Le Pr. Pellerin n’a pas menti du tout dans cette affaire. C’est le journal Libération du 12 mai 1986 qui a écrit que "le gouvernement a[vait] menti" et que le nuage a épargné la France, alors que dans son édition du 2 mai 1986, le même journal Libération affirme : "Pierre Pellerin [...] a annoncé hier que l’augmentation de radioactivité était enregistrée sur tout le territoire[...]".

La preuve ici avec les coupures de presse respectives : http://ecolo.org/documents/document...

Pour le fond du problème, tout a été méticuleusement investigué dans le livre de Bernard Lerouge : "Tchernobyl, un "nuage" passe..."

Quant à savoir si "dépasser les normes" est dangereux, il faut déjà étudier épistémologiquement comment ces normes ont été instaurées. Pour cela, il y a l’excellent bouquin du journaliste Vincent Crousier : "Les dix plus gros mensonges sur le nucléaire".

votez :
par parkway (IP:xxx.xx8.112.169) le 25 mars 2011 à 09H13

Ferdinand PECORA est mort en 1971...

Quant aux défenseurs à tout crin, comme vous l’êtes certainement, du nucléaire français, je dirai que seulement le nucléaire en France ne représente que 15% des besoins énergétiques français...

Alors, si depuis trente ans, rien n’a été fait pour éradiquer cette saloperie de merde de nucléaire, c’est qu’il s’agit certainement de problèmes financiers personnels et politicards.

Donc, de toutes façons indéfendables...

que les cons se le disent !

votez :
(IP:xxx.xx9.128.177) le 25 mars 2011 à 09H37

@ parkway

"que les cons se le disent !"

- Mais vous venez justement de le dire !

votez :
(IP:xxx.xx9.128.177) le 25 mars 2011 à 10H53

@ parkway

"Quant aux défenseurs à tout crin, comme vous l’êtes certainement, du nucléaire français, je dirai que seulement le nucléaire en France ne représente que 15% des besoins énergétiques français..."

- Ce n’est pas parce qu’on répète sans cesse les mêmes erreurs qu’elles finissent pas devenir des réalités.....

http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89...

En 2008, la production locale (indigène) d’énergie primaire représente 137 Mtep (essentiellement de l’électricité nucléaire), les importations totales d’énergie représentent 172 Mtep (essentiellement des produits pétroliers et du gaz dont la production locale est très faible).

La production d’énergie en France se fait essentiellement sous forme de production d’électricité (121 Mtep en 2008, sur un total de 137 Mtep produites)BIL 2. La production d’électricité en France est faite pour 76,5 % par l’industrie nucléaire en France.

votez :
par parkway (IP:xxx.xx8.112.169) le 25 mars 2011 à 14H27

"la production d’électricité en France est faite pour 76,5 % par l’industrie nucléaire en France."

nous sommes bien d’accord : il s’agit de la production d’électricité et non de l’énergie totale consommée en France.

je sais bien que les 58 centrales françaises (dont seulement 24 sont à double coques) produisent 80% de l’électricité française...

Mais que faites vous de la consommation de Gaz et de Pétrole ???

votez :
(IP:xxx.xx9.128.177) le 25 mars 2011 à 16H26

@ parkway

- Il faut lire tout le texte et prendre en compte tous les paramètres !

http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89...

En 2008, la production locale (indigène) d’énergie primaire représente 137 Mtep (essentiellement de l’électricité nucléaire),

La production d’énergie en France se fait essentiellement sous forme de production d’électricité (

121 Mtep en 2008, sur un total de 137 Mtep produites)

121 Mtep sur 137 = 88%. Donc la production locale française d’électricité représente 88% de la production totale d’énergie sur le territoire. De ces 88 %, 76,5% viennent du nucléaire. On est loin des 15 % que vous annoncez.

La production d’électricité en France est faite pour 76,5 % par l’industrie nucléaire en France.

votez :
par Luc-Laurent Salvador (IP:xxx.xx8.9.152) le 24 mars 2011 à 19H46

Doit-on voir là une forme de synchronicité ? Le fait qu’il y ait aujourd’hui même un nuage radioactif au dessus du territoire national alors que tombe cette nouvelle, c’est assez sidérant.

J’espère que l’actualité aidera les juges à prendre les décisions qui s’imposent.

En tout cas, merci pour cette information citoyenne qui, j’espère, sera relayée par les médias grand public

votez :
(IP:xxx.xx9.128.177) le 25 mars 2011 à 08H32

http://sfp.in2p3.fr/Debat/debat_ene...

Naissance d’un mythe : les retombées de Tchernobyl en France Treize ans après la catastrophe de Tchernobyl du 26 avril 1986 et le passage de son nuage radioactif sur l’Europe, la plupart des Français croient toujours que les pouvoirs publics leur ont menti à propos des risques présentés par ce nuage. Un mythe est né, selon lequel les pouvoirs publics auraient affirmé que " le nuage s’est arrêté à notre frontière ". Rappelons les faits. Le 28 avril le nuage avait atteint la Scandinavie et le nord de la Russie d’Europe. Le 30 avril, le nuage était redescendu sur l’Europe Centrale, l’Allemagne, la Suisse et, un peu plus tard dans la journée, l’Est de la France. Sur la base des mesures effectuées en France, le Service Central de Protection contre les Rayonnements Ionisants (SCPRI), alors dirigé par le Professeur Pellerin, publiait un premier communiqué à 16 heures ne signalant " aucune augmentation significative de la radioactivité " ; puis vers minuit, un deuxième communiqué signalant " une situation dans l’ensemble stationnaire ; on note cependant, dans certaines stations du Sud-Est, une légère hausse de la radioactivité, non significative pour la santé publique ". Le 2 mai, alors que le nuage avait plutôt reflué vers l’est, le SCPRI confirmait " une élévation de radioactivité sur le territoire ", tout en confirmant l’absence de conséquences pour la santé publique. Le 5 mai, le nuage avait complètement quitté la France, laissant derrière lui des dépôts radioactifs, notamment de Césium 137, plus ou moins importants selon les régions et selon les pluies survenues pendant le passage du nuage : 0,2 à 3 kBq/m² d’ouest en est, avec très localement des concentrations plus fortes, notamment dans le Mercantour, en Corse et dans les Vosges. A posteriori, la dose moyenne sur la vie entière (70 ans) due aux retombées en France de Tchernobyl est estimée à 0,16 mSv, soit moins de 1/10 de la dose reçue en un an du fait de l’irradiation naturelle et largement inférieure aux variations de celle-ci en fonction de l’altitude (liée aux rayons cosmiques) et de la nature des sols (liée à la radioactivité tellurique). Localement, dans les zones les plus contaminées, il est possible que des personnes faisant une grosse consommation de gibier et de champignons, accumulent des doses plus élevées, mais ces doses resteront nécessairement faibles par rapport à l’irradiation naturelle. Sur le plan sanitaire, on constate donc que le Pr. Pellerin avait raison de ne pas s’alarmer, puisque les doses susceptibles d’être engagées se situaient bien en deçà des doses pour lesquelles la Commission Internationale pour la Protection contre les Rayonnements Ionisants (CIPR) recommande de prendre des précautions. Les communiqués successifs du SCPRI montrent à l’évidence que le fait de ne pas s’alarmer n’excluait en aucune façon la vigilance et un suivi attentif de l’évolution de la situation. Comment se fait-il alors que soit né le mythe de responsables prétendant que " le nuage s’est arrêté à la frontière " ? En premier lieu, on notera que les communiqués successifs ont été avares d’explications. Il est vrai qu’il est difficile de bien expliquer les relations entre Bq et Sv ; ce l’était d’autant plus en 1986 que les changements d’unités (de Ci à Bq at de Rem à Sv) étaient récents. Encore aujourd’hui, le niveau d’éducation sur ce point reste largement insuffisant ; mission impossible, à chaud, en 1986 ? C’est probable. Mais si les pouvoirs publics avaient essayé, nul aujourd’hui ne pourrait leur en faire grief. En second lieu, l’écart fantastique entre la gravité de la catastrophe et la faiblesse des effets observés en France. Rappelons que dans des zones importantes d’Ukraine, de Belarus et de Russie les dépôts atteignent, voire dépassent 1500 kBq/m², soit environ 1000 fois plus qu’en France ! Comment croire que le " nuage " puisse avoir eu des effets aussi faibles chez nous ? Enfin, contrairement à la France, certains pays voisins (ou Länder allemands) ont eu des politiques de communication alarmistes : les dépôts y ont été jusqu’à 10 fois supérieurs à ce qu’ils furent chez nous et plus précoces, et on sait que certaines autorités ont pronostiqué, au plus fort de la crise, des retombées jusqu’à 10 fois supérieures à celles réellement observées (soit 100 fois plus qu’en France). On notera au passage que ce choix de communication alarmiste a provoqué dans certains pays, au cours des semaines qui ont suivi, de nombreux avortements totalement injustifiés : selon l’Institut de Protection et de Sûreté Nucléaire (" Tchernobyl, 10 ans après "), on note en Suisse une augmentation de 60 % des interruptions volontaires de grossesse en juin 1986. En Norvège, où les retombées ont été du même ordre mais où les pouvoirs publics ont fait un important effort d’information, il n’y a rien eu de semblable. Les médias français, à l’écoute de ce qui se disait Outre-Rhin et au-delà des Alpes, ont assez naturellement – mais à tort – déduit qu’en France on cherchait à leur cacher la vérité. Il reste à comprendre comment est né le mythe attribuant au Professeur Pellerin la paternité de la phrase sur le nuage arrêté à la frontière. Comme pour tous les mythes, ce n’est pas facile. Il semble qu’elle soit née au cours d’une interview sur le pont d’Europe entre Strasbourg et Kehl : le journaliste, constatant qu’en Allemagne c’était presque la panique et qu’en Alsace tout était calme, aurait conclu l’interview par ces mots : " tout se passe comme si le nuage s’était arrêté sur le Rhin ". Phrase bientôt reprise par tous les médias et attribuée, par dérision, au responsable français. Pour en savoir plus : " Tchernobyl, 10 ans après ", publication de l’IPSN

P. Bacher

votez :
(IP:xxx.xx9.128.177) le 25 mars 2011 à 09H53

Ce brûlot est un tissu d’approximations et de mensonges ! De la désinformation pure, de la manipulation et de la malignité !

votez :
(IP:xxx.xx9.128.177) le 25 mars 2011 à 10H13

http://www.ecolo.org/documents/docu...

A propos du mensonge de Tchernobyl : qui a menti ?

Le 10 décembre 1999, une petite dépêche parue dans le journal "Le Monde" a retenu notre attention (citation de la dépêche du Monde) :

"JUSTICE : la chambre de la presse du tribunal de Paris, siégant en matière civile, a jugé irrecevable la plainte en diffamation déposée par le professeur Pierre PELLERIN, ancien directeur du Service Central de Protection contre les Rayonnements Ionisants (SCPRI) qui poursuivait la députée socialiste Michèle RIVASI et une journaliste de LIBERATION Hélène Crié (Le Monde du 5 novembre 1999). Elles étaient accusées d’avoir écrit dans un livre paru aux éditions Albin Michel qu’il avait "MENTI" aux français après le passage du nuage radioactif dégagé par l’explosion du réacteur nucléaire de Tchernobyl en avril 1986. Le tribunal a estimé que, s’agissant d’un fonctionnaire public, l’action aurait dû "être exercée devant le tribunal correctionnel". LES JUGES ONT CEPENDANT ADMIS QU’IL Y AVAIT BIEN EU DIFFAMATION."

A ce sujet rappelons l’ordre chronologique des événements tels qu’ils se sont déroulés après l’accident de Tchernobyl :

- le 26 AVRIL 1986, l’accident se produit à Tchernobyl (vers 1h30 du matin)

- le nuage met plusieurs jours pour atteindre d’abord la Suède, puis le reste de l’Europe, et la France le 30 avril 1986. Il tend à se diluer dans une large mesure en s’éloignant de sa source.

- le 30 avril dans la soirée, le Pr Pellerin rédige un communiqué de presse annonçant qu’on observe une augmentation de la radioactivité supérieure à la normale en France sur L’ENSEMBLE DU TERRITOIRE (il n’y est pas question de nuage s’arrêtant aux frontières), tout en précisant que le niveau de cette radioactivité ne justifiait pas de prendre des mesures de santé publique particulières (tout cela était vrai)

- en raison du 1er mai (jour férié) ce communiqué ne sera repris par la presse et les journaux que le 2 mai.

- le VENDREDI 2 MAI 1986, le journal LIBERATION publie sous le titre "TCHERNOBYL : LE CHOC DU NUAGE" le petit communiqué suivant :

"Pierre Pellerin, le directeur du Service Central de Protection contre les Rayonnements Ionisants (SCPRI) a annoncé HIER que l’augmentation de la radioactivité était enregistrée sur l’ensemble du territoire

, sans aucun danger pour la santé".

Ce petit article paru dans LIBERATION démontre bien que LE PROFESSEUR PELLERIN N’A PAS MENTI AUX FRANCAIS.

- le LUNDI 12 MAI 1986, le même journal LIBERATION utilise l’expression du MENSONGE RADIOACTIF souvent reprise et répétée depuis, devenue presque une légende, de même que l’image du NUAGE RADIOACTIF QUI S’ARRETE AUX FRONTIERES. Dans un article intitulé "LE MENSONGE RADIOACTIF" et dont le sous-titre est "Le nuage radioactif de Tchernobyl a bien survolé une partie de l’hexagone", on peut lire (Libération, 12 mai 86) :

"Les pouvoirs publics en France ont MENTI, le nuage radioactif de Tchernobyl a bien survolé une partie de l’hexagone : le PROFESSEUR PELLERIN en a fait l’aveu deux semaines après l’accident nucléaire".

Cet article est évidemment FAUX : ce que le même journal LIBERATION avait publié le 2 MAI (10 jours avant), le démontre clairement.

On peut donc se poser la question de savoir qui a MENTI aux français : le professeur PELLERIN ? ou le journal LIBERATION ?

Une nouvelle association, la CRII-RAD (se disant indépendante mais en réalité largement anti-nucléaire) verra le jour peu de temps après, créée par Michèle RIVASI, en réaction à ce soi-disant "mensonge des autorités". Cette association a bâti une grande partie de son discours et de sa notoriété sur cette fameuse histoire (mensongère) du "MENSONGE".

Mais, quand on y regarde de plus près, le menteur n’est pas forcément celui qu’on désigne comme le menteur, mais plutôt en l’occurrence celui qui accuse l’autre de mentir.

Dès qu’il s’agit de dénoncer le "mensonge radioactif", la CRII RAD et LIBERATION sont souvent présents.

Mais au vu de ces éléments, qui a réellement menti ? Les autorités, ou au contraire LIBERATION et la CRII-RAD, en disant que les autorités ont menti ?

A vous de vous faire votre opinion.

Voilà qui nous rappelle une vieille histoire d’arroseur arrosé...

Avec mes meilleures salutations,

Bruno Comby Président de l’AEPN


Site internet de l’AEPN : http://www.ecolo.org


LE MONDE/MARDI 22 JANVIER 2002

"Par arrêt de la 11èmc Chambre de la Cour d’Appel de Paris (Section A) en date du 3 octobre 2001, Monsieur Marc TESSIER, directeur de la publication de la Société nationale de télévision France 2, et Noël MAMERE, ont été condamnés à une peine d’amende et au paiement de dommages-intérêts à l’égard de Monsieur Pierre PELLERIN, pour avoir commis, au préjudice de celui-ci, le délit de diffamation publique envers un fonctionnaire, en le mettant en cause dans l’émission télévisée "Tout le monde en parle", diffusée le 23 octobre 1999".

votez :
par parkway (IP:xxx.xx8.112.169) le 25 mars 2011 à 14H33

je vais en rajouter une couche.

il n’y a jamais eu d’augmentation des cancers après 1986 ;

tous ceux qui vous disent ça sont des menteurs et des imbéciles !

d’ailleurs un magazine récent sur ARTE, indiquait que les déformations infantiles des bébés allemands nés en février-mars 1987 (9 mois après) avaient connus une forte augmentation,

mais bien évidemment, ce n’est pas la faute du nucléaire...

donc, vive le nucléaire !

Dormez tranquille, vous ne risquez rien, c’est des conneries tout ça,...

votez :
(IP:xxx.xx9.128.177) le 25 mars 2011 à 16H18

@ parkway

il n’y a jamais eu d’augmentation

des cancers

après 1986 ;

indiquait que les déformations infantiles

des bébés

votez :
(IP:xxx.xx9.128.177) le 26 mars 2011 à 17H35

l’Association Française des Malades de la Thyroïde

les données épydémiologiques sur le développement du nombre des cancers chez personnes exposées aux retombées radioactives dans les zones de France les plus exposées,

Environ 500 plaignants se sont constitués partie civile dans ce dossier.


http://www.ejcancer.info/article/S0...)00110-7/abstract

European Journal of Cancer Volume 38, Issue 13 , Pages 1762-1768, September 2002

ABSTRACT

This article analyses time trends and geographical variations of thyroid cancer by histological type. Incidence data were provided by 8 French cancer registries over the period 1978–1997, with 3853 adult cases reported. To assess the effects of age, period, cohort and area on incidence, log-linear Poisson regression models were used. Thyroid cancer increased exponentially from the cohort born in 1925. This increase was essentially due to papillary cancer, which increased by 6.2% per year in men and 8.1% per year in women over the entire period (1978–1997). In women, the recent trends were significantly different between the studied geographical areas. The analysis shows that the increase in thyroid cancer, essentially of the papillary type, is not recent. It may be attributed to a possible screening effect or to an increase in the number of “incidentally” discovered cases linked to the use of modern diagnostic tools.

Keywords : Thyroid cancer, Incidence, Time trends, Cohort effect

votez :
par parkway (IP:xxx.xx8.112.169) le 25 mars 2011 à 14H39

"Le « bouquet » énergétique primaire de la France en 2005 comprend 41% d’électricité nucléaire, un tiers de pétrole, 15% de gaz, 5% de charbon, 5% d’énergies renouvelables thermiques et de déchets (bois, biocarburants, ordures ménagères,...), 2% d’hydraulique et d’éolien. " http://www.actu-environnement.com/a...

on est loin des 80% que vous indiquez et ce sont des chiffres de 2005 !!!

Sur WIKI on met ce que l’on veut : ce n’est pas vérifié...

votez :
(IP:xxx.xx9.128.177) le 25 mars 2011 à 16H31

@ parkway

"Sur WIKI on met ce que l’on veut : ce n’est pas vérifié..."

"d’ailleurs un magazine récent sur ARTE, indiquait que les déformations infantiles...."

Par contre sur Arte, c’est du béton ! Pas de problème on peut tout croire, c’est tout vérifié !

votez :
par parkway (IP:xxx.xx8.112.169) le 25 mars 2011 à 14H46

il est vrai que M. PELLERIN à bon dos.

mais aujourd’hui, où est l’information ??? que fait le gouvernement ?

pourquoi ne pas donner les doses radioactives que nous subissons et qui s’ajoutent à toute la pollution actuelle ???

Si c’est anodin, alors qu’on le dise, avec des chiffres non gouverne-ment-aux.

Comment faire confiance ?

Si ce sont les mêmes qui tapent sur la Libye qui veut pas être esclave du Cac40 mais qui protègent les milliardaires saoudiens...qui sont bien plus dangereux !

votez :
(IP:xxx.xx9.128.177) le 25 mars 2011 à 16H34

@ parkway

"on est loin des 80% que vous indiquez et ce sont des chiffres de 2005 !!!"

- Les chiffres que j’ai donnés sont ceux de 2008 et non 2005 !! Toujours cette petite tendance à l’approximation.

En 2008, la production locale (indigène) d’énergie primaire représente 137 Mtep.......

votez :
(IP:xxx.xx1.179.18) le 28 mars 2011 à 22H52

""La catastrophe de Tchernobyl est un accident nucléaire qui s’est produit le 26 avril 1986 dans la centrale nucléaire de Tchernobyl à Pripiat en Ukraine, qui faisait partie à l’époque de l’URSS.""

Le premier mai, nous étions dehors sous un lourd nuage dans un jardin. Si le responsable avait informé la presse nous n’ aurions certainement pas quitté l’abri de la maison.

Qui devait annoncer ? qui était le responsable ? Qui était payé pour cela ? DONC quel être inhumain a osé empêcher que nous soyons prévenus ? Si ce n’est ce professeur, c’est quelqu’un d’autre !

Le médecin de garde de garde ne nous a pas caché avoir été empêché de prévenir par des hommes qui avaient des ordres lors d’une soirée de formation pour les gélules d’iode. Le fait que le 1er mai soit férié en France n’est pas un secret d’état et laisser la radioactivité atteindre des êtres vivants quand ils peuvent faire autrement n’est pas tolérable.

votez :
(IP:xxx.xx9.132.167) le 3 avril 2011 à 11H46

"Le fait que le 1er mai soit férié en France n’est pas un secret d’état et laisser la radioactivité atteindre des êtres vivants quand ils peuvent faire autrement n’est pas tolérable."

- Il ne faut surtout pas aller en vacances dans le Massif Central ni en Bretagne ! Et il ne faut pas prendre l’avion non plus..... Il faut rester bien caché dans votre cave ! Vous êtes "atteint par la radioactivité" tous les jours, même le 1er mai et le 14 juillet.....

votez :
par olivier (IP:xxx.xx7.245.65) le 11 avril 2011 à 09H48

Euh pardon, mais pour revenir au debut du fil .. Le plus important n’est pas l’énergie produite mais bien celle consommée. On ne consomme pas toute notre electricté nucleaire, on achete meme celle produite par des centrales à gaz ou à charbon pour repondre à nos demandes de pic.

On peut faire dire beaucoup de chose aux chiffres surtout si l’on ne regarde pas les bons...

votez :
par uguettelulu (IP:xxx.xx0.215.213) le 3 mai 2011 à 20H42

vous discutez bien tous les deux avec vos chiffres... mais on nous a quand même laissé manger des salades, et des légumes et des fruits de nos jardins, nos vergers, alors vos chiffres, je m en fous, j’ai 57 ans aujourdhui, après étude génétique,à l’age de trente ans, je n’étais pas prédisposée à un cancer, et pourtant je l ai eu en 2006... fatalite !? ou que sais-je .... les mirabelles avaient pourtant une drôle de tronche, l’été 1986.... et celles de ce printemps, ne sont guère plus jolies à voir,.....elles ont l’air de longues gouttes fondues, qui vont bientôt tomber... je vous raple qu’une mirabelle est un fruit,rond, jaune, avec une douce coloration rouge, comme des taches de rousseur, vous avez oublié ? aujourdhui, elles ressemblent à des fèves, qui vont tomber d’un arbre, qui avaitpourtant mis 25 ans à s’en remettre Bonne soirée

Les Auteurs deSociété
rcoutouly - 65 articles
voxpopuli - 1 articles
ble2 - 35 articles
çaDérange - 299 articles
Biosphère Blog - 57 articles
ecolomaisjetemmerde - 3 articles
Mobilité durable - 178 articles
Greendriver - 1 articles