NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Dépolluer les cargos avec de l'eau

Article publié le 23 août 2010


 




Les cargos sont les transports les plus polluants, et de très loin, rappelez-vous, nous avions fourni l’année passée une liste des 38 navires qui polluaient autant que le trafic automobile d’un pays. Treehugger propose une solution provocante à première vue, mais qui mérite d’être étudiée pour faire baisser la pollution de ces mastodontes des océans.


Un cargo, nous parlons bien des plus gros qui servent à transporter les marchandises entre les différents continents, sont littéralement des machines à polluer. La plupart d’entre eux sont vieux, avec des moteurs mal entretenus, qui utilisent les types de carburants les plus polluants, et qui profitent très largement du manque de régulation des eaux de la planète pour dépolluer le reste de leurs flux (à noter cependant les premiers cargos solaires sont déjà en fonctionnement). Pas d’étonnement donc face à ce chiffre : 1 cargo produit à peu près autant de pollution de l’air qu’un million de voiture (ceci nous permettant également de souligner que dans le secteur de l’automobile, entre les années 60 et maintenant, les moteurs n’ont plus rien à voir en termes d’efficacité énergétique et de pollution).


La solution miracle ? Mettre de l’eau dans le carburant. Si l’idée peut paraître contre-intuitive au premier abord, voici pourquoi elle mérite que l’on s’y attarde. D’abord, le constat alarmant de James Corbett, de l’Université du Delaware « la pollution due aux diesels des cargos est responsable de 60 000 décès par an », ceci sans compter ceux qui ne sont pas morts mais qui ne sont pas au mieux de leur forme. Ce qui pose problème, c’est que la combustion du carburant est incomplète, ainsi, le carbone du carburant finit par se mélanger à du nitrogène plutôt qu’avec de l’oxygène. Et c’est sur ce point que l’eau pourrait améliorer la combustion. La chaleur du moteur casse les molécules d’eau. Les atomes d’hydrogènes (les « H » de « H2O ») facilitent la cassure des molécules des hydrocarbures, les rendant « mieux » combustibles. Les atomes d’oxygène (les « O ») se fixent avec ceux de carbone, ce qui garantit une meilleure combustion.

James Corbett propose d’utiliser un surfactant, qui est un mélange d’acide oléique (un acide gras que l’on retrouve dans plusieurs huiles végétales) et d’amines (qui comprennent du nitrogène), pour lier l’eau au diesel et éviter l’effet « sauce salade » qui sépare systématiquement l’huile du vinaigre et de l’eau. Cette mixture se dissout dans le carburant et lie l’eau au diesel sans aucun besoin d’énergie pour mixer les deux.

A la combustion, le résultat est impressionnant, avec près de 80% des émissions d’oxyde de nitrogène évitées, et aucun dégagement toxique de la combustion du surfactant. Si ce procédé marche, et sans avoir besoin de changer les moteurs des vieux cargos, ce sera donc un très beau pas pour un secteur des transports maritimes qui semble avoir plusieurs décennies de retard en matière de développement durable.

+ La dépollution de l'eau avec un robot
+ Notre série sur la marée noire de BP


TechnoPropres
Thèmes

Transports Pollution Mer

Bookmark and Share
0 vote

commentaires
votez :
par Ninive (IP:xxx.xx5.143.85) le 25 août 2010 à 15H54

Le procédé a été utilisé pendant la guerre 1940 par les avions Anglais afin d’augmenter leur vitesse. Mais, l’arrivée brutale d’eau ressemble parait-il aux gouttes d’eau qui arrivent sur la graisse à frites bouillante. Il y a même risque d’explosion en cas d’arrivée de grosses quantité d’eau sur de l’huile bouillante.

Des tracteurs, camions, voitures fonctionnent avec un dispositif que l’on ajoute aux moteurs. Ce dispositif amène de la vapeur d’eau formée par la proximité de l’échappement et non de l’eau sous forme liquide. Les résultats semblent être fonction des expérimentateurs car les résultats varient avec les chauffeurs !...On retrouve cette notion de variation en fonction des expérimentateurs dans d’autres expériences sur l’eau et sur l’énergie...( la moralité dans les moteurs ?)

Les brevets d’ajout de dispositifs auraient été donnés à l’Humanité selon les articles sur internet. Les festivals en Bretagne ont encore fait mention cette année de ces dispositifs sur les tracteurs.Les résultats varient selon mes oreilles, de -55% à + 15% ! Oui, j’en ai entendu un qui se plaignait de consommer plus 15% sur son camion... Il faut noter que les carburants varient de l’huile de colza au gasoil en passant par l’essence pour certaines voitures et tondeuses à gazon.

Ce qui surprend donc le plus est qu’un même camion puisse avoir une consommation qui varie autant d’un chauffeur à l’autre et qu’ils n’aiment pas en parler car ils croient faire du tord à leurs concurrents puisqu’ils deviennent compétitifs sur les prix en dépensant moins sur l’achat de carburant. OR, le principe du dispositif a été donné à l’Humanité. Son installation est donc gratuite. Il n’y a que le cout de fabrication qui intervient soit deux heures pour un tracteur chez un agriculteur qui sait souder. Il ne me semble pas très ’fraternel’ d’essayer d’en profiter pour faire couler un concurrent. Il me parait normal que la consommation augmente alors.

Quand la consommation diminue, la pollution tend vers Zéro puisque le mouchoir ne se salit pas devant le pot d’échappement et...surprise, la durée de vie du moteur est à multiplier par au moins trois. Nous arrivons aux 700.000 km sans problème.

Quel progrès ! ...si les bateaux et les stations d’épuration utilisaient ce dispositif. Quand on constate le nombre de personnes qui sont ’volontaires’ dans certaines manifestations et festivals...elles seraient très heureuses de participer à un progrès pour l’Humanité. Deux à quatre heures pour une station d’épuration qui cesserait alors de polluer l’air ! Alors, pourquoi pas pour un bateau... à moins qu’il faille se cotiser pour acheter les bouts de tôles aux armateurs ?

votez :
par Ninive (IP:xxx.xx5.136.191) le 27 août 2010 à 11H55

Voilà, je ne connais pas trop la loi sur internet mais j’ose faire un copier-coller de yahoo.france, actualités, aujourd’hui.

Peut être que quelqu’un pourra trouver ’sa’ solution avec cette eau sèche dans le moteur ? Quoique du sable dans le moteur ?...???? !!!! Peut être peut-on faire autrement qu’avec du sable ? Ou bien un moteur à gaz ????

""Les termes peuvent sembler totalement contradictoires, mais des scientifiques ont bien réussi à créer de l’eau sèche ! La substance ressemble à première vue à du sucre en poudre et pourrait révolutionner la façon dont les produits chimiques sont utilisés. Chaque particule d’eau sèche contient une goutte d’eau enfermée dans un enrobage de silice (du sable). De fait, 95% de l’eau sèche est constituée d’eau « mouillée », explique le quotidien britannique Telegraph. Lire la suite l’article

Les scientifiques estiment que l’eau sèche pourrait être utilisée notamment pour combattre le réchauffement climatique en absorbant et en piégeant du dioxyde de carbone. Des tests ont montré que l’eau sèche absorbe trois fois plus de dioxyde de carbone que l’eau ordinaire. L’eau sèche peut aussi stocker du méthane et augmenter le potentiel énergétique du gaz naturel.

Le docteur Ben Carter de l’Université de Liverpool a présenté ses recherches sur l’eau sèche lors des 240e rencontres de la American Chemical Society (la plus grande société scientifique du monde) à Boston. Ce n’est pas lui l’inventeur du concept, mais deux scientifiques français du Collège de France, Pascale Aussillous et David Quéré, il y a une dizaine d’années. Leurs travaux avaient été publiés alors dans la revue Nature.

Ce que le docteur Ben Carter a réussi à faire avec son équipe est de rendre l’eau sèche utilisable. « Il n’y a rien d’équivalent à cela. Nous pouvons, je l’espère, voir dans l’avenir l’eau sèche avoir un grand impact », explique-t-il. Les utilisations possibles de cette eau emprisonnée sont innombrables. Ainsi, l’équipe du docteur Carter a utilisé cette substance comme catalyseur pour accélérer la réaction entre l’hydrogène et l’acide maléique. Cette réaction produit un autre acide, l’acide succinique, qui est un matériau de base pour la fabrication de médicaments, d’ingrédients alimentaires et de produits de grande consommation. La fabrication de l’acide succinique devient beaucoup plus facile et bien moins coûteuse notamment en... Lire la suite sur Slate.fr""

Les Auteurs deSociété
rcoutouly - 65 articles
voxpopuli - 1 articles
ble2 - 35 articles
çaDérange - 299 articles
Biosphère Blog - 57 articles
ecolomaisjetemmerde - 3 articles
Mobilité durable - 178 articles
Greendriver - 1 articles