NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Passer du comment au pourquoi. Une stratégie pour le développement durable

Du comment au pourquoi, une révolution cognitive !

Article publié le 7 avril 2009

question!.jpg"On se gargarise tellement du terme développement durable qu’il finit par me donner la nausée ». Cette déclaration de Nicolas Hulot reflète bien le sentiment que l’on peut éprouver devant l’étalage de stratégies, de communications, de produits « développement durable ». Ces démarches qui consistent à faire « moins mal » pour pouvoir continuer à vendre (de préférence davantage), quitte à ériger le désir en besoin, ne saurait être qualifiée de « stratégie » de développement durable. Cette approche ne répond pas à la question de choix de société et, disons le, de civilisation qui se pose à nous.

On le sait aujourd’hui, le modèle de civilisation dominant depuis la révolution industrielle et sublimé par les 30 glorieuses se traduit par une pression croissante sur les ressources, une surconsommation – particulièrement énergétique-, il est basé sur des indicateurs inadaptés (ne tenant pas compte de la destruction), il ne peut se déployer ni se généraliser au regard de la finitude desdites ressources. Nous avons appris, nous devons désormais désapprendre, nous devons reconsidérer notre apprentissage comportemental basé sur le comment pour redéfinir des valeurs directrices basées sur le pourquoi.

La stratégie du « comment » répond à un apprentissage comportemental qui guide notre raisonnement et nos actions : « j’agis, j’évalue, je corrige ». Cette pratique de l’apprentissage permet une amélioration des performances par la répétition, mais reste restreinte à un système déterminé, sans possibilité d’en sortir (le fameux paradigme !).  L’apprentissage comportemental ne pose pas la question du « pourquoi », il s’ensuit une sorte de schizophrénie devant la réalité de nos contradictions. Comment concilier croissance et environnement, concurrence et respect des individus, etc.

Si l’objectif de diminution de l’impact environnemental reste destiné pour l’entreprise à vendre toujours plus, en érigeant le désir en besoins, nous ne pourrons atteindre cette notion de développement durable. Une véritable stratégie en la matière ne peut faire l’économie d’une réflexion basée sur le « pourquoi ». Elle nécessite la requalification de nos valeurs directrices, une révolution cognitive. Le chemin est long et difficile car remet en cause une façon de penser, de vivre, d’agir. C’est pourtant à cela que s’attellent certains acteurs et non des moindres.

idée.jpgLorsque Joseph Stiglitz étudie les nouveaux indicateurs de développement, c’est par le prisme d’une requalification de valeurs. Lorsqu’un fleuron de l’industrie agroalimentaire français présente à ses actionnaires et investisseurs une philosophie d’action où la « création de valeur » n’en constitue plus l’axe angulaire, lorsque l’on remplace la notion de valeur ajoutée par la valeur partagée, lorsqu’un laboratoire pharmaceutique refuse par principe la distribution de dividendes, lorsque les principes de l’économie sociale et solidaire connaissent un engouement croissant, alors on peut commencer à parler de « rupture » face aux savoirs existants : le début d’une révolution cognitive.

Alexis du Fontenioux. Mars 2009

Intervention de Joseph Stiglitz : les limites du PIB comme indicateur de développement :

Thèmes

Développement durable Réflexion

Bookmark and Share
23 votes

commentaires
votez :
par Charles (IP:xxx.xx1.121.226) le 13 avril 2009 à 13H17

"Si l’objectif de diminution de l’impact environnemental reste destiné pour l’entreprise à vendre toujours plus, en érigeant le désir en besoins, nous ne pourrons atteindre cette notion de développement durable."

Avec des "si" on aboutit à n’importe quelle conclusion. Le développement durable repose sur 3 piliers : environnement, social ET économique. Ainsi une entreprise qui met en œuvre une démarche de développement durable reste une entreprise : ce n’est pas une association, une fondation ou autre organisme à but non lucratif. Diminuer l’impact environnemental et "vendre plus" ne sont pas nécessairement inconciliable. L’entreprise doit procéder à un arbitrage entre vendre beaucoup sans se préoccuper de ses impacts ou vendre un peu moins mais en diminuant ses impacts. Pour autant sa logique et son but reste le même : vendre plus.

Ainsi intégrer le développement durable dans la stratégie de l’entreprise ne signifie pas pour autant : renoncer à être une entreprise !

Ou alors comme vous le dites, nous changeons de système, et le terme même de développement durable n’a plus lieu d’être. Seulement, il me semble difficile de parler de décroissance à une entreprise. Lorsque l’on souhaite faire évoluer les comportements, il faut partir de là où l’on se trouve et non de là où l’on aimerait déjà se trouver... Raison pour laquelle ce chemin est long et difficile.

Ceci étant dit, ne mettez pas toutes les entreprises dans le même panier. Celles qui mettent en œuvre une démarche active de développement durable avec sincérité (exit le "greenwashing"), ne peuvent se passer de la question du "pourquoi". Et il me semble assez impensable qu’elles puissent construire une "stratégie DD" sans avoir répondu en premier lieu à cette question. Le "pourquoi" est la motivation. La base même de la réflexion qui précède l’action...

Ainsi j’ai un peu de mal à comprendre comment peut-on passer du "comment" au "pourquoi" ? Tout au plus peut-on, au fil de l’action, réévaluer le "pourquoi" afin de s’améliorer dans le "comment"... C’est ce que l’on nomme une démarche d’amélioration continue.

votez :
par planoberab1985 (IP:xxx.xx6.56.45) le 21 août 2013 à 11H51

With respect to hindrance fiber aim industry, fabric view attire is methodical involving shudder at unrestrained streamer extra fundament repugnance advertisement acquire substitute categories which inlcudes approximately HostingElite.pl

Les Auteurs deSociété
rcoutouly - 65 articles
voxpopuli - 1 articles
ble2 - 35 articles
çaDérange - 299 articles
Biosphère Blog - 57 articles
ecolomaisjetemmerde - 3 articles
Mobilité durable - 178 articles
Greendriver - 1 articles