NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Le marché du CO2 s'écroule : Un effet collatéral de la crise !

Article publié le 23 mars 2009

Le marché du CO2 fait partie du paysage européen et est en quelque sorte emblématique du rôle de leader pris par l’Europe dans la lutte contre le réchauffement climatique. Au point que d’autres pays jusqu’à encore récemment réticent à mettre en place des engagements de limitations d’émissions de CO2, comme l’Australie ou les États Unis, viennent ou vont mettre en place un tel outil indispensable à la régulation de ces émissions. Car c’est le surcout du rachat des tonnes de CO2 émises par les industriels par rapport à leurs quotas qui est l’arme essentielle pour les amener à faire des efforts d’investissement pour les réduire. Il est même prévu qu’au delà de 2013, ce ne sera plus l’excédent par rapport au quota qui devra être racheté sur le marché mais tout le quota de CO2 lui même qu’il faudra acheter à la Commission Européenne.canalblog_260_001

Or la crise est en train de "tuer" le marché du CO2 dont le prix de la tonne a diminué depuis janvier de 70 % pour en arriver à 9,3 euros la tonne ! Que s’est il passé ? Que les industriels, du fait de la crise qui affecte leurs productions à la baisse, ne pensent plus avoir de difficulté à satisfaire leurs quotas d’émissions pour 2009, voire 2010. A quoi bon en acheter dans ce cas ?

Ils en viennent même, pour se faire de la trésorerie, par ces temps où il est difficile d’en obtenir des banques, à revendre les quotas qu’ils avaient achetés en prévision !

A ce niveau de prix de la tonne de CO2, il devient également difficile de justifier un investissement pour réduire ses émissions puisque cet investissement ne rapportera presque plus rien ! C’est dire que les négociations prévues se tenir dans 6 mois à Copenhague pour arriver à définir un Kyoto II qui fixe les engagements d’émissions de CO2 des pays du monde y compris les BRIC, pour l’au delà 2012, risquent d’être fortement affectées par un telle dégringolade.

Un élement positif néanmoins. Cela veut dire que les émissions de CO2 en 2009 et 2010 des industries seront en forte baisse ce qui est très positif pour le réchauffement climatique de la planète ( si celui çi est bien lié à ces emissions !). Par contre, à un tel niveau d’émission, qui se rapproche sans doute de celui que nous devrions collectivement atteindre pour maitriser le réchauffement planétaire,l’économie mondiale n’est visiblement pas capable de nourrir correctement tous ses enfants. Messieurs les chantres de l’écologie qui nous disent tous les jours que c’est l’industrie verte qui assurera les emplois futurs et le développement économique, peut être devriez vous travailler sur des éléments documentés et chiffrés de l’impact de cette économie verte plutot que de vous en tenir à des généralités....  

Thèmes

CO2 Economie

Bookmark and Share
36 votes

commentaires
votez :
par lio (IP:xxx.xx6.101.63) le 23 mars 2009 à 20H35

monsieur le chantre de l’industrie grise votre vision a court terme fait vraiment peine a voir quand vous aurez compris qu’on ne peut pas opposer economie et ecologie il sera surement trop tard. c’est débile il n’y a pas d’autre mots

votez :
par JL (IP:xxx.xx6.77.2) le 24 mars 2009 à 10H58

Ne confondez pas baisse des émissions avec baisse du coût de rachat des droits d’émissions. Le marché s’affole ? Ce marché là n’est guère plus rationnel que les autres, et s’il fallait crier au loup à chaque fois que les boursicoteurs s’inquiètent, on n’en finirait pas.

Ceci dit, quand je lis : ""L’économie mondiale n’est visiblement pas capable de nourrir correctement tous ses enfants."" Je me dis que cet auteur n’est pas très sérieux ou bien qu’il est l’un de ces trop nombreux lobbyistes qui grouillent, grenouillent et scribouillent.

Quant à cette interpellation : ""Messieurs les chantres de l’écologie "", elle ne vaut même pas la peine d’être relevée.

votez :
par chria (IP:xxx.xx7.171.149) le 24 mars 2009 à 11H14

le marché du co2 sera sûrement abandonné en 2012 et remplacé par des taxes carbones. En effet, ce marché est utilisé par certaines entreprises pour renflouer les caisses, et parfois on a des paradoxes comme cela c’est passé entre l’allemagne et la pologne (quota éolien revendu à des centrales à charbon) ou encore quand des industries qui fabrique du silicium pour les panneaux solaires dégazent en toute tranquillité...

Par contre, la baisse de l’activité qui correspond effectivement à une baisse des émissions ne changera rien dans les concentrations de CO2 globales... D’ailleurs depuis 2000 le secteur de l’industrie n’a pas vraiment réduit ses émissions (contrairement à la tendance 1990/2006)...

votez :
par parkway (IP:xxx.xx1.238.209) le 24 mars 2009 à 13H34

pauvre çadérange,

il a toujours rien compris...

votez :
par Pepe de Bienvenida (IP:xxx.xx8.211.127) le 24 mars 2009 à 21H10

De l’art de parler pour ne rien dire (pardon : pour dire des c... )

Les Auteurs deSociété
rcoutouly - 65 articles
voxpopuli - 1 articles
ble2 - 35 articles
çaDérange - 299 articles
Biosphère Blog - 57 articles
ecolomaisjetemmerde - 3 articles
Mobilité durable - 178 articles
Greendriver - 1 articles