NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Le danube va déborder

Article publié le 17 avril 2009

Je rencontre Andreas Beckmann et Irène Lucius à Vienne, la capitale autrichienne. Ils travaillent pour le WWF, le fond mondial pour la nature. Cette association mondiale de protection de l’environnement concentre ces efforts en Europe sur le Danube. Avec 3000km, il est le deuxième plus long fleuve d’Europe après la Volga et son bassin hydrographique est le plus international au monde : les eaux de 19 pays convergent vers ce fleuve.

Le danube va déborder

Une équipe internationale pour veiller sur le fleuve

L’équipe du WWF est composée d’une soixantaine de personnes sous la direction d’Andréas, dont une dizaine travaille à Vienne. Leur tâche principale est de faire pression sur les représentants gouvernementaux qui travaille au sein de la Commission internationale pour la protection du Danube. Quatorze pays se sont regroupés, ainsi que l’Union Européenne, pour garantir un usage équitable de cette ressource en eau douce.

De la source jusqu’à son delta, le Danube n’est pas épargné, je l’ai vu cette année mais aussi lors de mon précédent voyage en 2008 (voir photos). En amont, les pays riches ont urbanisés ses rives et ses affluents. Le cours d’eau n’est plus vraiment à l’état naturel à la différence de la partie aval. Mais les nouveaux pays de l’Union Européenne comme la Hongrie ou la Roumanie ne sont pas encore aux normes et rejettent des eaux usées dans le fleuve qui a du mal a tout épurer naturellement.

Les problèmes sont nombreux car 80 millions de personnes vivent sur le bassin hydrographique. Plus de 80% du linéaire du fleuve n’est plus à l’état naturel. Les berges ont été rectifiées et des digues ont été construites pour contenir la puissance du fleuve. Des barrages hydroélectriques barrent la route aux poissons migrateurs et les usines datant des périodes communistes ont rejeté des tonnes de produits toxiques. L’écosystème du fleuve est profondément modifié et la biodiversité en baisse.

Avec le changement du climat, Irene souligne que les risques d’inondations vont être plus fréquents, que la température de l’eau va augmenter, de même que les périodes de sécheresse en aval du fleuve. Elle propose de permettre au fleuve de retrouver sa liberté lors des crues, avec des zones tampons qui retrouvent une plus grande biodiversité. Des zones pilotes ont permis de développer le tourisme et une agriculture traditionnelle, mais il faudrait maintenant passer à une plus grande échelle.

Le WWF, une organisation écologiste qui fait débats

Le WWF est souvent décrié par les écologistes plus radicaux à cause de son système de fonctionnement. Il mène des campagnes avec les plus importantes entreprises des secteurs sur lesquels il veut travailler, et se fait rétribuer pour ces actions. En France, le site entreprises.wwf.fr liste quelques actions : campagne avec Carrefour sur les emballages, mais aussi sur l’écocertification des forêts FSC qui est très difficile à mettre en place en France, campagne avec le bétonneur Lafarge pour réduire les émissions de CO2 d’une industrie très polluante, en échange de la réfection du bâtiment du WWF à Longchamp…

La stratégie du WWF est mise en avant dans les négociations, et Giurgiu Dallas, son chargé de mission climat à Budapest, en Hongrie, me le rappel. Il travaille pour éviter la construction de centrales thermiques et de barrages hydroélectrique sur le cours du fleuve. Avec ces collègues du WWF International, il élabore des argumentaires économiques qu’il présente au gouvernement. En cas de blocage, une association plus remuante comme Greenpeace peut faire une action et la pression remonte suffisamment pour relancer les dossiers.

Thèmes

Pollution Europe ONG Eau

Bookmark and Share
19 votes

commentaires
Les Auteurs deSociété
rcoutouly - 65 articles
voxpopuli - 1 articles
ble2 - 35 articles
çaDérange - 299 articles
Biosphère Blog - 57 articles
ecolomaisjetemmerde - 3 articles
Mobilité durable - 178 articles
Greendriver - 1 articles