NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Le Grenelle de l'environnement pourrait créér 600 000 emplois !

Article publié le 17 juin 2009


« Les taxes vertes ne pèseront pas sur le pouvoir d’achat » titre le Figaro.fr.

Au cours de cette interview, Jean Louis Borloo s’est efforcé d’exposer en quoi consistait le système du bonus-malus, qui constitue une déclinaison du principe pollueur/payeur : un système neutre fiscalement qui présente un double intérêt :

- orienter les consommateurs vers des produits moins polluants

- et financer les produits vertueux sur un plan environnemental par les taxes dont s’acquittent les consommateurs qui font le choix de produits polluants.


A cet égard, opposer écologie et économie est une erreur, pour ne pas dire une aberration. Au contraire, faire le pari de la croissance verte comme solution de sortie de crise et comme modèle de société pour demain, c’est faire le pari d’allier l’économie et la préservation de l’environnement.

Interrogé par Radio Cristal, il y a presque un an, sur la mise en place du bonus-malus pour les voitures, j’avais insisté sur le fait que la fiscalité environnementale n’est pas l’alpha et l’oméga d’une politique de développement durable, mais en constitue un outil incontournable pour franchir le cap du passage aux actes.

Je retiens également un chiffre : à l’horizon 2020, le Grenelle de l’environnement aura créé 600 000 emplois !
Incontestablement, je continue à penser que la compétitivité de nos entreprises et, par voie de conséquence, la solution à la crise du pouvoir d’achat, résident dans la mise en œuvre d’une politique de développement durable pragmatique qui prend en compte l’économie, tout en garantissant un haut niveau de protection sociale. 

Thèmes

Croissance Emploi

Bookmark and Share
10 votes

commentaires
votez :
par zygomar (IP:xxx.xx9.232.202) le 17 juin 2009 à 16H14

Le Grenelle de l’environnement pourrait créér 600 000 emplois !

Et puis on rasera gratis aussi pendant qu’on y est.....

votez :
(IP:xxx.xx3.65.100) le 18 juin 2009 à 22H09

A l’horizon 2020, le Grenelle de l’environnement aura créé 600 000 emplois. Mais combien en aura-t-il détruit ? Le passage de la construction en parpaing ou en briques au passivhauss, nécessitera une refonte totale des filières des matériaux et de la construction, au profit des industriels ayant la possibilité, en activant les bons lobbies de disposer d’une réglementation favorable. Nous assisterons alors au même phénomène que celui qui a permis à la grande distribution dès les années soixante de laminer le petit commerce. Après les épiciers, les bouchers et les pompistes, nous verrons disparaître las maçons, couvreurs, plâtriers, pour constituer une société de chômeurs, vivant s’ils ont toujours le moyen de se payer un toit, dans un logement estampillé Grenelle. Arrêtez de solliciter notre fibre écologiste. L’environnement est l’alibi du Grenelle qui n’est qu’une doctrine économique dont les principaux bénéficiaires seront toujours les mêmes. Beaucoup d’industriels, et les contribuables pouvant prétendre à de confortables déductions fiscales.

Les Auteurs deSociété
rcoutouly - 65 articles
voxpopuli - 1 articles
ble2 - 35 articles
çaDérange - 299 articles
Biosphère Blog - 57 articles
ecolomaisjetemmerde - 3 articles
Mobilité durable - 178 articles
Greendriver - 1 articles