NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Home, Yann Arthus Bertrand

Article publié le 8 juin 2009

Home, Yann Arthus Bertrand

Le film de Yann Arthus Bertrand (appelez le YAB par tout le monde) a été lancé.

Je suis allé le voir.

Pour bien marquer que ce film est « économiquement responsable », le nom du film était reconstitué par les nombreuses marques (Fnac, etc…) du groupe PPR (Pinaut Printemps Redoute). Ca en dit déjà long…

Commençons par l’image. Magnifique, il est vrai, lissée, posée, pensée, expurgée et finalement la nature se retrouve iconisée (même le pire). Et c’est là le hic. Yann Arthus Bertrand ne nous présente pas la nature mais «  l’église nature ». Le sanctuaire, le côté icône d’une vie perdue… Je vais y revenir plus bas.

Le commentaire : c’est pas mal, beaucoup d’informations. Mais surtout pas mal de survol et d’écologie capitaliste. La science nous sauvera tous, priez mes frères ! C’est même parfois affligeant de béatitude sur certains sujets. Pas que je ne sois pas compréhensif, mais plutôt qu’à force de vouloir à tout prix faire dans le positivisme (voir un atavisme inversée), le commentaire tourne plus à la messe pour des fidèles (captivés par l’image iconisée et la musique pas mal mais très "religieuse") qu’autre chose.

Car attention : le film est là pour avertir et pour éveiller les consciences dans la joie et la bonne humeur (j’exagère à peine), et sans choquer le spectateur (et oui, faut que ça entre dans les salles quand même, et les sponsors ne seraient pas contents sinon…).

Car on est là pour vendre des solutions, et si possible des solutions qui soient compatibles avec les grandes industries. Ainsi parle-t-on des déchets mais… en oubliant un peu beaucoup les déchets nucléaires (doit on rappeler ici, comme le réseau « Sortir du nucléaire », l’attachement de Yann Arthus Bertrand à cette technologie ?). Ainsi parle-t-on de réchauffement climatique par la lorgnette du « c’est la faute aux consommateurs et à chacun de nous » sans jamais parler trop fort de normes et de contraintes trop inquiétantes pour les producteurs (fabricants). La taxe, que dis-je, le marché carbone devient le Graal malgré ses nombreuses lacunes déjà démontré.

Et c’est toute l’ambiguïté du propos : le film sert à moindre frais de greenwashing géant pour PPR, mais en plus n’égratigne pas ceux qui financent l’association de Yann Arthus Bertrand. Procédé malsain ? Je le crains. Car en oubliant ces « grands financiers », en se posant en non défenseur de la démocratie (comme tant d’autres) en affirmant qu’il faut dépasser les clivages, en imposant un positivisme presque grotesque tant le sujet est sérieux, le film loupe pour moi son but affiché, mais pas sa cible.

Son but affiché, car il ne réveillera pas les consciences tant il est lisse et assez peu porteur. Par contre il va réveiller la « bien pensance » du « je suis plus écolo que l’autre parce que moi je ferme mon robinet  ». En gros, au lieu de réveiller les consciences et donc de rendre le combat politique, au sens noble du terme, le film en fait un combat de « petite portée » et quasiment religieux. Cela n’a rien d’étonnant vu que le réalisateur a réinventé le système des indulgences (polluez ici, payez votre droit et lavez vos pêchés grâce à mon association « Good Planet » qui compensera carbone tout ce que vous ferez… Ce qui est faux et ridicule d’un point de vue scientifique minimal).

En prime, les révélations du « Canard Enchainé » de cette semaine prouve une chose qui est plus que dérangeante : Yann Arthus Bertrand a créé «  GOODPLANET » (ONG) qui se fixe pour objectifs la protection de l’environnement et l’écologie. Pourquoi pas, mais allons un peu plus loin.

A but non lucratif, il est malgré tout permis à l’association de collecter dons et legs de toutes provenances. AIR France, BNP Paribas, PPR, etc… Donc de gros producteurs de CO2 qui se voient « blanchis » par les dons fait (publiquement). Mais cela va plus loin : Michèle Alliot Marie envisage de passer l’association au statut « d’utilité publique » ! Là c’est le pompon et la consécration pour Yann Arthus Bertrand et pour le greenwashing géant. Plus fort que Hulot et sa « Fondation ».

Mais surtout, le merchandising autour de « Home » ne sera pas gratuit. A lui le retour sur investissement et surtout les bénéfices. Il y a donc deux visages assez peu compatibles : celui du Yann Arthus Bertrand écologistes professoral (et prêtre en son église) et celui de Yann Arthus Bertrand homme d’affaire baroudeur ayant toujours su jouer avec les envies du « bon peuple » (il suivait le Paris Dakar quand cela plaisait par exemple), peu scrupuleux pour faire du fric. Un ami des Pinaut et autres, tous prêts à vendre leur mère pour donner une image positive de leurs saintes activités polluantes. Un peu comme Al Gore qui prend aujourd’hui 100 000 € par conférence...

Alors je sais, certains diront que « c’est toujours ça de pris », que « le film touche quand même du monde ». Oui, comme les religions sont pour certains un moyen d’émanciper l’homme.

Mais pour moi ce film est à la prise de conscience (qui entraîne le politique) ce que l’équité est à la solidarité, ce que la communauté est à la fraternité, ce que Bernard Henri Lévy est à la philosophie : un truc assez proche mais pas vraiment ça quoi.

En créant une sorte de religion écologique sous-jacente qui accompagne magnifiquement le green business d’un groupe comme PPR, « Home » participe de ce qui relève d’un contrôle des masses pour éviter l’incontournable et indispensable révolution des esprits (et révolution tout court d’ailleurs). Celle qui fera prendre conscience de l’absurdité de nos modes de vies, du fait qu’il vaut mieux vivre que gagner toujours plus, etc…

Et au fait, pensez vous vraiment qu’un film capable de faire se lever les foules contre le système en place, capitaliste, productiviste et consumériste aurait une telle couverture ?

Un film finalement assez ambitieux visuellement et dans les moyens de diffusion, mais, au fond, bien discutable… Préférez lui "Nous resterons sur Terre".


Thèmes

Cinéma

Bookmark and Share
88 votes

commentaires
votez :
(IP:xxx.xx0.79.165) le 8 juin 2009 à 12H39

je préfère ET quand il dit maison ; c’est tout de suite + crédible . :-o

votez :
par Fab (IP:xxx.xx1.164.96) le 8 juin 2009 à 18H45

Un peu d’humour ne fait jamais de mal :-)

votez :
(IP:xxx.xx4.8.62) le 8 juin 2009 à 12H56

>Et au fait, pensez vous vraiment qu’un film capable de >faire se lever les foules contre le système en place, >capitaliste, productiviste et consumériste aurait une >telle couverture ?

Je pense malheureusement qu’un tel film n’aurait aucun impact sur la population, de manière générale l’homme aime ni se remettre en question, ni voir sont mode de vie remis en doute. Home est surement criticable, mais contrairement à vous je pense qu’il fait prendre conscience, que c’est un pas vers le changement de mentalité

>« c’est la faute aux consommateurs et à chacun de nous »

Bon j’ai tendance à être daccord avec cette phrase. En simplifiant, finalement les producteurs, gandes compagnies, etc... ne font qu’obeir au client. Ceci n’empêche pas pour autant de faire voter des normes de plus en plus strictes. De plus il faut voir à qui est adressé ce film : au consomateur final.

votez :
par Fab (IP:xxx.xx1.164.96) le 8 juin 2009 à 18H47

Je pense que c’est lié à une question de point d evue (images du monde... désolé j’ai pas pu m’en empêcher). Je suis d’un athéisme forcené et quand on fait plus appelle au religieux qu’a l’intellect j’ai du mal... Mais je peux comprendre votre point de vue même si je ne pense pas que le système actuel, avec sa propagande publicitaire, n’est pas plus responsable que le consommateur souvent manipulé (certes, on peut aussi se dire qu’il suffit d’allumer son cerveau...)

votez :
par jojo (IP:xxx.xx8.33.228) le 8 juin 2009 à 13H35

Merci Fab pour cet article interressant. Je ne partage cependant pas votre analyse.

Certes, dès le départ, le film part avec un gros handicap : il a été financé par le groupe PPR, qui est un très gros pollueur. Mais attention : il pollue au nom de ses clients, donc « c’est la faute aux consommateurs et à chacun de nous » !

Certes, il s’agit d’une succession de belles images "vues du ciel" quasi-religieuses avec des commentaire un peu simplistes et une musique un peu mystique.

Ceci-dit, je ne le trouve pas du tout positiviste, je l’ai même trouvé assez pessimiste et je ne suis pas d’accord avec votre insinuation selon laquelle il tend à donner "bonne conscience" aux pollueurs.

En effet, il fustige ceux qui, au nom même de l’écologie, développent des fausses solutions (par exemple les agro-carburants). Il adopte volontairement un ton simple et le registre de l’émotion pour atteindre le plus gand nombre, pas forcément suffisamment sensibilisé ou éduqué, et sans sombrer dans un trop grand alarmisme, qui aurait pour effet de faire "décrocher" les moins écolos.

En résumé, je partais avec un mauvais a-priori (à cause du personnage de Yann Arthus Bertrand et du sponsor) mais ai été agréablement surpris même si j’ai été un peu frustré par le manque de données scientifiques et d’exemples concrets et objectifs. Mais n’oublions pas que ce documentaire s’adresse d’abord au grand public et a pour seule ambition de faire un permier pas.

votez :
par Fab (IP:xxx.xx1.164.96) le 8 juin 2009 à 18H49

Là aussi c’est une question d’attente. J’aurais aimé un film plus clair au final (mais j’avoue que je n’attendais rien de Yann Arthus Bertrand). Je crois que tout le monde peut y mettre un peu ce qu’il veut finalement...

votez :
par monbula (IP:xxx.xx5.200.184) le 8 juin 2009 à 15H12

Un film pédagogique.

Déjà vu pour les initiés. Pour les autres et surtout pour les petits bourgeois ( en diner en ville, on dit bobos ) s’en feront une bonne conscience. Politiquement, les bobos font une bonne affaire :

1/ Je vote UMP pour la Présidentielle. 2/ Je vote PS pour les élections locales. 3/ Je vote VERT pour les élections européennes.

votez :
par Fab (IP:xxx.xx1.164.96) le 8 juin 2009 à 18H49

C’est un peu schématique non ? (Bien que parfois vrai)

votez :
par Kapokier (IP:xxx.xx6.223.215) le 8 juin 2009 à 16H17

Je pense qu’en effet, pour des initiés à la cause, ce film n’est pas parfait et admet des contradictions dans sa propre élaboration.

Cependant, je ne serai pas si virulent que l’auteur sur la portée du film. Je pense qu’il est suffisamment grand public pour interpellé un nombre de personnes qui sont au courant de la crise écologique mais qui ne s’en intéressent pas fondamentalement. C’est certes un exemple personnel mais, c’est le premier film "écolo" que j’ai réuss à faire voir à mes parents en entier...même Al Gore ne leur avait pas résisté ("trop parti pris selon eux ! ! !"...

Enfin bon, je pense que ça ne fait pas de mal et qu’il ne faut pas partir dans une polémique qui serait contre-productive pour arriver à la décroissance (joli paradoxe !)

votez :
par Fab (IP:xxx.xx1.164.96) le 8 juin 2009 à 18H51

Certes, mais il ne s’agit pas non plus d’adouber tout ce qui se dit écologique pour la "cause" ;-)

votez :
par walkmindz (IP:xxx.xx9.228.13) le 8 juin 2009 à 19H01

Écologie discount et abstentionniste en freelance Entre le commerce de la fin du monde et une tendance à la culpabilité sélective, il y a les divertissements apolitiques. Quand on confond prises de consciences et caprices de saisons, on fait d’un film d’un soir, une cause nationale, voire obligatoire. Entre les opinions biodégradables et les chèques en blanc, autant parier sur le hasard, mais pas sur l’avenir. La suite ici http://tiny.cc/itGbf

votez :
par lio (IP:xxx.xx7.204.51) le 8 juin 2009 à 20H27

pas trop de masturbation intellectuelle s’il vous plait,ce film a le mérite d’etre grand public et je ne suis pas sur qu’il(le grand public) aurait été capable d’en ingurgiter beaucoup plus ,s’il a contribué ne serait ce qu’un petit peu au vote de dimanche c’est déja beaucoup ,le petit bout de la lorgnette n’est dans certain cas pas plus mauvais que son autre bout,bref arthus bertrand n’est peu etre pas tout vert mais en ces temps de crise sa contribution est bien utile

votez :
par Angelie (IP:xxx.xx3.76.11) le 8 juin 2009 à 22H21

Avant d’avancer n’importe quoi, sachez que le soit disant merchandising n’en est pas un : les DVD sont vendus à prix coûtant et près de 4000 kits pédagogiques à destination des enseignants avec un DVD-ROM et des fiches d’accompagnement pour aborder les questions environnementales en classes sont distribués gratuitement.

Quant à un tel film, il faut bien le financer et ce n’est pas l’argent des associations qui peut le faire. Et si on ne tape pas un grand coup de temps à autre, cela ne touche pas le citoyen lambda mais uniquement ceux qui sont d’emblée un peu sensibilisé. Or, c’est bien les autres qu’il faut tâcher d’éduquer petit à petit.

Arrêtons donc de taper sur Yann Arthus Bertrand, comme j’en ai tant entendu casser Hulot et sa fondation. Des ONG comme le WWF ont depuis bien longtemps élevé le concept du marchandising au rang de priorité. D’ailleurs, pour toutes les grosses ONG, la part du budget qui part réellement à la mise en oeuvre de projets est de plus en plus faible (parfois à peine 10%...). Il ne faut pas se voiler la face. Au moins, avec Home, on sait d’où vient l’argent et où il va. On ne peut pas en dire autant de beaucoup d’actions d’autres ONG. Il est de plus en plus difficile de savoir exactement comment des millions sont investis car ces structures manquent cruellement de transparence.

Ne faites donc pas preuve d’autant de naïveté, sans vouloir vous froisser, car je peux aussi comprendre vos griefs. Mais il faut dépasser l’apparence et analyser les rouages de fonctionnement des structures associatives et surtout, comprendre leurs moyens d’actions.

votez :
par Fab (IP:xxx.xx1.164.96) le 8 juin 2009 à 22H29

Ce n’est pas le financement qui me dérange le plus mais l’idéologie du film. Donc que 4000 kif pédagogiques soient distribués ne me rassure pas tellement.

votez :
(IP:xxx.xx3.70.22) le 9 juin 2009 à 20H58

Des ONG comme le WWF ont depuis bien longtemps élevé le concept du marchandising au rang de priorité.

une des raisons pour laquelle d’ailleurs une bonne partie de la population (convaincue du besoin ou pas, motrice ou pas) rejette en bloc le discours. J’en fais partie. Je suis allergique à tout discours manipulateur, fondé sur l’émotionnel. Je suis au contraire réceptif à tout ce qui touche à la fois la raison et l’intuition.

En plus de l’analyse de Fab, le plus gros reproche que je fais au film de YAB (et je suis prêt à le parier sera pareil avec celui de Hulot), c’est que tirer une fois de plus la sonnette d’alarme ne fait rien avancer. Les "solutions" à peine esquissées n’en sont pas. Les gens qui explorent, ouvrent des voies il n’y en a pas. Évidemment ça dérange, ça mènerait à des mécanismes dont ils (les puissants qui financent la marionette) ne veulent pas. C’est pas grave, elles finiront par percer, c’est inéluctable. Dans le prochain film de Serreau pour commencer.

votez :
par bernard 29 (IP:xxx.xx3.141.7) le 9 juin 2009 à 10H50

je suis d’accord avec votre article. personnellement, j’ai en permanence eu envie de dormir et de zapper. C’est une documentaire antiproductif pour l’écologie, qui n’a aucune force. radotage d’écologie de salon et de bons sentiments, moralisateur, voyeur, pensée unique. Images vues et revues dans les reportages et documentaires d’Arte ou de France 5.

Même l’ours blanc et ses oursons, sur la banquise, n’avaient pas l’air d’être contents d’être filmés, vu du ciel. Tout m’insupporte dans cette réalisation ; Réalisateur, sponsors, publicité, marketting, etc etc ...

votez :
par Fab (IP:xxx.xx1.164.96) le 9 juin 2009 à 17H33

Ben imaginez un hélicoptère au dessus de l’étendu la plus silencieuse qui soit... et qui vous filme... ouais je serais pas content non plus :)

votez :
par geo63 (IP:xxx.xx9.221.101) le 9 juin 2009 à 11H21

Excellent article qui résume totalement mon analyse du green business.

votez :
par Fab (IP:xxx.xx1.164.96) le 9 juin 2009 à 17H34

Merci beaucoup.

votez :
par tchoo (IP:xxx.xx8.136.87) le 9 juin 2009 à 11H48

un film contre le système en place, capitaliste, productiviste et consumériste aurait été véritablement mobilisateur sous un aspect écologique. Mais, tous se gardent bien de le faire, de le dire : il n’y avait qu’a suivre le début sur F2 après Home : afligeant de culpabilisation individuelle, sans jamais parler du système mondial qui conduit aux catastrophes écologiques que nous ne saurons pas endiguer.

votez :
par Fab (IP:xxx.xx1.164.96) le 9 juin 2009 à 17H35

Certains le font mais ont une diffusion très confidentielle du coup.

Je pense à l’excellent "Nous resterons sur Terre" ou à "We Feed The World".

votez :
par ZEN (IP:xxx.xx9.81.212) le 9 juin 2009 à 12H59

Oui, ce film mérite discussion Je me suis fait ces réflexions , après la parution d’un article là-dessus sue Agoravox :

« Il ne s’agit pas seulement de reconsidérer notre relation avec la nature, mais de reconsidérer notre relation avec nous-mêmes, notre propre société. »(E.Morin)


L’écologie, une prise de conscience nécessaire, un juste et urgent combat

Mais faut-il céder à l’"ecolomania", qui fait appel à l’idéalisation , à la culpabilisation quasi-religieuse et à la peur en passant sous silence les vrais enjeux ? Le film de Y.Arthus Bertrand semble sur ce point contre-performant, cédant à l’esthétique et à l’émotion aux dépens de l’analyse de fond. Il fait l’impasse sur les causes et les incidences du réchauffement climatique, problèmes complexes s’il en est ,et sur les conditions d’une agriculture raisonnée, d’un autre partage des richesses, etc... Les excès de la deepecologie ne sont pas loin et les soupçons d’écobusiness planent, quand on connaît les engagements du groupe Pinault ,le financeur. Le vrai débat ne fait que commencer...Il est essentiel, mais doit reposer sur des bases rationnelles. Les recherches actuelles ( GIEC_- J.M. Jancovici) sont à suivre avec attention, mais avec discernement.Le sens critique reste de rigueur...


- "Devons-nous, comme le prétend Al Gore, crier sur tous les toits que les choses bougeront seulement lorsque les populations auront compris l’alternative qui s’offre à elles : « d’un côté un point de non-retour et la fin potentielle de l’humanité ; de l’autre l’espoir. » ? Est-il besoin d’effrayer et de choquer nos enfants en leur prédisant les pires catastrophes tout en « oubliant » de les sensibiliser aux problèmes actuels ? Comment s’étonner alors que les jeunes soient si pessimistes et ne parviennent pas à se projeter dans l’avenir ? Quel futur pour ces générations à qui l’on promet la disparition de leur planète à un âge où ils devraient se dire que l’avenir leur appartient et qu’ils ont toute la vie devant eux ?"(V.Anger)


Un article stimulant, qu’on peut ne pas partager intégralement, mais qui a le mérite d’aller au fond des choses :

- « Home » de Yann Arthus Bertrand : La grande pandémie de l’écolomania - AgoraVox :

votez :
par Fab (IP:xxx.xx1.164.96) le 9 juin 2009 à 17H35

C’est toute la différence entre un penseur comme Morin et un prêcheur comme Yann Arthus Bertrand... :-)

votez :
par zimbraman (IP:xxx.xx4.133.9) le 9 juin 2009 à 13H09

On peut critiquer beaucoup de choses sur ce film, essentiellement les sponsors. Mais de là, entendre raler les sympathisants PS ou Bayrou parce que ca leur à "causé du tort" ! Est ce si grave d’avoir des députés verts à l’assemblée ? Est ce un parti à vocation uniquement politique ? Je crois que c’est un parti d’intérêt général, au delà des théories majoritairement économiques droite contre gauche. Il est donc appréciable de disposer de SEULEMENT 7% de sièges verts au parlement européen !

votez :
par Fab (IP:xxx.xx1.164.96) le 9 juin 2009 à 17H37

Je crois que cette polémique c’est tempête dans un verre d’eau et que ça sert surtout à éviter les vrais sujets qui ont entrainé leur résultats.

votez :
par zimbraman (IP:xxx.xx4.133.9) le 9 juin 2009 à 13H16

On peut aussi critiquer le contenu, qui va dans le sens de la droite et de son utopique "croissance verte". Néanmoins, ce film est avant tout un éveil pour le grand public qui ignore souvent tout de l’écologie, qui ne se rend pas compte de la quantité de pétrole ou équivalent qu’ils utilisent en achetant toutes sortes de produits venus du bout du monde, qui pense que le 4x4 c’est du 5L/100, qui croit que les avocats d’Israel importés d’avion par leur "maraicher" sont meilleurs etc... Bref, si cela leur fait ouvrir les yeux, on peut espérer qu’un certain nombre iront plus loin, s’instruiront un peu plus sur le sujet et comprendront que la voiture électrique, c’est aussi sale que la thermique, iront lire des blogs sur les dangers du nucléaire etc.. et que de manière générale, cette surconsommation et ce gaspillage général sont les premiers responsables de l’état actuel de la planète.

La seule chose qu’on peut reprocher à quelqu’un qui est conscient de tous ces problèmes aujourd’hui, c’est de ne rien faire !

votez :
par Fab (IP:xxx.xx1.164.96) le 9 juin 2009 à 17H39

Certes mais comme on le dit souvent, les premiers pas font le chemin. Donc ce film, qui a pour vocation de faire faire les premiers pas, vent de l’écologie croissantiste verte, et met donc ses spectateur sur le chemin (mortifère selon moi) du "ne changeons rien, la croissance verte nous sauvera" Ce qui ne rendra que plus difficile leur possibilité de voir et comprendre d’autres voies.

votez :
par Rachma (IP:xxx.xx6.4.66) le 9 juin 2009 à 14H48

De mémoire, il me semble que YAB laisse échappé la phrase : "notre système n’a pas tenu ses promesse". C’est pas franchement du bon gros message accrocheur et violent mais il a le mérite à sa manière de remettre en cause le capitalisme. Si la Fontaine avait un jour dit "mort au roi", nous ne connaîtrions surement pas ses fables aujourd’hui...(c’est juste pour que vous compreniez ou je veux en venir...). Ça n’enlève rien à la niaiserie du film, mais je me console en me disant qu’il se veut à la porté du plus grand nombre.

votez :
par Fab (IP:xxx.xx1.164.96) le 9 juin 2009 à 17H40

Sauf que Lafontaine avait le génie, là je suis pas certain :-)

votez :
(IP:xxx.xx3.70.22) le 9 juin 2009 à 21H17

Si la Fontaine avait un jour dit "mort au roi", nous ne connaîtrions surement pas ses fables aujourd’hui...

Peut-être pas aussi connues, mais elles auraient traversé le temps de toute façon. Les propos de Marguerite PORETE, qui ont donné naissance à la "sainte inquisition" (qu’elle a inauguré par un bucher dans les règles) ont bien réussi à traverser les siècles, malgré une pression et une censure encore bien plus lourde ... (bon là dessus wikipedia a encore du retard : cherchez avec "livre intérieur" c’est plus porteur)

votez :
par K. (IP:xxx.xx8.34.180) le 9 juin 2009 à 19H27

La ’cybernétique’ a fait des progrès pour contrôler le monde, la politique, et les peuples.

votez :
par Jordan (IP:xxx.xx4.123.83) le 9 juin 2009 à 20H23

Enrierement d’accord avec l’auteur.

Je dis et répette.l’écologie est la nouvelle morale du capitalisme.$$$$$$$

votez :
par Fab (IP:xxx.xx1.164.96) le 9 juin 2009 à 23H31

L’écologie est dévoyée par le capitalisme, elle n’en est pas la nouvelle morale pour moi. :-)

votez :
par tchoo (IP:xxx.xx8.136.87) le 9 juin 2009 à 20H29

Et c’est bien évidemment la faute du consommateur qui achètent des produits venant du bout du monde.

l’écologie actuelle politique fait tout pour nous culpabiliser et rien pour changer le fonctionnement du monde. Si avec ce vent on pouvait faire tourner des éoliennes, nous n’aurions pas tout perdus

votez :
par Fab (IP:xxx.xx1.164.96) le 9 juin 2009 à 23H33

L’écologie n’est pas politique en ce moment, enfin pas assez et pas assez largement. Des auteurs comme Gorz, Bookchin, Illich, Georgescu Rogen.. apporte un réelle vision de l’écologie politique transformatrice. Il nous faut donc (ap)porter le changement...

votez :
par Yaka (IP:xxx.xx7.213.6) le 9 juin 2009 à 20H35

Je vous trouve un peu dur quand même :

1) Les grands groupes polluent en répondant aux besoins des clients, donc c’est aussi la faute des consommateurs. C’est pour cela qu’il faut les sensibiliser avec ce genre de film. Si on brutalise trop les gens avec un film qui fait peur, ils vont refouler le problème et ne pas y croire.

2) Sur l’aspect religieux, je pense que beaucoup de gens ont une sensibilité pour la nature, et cette sensibilité est presque religieuse. Il n’y a pas de honte a essayer de rappeler aux gens d’ou ils viennent, et ce qu’ils doivent à la nature ... ce n’est pas forcément dans le domaine du rationnel pur et dur.

3) C’est un avis personnel, mais pkoi faire des procès au nucléaire alors que l’urgence est dans la limitation des emissions de gaz à effet de serre ? Je travaille dans l’éolien et il n’est pas encore prêt à assurer toute la demande en énergie, le solaire c’est encore pire. Diminuer le nucléaire revient à augmenter le charbon, il faut faire attention à ce que l’on fait.

Néanmoins ce film est un grand partisan du développement durable, en excluant tout à fait l’idée d’une decroissance.

votez :
par Fab (IP:xxx.xx1.164.96) le 9 juin 2009 à 23H39

Je vous répond donc point par point.

1) La liberté des consommateurs me semble bien limité face à la propaande publicitaire et médiatique entrainant l’envie presque comme une drogue de consommer. Donc, les grands groupes ont à mes yeux une responsabilité plus grande que les consommateurs. De plus, le film commence par une pub géante pour les produits et magasins PPR...

2)La croyance en Panchamama par exemple est religieuse, mais elle s’accompagne de la connaissance. Cela n’a donc rien de gênant. Mais là on entre avec ce film dans le religieux mystique, celui de la non réflexion du changement, cela me dérange plus.

3) parce qu’il n’y a pas d’urgence, mais des urgences. Ce film contribue à laisser penser que le seuk problème serait les GES. Hors c’est un problème majeur mais loin d’être le seul. Les pesticides, les déchets nucléaires, etc... constitues d’autres problème à l’urgence criante. C’est aussi un défaut énorme de ce film.

Donc oui il prône un développement durable (qui ne marchera pas) salvateur du système actuel plutôt que de proposer un changement de paradigme. C’est justement le cœur de ce que je lui reproche à ce film :-)

votez :
par lio (IP:xxx.xx5.118.115) le 9 juin 2009 à 20H52

donc si je fais un résumé des commentaires YAB aurait mieux fait de s’abstenir (comme les electeurs) et france 2 plutot que de passer ce mauvais film de propagande ecologique de diffuser une bonne serie americaine ou une emisssion de delarue,moi je vous le dit ce n’est pas gagné,a mort YAB et son méssage nauseabond !

votez :
par Fab (IP:xxx.xx1.164.96) le 9 juin 2009 à 23H40

Pourquoi caricaturer ? J’aurais préféré par exemple que le même tapage soit fait pour d’autres films (comme ceux cités au dessus) plutôt que pour celui là qui est clairement orienté. Et qui finalement a plus un message environnementaliste religieux que écologiste.

votez :
par jeje46 (IP:xxx.xx7.208.134) le 9 juin 2009 à 20H57

Bravo pour votre article qui ouvre un peu les yeux des gens ! J’avoue ne pas avoir vu le film en entier (pas encore...), mais rien que le générique est "gerbant". Un film sponsorisé par des destructeurs de la planète au service du capitalisme ultime. Des destructeurs capables de tuer des animaux, d’arracher des plantes pour des biens de consommation plus que futiles : cosmétiques, objets de luxe, sacs en cuir, montres en or, etc... Pendant que des gens meurent de faim... Ce film est une honte au service du capitalisme !!!!

votez :
par Fab (IP:xxx.xx1.164.96) le 9 juin 2009 à 23H41

En tous cas merci pour votre "bravo" ;-)

votez :
par halman (IP:xxx.xx6.202.56) le 10 juin 2009 à 02H45

Ca ne doit pas faire au moins le vingtième article sur le même sujet.

votez :
par renée10 (IP:xxx.xx0.34.250) le 10 juin 2009 à 09H15

En réponse à l’article :

Cela me rapelle la polémique sur les émissions de Nicolas Hulot a qui l’on reprochait le sponsoring par Rhône-Poulenc. Les villes qui abritent ces industries refusent-elles leurs taxes professionnelles sous prétexte qu’elles polluent ? Suffit-il d’être seulement intègre pour avoir le droit de diffuser des images, des idées.... L’Abbé Pierre a gagné le titre de 1ere personnalité admirée des français, la belle affaire ! Et s’il avait été été sponsorisé, où en serait la situation dénoncée en 1954 ? Vous sous-entendez que l’impact ne sera pas assez fort pour faire bouger les choses, donc inutile. Mai 68 retentit encore, et alors ??......

votez :
par melissa (IP:xxx.xx0.234.90) le 16 juin 2009 à 11H39

Bonjour Yann Arthus-Bertrand je vous remercie pour votre filme merci merci merci... Très beau film de Yann Arthus-Bertrand. Merci !gras a vous je voix les chose différemment. Et j’en parle a tout le monde souf que dans mon pays personés na vus le film . je voulez que vous madrier a faire comprendre au gantes au Maroc qu’ont doit changer ; j’en est parler de sa dans émission de radio et il niaver au’qant reaqtionet on plus il se moque de moi car je mainters au égologie. Alors cvp aider moi pour faire comprendre ça au autre.

Les Auteurs deSociété
rcoutouly - 65 articles
voxpopuli - 1 articles
ble2 - 35 articles
çaDérange - 299 articles
Biosphère Blog - 57 articles
ecolomaisjetemmerde - 3 articles
Mobilité durable - 178 articles
Greendriver - 1 articles