NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Grenelle 2, le malentendu s'installe

Article publié le 12 janvier 2009

Grenelle 2, le malentendu s'installe

Le compte n’y est pas. La présentation du projet de loi Grenelle II est un exemple de réforme structurelle illustrant les difficultés à mener dans le consensus une transformation économique et sociale. Jean Louis Borloo qualifie le projet de loi comme une « transition environnementale irréversible », une « boîte à outils » pour appliquer les engagements du Grenelle. Les associations environnementales estiment quant à elles que le projet ne répond pas à la véritable « rupture » annoncée. Jean Marc Jancovici peste contre les contradictions entre les engagements du Grenelle et un plan de relance basé sur un modèle économique « du XXème siècle ». Pourtant, en octobre 2007, Nicolas Sarkozy s’était engagé dans un incroyable discours soulignant un volontarisme applaudit par l’ensemble des associations environnementales. L’unanimisme d’associations reconnues pour leur éthique de conviction jetait déjà un doute sur le réalisme du discours du Président : « …Là où nous dépensons un euro pour la recherche nucléaire, nous dépenserons également un euro pour la recherche sur les technologies propres et sur la prévention des atteintes à l’environnement… Ce ne sera plus aux solutions écologiques de prouver leur intérêt, ce sera aux projets non écologiques de prouver qu’il n’était pas possible de faire autrement… Je veux aller plus loin, je veux poser la question du prix du carbone… La France n’est pas en retard, mais désormais elle veut être en avance et elle veut être exemplaire…. La priorité ne sera plus au rattrapage routier mais au rattrapage des autres modes de transports ».Etc.

 « Le discours de Nicolas Sarkozy marque l’acte I d’un nouveau dialogue environnemental et d’une nouvelle démocratie écologique », déclarait alors Sébastien Genest, le Président de France Nature Environnement. En janvier 2009, le compte n’y est pas.

Rupture ou réforme ? La présentation du Grenelle II, comporte certes des avancées significatives, mais ne constitue en rien la rupture annoncée et promise. La crise, les difficultés économiques ont dilué l’aspect « prioritaire » du Grenelle. La définition d’une priorité ne peut s’accompagner d’une multiplication de ces mêmes priorités, sous peine de dispersion. De même, le fait de mélanger sémantiquement « rupture » et « réforme » ne peut que provoquer frustration et incompréhension. En réponse (par la force des choses) à une situation d’urgence, la rupture est périlleuse : elle déstabilise un tissu économique et social et induit une dose d’autoritarisme. La réforme est difficile, car elle demande de la constance et de la progressivité tout en se diluant dans l’inertie des habitudes ; elle n’a pas pour objet de répondre à une urgence mais à une stratégie. Apôtre d’un discours de vérité, Nicolas Sarkozy a promis une rupture (le Grenelle de l’environnement en fut une), il gère une réforme. Le malentendu s’installe…

Alexis du Fontenioux. Janvier 2009

Thèmes

Politique Grenelle

Bookmark and Share
18 votes

commentaires
votez :
par lio (IP:xxx.xx6.222.242) le 13 janvier 2009 à 10H14

comme disait francis blanche "penser le changement plutot que changer le pansement"

votez :
par mathieu hangue (IP:xxx.xx7.171.238) le 13 janvier 2009 à 10H57

Les promesses électorales n’engagent que ceux qui les croient...

Il y a longtemps que je n’écoute plus les discours mais que je regarde les actes. Et les résultats du Grenelle manquent totalement d’ambition dans certains domaines et sont carrément négatifs dans d’autre négatifs.

Des responsables politiques un peu visonnaires - gouverner, c’est prévoir - profiteraient de la crise économique pour investir les milliards d’euros qu’ils comptent dépenser, dans la transformation de notre société vers une société moins gaspilleuse, notamment d’énergie. Pour une fois que, tout d’un coup, il y a des sous !

Au lieu de cela, on parle de grands travaux autoroutiers, de nouveaux réacteurs nucléaires (que Mr Jancovici applaudit des deux mains)...

Le Grenelle en fin de compte a été un exercice très réussi de "communication" et d’agitation médiatique. La montagne a accouché d’une souri.

MH

Les Auteurs deSociété
rcoutouly - 65 articles
voxpopuli - 1 articles
ble2 - 35 articles
çaDérange - 299 articles
Biosphère Blog - 57 articles
ecolomaisjetemmerde - 3 articles
Mobilité durable - 178 articles
Greendriver - 1 articles