NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Développement durable, la question du besoin

Article publié le 5 février 2009

brundtland.jpg

Petit rappel historique, en 1987, la commission mondiale sur l’environnement et le développement publiait le fameux rapport Brundtland et donnait une définition au développement durable : « « Le développement durable est un mode de développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs ». La plupart des débats sur ce concept s’articulent autour de la notion de durabilité. Mais qu’en est-il des besoins ?

Pour ne pas les compromettre, il faudrait être en mesure de définir et d’identifier les « besoins contemporains » et les « besoins futurs ». L’échelle du temps rend ce travail complexe. Une génération correspond à une unité de temps d’environ 25 ans. 1987 – 2009, nous y sommes presque. En 1987, la Chine en était aux prémices de son ouverture économique, le mur de Berlin était infranchissable, on s’extasiait sur le téléphone sans fil sans douter qu’il deviendrait portable, on vantait les capacités de l’informatique limitées à quelques logiciels de base. Qui en 1987 aurait pu identifier et anticiper les besoins de la génération actuelle et nous ne parlons ici que d’un seul saut de génération !

Nous ignorons trop souvent la seconde partie de la définition qui délimite la notion des besoins aux populations les plus démunies. Il ne s’agit pas seulement de garantir les « besoins futurs » des populations riches et développées, mais bien de prendre en compte la satisfaction des besoins élémentaires des populations les plus vulnérables  : manger, boire, survivre. L’appropriation du concept du développement durable par les acteurs des pays développés comme un outil politique, économique et social devant permettre de conserver un niveau de vie et de confort préservant ainsi un « mode de vie », est un détournement du concept du développement durable et sa traduction peut relever de l’imposture. Se fixer pour objectif de maintenir son niveau vie et la satisfaction de ses besoins actuels sur plusieurs générations, revient à interdire l’accès au développement de 2/3 de la population mondiale (André Lebeau).

Rappelons ici que si les pays développés commencent à devenir efficaces dans certains objectifs du développement durable (la France a réduit de 2% ses émissions de CO2 en 2007), les objectifs du millénaire (réduction de la pauvreté et de la faim, éducation, accès à l’eau…) sont à ce jour un échec cuisant – aucun de ces objectifs définit dans le cadre l’ONU n’est en voie d’être atteint !

La question ne se poserait donc pas seulement sous la forme : « comment concilier notre mode de vie et celui de nos enfants avec la contrainte environnementale », mais bien dans la définition même de la notion de besoin. En ces temps de crise économique, du pouvoir d’achat et du crédit ; en ces temps ou se pose la question de la moralisation du capitalisme - crise de valeurs et crise de sens - la question mérite d’être posée.

Alexis du Fontenioux – février 2009.

Thèmes

Développement durable Réflexion

Bookmark and Share
14 votes

commentaires
Les Auteurs deSociété
rcoutouly - 65 articles
voxpopuli - 1 articles
ble2 - 35 articles
çaDérange - 299 articles
Biosphère Blog - 57 articles
ecolomaisjetemmerde - 3 articles
Mobilité durable - 178 articles
Greendriver - 1 articles