NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Des hackers complices de la déforestation en Amazonie

Article publié le 30 décembre 2008

L’émergence de la cyber-deforestation en Amazonie est rendue possible par un nouveau système de certificats électroniques introduit en 2006 au Brésil.

Des hackers complices de la déforestation en Amazonie

107 entrepreneurs forestiers en Amazonie ont embauché des hackers pour faire intrusion dans le système de contrôle de transport du bois. Dans l’état du Para, une des régions d’Amazonie brésilienne souffrant le plus de la déforestation, le gouvernement a faire migrer en 2006 les autorisations nécessaires à la commercialisation des espèces forestières, jusque là sous forme papier, en format électronique, avec un système semblable à celui qui gère les transactions bancaires sécurisées.

L’enquête ayant débuté en avril 2007, 202 personnes sont actuellement accusées. Beaucoup des entrepreneurs incriminées sont suspectés d’autres types de délits, environnementaux et sociaux (usage de main d’oeuvre esclave).

Rappelons qu’en Amazonie, environ 25 000 kilomètres carrés de forêt environ disparaissent chaque année, et que près de 20% de la forêt a déjà disparu depuis la moitié du XXe siècle.

Source : Greenpeace Brésil

Thèmes

Bois Forêt Economie Déforestation Justice

Bookmark and Share
47 votes

commentaires
votez :
par hacker (IP:xxx.xx6.5.17) le 30 décembre 2008 à 16H52

encore un qui confond hacker et pirate informatique. pirates, hackers, geeks, nerds, on touille bien et ça s’amalgame tout seul : chouette tambouille, mais ensuite le sens se perd à la cuisson.

votez :
par Pierre William Johnson (IP:xxx.xx5.174.7) le 30 décembre 2008 à 17H04

Hacker est bien le terme employé par Greenpeace Brésil pour l’occasion. Voici la définition habituelle de hacker, qui correspond bien à la fonction, dans ce cas :

"In common usage, hacker is generic term for a computer criminal, often with a specific specialty in computer intrusion. While other definitions peculiar to the computer enthusiast community exist, they are rarely used in mainstream context. Computer hacking subculture is often referred to as the network hacker subculture or simply the computer underground."

votez :
par Michel (IP:xxx.xx4.216.225) le 31 décembre 2008 à 10H51

C’est un problème sémantique récurrent.

Tout le malheur du hacker, c’est que la définition actuellement communément admise de son qualificatif est une boulette historique, plus ou moins volontaire, qui le fait passer pour un "méchant" (ouh le vilain) : ici, on devrait plutôt dire un cracker, ou un pirate.

Le hacker fait à l’origine référence à un bidouilleur, un fouineur, ou un excellent connaisseur de la technique - une sorte de wizard en chambre (d’étudiant) en quelque sorte (aller, cherches la définition de wizard dans le contexte informatique...).

Ca date d’une époque ou de nombreux lamers (z’y va, cherches la définition..) ont allègrement mélangé les deux termes. L’amalgame s’est propagé dans les médias (habitat naturel de nombreux lamers ayant pignon sur rue).

Et ca servait les industries qui avaient intérêt à propager l’amalgame entre les deux notions auprès du public : un hacker fourre son nez là où certains aimeraient préserver un secret absolu propice aux bénéfices financiers, c’est gênant mais pas répréhensible ; un cracker/pirate *utilise* ce savoir pour son propre bénéfice, c’est plus facile à dénoncer.

En utilisant le mot hacker avec la définition du mot cracker (facilité en cela par une légère homonymie), on augmente le nombre de cibles potentielles de dénonciation pour piratage, rendant ainsi le problème artificiellement plus voyant ; on porte également l’opprobre sur n’importe quel individu qui ose s’interroger sur le dessous des cartes.

Que les Greenpeaceux du Brésil fassent l’amalgame entre les deux termes correspond soit à une volonté délibérée de conformisme sémantique, soit à une ignorance crasse.

Je penche plutôt pour la première solution, car ce sont des gens intelligents et ca va dans le sens de leur propagande (que je soutiens aussi, au passage).

Mais ca ne doit pas empêcher d’être clairvoyant et de rester critique face à cette méthode, et aux "définitions habituelles" sorties du premier chapeau venu : une carte a toujours deux faces, ne vous contentez pas de regarder seulement celle qu’on vous montre.

votez :
par Pierre William Johnson (IP:xxx.xx5.174.7) le 31 décembre 2008 à 11H02

Bon, Michel, tu as sans doute raison. Parlons alors de pirates informatiques, plutôt que de simples hackers. Un pirate serait alors un hacker (bidouilleur) qui a mal tourné.

votez :
par imaes (IP:xxx.xx5.9.47) le 31 décembre 2008 à 10H21

Les hackers sont peut être complices de la déforestation au Brésil, et ceci est fort regrettable, mais qu’en est il de tous les citoyens de notre beau pays qui achètent tout ce bois sous toutes ses formes... ? (massif, contreplaqué etc.)

Voici ce que je lis au dessus de l’article :

IMMOPLANET :-O votre immeuble au Brésil : investir devient une réalité

avec en fond une belle plage vierge et une eau turquoise

Et ceux qui achètent leur immeuble au Brésil ? est-ce qu’ils ne participent pas au massacre du littoral, des zones humides... ?

Sur un site comme ça, c’est encore plus scandaleux. On voit la profonde perversion que constitue la pub dans notre société décadente... :-(

votez :
par Pierre William Johnson (IP:xxx.xx5.174.7) le 31 décembre 2008 à 11H06

La cause la plus importante de la déforestation en Amazonie est probablement l’élevage et la culture du soja, et non pas l’abattage d’arbre, qui vient seulement après l’élevage et les cultures inappropriées. Or l’essentiel du soja brésilien (déjà largement OGM) va nourrir les vaches du Nord et de la Chine.

Une bonne façon de lutter contre la déforestation est donc de réduire sa consommation de viande. Et de trouver de meilleures alternatives que les agrocarburants pour les transports.

votez :
(IP:xxx.xx3.70.22) le 5 janvier 2009 à 20H21

maintenant c’est p-e *en plus* le soja, mais avant c’était *que* l’approvisionnement en bois exotique et ça suffisait déjà ...

et si l’ONF vous dit que la foret progresse en france, demandez-vous pourquoi ... (réponse : parce que le bois provient en grande partie de l’étranger, et même les labels n’arrivent pas à tracer efficacement, ce n’est qu’un leurre)

votez :
par imaes (IP:xxx.xx5.9.47) le 31 décembre 2008 à 10H25

j’ai même fait une capture d’écran pour ceux que ça intéresse...

votez :
(IP:xxx.xx7.150.186) le 31 décembre 2008 à 14H44

Depuis quand des individus comme toi qui ne connaissent probablement rien à l’agriculture jugent ce qui est approprié et ce qui ne l’est pas ?

votez :
(IP:xxx.xx3.70.22) le 5 janvier 2009 à 20H27

il ne juge pas (par contre toi ...)

et ton attitude purement agressive (non argumentée) montre qu’il a bel et bien touché un point sensible, difficile à défendre. :-p

Les Auteurs deSociété
rcoutouly - 65 articles
voxpopuli - 1 articles
ble2 - 35 articles
çaDérange - 299 articles
Biosphère Blog - 57 articles
ecolomaisjetemmerde - 3 articles
Mobilité durable - 178 articles
Greendriver - 1 articles