NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Adolescence

Article publié le 6 mars 2009

Adolescence

L’adolescence marque la fin d’une forme de croissance. Pour un être humain, c’est la période intermédiaire entre l’enfance et l’âge adulte, une période agitée, où chacun cherche sa personnalité, l’affirme parfois maladroitement. Comme toutes les mues, c’est une période de fragilité, dont la bonne fin conditionne l’âge adulte, celui où nous ne grandissons plus. L’humanité semble suivre un chemin analogue. Après une croissance chaotique sur les milliers d’années, elle a connu une explosion démographique avec le XXe siècle, et nous arrivons bientôt à un moment unique dans son histoire : nous ne grandissons plus. Nous avons atteint notre taille maximum, certains prédisent même que nous allons nous tasser, après de maximum de quelques 9 à 10 milliards d’humains que nous serons entre 2050 et 2100. Ce n’est pas parce que nous ne grandissons plus que notre développement s’arrête. Il doit juste prendre une autre forme.

Prolongeons l’analogie entre un individu et l’humanité. A chaque âge de la vie, ses propres besoins, et une progression vers son épanouissement. Il faut des vitamines, des protéines, et pour cela de la lumière, de la nourriture, de l’’espace.

L’enfance de l’humanité est marquée par quelques révolutions comme la découverte du feu, de la roue, et de l’agriculture. L’enfance n’est pas sans dangers, et il y en a eu des accidents, des régressions. Epidémies, guerres, famines, catastrophes de toute nature ont jalonné cette étape. Elle n’est pas totalement terminée, selon les régions du monde, ce qui n’a pas empêché à l’âge suivant, l’adolescence, de se manifester sous la forme de la révolution industrielle. Deux siècles environ de croissance en rupture avec les millénaires qui les ont précédés. Un changement de rythme rendu possible par le recours à l’énergie stockée sous nos pieds au cours des âges géologiques. Une aubaine, dont une partie de l’humanité a tiré un formidable profit, parfois avec la plus grande brutalité. L’utilisation massive du charbon et du pétrole a permis un développement spectaculaire, une explosion de nos connaissances sur la matière comme sur le vivant. L’humanité a acquis une puissance d’intervention à donner le vertige, et l’adolescence étant ce qu’elle est, impulsive et irrespectueuse, elle n’en a pas toujours fait bon usage. L’humanité a cru que tout lui était permis, que le monde était à elle sans restriction.

L’humanité flambeuse, c’est terminé. Ou en passe de l’être. Il va falloir devenir adulte. Adieu les émotions de l’adolescence, la vie facile fondée sur la consommation sans souci de stocks accumulés par les générations précédentes. Bonjour l’âge adulte, et un mode de développement endogène, ne comptant que sur soi.

C’est une nouvelle ère qui se profile pour l’humanité. La fin du « croissez et multipliez » de la Bible. Il va falloir trouver un autre sens à ces mots, car nous avons toujours soif de dépassement.

La première traduction concrète de cette situation, celle qui concerne notre génération, est une double transition économique et sociale. Il faut passer d’une économie minière à une économie circulaire[1]. Il faut passer d’une organisation sociale pour des populations jeunes et en croissance, à une autre organisation adaptée à des populations plus vieilles et stables. Deux défis à prendre à bras le corps, et qui donnent un sens bien concret au terme développement durable.

L’adolescence de l’humanité s’est faite sur le carbone. Il y en a encore pour des siècles, mais il est plus difficile d’accès, et surtout il provoque des effets indésirables. Une fois sorti de terre, il s’envole dans les airs où il renforce un effet de serre, sympathique au départ, mais très dangereux si on pousse trop loin les curseurs. Cette facilité est aujourd’hui terminée, il va falloir vivre sur les flux et non plus sur les stocks. Et pour cela augmenter fortement le profit que nous tirons de la moindre unité de ressource. Le facteur 4 est souvent évoqué, il indique l’importance du progrès[2] à réaliser. Le développement durable est une invitation à la performance.

Tout arrive à la fois. Il faut en même temps faire face à une mutation de nos structures démographiques. On en parle au sujet des retraites, mais ce n’est qu’un point parmi d’autres, et pas le plus grave car la productivité[3] du travail[4] humain augmente plus vite que la proportion de personnes âgées. C’est le dynamisme des populations qui est en jeu, dans tous les sens du terme, et les équilibres entre générations. Quelle place donner aux jeunes dans une société de vieux, comment conserver une créativité, une capacité à s’étonner et à imaginer un avenir différent ?

Des défis passionnants, les ados ont bien de la chance !

___________________________
[3] n°58 dans Coup de shampoing sur le développement durable, www.ibipress.com
[4] n°77 dans Coup de shampoing

Thèmes

Développement durable

Bookmark and Share
25 votes

commentaires
Les Auteurs deSociété
rcoutouly - 65 articles
voxpopuli - 1 articles
ble2 - 35 articles
çaDérange - 299 articles
Biosphère Blog - 57 articles
ecolomaisjetemmerde - 3 articles
Mobilité durable - 178 articles
Greendriver - 1 articles