NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Vaccination Mondiale et Sida : David Cameron a promis 923 M d'€ en faveur d'un programme de vaccination mondiale !

Article publié le 23 juin 2011

Le 13 juin 2011, France-soir nous informait que le Premier ministre britannique David Cameron a promis 814 millions de livres, soit 923 millions d’euros, en faveur d’un programme de vaccination mondiale, présenté lors d’une conférence à Londres avec le co-fondateur de Microsoft, Bill Gates.

Vaccination Mondiale et Sida : David Cameron a promis 923 M d'€ en faveur d'un programme de vaccination mondiale !

« La Grande-Bretagne va jouer son rôle à plein. En plus de notre soutien actuel à GAVI, nous allons contribuer à hauteur de 814 millions de livres de nouveaux financements d'ici à 2015. Cela permettra de venir en aide à plus de 80 millions d'enfants et de sauver 1,4 million de vies », a déclaré Cameron, qui s’est affiché comme le porte-parole de la Gavi, Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination. Cette coalition réunit des partenaires publics et privés, l’Unicef, l’OMS, la Banque mondiale, la fondation Bill et Melinda Gates, des gouvernements de pays en développement, des ONG (organisations non gouvernementales) et, bien évidemment, des fabricants de vaccins, afin de collecter des fonds en vue de vacciner plus largement les enfants des pays pauvres. « Cela permettra de vacciner un enfant toutes les deux secondes pendant cinq ans. C'est-à-dire sauver la vie d'un enfant toutes les deux minutes », a ajouté le Premier ministre en ouvrant à Londres une conférence internationale organisée par GAVI qui espère récolter 3,7 milliards de dollars dans le but de vacciner 243 millions d'enfants supplémentaires dans 72 pays, évitant ainsi 4 millions de décès d'ici 2015.

sierra_leone_iv_line_463.jpgSource photo ici

 Et il a conclu « GAVI est tout simplement formidable. Elle délivre des résultats tangibles... En une décennie, elle a aidé à empêcher 5,4 millions de décès ».

Toutes ces belles déclarations et ces chiffres qui peuvent impressionner certains sont répétés depuis des lustres par des « perroquets », qui ne vérifient jamais les sources de « l’information ». Comment peut-on sérieusement affirmer que des vaccins ont « évité des millions de morts », puisqu’on ne saura jamais si ceux qui résistent aux maladies seraient morts sans ces vaccins ? Sans compter que 37 % des décès des enfants surviennent à la naissance ou la semaine suivante. Il faut être bien naïf pour croire qu’on pourrait les sauver en les vaccinant à ce moment-là. De toute manière, il était autrefois de règle de ne jamais vacciner des enfants malades ou déficients, mais cette précaution n’est plus jamais appliquée à présent.

En vérité, les vaccinations massives dans le tiers-monde n’ont pas réduit la mortalité infantile, mais elles ont privé ces pays d’une aide qui aurait été beaucoup plus précieuse, une aide alimentaire de base, l’hygiène des mères, et un réseau de distribution d’eau propre qui permet en outre la réhydratation lors des diarrhées. 

3111PK6B7BL__SS500_.jpgC’était il y a quelques années le constat du Dr Mohamed Bouguerra, ancien professeur à la faculté des sciences de Tunis où il enseignait la chimie et ancien directeur de recherche associé au CNRS. Dans son ouvrage La Recherche contre le tiers-monde, il dénonce la corruption et les agissements de grands groupes internationaux et réclame de « véritables remèdes plus efficaces que tous les vaccins, des réseaux d’eau potable et d’assainissement, et de la nourriture. Mais ce genre d’aide ne rapporte pas d’argent aux grandes entreprises pharmaceutiques et n’intéresse personne, ni Donald Cameron, ni Bill Gates, ni bien d’autres. Quant à l’OMS, elle a montré ses liens avec l’industrie et ses capacités de cacher la vérité en toute impunité au cours de la désastreuse campagne contre le virus H1N1. Comment peut-on encore lui faire confiance et accorder le moindre crédit aux fabricants de vaccins qui se sont garantis de l’impunité en cas d’accidents ?

Autre « détail » qui devrait avoir de l’importance si tout le monde était au courant : En 1989, le Dr de Brouwer, hélas décédé, se demandait avec d’autres comment une maladie comme le sida avait pu prendre naissance si rapidement et se révéler pratiquement incurable. Toutes les infections virales étant connues et répertoriées depuis plus d’un siècle, comment celle-là aurait-elle pu échapper au monde médical et scientifique ? En supposant que le sida ait toujours existé en Afrique Centrale, il aurait dû causer de terribles dégâts qui ne seraient pas passé inaperçus.

Or avant 1981, personne n’a jamais entendu parler de cette maladie. Mais rappelons que pendant des années on a introduit dans l’organisme le virus vivant de la vaccine, comprenant l’intégralité du capital génétique de ce virus et les populations africaines furent justement les plus vaccinées contre la variole sans que l’on n’ait jamais séquencé le génome du virus de la vaccine. Cette observation mena le Dr Louis de Brouwer à avancer une hypothèse en rapport avec cette politique : « [...] et si, par le principe vaccinal, en introduisant le capital génétique du virus vaccinia (virus vivant non atténué) dans un organisme, on permettait au virus VIH-2, présent chez les Africains, de reconstituer tout ou partie de son capital génétique devenu déficient et, par conséquent, de le faire redevenir virulent ou de créer un nouveau virus inconnu à ce jour, tel le virus du sida ?

« On nomme cela une recombinaison génétique et des expérimentations ont été réalisées qui prouvent que c’est possible. » (cf. Sida : Le vertige, Ed Atra, 1997). 

2168347_eadc315ad3.jpgAfin de vérifier son hypothèse, Louis de Brouwer demanda à l’OMS de lui communiquer la liste de toutes les vaccinations effectuées en Afrique depuis vingt ans. Il put alors constater qu’on pouvait très exactement superposer la carte des vaccinations antivarioliques à celle des cas de sida. « Les médecins vaccinalistes appartenant à cette organisation et inféodés aux laboratoires fabricants de vaccins, plaideront-ils responsables mais non coupables ? », demandait-il. 

De son côté le Pr Robert Gallo a déclaré le 11 mai 1987 au Times  : « La relation entre le programme de vaccination de l’OMS dans son effort pour éradiquer la variole des pays du tiers-monde et l’épidémie du Sida est une intéressante hypothèse. Je ne dis pas que cela se soit réellement passé, mais durant des années, j’ai toujours dit que l’usage de vaccins issus de virus vivants, comme l’on pratique en Afrique, peut activer un virus endormi comme celui du Sida. »

Ce même journal citait un conseiller auprès de l’OMS qui s’était lui aussi longtemps demandé si le virus de la vaccine pouvait avoir déclenché l’épidémie de sida et, après des années de réflexion, il déclarait : « Maintenant, je suis convaincu que la théorie mettant en cause la vaccination antivariolique est bien l’explication de l’explosion du sida.

« D’autres médecins qui admettent la relation entre les campagnes de vaccination antivariolique et l’épidémie de sida y voient une réponse à des questions qui les déroutaient. Celle de savoir, par exemple, ce qui avait pu faire qu’un virus considéré jusque-là comme “faible, lent et fragile” ait pu se mettre à se comporter de manière aussi agressive. La théorie reliant sida et vaccination antivariolique explique le cas de chacun des sept pays d’Afrique centrale qui ont le taux le plus élevé de sida. [...] Les plus forts taux de sida coïncident avec les plus intenses campagnes de vaccination. Le Brésil, seul pays d’Amérique latine qui ait entrepris une campagne d’éradication, enregistre le plus fort taux de sida dans cette même région. »

5595996044_0ec56fec50.jpg

À son tour, dans Le Concours médical du 19 septembre 1987, le Dr M. Koupernik écrivait : « Vaccination antivariolique et Sida : Une question dont on ne saurait exagérer l’éventuelle portée vient d’être soulevée en Grande-Bretagne. La carte d’incidence maximale du Sida en Afrique correspondrait à celle où l’ultime effort d’éradication de la variole aurait été accompli. C’est cette introduction massive du virus vaccinal au sein d’une population séropositive mais “dormante” qui pourrait avoir donné le coup d’envoi du phénomène Sida. Le virus vaccinal aurait exalté les vertus agressives de son confrère simien. On a apporté aussi un argument ponctuel : un militaire américain séropositif a été vacciné contre la variole et a succombé en un mois à un Sida accéléré. » Ce cas avait été rapporté dans le Times du 11 mai 1987. Et le 28 mai 1987, dans une lettre au Times, le Dr J. Seels évoquait la possibilité d’une épidémie « due à la pathologie de la seringue ».

On ne vaccine plus contre la variole, mais les autres vaccins à virus vivant sont aussi redoutables et des années avant l’émergence du Sida, le Dr Albert Schweitzer (prix Nobel en 1952) avait remarqué que les premiers cancers en Afrique étaient apparus cinq ans après les premières campagnes vaccinales.

L’OMS, Bill Gates et consorts voudraient-ils décimer les pays pauvres ? En tout cas, ils font tout pour y parvenir.

Thèmes

Vaccin Santé menacée Politique sanitaire

Bookmark and Share
8 votes

commentaires
votez :
(IP:xxx.xx4.34.197) le 24 juin 2011 à 11H08

Après tant et tant de passivité et de silences complices, quel décideur important aura le courage d’affronter cette falaise de contre-vérités coupables que représentent les dogmes actuels ?

votez :
par ariane walter (IP:xxx.xx1.251.91) le 24 juin 2011 à 11H11

Excellent article ! je partage. ils nous prennent vraiment pour des quiches !! Quand on lit côte à côte "cameron et vaccination " on ne peut que trembler !!

votez :
par Defre (IP:xxx.xx6.73.34) le 24 juin 2011 à 11H46

Lorsqu’on a lu le livre jaune 5, 6 et 7, on comprends très bien les objectifs de ces "grands" (grand financièrement mais pas spirituellement). Très bon article qui confirme les mauvaises intentions des Illuminati (que les crédules réfutent car conditionnés)

votez :
(IP:xxx.xx2.28.193) le 24 juin 2011 à 17H50

excellent article. Programmation de dépeuplement ? Comment ne pas être suspicieux à l’égard de ces "élites" prêt à tout pour ce remplir les poches et asservir ceux qui n’ont rien.

votez :
par Lucadeparis (IP:xxx.xx1.233.227) le 26 juin 2011 à 20H08

L'article de Sylvie Simon commence bien, pour les idées générales.

Elle expose bien la supercherie de la générosité des ultra-riches comme Bill Gates, qui, pire que le riche dans l'Évangile de Marc, ne donnent pas de leur superflu (du super-superflu, même, vu le niveau de richesse sans précédent atteint grâce un monopole d’un logiciel bancal appuyé par la NSA à l’encontre de la loi anti-trust, mais font en fait des cadeaux empoisonnés qui enrichissent les membres de sa caste.

On a un nouveau Knock avec Bill Gates :

A la conférence Technology Entertainment Design (TED) 2010, dont le nom exprime bien le projet de solutions technocratiques, Bill Gates a dit : « Au monde, il y a aujourd’hui 6,8 milliards de gens, bientôt 9. Si nous faisons un boulot vraiment bon sur les nouveaux vaccins, les soins sanitaires, on pourrait réduire ça de 10 ou 15 %. » (« On the world today, If we do a really great job on new vaccines, heath care,  reproduction health services, we could lower that of perhaps 10 or 15 %. »).

Étonnant non? On croirait naïvement que les vaccins servent à diminuer la morbidité et la mortalité, et donc tendraient à faire augmenter la population.

Ce n’est pas un lapsus, mais un discours qu’il a appris (dont on sait où) et qu’il répète, interviewé par le Dr Saniaw Gueta sur CNN :

« - 10 milliards de dollars sur les 10 prochaines années pour en faire l’année du vaccin, qu’est-ce que ça signifie exactement ? – Pendant cette décennie, nous croyons que d’incroyables progrès peuvent être faits, autant dans la création de nouveaux vaccins que dans la distribution aux enfants en besoin. Nous pouvons réduire les 9 millions d’enfant qui meurent chaque année à la moitié. Si nous avons du succès, les bénéfices sont en termes de réduction de maladie, réduction de croissance de population. ».

Dans une interview qui surprendra tous ceux qui croient au discours dominant et terroriste sur le sida, propagé depuis le début, Luc Montagnier lui-même critique ces « solutions » ou dissolutions, prônant à l’opposé de Bill Gates [2’25] la bonne nourriture et la bonne eau, « malheureusement » moins rentables que le gavage de vaccins et autres médicaments toxiques qui entretiennent le marché de la santé.

Mais le discours de Sylvie Simon bifurque lorsqu’elle parle du sida.

Sylvie Simon devrait lire les livres qui sont publiés dans la même collection que le sien et sont meilleurs : je pense à Les 10 plus gros mensonges sur le sida (où vous retrouverez ce que j’affirme ensuite) qui est bien meilleur que son imprécis Les 10 plus gros mensonges sur la vaccination (éditions Dangles), où elle ne source pas assez ses affirmations, et est un peu péremptoire. Même ici, lorsqu’elle affirme que « 37 % des décès des enfants surviennent à la naissance ou la semaine suivante. », on aimerait savoir d'où elle tire ce chiffre pour lui accorder quelque crédit.

En écrivant « une maladie comme le sida », elle présuppose ce qui est faux : le sida n'est pas une maladie, mais reste un syndrome (un ensemble de symptômes et indices cliniques), ou plutôt des syndromes, vu la pluralité des définitions (qu'elle lise encore le livre de Harven et Roussez).

Sylvie Simon fait des affirmations générales et péremptoires qui peuvent discréditer son propos. Par exemple, elle affirme : « Toutes les infections virales étant connues et répertoriées depuis plus d’un siècle ». Or, c'est  faux, par exemple avec Ébola connu depuis 1976.

Elle semble ignorer ce que les tests sérologiques ne détectent la présence d’aucun virus, mais uniquement une présence d’anticorps qui ne sont pas spécifiques à un virus soi-disant d’immunodéficience humaine, avec une liste de 70 faux-positifs (en fait, il n’y a que ces faux), dont le fait d’avoir été vacciné récemment.

« Il [le Dr Louis de Brouwer] put alors constater qu’on pouvait très exactement superposer la carte des vaccinations antivarioliques à celle des cas de sida. » C'est une corrélation qui ne prouve aucune causalité. La carte des vaccinations peut être celle de la médicalisation la plus élevée, du nombre de tests sérologiques le plus élevé, et comme tous ces tests positifs sont des "faux-positifs", il peut ne s’agir que de fabrication statistique.

La vaccination peut être une cause de sida, mais il y en a beaucoup d'autres qui échappent à l'obsession vaccinale de Sylvie Simon (les poppers, l'héroïne, la cocaïne, le stress, la malnutrition, des antibiotiques, la cortisone, les collectes de sang massives, les transfusions de produits sanguins mal purifiés).

On peut malheureusement faire un rapprochement entre l'anti-vaccinalisme de Sylvie Simon (qui ne parle du sida qu’en Afrique et rend incompréhensible le sida chez les homosexuels, les héroïnomanes, les hémophiles) et le viralisme officiel : chacun a son bouc émissaire, sa causalité unique, alors qu'un syndrome n'implique aucune causalité unique.

votez :
(IP:xxx.xx9.131.235) le 2 juillet 2011 à 11H56

"Sylvie Simon fait des affirmations générales et péremptoires qui peuvent discréditer son propos. Par exemple, elle affirme : « Toutes les infections virales étant connues et répertoriées depuis plus d’un siècle ». Or, c’est faux, par exemple avec Ébola connu depuis 1976."

Sans aller jusqu’à Ebola, le virus de l’hépatite C a été identifié dans les années 1980.....

votez :
(IP:xxx.xx3.89.131) le 24 août 2011 à 12H41

« Il [le Dr Louis de Brouwer] put alors constater qu’on pouvait très exactement superposer la carte des vaccinations antivarioliques à celle des cas de sida. » C’est une corrélation qui ne prouve aucune causalité.

- On raconte qu’en Alsace, un chercheur du CHU a compilé sur plusieurs années les données mensuelles concernant les naissances dans le service d’obstétrique. Il a découvert que les naissances étaient significativement plus nombreuses au printemps. Il a publié ses résultats.

Un ornithologue s’est aperçu en compilant les dates de passages des cigognes lors de leur migration annuelle qu’elles étaient nettement plus nombreuses au printemps. Il a publié ses résulats. Quelques années plus tard, un énarque de la préfecture est tombé sur ces articles et en a qu’il y avait une nette corrélation dans les courbes et en a déduit que c’était bien les cigognes qui apportaient les bébés en Alsace.

votez :
(IP:xxx.xx3.215.97) le 27 juin 2011 à 08H13

Je prends cette information importante avec suspicion quand même puisque je n’ai pas la formation pour juger du pourcentage de vérité.

Je sais qu’il en fut de même pour le maintien de la tuberculose avec les vaccins et que cela avait été annoncé dans les années 1970 dans mes cours et que la non vaccination date des années 2009 à 2010 environ ! Donc, 30 ans à tuer de façon obligatoire un certain nombre de citoyens Français par l’obligation vaccinale.

Ma conclusion :" Le mensonge s’est incrusté dans le domaine de la science à tous les étages et toutes les matières ". Que des êtres au mental concret développé essaient d’en tirer profit ne me surprend pas outre mesure puisque ces êtres qualifiés de gros "QI" ne peuvent penser qu’aux fameux : "A moi, rien qu’à moi, tout à moi". Ce qui me surprend c’est l’entêtement de notre éducation nationale à les sélectionner pour en faire nos dirigeants puisque maintenant on sait que des enseignants font apprendre les mensonges à leurs étudiants. Ces enseignants n’ont donc pas été capables de déceler les erreurs par eux mêmes, ils sont devenus enseignants et leurs étudiants n’en sont pas capables non plus et vont eux mêmes enseigner ces erreurs. Il semble même que cela va se renforcer puisqu’on demande en plus à ces êtres d’avoir une bonne capacité de résister aux émotions, le fameux ’QE’ si j’ai compris ; ainsi les êtres peuvent résister aux essais de repérage des erreurs par d’éventuels chercheurs.....

votez :
(IP:xxx.xx1.150.81) le 2 juillet 2011 à 19H22

@IP:xxx.xx9.131.235) le 2 juillet 2011 à 12H00 : désolé pour vous, vraiment désolé.

votez :
par palaces parisiens (IP:xxx.xx6.45.39) le 8 septembre 2011 à 12H54

Bonsoir,

je tiens à vous féliciter pour votre article. A bientôt.

Laura hotel 5 etoiles paris

Les Auteurs deSanté
Gilbert Spagnolo dit P@py - 22 articles
Sylvie Simon - 58 articles
Marc Girard - 20 articles
insaecula - 10 articles
çaDérange - 299 articles
Béatrice de Reynal - 209 articles
Koryneva - 1 articles
Biosphère Blog - 57 articles