NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Un pas en avant pour diagnostiquer la maladie d'Alzheimer.

Article publié le 2 août 2010

Un pas en avant pour diagnostiquer la maladie d'Alzheimer.

La maladie d'Alzheimer fut décrite pour la première fois en 1906 par le docteur allemand dont elle porte le nom.La seule manière d'identifier si un patient en est vraiment atteint, plutôt que d'autres troubles de la mémoire, est d'examiner, après son décès, le cerveau de la personne pour y distinguer la présence de taches microscopiques noires, comme des taches de rousseurs, qui forment une plaque et s'accrochent au cerveau comme un pétoncle sur un rocher.

Il n'existe pas de traitement pour cette maladie et l'absence de possibilité de détecter la maladie dans sa forme initiale ni d'en suivre les évolutions dans le temps rend le diagnostic et le développement de traitement ou de médicaments très difficile.

Or lors du congrés qui s'est tenu sur la maladie d'Alzheimer à Honolulu en juillet, le professeur Skovronsky, de la Avid Pharmaceuticals qu'il a fondé, a annoncé avoir réussi à trouver un colorant, un traceur radiocatif et une méthode pour pouvoir "voir" sur une radio la formation et la progession de la plaque dans un cerveau vivant.

Après dix ans de travail, la comparaison des radios et des examen des cerveaux de 35 personnes après leur morts vient de montrer que la méthode et les produits utilisés donnent bien la même réponse sur la présence des taches et de la plaque que les autopsies. Il reste à la FDA a donner son verdict final et à approuver méthode et composés chimiques.

Si c'est bien le cas, ce sera un pas en avant très important pour diagnostiquer et donc traiter correctement les troubles de mémoires observés et surtout pour tester l'effet de médicaments ou de molécules expérimentales diverses sur la maladie.

Source image : http://www.atoute.org

Thèmes

Alzheimer

Bookmark and Share
0 vote

commentaires
votez :
par Lagaffe (IP:xxx.xx0.90.33) le 3 août 2010 à 01H28

Le problème du diagnostic est une chose. L’annonce du diagnostic (précoce) en est une autre.

Exactement comme au début du SIDA : comment annoncer à un patient une maladie qu’on ne sait pas soigner ?

En tant que professionnel j’ai été confronté à ce problème et ça a été dur pour tout le monde...

votez :
(IP:xxx.xx5.6.155) le 23 août 2010 à 12H41

@Lagaffe (IP:xxx.xx0.90.33) le 3 août 2010 à 01H28, Bonjour Docteur, N’étant pas médecin, je ne peux parler de diagnostic comme vous vous en doutez. Pourtant, j’ai des attentes des médecins et de la médecine. Je crois avoir deviné que les médecins se doivent d’obéir aux laboratoires pour leur formation universitaire et leur prescription. Je ne doute pas que cela se fasse pour notre plus grand bien mais ici, je crois qu’il y a comme une fausse route. En effet, il me semble y avoir un dénominateur commun quant au comportement de ces personnes disons dans les quinze ans avant que, vous, médecin, n’interveniez et jamais personne n’en fait mention dans les comptes rendus de vulgarisation. Pourtant, c’est un médecin diplômé qui avait indiqué ses doutes sur l’origine probable dans la famille d’un voisin. Les observations d’une personne ne doivent pas faire perdre du temps à la médecine MAIS, il n’y a pas du tout de centre de tri d’observation ou de suspicion de causes possibles dans votre organisation médicale et ceci semble avoir de grandes répercussions sur votre exercice médical. Nous savons bien que la médecine ne guérit pas tout mais un espoir de participer pour d’autres pourraient améliorer votre "Annonce" ainsi que très faiblement certainement mais quand même un peu l’acceptation du diagnostic.

Une seconde observation réside dans cette phrase que nos amis Chinois traduisent très bien : "La seule manière d’identifier si un patient en est vraiment atteint, plutôt que d’autres troubles de la mémoire, est d’examiner, après son décès, le cerveau de la personne pour y distinguer la présence de taches microscopiques noires"...mais,ils reviennent sur la très sérieuse leçon envoyée aux grands professeurs de médecine des USA dans les années 1970 et pas encore digérée semble-t-il et pour notre plus grand mal,à nous le petit peuple, disent-ils. La matérialisation dans notre monde que l’on qualifie de "matériel" nous semble bien inconnue aussi trouve -t-on le mot ’concrétion’ dans de nombreux livres de vulgarisation pour notre niveau. La matière est de l’énergie et l’énergie est de la matière est-il prouvé depuis 1898, peut être la médecine pourrait-elle un jour se pencher sur ces découvertes occidentales qui rejoindraient celles de nos grands amis d’Orient. Le premier niveau de ’concrétion’ serait justement le système nerveux dans notre corps physique dense.

votez :
(IP:xxx.xx9.0.223) le 23 août 2010 à 18H47

@ (IP:xxx.xx5.6.155) le 23 août 2010 à 12H41

- Tu parles d’un galimatias ! Un vrai délire sans queue ni tête.....

votez :
(IP:xxx.xx5.136.191) le 29 août 2010 à 09H09

@ (IP:xxx.xx9.0.223) le 23 août 2010 à 18H47 : Alors, reposez-vous, d’autres peuples travaillent sur cette planète Terre.

Les Auteurs deSanté
Gilbert Spagnolo dit P@py - 22 articles
Sylvie Simon - 58 articles
Marc Girard - 20 articles
insaecula - 10 articles
çaDérange - 299 articles
Béatrice de Reynal - 209 articles
Koryneva - 1 articles
Biosphère Blog - 57 articles