NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Les profiteurs de la misère humaine : Les laboratoires

Article publié le 24 février 2012

Les profiteurs de la misère humaine : Les laboratoires

Essais médicaux dans les pays en voie de développement

Chaque jour, nous apprenons qu’un laboratoire pharmaceutique a opéré des essais de médicaments sur des populations de pays en voie de développement, ce qui est plus facile, moins risqué et plus lucratif que dans les pays riches.

Mais depuis quelque temps, ces profiteurs de la misère humaine ont plus de difficulté à passer à travers les mailles du filet qui se resserrent, grâce aux associations de défense des droits de l'homme qui se mobilisent contre les géants pharmaceutiques qui exploitent des populations pauvres et ignorantes comme « cobayes » pour leurs recherches, souvent inhumaines et la plupart du temps inutiles.

Nous avons récemment signalé 6 000 enfants africains et 15 000 enfants argentins, mais ils ne représentent que la petite partie visible de l’iceberg.

Actuellement, 1 500 séries d'essais sont conduites en Inde sur près de 150 000 sujets et les décès de patients testés ont augmenté. Toutefois, on reconnait difficilement le lien direct avec les essais cliniques et, l'an dernier, quatre cas seulement ont été dédommagés. Mais les scandales se renouvellent. Dernièrement, des accusations se sont ainsi portées sur l'hôpital de la ville de Bhopal, victime d'une catastrophe industrielle meurtrière causée par un gaz toxique en 1984.

« L'hôpital devait mener des recherches sur les effets de l'isocyanate de méthyle, produit à l'origine du désastre, rapporte la revue médicale Mims. Au lieu de se concentrer sur ces enjeux, l'hôpital est vite devenu le siège de tests de médicaments. Les condamnations récentes de douze médecins, dans l'État du Madhya Pradesh, ouvrent de nouveau le dossier des controverses en matière d'essais médicamenteux en Inde. Une amende de 5 000 roupies (72 euros) a été infligée aux docteurs pour ne pas avoir fourni de détails concernant une série de tests conduits à l'hôpital public de la ville d'Indore. Les effets du Tadalafil, un médicament contre l'hypertension artérielle, commercialisé par le laboratoire Eli Lilly sous le nom de Cialis® pour traiter des dysfonctionnements sexuels, auraient été étudiés auprès des patients de l'unité psychiatrique, y compris des enfants. Si les médecins invoquent des clauses de confidentialité, le docteur Anand Rai, l'activiste qui a alerté sur la situation, dénonce « des peines ridicules ». Et l'affaire souligne de réelles inquiétudes sur le déroulement des tests de médicaments en Inde.

À l'hôpital d'Indore, les violations auraient été nombreuses par le passé. D'après Mims, « aucun des patients n'a été rémunéré pour les tests, les détails fournis sur les fiches sont flous » et « les fortes doses administrées comportent des risques pour la santé ». Anand Rai évalue à 3 300 le nombre des « cobayes » d'Indore depuis quatre ans, dont 1 833 mineurs.

« Les tests sont une source alléchante de revenus », explique Chandra M. Gulhati, rédacteur de MIMS qui s'est procuré des copies de contrats illégaux à Indore. « 

Les médecins recrutés utilisent le nom de l'hôpital, mais avec leur adresse et leur compte en banque. C'est une fraude ! » Pour Anand Rai, les droits des patients sont bafoués : « J'ai vu des gens se faire tester sans en avoir aucune idée. Ils sont illettrés et parlent un dialecte local. C'est un crime de pratiquer des essais sans leur consentement. » Dans le cas du Tadalafil, médicament dont les tests sont en cause par le tribunal, 9 sujets sont des femmes ainsi qu'un mineur de 17 ans. Et, fait rare, deux docteurs ont été sanctionnés par le Bureau national du contrôle des médicaments (DCGI, Drug Controller General of India).

Les controverses pourraient aussi faire chuter ce marché. « L'Inde fait face à une baisse des tests pratiqués en raison de la lourdeur des approbations nécessaires, mais aussi des accusations au manquement éthique », signale le quotidien économique Mint. Les États-Unis relèvent que 2 % des tests de médicaments dans le monde ont été pratiqués en Inde en 2011. C'est loin des 15 % qui étaient visés, selon une étude de la Chambre du commerce et de l'industrie de l'Inde. Réalisée en 2009, elle évaluait le marché national à 300 millions de dollars, avec une croissance de 30 % par an.

Mais, face aux pressions, le Bureau national du contrôle des médicaments étudie un projet de compensations obligatoires en faveur des victimes de tests de médicaments. Dans l'immédiat, la proposition ne fait pas l'unanimité, ce qui n’étonne personne.

 Source image : http://www.laboratoires-dalembert.com

Thèmes

Médicaments Tests Pharmacovigilance

Bookmark and Share
6 votes

commentaires
votez :
par clostra (IP:xxx.xx4.250.211) le 25 février 2012 à 12H09

Il n’y a pas si longtemps, lorsque l’hôpital public était réservé aux plus démunis, les "indigents" parqués dans les hôpitaux servaient à ces essais dits thérapeutiques.

Et ce, malgré le code de Nuremberg sur lequel de grands "pontes" se sont assis et s’asseyent encore.

Une minute de silence pour les cobayes humains.

votez :
par L.S. (IP:xxx.xx1.220.107) le 25 février 2012 à 14H52

une minute de silence... ...j’avais 24 ans, j’ai passé deux mois à fabriquer des containers en mousse de polyuréthane à base d’isocyanate de méthyle et de polyol, dans l’atelier d’à coté, un copain martiniquais coulait des pièces en élastomère. j’ai foutu le camp vite fait, doudou, lui est mort du cancer à 32 ans. Son patron était président de la médecine du travail de Seine et Marne et le mien s’est recyclé dans les éthers de glycol...

La maison Mère était anglaise, elle exportait ses créneaux polluants aujourd’hui loin des yeux du nez mais un jour quand le cocktail explosera ce sera pareil pour tous !

votez :
par Larirette (IP:xxx.xx3.219.62) le 26 février 2012 à 11H48

par L.S. (IP:xxx.xx1.220.107) le 25 février 2012 à 14H52

une minute de silence... ...j’avais 24 ans, j’ai passé deux mois à fabriquer des containers en mousse de polyuréthane à base d’isocyanate de méthyle et de polyol, dans l’atelier d’à coté, un copain martiniquais coulait des pièces en élastomère.

---> Et quel est le rapport entre votre histoire et les essais cliniques de médicaments qui est le sujet de cet article ?

votez :
(IP:xxx.xx3.72.134) le 25 février 2012 à 19H24

Mais il a toujours fallu des essais. Je crois qu’on n’a pas trouvé tout de suite la meilleure méthode pour chasser les grosses bêtes quand on avait faim...et parfois, des chasseurs étaient tués.

Ici, le gros problème a mon avis, c’est que sur les médicaments découverts, il n’y a qu’au maximum 40% des malades qui pourront être soulagés semble nous dire les résultats des essais du double aveugle. Et ceci même avec les produits bien plus toxiques et très honteusement beaucoup plus coûteux actuellement commercialisés.

Notre justice, conseillée par des "z-autorités médicales", a chassé de France et maintenant de Belgique, celui qui essayait la méthode par le jeûne, qui guérirait environ 40% des cancers selon des cliniques aux USA. La France semble avoir oublié les dégâts qui ont du être faits sur ces médecins de Lille dans les années 1990 afin de s’excuser de l’ignorance de ses centres de recherche , de punir ses chercheurs trop ignorants, actuellement en retraite, et d’essayer de réparer financièrement notre HONTE et les finances de nos "trouveurs".

Depuis notre Pays se trouve dans une bien longue succession de scandales dus au ministère de la santé, et à ses agences de la santé et Hautes autorités de la santé....POURQUOI CONSERVONS-NOUS CES ENTITÉS SI NUISIBLES ?

Un pays ruiné comme le notre a-t-il besoin de s’encombrer de telles administrations à scandales ? Notre sécurité Sociale y trouverait son compte !

votez :
(IP:xxx.xx9.133.33) le 6 mai 2012 à 10H10

@ (IP:xxx.xx3.72.134) le 25 février 2012 à 19H24

"au ministère de la santé, et à ses agences de la santé et Hautes autorités de la santé....POURQUOI CONSERVONS-NOUS CES ENTITÉS SI NUISIBLES ?"

.......Pour ne pas augmenter le nombre de chomeurs tiens !

votez :
par Larirette (IP:xxx.xx3.219.62) le 26 février 2012 à 11H49

Faut interdir les essais cliniques des médicaments, na !

votez :
par sil (IP:xxx.xx0.221.210) le 3 mars 2012 à 03H36

Cela me rappelle ce documentaire diffusé il y a quelques années par Arte sur le sida...

Dans le cadre d’une campagne de vaccination test menée en Afrique (Congo belge essentiellement) contre la polio dans les années 50, après avoir élaboré le vaccin à partir de reins de chimpanzé (une horreur), dans des conditions d’hygiène très limites mais en gros admises à l’époque, plus d’un million je crois de congolais ont servi de cobayes forcés - pressions diverses sur les chefs des villages, assorties de mensonges sur la nature réelle de l’injection, sensée les soigner eux de je ne sais quoi - pour valider le vaccin, lequel était assez urgent étant donné l’épidémie de polio sévissant aux Etats Unis, qui avaient donc passé commande. Le chercheur était en concurrence avec un autre, aussi, ce qui amplifiait l’urgence et donc des pratiques quelque peu douteuses.

Bref, le documentaire établissait un lien direct entre cette affaire et la naissance du virus du sida chez l’homme, transféré du chimpanzé à l’homme via le vaccin, par l’effet d’une mutation non contrôlée. Certains chercheurs avaient bien mis le doigt sur l’anomalie sans être encore en mesure de la définir ni de l’identifier clairement mais en appelant à la prudence, ce qui a été royalement ignoré.

Enfin bien sûr, cela reste hypothétique puisque les preuves formelles les plus fondamentales se sont finalement volatilisées...

Autant, tout cela paraissait somme toute "normal" à l’époque, on était encore très colonialistes, munis d’un solide complexe de supériorité ; sous couvert d’humanité et de santé publique, on justifiait déjà par là des lobbies pharmaceutiques et politiques. On pouvait espérer qu’il y eut davantage de progrès aujourd’hui sur ces déviances innommables. C’est tout bonnement dégueulasse.

votez :
(IP:xxx.xx9.5.16) le 4 mars 2012 à 11H51

C’est tout bonnement dégueulasse

C’est bien ce que dis ! Il faut tout bonnement supprimer tous les essais de médicaments et vaccins sur l’animal (pour respecter le bien être animal évidemment et également parce qu’on ne peut pas demander le consentement des animaux) et tous les essais cliniques sur l’homme pour ne pas engraisser inutilement le lobby pharmaceutique !

Et maintenant que fait-on ?

votez :
(IP:xxx.xx9.133.33) le 6 mai 2012 à 10H05

"....pour ne pas engraisser inutilement le lobby pharmaceutique !"

Et aussi le lobby des marchands d’animaux de laboratoires !

votez :
par Ninive (IP:xxx.xx1.30.168) le 5 mai 2012 à 18H35

"Bref, le documentaire établissait un lien direct entre cette affaire et la naissance du virus du sida chez l’homme, transféré du chimpanzé à l’homme via le vaccin, par l’effet d’une mutation non contrôlée."

MAIS, ce ne serait pas une preuve que la maladie " sida " n’est pas directement en rapport avec le virus dit "du sida" ? Comme des articles venant des USA ,dont de Monsieur le Professeur Luc Montagnier, semblent le faire comprendre ?

votez :
(IP:xxx.xx9.133.33) le 6 mai 2012 à 10H18

par Ninive (IP:xxx.xx1.30.168) le 5 mai 2012 à 18H35

" Monsieur le Professeur Luc Montagnier, semblent le faire comprendre ?"

Saviez-vous que le bon Monsieur le Professeur Luc Montagnier, Prix Nobel de médecine s’était reconverti dans le commerce de la papaye fermentée pour le traitement de la maladie de Parkinson, de la maladie d’Alzheimer, etc... ? Et qu’il s’est investi dans la remise à l’ordre du jour de la mémoire de l’eau chère à Benveniste ??

votez :
(IP:xxx.xx9.133.33) le 6 mai 2012 à 10H12

par sil (IP:xxx.xx0.221.210) le 3 mars 2012 à 03H36

Cela me rappelle ce documentaire diffusé il y a quelques années par Arte sur le sida...

Bref, le documentaire établissait un lien direct entre cette affaire et la naissance du virus du sida chez l’homme, transféré du chimpanzé à l’homme via le vaccin, par l’effet d’une mutation non contrôlée

...... Ah ! Alors, si c’était sur Arte, c’est que c’est tout à fait vrai !!

votez :
par david (IP:xxx.xx1.249.129) le 8 mai 2012 à 10H03

n oublions pas les infirmieres bulgares que SARKOZY est alle rechercher en Afrique pour eviter un scandale mediatique quand on voit qui travaillait pour le grand groupe pharmaceutique on comprend sa demarche honte a ces gens sans morale et corrompus jusqu a la moelle

Les Auteurs deSanté
Gilbert Spagnolo dit P@py - 22 articles
Sylvie Simon - 58 articles
Marc Girard - 20 articles
insaecula - 10 articles
çaDérange - 299 articles
Béatrice de Reynal - 209 articles
Koryneva - 1 articles
Biosphère Blog - 57 articles