NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Les OGM dans tous leurs états : le Pr Gilles-éric Séralini réfuté avec virulence

Article publié le 23 octobre 2012

Les OGM dans tous leurs états : le Pr Gilles-éric Séralini réfuté avec virulence

Le jour même de sa parution dans la revue Food and Chemical Toxicology, les généticiens américains n’ont pas manqué de réfuter avec virulence l’étude de Gilles-éric Séralini, professeur à l'Université de Caen en France, dont nous avons parlé dans un article précédent. Le 20 septembre 2012, Le Los Angeles Times, sous la plume de Rosie Mestel, reprenait les arguments des biogénéticiens qui, n’ayant aucun argument sérieux, ont reproché à l’étude sa petite taille (!) et autres « sérieuses lacunes méthodologiques », telles que le type de rat utilisé dans la recherche qui est « est prédisposé à développer des tumeurs, ce qui rend les résultats difficiles à analyser ».

 

image

 

Parmi eux, Martina Newell-McGloughlin, directrice du programme international de biotechnologie à l’université de Californie à Davis, affirme que « l’étude n’a pas de valeur scientifique ». C’est normal puisqu’elle travaille sur les OGM et les défend âprement. Elle se demande même si l’étude «  n’a pas été délibérément choisie pour obtenir le résultat attendu ». Quant à Bruce Chassy, professeur émérite de nutrition à l’université d’Illinois qui partage son opinion, il a déclaré lors d’une épidémie de salmonelle dans des élevages de poules de batterie dans l’Iowa qu’il ne fallait surtout pas détruire des millions d’œufs mais les consommer après les avoir pasteurisés afin de tuer les bactéries. On pourrait alors les recycler et les vendre comme œufs liquides ou les incorporer dans d’autres produits comme la mayonnaise ou les glaces. « Après la pasteurisation, les bactéries seront tuées et si elles sont mortes, elle ne feront de mal à personne ». Ses critiques sont considérées par ses collègues comme « très » scientifiques. 

Deux jours plus tard, dans Mediapart, Michel de Pracontal intervenait à son tour dans un article intitulé : « OGM : une étude fait beaucoup de bruit pour presque rien ». Il citait les critiques américaines et signalait que le Pr Séralini avait déjà publié en 2007 et 2009 des articles scientifiques visant à démontrer la toxicité de l’herbicide Roundup produit par Monsanto et que ses travaux avaient reçu à chaque fois une grande publicité, mais qu’ils avaient aussi « été sévèrement critiqués par de nombreux scientifiques qui ont pointé de multiples failles méthodologiques. »

« Tout ce battage publicitaire est-il mis au service d’une découverte scientifique capitale, aux conséquences majeures pour la santé animale et humaine ? Ou s'agit-il surtout d'autopromotion ? », demande-t-il. Quant on connaît les difficultés rencontrées par les chercheurs au cours de leur étude, il est difficile d’évoquer l’autopromotion. Et benoitement, il continue « Pourtant, depuis quinze ou vingt ans, des milliards d’animaux d’élevage dans l’Union européenne ont été nourris avec du soja transgénique, sans qu’on observe d’effet particulier. Et les populations humaines dans le monde entier ont aussi consommé des aliments contenant des OGM, sans qu’un problème de santé ait été mis en évidence. » Or, tout le monde sait fort bien que la santé des Américains du Nord est de plus en plus dégradée, que leur espérance de vie a légèrement diminué, passant de 77,9 années à 77,8 années selon un rapport national des statistiques de l'état civil du Centre de contrôle des maladies (CDC) publié fin 2010. Quant au cancer, il augmente dans des proportions redoutables, mais sans doute monsieur de Pracontal l’ignore car il n’hésite pas à citer le professeur Mark Tester, tout aussi inconscient : « Si les effets sont aussi importants, et si les conclusions de l’étude (de Séralini) s’appliquent aussi aux humains, pourquoi les Nord-Américains ne tombent-ils pas comme des mouches ? » Toujours cité par Pracontal, ce spécialiste de la génétique des plantes à l’université d’Adelaïde en Australie ajoute : « Les organismes génétiquement modifiés ont été dans la chaîne alimentaire (en Amérique du Nord) depuis plus d’une décennie, et la longévité continue de croître inexorablement ! »

Et, Mark Tester pose la question : « pourquoi aucune des plus des cent études antérieures, menées par des scientifiques réputés, publiées dans des journaux de référence, n’ont-elles rien mis en évidence ? », alors qu’il est bien placé pour avoir la réponse à sa question.

Parmi tous ses détracteurs, aucun n’a dit que le Pr Séralini a été le premier à avoir réalisé des tests statistiques indépendants sur des produits de la firme Monsanto et a déjà prouvé que le maïs Monsanto MON 863 provoquait des signes de toxicité hépatique et rénale chez les animaux qui en consomment.

Ces travaux qui remettaient en question la compétence et l'intégrité de l'Efsa (Autorité européenne de sécurité des aliments), de l'Afssa (Agence française de sécurité sanitaire des aliments) de la CGB (Commission du génie biomoléculaire) et de la FDA (Food and Drug Administration), qui ont accepté ces OGM sans refaire ce genre de travail, ont provoqué de vives réactions de Monsanto et de plusieurs autres organismes de contrôle et d’évaluation des OGM à travers le monde.

Ensuite l’AFBV (Association Française des Biotechnologies Végétales) est entrée en lice. Présidée par Marc Fellous, professeur émérite de génétique humaine, ancien président de la Commission du génie biomoléculaire chargée d’évaluer les risques liés aux OGM par les ministères de l'agriculture et de l'environnement, elle regroupe nombre de scientifiques convaincus « de l’intérêt des biotechnologies végétales pour notre pays, en particulier pour développer une agriculture durable  » Elle est parrainée par des chercheurs comme Claude Allègre et Axel Kahn, ardents partisans des OGM.

à plusieurs reprises l’AFBV a essayé de jeter le discrédit sur les travaux du Pr Séralini, déclarant que ses travaux « ont toujours été invalidés par la communauté scientifique », ce qui est un mensonge car ils ont été publiés dans des revues internationales à comité de lecture et aucun n’a jamais fait l’objet d’une invalidation.


Enfin, le 21 janvier 2010, cette hargne a pris des proportions démesurées lorsque le Magazine de la santé de France 5 a fait appel à Gilles-éric Séralini pour l’émission « Les OGM une menace pour la santé ? » Le 26 janvier, l’AFBV écrivait à la direction de France 5, se déclarant scandalisée que l’émission « s’appuie sur les seuls propos d’activistes opposés aux OGM, comme G.E. Séralini, chercheur avant tout militant anti-OGM ». Elle déplorait qu’une chaîne de télévision publique se fasse la porte-parole à la solde d’un « marchand de peurs » et « scientifique non reconnu » et demandait que l’AFBV puisse à son tour s’exprimer sur France 5, pour donner son point de vue « toujours étayé sur une base scientifique. » L’AFBV est bien mal placée pour parler de bases scientifiques, étant donné les nombreuses mises en garde de scientifiques contre les OGM. Il est vrai que la plupart du temps leurs travaux ont été dénigrés et occultés par ces individus qui évoquent l’impartialité. 

 Marc Fellous source photo

imageExcédé par ces attaques extrêmement violentes du Pr Fellous qui essayait de le discréditer auprès des services publics et de ses étudiants, Gilles-éric Séralini a porté plainte, soutenu dans cette démarche par d’autres chercheurs qui, à l’instar de Christian Vélot, ont eux aussi subi des pressions de la part du lobby OGM.
Parmi eux Générations Futures (ex-MDRGF), CAP21 (le mouvement écologique de Corinne Lepage), la « Fondation Sciences Citoyennes », dont le président est Jacques Testart, qui travaille à une réappropriation citoyenne et démocratique de la science et de la technique afin de les mettre au service du bien commun en réunissant des chercheurs scientifiques critiques et des « profanes », et le « Réseau Européen des Chercheurs pour la Responsabilité Sociale et Environnementale », dont la présidente est Angelika Hilbeck du Geobotanical Institute de Suisse et le vice-président Christian Vélot.

Contrairement à l’attente de ses détracteurs, le 18 janvier 2011, la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris a estimé que l'imputation faite à Gilles-éric Séralini « d'avoir failli à son obligation de probité intellectuelle en raison de sa dépendance à l'égard de Greenpeace, dont il recevrait une aide financière pour ses travaux » était bien diffamatoire. Pour le tribunal, Marc Fellous a « manqué de prudence » en tenant de tels propos et c’est lui qui a été condamné pour diffamation par le tribunal correctionnel de Paris à payer 1 000 euros d'amende (avec sursis), et à verser un euro de dommages et intérêts à Gilles-éric Séralini.

Interviewé ces jours-ci sur RMC, Marc Fellous, fort de cette expérience, a conseillé d’éviter toute conclusion hâtive, et d’attendre l’avis notamment de l’Anses pour se faire une idée plus précise de la question, alors que pour Agnès Ricroch, généticienne à l'Université de Paris XI et l’Université de l’état de Pennsylvanie, signataire en 2008 du « non au moratoire sur les OGM », les résultats ne concordent pas avec d'autres études à long terme qui ont étudié l'innocuité des OGM introduit dans une gamme d'animaux y compris les poulets, les rats, les souris, les cailles, les singes et les poissons. Pour elle, « le débat sur les OGM d’un point de vue sanitaire est clos ».

Hervé Kempf source photo 

imageHervé Kempf paru dans le journal Le Monde du 23 septembre, le Dr Jacques Lacaze pose le problème de fond, celui du rapport entre l'argent et la Vérité.

Fort heureusement, d’autres sons de cloches ont été entendus parmi toutes ces déclarations de guerre.

Ainsi, citant un article d’Hervé Kempf paru dans le journal Le Monde du 23 septembre, le Dr Jacques Lacaze pose le problème de fond, celui du rapport entre l'argent et la Vérité.

  « La conclusion d'Hervé Kempf est on ne peut plus claire : "quel rapport entre l'argent et la vérité ?" Pour dire la chose plus précisément et plus crûment : quel rapport entre la recherche effrénée du profit maximum à tout prix, dont celui de notre santé et de nos vie, et la Vérité, en l'espèce la Vérité scientifique. »

 

Le Dr Lacaze remercie Gilles-éric Séralini et son équipe d'avoir réalisé cette étude dans des conditions invraisemblables et pour lui, une page est tournée, une voie est ouverte et il faut en profiter !

« Déjà, les chiens de garde de l'industrie agro-alimentaire, les chiens bardés de diplômes et d'honneurs sont en chasse.

« Il y a les gros bouledogues ayant pignon sur rue, et les ratiers, qui sont aussi des rats, et qui attaquent sans vergogne tout ce qui bouge "au nom de la science" en réalité au nom de l'industrie agro-alimentaire et de l'industrie pharmaceutique qui veulent tout régenter en matière de santé, pour leur profit et contre notre santé. Ces gens là, auraient seuls le droit d'expérimenter de faire "progresser la science" sans l'ombre d'un contrôle ! »

  Quant à Hervé Kempf, dans son article paru dans Le Monde, il demande à juste titre : OGM, qu’à fait l’état ?

« Une question essentielle est de savoir pourquoi un chercheur de qualité, employé dans une structure publique, a été obligé de chercher des fonds auprès de fondations privées pour pouvoir mener en catimini une étude d'un intérêt général. De savoir pourquoi, alors que les organismes génétiquement modifiés sont entrés dans le débat public depuis plus de quinze ans, ils suscitent une interrogation collective, entraînent des conséquences majeures en termes d'économie agricole ».

Hervé Kempf demande aussi pourquoi le Centre national de la recherche scientifique, l'Institut national de la recherche agronomique sont dénués de biologistes et d'expérimentateurs, au point qu'il faille toujours s'en remettre aux études pilotées par Monsanto, Syngenta, Pioneer, dont les données restent secrètes, au nom du sacré saint « secret industriel ».

Il est important de savoir que les fonds privés qui ont financement cette étude (3,2 millions d’euros) viennent de la grande distribution, Auchan et Carrefour en tête. À l’encontre de nos gouvernants, les hypermarchés ont compris le danger des OGM et l’urgence d’aller dans le sens de la demande des consommateurs.

« Poser la question, c'est souligner la passivité du corps politique et de l'institution scientifique. On ne peut la comprendre que par la dérive de l'activité scientifique depuis une trentaine d'années. Elle était auparavant financée par les fonds publics, ce qui permettait une plus grande liberté à la recherche. Elle est maintenant, de plus en plus souvent, financée ou orientée par des entreprises qui ont peu d'intérêt pour les recherches non appliquées et négligent les effets des technologies qu'elles veulent commercialiser. »

 

Comme le disait Napoléon : « un bon croquis vaut mieux qu’un long discours » et à notre époque, l’image est plus que parlante. Je ne peux donc que vous conseiller de voir le film « La semence dans tous ses états », de Christophe Guyon, produit par Fotosintesia, en ligne sur Dailymotion et le film de Jean-Paul Jaud « Tous Cobayes ? », en salle depuis le 26 septembre. Après avoir frappé les esprits avec son film sur les pesticides « Nos enfants nous accuseront », Jean-Paul Jaud nous entraîne dans les secrets de l’étude du Pr Séralini et démontre sans ambigüité que les OGM sont des poisons !

« Il faut dire que même dans les rêves les plus fous des militants anti-OGM, on n’espérait pas une démonstration aussi forte de leur nocivité », commente Christophe Guyon. « Les OGM génèrent des tumeurs de façon incontestable, du moins sur les rats de laboratoire et même si la presse a dévoilé les résultats de cette étude choc, la caméra indiscrète de Jean-Paul Jaud nous propulse au fil des jours dans les salles stériles, devant les tumeurs grandissantes de ces rongeurs condamnés d’avance. La stupéfaction des chercheurs est à la hauteur du dégoût que nous inspire le calvaire de ces cobayes. Les premiers décès surviennent après le 100e jour. Pas étonnant qu’une étude de trois mois ne voit pas grand-chose à redire sur les OGM ! Dans l’expérience du film, au 13e mois c’est l’explosion des tumeurs palpables. »

Aussi, pour vous convaincre si vous ne l’êtes pas déjà, courrez voir le film Tous cobayes, et il nous reste à espérer que les citoyens vont prendre conscience de leur pouvoir et arrêter d'acheter des poissons et des huitres d’élevage, ainsi que tous les plats préparés qui contiennent des produits issus d’OGM. Seul le boycott total pourra nous sauver ainsi que la Planète.

 

Source image : http://chouyaland.over-blog.com

Thèmes

Cancer Toxicité OGM Santé menacée Afsapps Monsanto

Bookmark and Share
28 votes

commentaires
votez :
(IP:xxx.xx5.147.73) le 23 octobre 2012 à 12H55

Parmi les chiens de garde des industries de l’agro-chimie, il faut noter le Dr David Zavaglia qui intervenait le 22/10/2012 dans le "Magazine de la Santé" de France 5 pour afficher sa satisfaction personnelle devant le rejet, par des organismes scientifiques français, des conclusions de l’étude du Pr Séralini sur la toxicité observée chez les rats d’une catégorie de maïs OGM Monsanto.

Zavaglia, qui jure bien sûr, la main sur le coeur, qu’il ne roule pas pour les entreprises de manipulations génétiques, a poursuivi son exposé en faisant l’éloge d’une étude américaine qui démontre que les produits agricoles bio ne sont pas meilleurs pour la santé que les produits non bio. Autrement dit, le Dr Zavaglia nous encourage à bouffer en toute confiance des pesticides et autres produits de traitement utilisés en agriculture productiviste. Les actionnaires de Bayer, Cargill, Monsanto et autres Novartis... sont reconnaissants à ce "médecin" français pour sa remarquable objectivité et sa non moins remarquable indépendance...

votez :
(IP:xxx.xx5.147.73) le 23 octobre 2012 à 13H27

C’est marrant, Naturavox : pour noter l’article que je trouve bien documenté, je clique sur la 5ème étoile, tout à droite, mais ça n’allume que la 1ère étoile tout à gauche...

votez :
(IP:xxx.xx4.205.234) le 23 octobre 2012 à 13H29

On fait au Pr. Séralini le procès de Galilée. Comment ? Cet homme ne serait pas inféodé aux grands temples de l’empoisonnment mondial ? Sus à l’hérétique !

"Eppur si muove". Et pourtant elle tourne avait dit l’autre.

Il n’y a pas que la politique qui a ses dissidents. Et gare à eux.

Les lobbies vont faire le gros dos, la tempête passera, et l’empoisonnement continuera. "Ad majoram gloriam in excelsis deo". Pour la plus grande gloire du nouveau dieu.

votez :
par lulupipistrelle (IP:xxx.xx9.242.206) le 23 octobre 2012 à 15H03

" des milliards d’animaux d’élevage dans l’Union européenne ont été nourris avec du soja transgénique, sans qu’on observe d’effet particulier. "

C’est évident, vu qu’on les abat très jeunes... je ne connait pas l’espérance de vie, d’un cochon, d’une vache ou d’une poule, mais comme on les tue dans leur adolescence ou leur prime jeunesse, on a peu de chance d’observer les dérèglements induits par les OGM...

votez :
(IP:xxx.xx7.202.32) le 23 octobre 2012 à 17H28

@ lulupipistrelle

"...je ne connait pas l’espérance de vie, d’un cochon, d’une vache ou d’une poule, mais comme on les tue dans leur adolescence ou leur prime jeunesse, on a peu de chance d’observer les dérèglements induits par les OGM..."

=== Sauf les reproducteurs qui sont "conservés" pendant pratiquement leur vie durant ! Donc cet argument ne tient pas...

votez :
par lulupipistrelle (IP:xxx.xx9.242.94) le 23 octobre 2012 à 19H12

Ah bon, on ne vend pas les vaches laitières à la boucherie, vers 5 ans ? Les taureaux , je n’en ai jamais vu qu’au pâturage...

Et vous êtes sûr que les poules reproductrices ont la même alimentation que les poulets, en batterie... Je ne parle même pas des veaux, des cochons ...arrachés à leur mère... et nourris dieu sait comment...

Bon ce que j’en dis : moi je mange peu de viande, mais quand j’en mange (du boeuf charolais, pas de la vache, des cochons élevés en liberté, qui mangent des châtaignes..par exemple), elle est bio...,

votez :
(IP:xxx.xx5.44.71) le 24 octobre 2012 à 08H00

Concernant les "reproducteurs", mon père qui fait de l’élevage de chèvre change tous les ans de mâle. Pour d’autre type d’élevage, peut être que cela se passe différemment ?

Donc les reproducteurs n’ont peut être pas une vie suffisamment longue pour prouver quoi que ce soit.

votez :
par alinéa (IP:xxx.xx7.177.38) le 23 octobre 2012 à 15H51

Il n’y a de pire sourd que celui qui ne veut entendre. En attendant, s’ils sont tellement fiers de leurs OGM, qu’ils affichent en gros ( de manière à ce que tout le monde puisse le voir)tous les aliments qui en sont tirés. À nous alors de faire le choix ! J’ai idée qu’il ne sera pas celui que Monsanto espère !

votez :
(IP:xxx.xx0.1.10) le 23 octobre 2012 à 16H49

J’ai du mal à comprendre cette généralisation du danger d’une souche d’OGM développée par Monsanto vers la totalité des espèces OGM à la fin de ce texte. Différents OGM= Différents variété de plante = différents effet sur les consommateurs allant de pas d’effet à des effets positifs ou effets négatifs sur la santé, cela dépend du ou des gènes que l’on ajoute et où on les ajoute sur le génome. Si on peut démontrer l’effet d’un type d’OGM, on ne peut rien conclure sur aucune autre variété de plante.

Quand a l’étude du Pr Séralini, je pense qu’on ne peut simplement pas prouver un effet quelconque en n’utilisant que 10 rats par groupe. En effet quel est la valeur d’un pourcentage de décès sur des si petits nombres. C’est exactement comme si je tirais au dé 6 fois avec 2 dés identiques faisait une moyenne et concluais qu’un des dé est meilleurs que l’autre car il m’a donné 4 en moyenne et l’autre 3. Sur 100 lancers, je pourrait supposer qu’un des dé est truqué s’il a un écart de moyenne suffisamment grand avec 3.5, sur trop peu de lancé on ne peut rien conclure.

Il faudrait refaire cette étude avec plutôt une ou des centaines de rats par groupe. Et avec des rats dont la variance de décès du aux cancers est la plus faible possible afin que les résultats soient bien exploitables et que les conclusions de l’étude ne soient pas critiquables. Je pense qu’il est dommage d’avoir voulu démontrer quelque chose qui va de l’intérêt de tous en ayant fait preuve de si peu de rigueur scientifique. Dans l’état actuel des choses cette étude ne démontre malheureusement rien.

votez :
(IP:xxx.xx5.147.73) le 23 octobre 2012 à 20H48

@ IP....0.1.10

Bravo ! Vous avez gagné un séjour de vacances aux Seychelles pour vous et votre famille offert par Monsanto !

Selon vous, certains OGM auraient des effets POSITIFS sur la santé humaine ?... Pouvez-vous développer, SVP ?

Les groupes-tests utilisés par le Pr Séralini n’étaient pas de 10 rats comme vous l’affirmez, mais de 20 rats, et "on" lui a fait le reproche que ça aurait dû être des groupes d’au moins 50 rats... Le hic, c’est que dans les "études" menées par Monsanto bien avant celles de Séralini, les rats n’étaient pas plus nombreux mais personne ne s’est élevé pour pointer du doigt cette insuffisant... Curieux, non ?

- "...avec des rats dont la variance de décès du aux cancers est la plus faible possible afin que les résultats soient bien exploitables et que les conclusions de l’étude ne soient pas critiquables."

Le problème, là encore, c’est que c’est la même souche de rats qui avait été utilisée pour les tests de Monsanto et que personne n’y avait trouvé à redire... Curieux, non ?

- "Je pense qu’il est dommage d’avoir voulu démontrer quelque chose qui va de l’intérêt de tous en ayant fait preuve de si peu de rigueur scientifique."

Soit. Le problème, là encore (excusez-moi de me répéter...) c’est que l’étude précédente menée par le fabricant des OGM était tout sauf plus rigoureuse que l’étude du Pr Séralini : elle ne durait que 3 mois. Et pourtant personne n’avait trouvé à y redire... Curieux qu’aujourd’hui, on reproche au Pr Séralini, qui a testé ses rats pendant deux ans, d’avoir mené une étude peu fiable... Non ?

votez :
(IP:xxx.xx3.197.222) le 24 octobre 2012 à 12H04

@(IP:xxx.xx5.147.73) le 23 octobre 2012 à 20H48 : Si vos renseignements sont exacts, nos responsables scientifiques restent "responsables" et donc coupables et punissables. Qui consignent leurs déclarations et affirmations ?

Rien que pour des médicaments hormonaux prescrits largement en 1975 à des dames jusqu’à pour vérifier si elles étaient enceintes, ce seraient leurs petites filles qui en subiraient les conséquences. Des cancers seraient beaucoup plus fréquents chez elles, les petites filles !

Alors, trois mois ou trois ans semble bien farfelu comme temps d’expérimentation sur l’étude des gènes que personne ne connait, et je dis ’PERSONNE’ puisqu’ils se modifient d’eux mêmes sans raison apparente avec, pour nous, une hypothèse qui semble pouvoir un jour nous descendre dessus, le psychisme pourrait avoir un rôle dans les choix de réplication....

votez :
(IP:xxx.xx7.202.32) le 24 octobre 2012 à 12H23

@ (IP:xxx.xx5.147.73) le 23 octobre 2012 à 20H48

===> Vous êtes toxicologue ? Manifestement pas ! Moi si !! De 1973 à 2007, je n’ai fait pratiquement que des études de toxicologie/pathologie expérimentale dont environ une trentaine d’études de toxicité chronique/carcinogénicité sur une multitude de substances chimiques diverses parmi lesquelles des molécules fortement carcinogènes. Ce qui fait qu’au moins moi je sais ce dont je parle !

"Les groupes-tests utilisés par le Pr Séralini n’étaient pas de 10 rats comme vous l’affirmez, mais de 20 rats,"

===> C’est faux ! Les groupes de rats utilisés par Séralini étaient de 10 males et 10 femelles, soit effectivement 20 rats mais en tout. Le problème c’est que les exigences réglementaires minimales (protocole OCD408 = 90 jours par voie orale sur rongeurs) sont de 20 males et 20 femelles, soit au moins 40 animaux par groupe. Les groupes de rats des études de toxicité subchronique (90 jours) de Monsanto comprenaient toutes des groupes de 20 males et 20 femelles conformément au protocole suivi par toutes les autorité réglementaires du monde. Les analyses des résultats expérimentaux se font sur chaque sexe séparément.

"et "on" lui a fait le reproche que ça aurait dû être des groupes d’au moins 50 rats... "

===> Les 50 rats (une fois encore de chaque sexe, soit 100 animaux par groupe !!) représentent l’exigence minimale pour les études de toxicité chronique/carcinogénicité (qui se font sur 2 ans sur le rat et 18 mois sur la souris conformément au protocole OCDE 452 : combined chronic toxicity/carcinogenicity on rodents). Par conséquent, l’étude de Séralini s’étant déroulée sur 2 ans, aurait dû être faite sur des groupes de 50 males et 50 femelles !

===> Conclusion : Séralini a effectué une étude de 24 mois selon un protocole prévu pour des études de 3 mois et encore qu’il n’a même pas suivi puisqu’il a utilisé moitié moins d’animaux par groupe.... Qui est le moins "rigoureux" dans ses méthodes expérimentales ?? Je précise que tous ces protocoles et autres exigences expérimentales sont disponibles sur le Net et auraient dû être connues de Séralini et des étudiants constituant son équipe.....

"...avec des rats dont la variance de décès du aux cancers est la plus faible possible afin que les résultats soient bien exploitables et que les conclusions de l’étude ne soient pas critiquables."

===> Là encore quand on se sait pas on ne commente pas ! Les études de toxicité subchronique de Monsanto ont effectivement été effectuées sur la souche de rat Sprague Dawley. Elles ont duré 90 jours, durée pour laquelle la question de l’apparition de tuemurs ne se pose pas en raison du temps de latence trop court pour l’apparition de tumeurs. L’étude de Séralini ayant duré 2 ans, la durée était par conséquent suffisante pour que des tumeurs apparaissent, ce qui s’est effectivement produit. Le problème c’est que cette souche de rat ayanty une propension important à faire des tumeurs mammaires avec l’âge, on ne peut pas discerner les tumeurs résultant d’un effet carcinogène du produit des tumeurs apparaissant spontanément (indépendamment d’un effet du produit)... C’est la raison pour laquelle, l"usage et le bon sens veulent que pour faire des études à long terme on utilise des souches de rat (comme par exemple le rat Fisher 344) n’ayant qu’une faible propension à faire des tumeurs spontanées avec l’âge. Par ailleurs, du fait du nombre insuffisant de rats de chaque sexe par groupe au départ, nombre insuffisant encore aggravé par la mortalité naturelle ou non dans la 2ème moitié de l’étude, il a été" impossible de réaliser une analyse statistique fiable de l’incidence des tumeurs.

Le problème, là encore, c’est que c’est la même souche de rats qui avait été utilisée pour les tests de Monsanto et que personne n’y avait trouvé à redire... Curieux, non ?

===> Rien que curieux ou de suspect ! Voir les explications ci-dessus....

===> Encore une remarque utile ! Si le maïs OGM avec ou sans Roundup associé était aussi carcinogène que le prétend Séralini, il serait un carcinogène aussi puissant que ceratines molécules telles que certains hydrocarbures aromatiques polycycliques ou que certaines nitrosamines aromatiques classées hautement carcinogènes par l’OMS entre autres organisations. Or, il existe sur le glyphosate (matière active du Roundup) 4 études de 24 mois sur le rat et 18 mois sur la souris) faites en conformité avec le protocole OCDE452 à des concentrations dans l’alimentation des animaux considérablement plus élevées que celle utilisée par Séralini et qui n’ont montré aucun effet oncogène !! En outre, le glyphosate n’a montré d’effets mutagènes dans aucun des systèmes expérimentaux in vitro et in vivo utilisés !

Je précise que je n’ai aucun intérêt quel qu’il soit dans les OGM de quelque origine. Je me contente uniquement des faits scientifiques

votez :
(IP:xxx.xx5.147.73) le 24 octobre 2012 à 23H24

@ IP:xxx.xx7.202.32

Je vous remercie pour ces précisions détaillées dont je prends acte et dont j’admets les déductions, n’étant pas moi-même toxicologue comme vous l’avez souligné.

Reconnaissez quand même qu’il est curieux que les agences de sécurité sanitaire qui réfutent aujourd’hui à l’unisson les conclusions du Pr Séralini (pour des raisons que vous avez pris la peine d’expliquer) n’avaient rien trouvé à critiquer dans les résultats présentés par Monsanto pour des tests sur la même variété de maïs OGM qui n’avaient été effectués que sur 90 jours - une durée insuffisante, comme vous l’avez confirmé, pour qu’une éventuelle réaction oncogène puise se manifester chez les rats.

On est bien obligé de vous croire sur parole lorsque vous affirmez que vous n’avez aucun intérêt personnel à défendre les OGM et que seule la recherche scientifique vous motive. Le problème c’est qu’<<ils>> disent tous la même chose que vous, alors qu’on sait bien que les conflits d’intérêts sont très fréquents et le lobbyisme des firmes comme Monsanto extrêmement actif, notamment au sein des agences de contrôle sanitaire et chez les scientifiques qui s’expriment dans les médias.

Vous devriez donc vous proposer pour participer à ces nombreux études qu’il va falloir mener maintenant, partout et durant le temps nécessaire, pour tester selon le protocole convenable l’incidence des aliments OGM (pas seulement la variété de maïs utilisée par le Pr Séralini, mais tous les aliments OGM susceptibles d’être ingérés par l’Homme) sur la santé des rats et peut-être par la suite sur celle de cobayes humains. C’est un question de santé publique et une simple application du principe de précaution. Ce genre de recherche doit être passionnant pour un spécialiste comme vous.

votez :
(IP:xxx.xx5.147.73) le 24 octobre 2012 à 23H32

Avez-vous effectué des études de toxicité du Roundup sur les abeilles ?

votez :
(IP:xxx.xx5.55.146) le 23 octobre 2012 à 17H19

Leurs réaction étaient prévisibles dans cette affaires, ils se sont comportes comme juge et partie. Maintenant que les choses ont été clairement exposer, montre quoi qu’ils en disent, ils ont perdue la partie ! Cette affaire je pense ne va pas en rester là ! ils aura forcement de nouvelles analyse !

votez :
(IP:xxx.xx7.202.32) le 23 octobre 2012 à 17H45

Ce n’est pas Séranini, c’est Séralinix !! Il a raison tout seul, et tous les autres toxicologues (ce que n’est pas Séralinix, ni aucun membre de son équipe) du monde entier ont complètement tort.....

votez :
(IP:xxx.xx7.202.32) le 23 octobre 2012 à 17H59

Article du journal suisse LE TEMPS

Sciences & Environnement

Démographiemardi 21 décembre 2010

L’espérance de vie a reculé en 2008 aux Etats-Unis

Sylvain Cypel New York

Les risques sanitaires s’accumulent sur la population blanche

L’espérance de vie des Américains a régressé en 2008, selon un rapport publié vendredi 10 décembre par le Centre national des statistiques de santé aux Etats-Unis (NCHS). La durée moyenne de la vie est de 77,8 ans, soit 1,2 mois de moins qu’en 2007. Une donnée en apparence peu spectaculaire, mais très significative : c’est la première fois qu’un tel recul est constaté depuis 1993. Depuis 1970, l’espérance de vie des Américains augmentait en moyenne de 2,6 mois par an.

L’explication du phénomène tient exclusivement à un accroissement de la mortalité chez les plus de 85 ans.

====>>> ET ce n’est ceux-là qui ont été le plus exposés aux OGM .......

Cette tendance avait été déjà constatée les années précédentes, mais, pour la première fois, elle compense l’augmentation de l’espérance de vie moyenne constatée dans toutes les autres catégories de la population – et ce, jusqu’à inverser la tendance générale.

===> Ce qui signifie que cette réduction de l’espérance de vie de la population très agée masque l’augmentation réelle de l’espérance de vie de la population plus jeune....

La forte augmentation de la mortalité dans cette catégorie est d’autant plus frappante que les maladies cardiaques y apparaissent en recul, de même que les décès consécutifs à une attaque cérébrale. Démographes et spécialistes de la santé publique débattent des motifs de ce recul conjoncturel de l’espérance de vie, un phénomène rarissime depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Ils constatent d’abord que la régression actuelle est pour beaucoup due, selon le rapport, à la progression notoire des décès liés à la maladie d’Alzheimer, aux pneumonies et à la grippe, aux problèmes rénaux ou encore à des questions de pression sanguine.

===> Pathologies qui n’ont rien à voir avec la consommation de maïs OGM

Ensuite, la chute de l’espérance de vie est manifeste parmi les Blancs, contrairement à la population noire où, globalement, elle continue de progresser (tout en restant en moyenne inférieure de huit années à celle des Blancs).

===> L’espérance de vie de la population noire continue d’augmentaer (bien que moins rapidement que celle des Blancs). Il est de notoriété publique que les Noirs se nourrissent beaucoup plus "mal" que les Blancs en raison de la différence de niveau de vie...Alors, la malbouffe a bon dos, sauf pour l’obésité et ses effets secondaires

Au 51e rang mondial A partir de ces deux constats, la tentation est grande de lier le recul conjoncturel de l’espérance de vie à l’émergence de la crise économique. Cette dernière, en augmentant fortement la part marginale des coûts de la santé dans les revenus (eux-mêmes en baisse), a tiré vers le bas de larges pans des classes moyennes paupérisées qui se sont retrouvées moins bien protégées. Parmi les spécialistes, un consensus est apparu pour estimer que, dans un proche avenir, l’accroissement annoncé de l’obésité, avec ses conséquences en termes de diabète et de problèmes cardiaques, constituera un facteur de risque important dans le sens d’une réduction de la durée de la vie aux Etats-Unis, si aucune politique prophylactique d’envergure n’est engagée.

====> Il convient d’analyser honnêtement les chiffres et de ne pas leur faire dire ce qu’ils ne disent pas. Certains font du journalisme respectable et d’autres non !

votez :
(IP:xxx.xx7.202.32) le 23 octobre 2012 à 18H03

"Quant on connaît les difficultés rencontrées par les chercheurs au cours de leur étude,"

===> Je n’ai lu absolument nulle part quoi que ce soit à propos des prétendues difficultés rencontrées par Séralini pendant la réalisation de son étude !! Il a fait son étude dans un secret total dans un labo "secret"..... Encore des élucubrations dignes d’un roman noir et non d’une étude scientifique !!

votez :
par Nevenoë (IP:xxx.xx5.141.238) le 23 octobre 2012 à 18H06

La méthode est critiquée mais personne n’en parle vraiment.

je suppose qu’il a pris des rats de la même espèce séparés en 2 groupes : l’un nourrit avec des OGM et l’autre sans.

Si c’est le cas peut importe que cette espèce ait des prédispositions au cancer, il suffit de comparer les 2 population.

votez :
(IP:xxx.xx7.202.32) le 24 octobre 2012 à 18H10

@ Nevenoë

Bonsoir Professeur,

"La méthode est critiquée mais personne n’en parle vraiment."

*** Vous êtes probablement sourd et aveugle !! On ne parle que de çà dans tous les médias !! Une petite recherche vite fait sur Internet vous aurait donné plusieurs dizaines d’articles de scientifiques spécialisés français et étrangers qui démontent complètement "l’étude" de Séralini et consorts !!!!

"je suppose qu’il a pris des rats de la même espèce séparés en 2 groupes : l’un nourrit avec des OGM et l’autre sans."

*** Il a même pris plusieurs groupes avec des traitements différents !!

"Si c’est le cas peut importe que cette espèce ait des prédispositions au cancer, il suffit de comparer les 2 population."

*** Non, il ne "suffit" pas de comparer les deux groupes !! En cas de différences entre les groupes encore faut-il que cette (ces) différence(s) soi(en)t statistiquement significative(s) !! Sinon, c’est équivalent à "pas de différence(s) !! C’est aussi simple que çà !!

N’importe qui peut être toxicologue ou statisticien ou pathologiste en 3 leçons.....

... de 3 ans chacune !!!

votez :
par Romain Desbois (IP:xxx.xx0.172.55) le 23 octobre 2012 à 18H07

De toutes façons vu qu’ils utilisent une méthode qui fausse les résultats, on pourra tout le temps refaire et refaire, ca ne changera rien.

Des chercheurs du CNRS dénoncent l’hérésie scientifique de l’expérimentation animale et ont créé l’association Antidote-Europe pour alerter les gens et les scientifiques.

votez :
(IP:xxx.xx5.147.73) le 23 octobre 2012 à 22H22

@ Romain Desbois

"De toutes façons vu qu’ils utilisent une méthode qui fausse les résultats, on pourra tout le temps refaire et refaire, ca ne changera rien.

Des chercheurs du CNRS dénoncent l’hérésie scientifique de l’expérimentation animale et ont créé l’association Antidote-Europe pour alerter les gens et les scientifiques."

Alors quelle est, selon vous, la bonne méthode à appliquer ?

Préconisez-vous l’expérimentation directe sur l’homme ? Si c’est le cas, pourquoi pas. Mais alors il faut évidemment respecter une durée d’expérimentation proportionnelle à l’espérance de vie du sujet. Le Pr Séralini a testé pendant 2 ans des rats de laboratoire dont l’espérance de vie est de 5 ans, soit durant 40 % de leur vie potentielle. Si vous transposez l’expérience sur l’homme, il faut commencer à nourrir des jeunes enfants au maïs transgénique Monsanto dès qu’ils sont en mesure d’absorber ce genre d’aliment, et poursuivre cette alimentation tous les jours durant plus de 30 ans.

Bien entendu, durant ces essais, il est indispensable d’instaurer un strict moratoire sur tous les aliments OGM, même ceux qui sont destinés à l’alimentation animale.

Etes-vous d’accord pour que votre fille/fils/petite-fille/petit-fils/soit cobaye dans cette expérience ?...

votez :
par Romain Desbois (IP:xxx.xx0.172.55) le 24 octobre 2012 à 01H41

AU lieu d’écrire sans savoir dans un pur style scientiste , renseignez vous :

http://antidote-europe.org/

et

http://animal-tv.org/html/english/m...

votez :
(IP:xxx.xx5.147.73) le 24 octobre 2012 à 10H21

@ Romain Desbois

Merci pour ces liens.

Toutefois je persiste à penser personnellement qu’une étude sur l’homme des effets de l’ingestion de produits chimiques tels les pesticides ou d’aliments génétiquement modifiés ne peut être que très longue, vu le temps que mettent parfois à apparaître les perturbations endocriniennes ou le développement de cellules cancéreuses pour ne citer que ces deux pathologies.

Par exemple lorsqu’on entend le Dr David Zavaglia, désireux de nous rapporter que les aliments bio ne seraient pas meilleurs pour la santé humaine que les aliments non bio (!), citer les conclusions parues dans une revue scientifique américaine d’une étude-test menée durant 2 ans seulement sur un panel de sujets, je ne comprends pas que ce "médecin" ne fasse pas preuve de plus de scepticisme. Deux ans, c’est moins de 3 % de l’espérance de vie humaine... autant dire que ce n’est pas grand chose et que les résultats obtenus dans ces conditions n’ont pas d’autre raison d’être que la volonté des chimistes de tromper les consommateurs.

votez :
par Romain Desbois (IP:xxx.xx0.172.55) le 24 octobre 2012 à 12H17

Tout ce que l’on peut trouver quand on teste sur une souris c’est que ca fait tel ou tel effet .... sur la souris.

L’on ne peut extrapoler sur l’humain. c’est du scientisme .

Mais les liens expliquent cela bien mieux que moi.

votez :
par christu (IP:xxx.xx2.149.207) le 23 octobre 2012 à 18H21

l’étude du Pr Séralini, qu’elle soit" bonne ou mauvaise" est une réussite ! les saints JT de 20h00 en ont parlé et reparlé ; puis après la non reconnaissance de l’étude par "les milieux autorisés" comme disait Coluche, ils en ont encore parlé... et M. Séralini a dit alors : "c’est très bien ça qu’ils ne me croient pas, parce que maintenant ils vont devoir faire des études sur un temps long...ils y sont obligés, tout le monde les attend !" CQFD !!!!!

votez :
par Romain Desbois (IP:xxx.xx0.172.55) le 23 octobre 2012 à 18H42

En gros, quand c’est autoriser les OGM ca suffit mais quand il faut prouver leur nocivité ça suffit pas.

C’est du pur scientisme !!!!!

votez :
(IP:xxx.xx2.56.194) le 23 octobre 2012 à 23H54

Source http://www.notre-planete.info/actua...

"les autorités sanitaires qui étudient ensuite le dossier, comme l’Agence européenne de sécurité des aliments (EFSA), ne disposent ni de temps ni de crédits pour pratiquer leurs propres analyses. Elles se contentent donc de lire le dossier de l’entreprise et la littérature scientifique sur le sujet. D’un côté, la firme est juge et partie. De l’autre, des instances d’évaluation placent dans cette firme une confiance quasi absolue."

Comme cet article : http://www.carevox.fr/sante-naturel...

"comment expliquer le laxisme de l’EFSA sur le dossier Mon810 ? Frédéric Jacquemart y voit une « parfaite mauvaise foi ». Cette Agence, censée être un organisme de contrôle indépendant, a été décriée ces derniers mois après la révélation de plusieurs conflits d’intérêt au sein de la structure. Un rapport de la Cour des Comptes publié le 11 octobre épingle l’EFSA pour sa mauvaise gestion des conflits d’intérêts."

"cette affaire a révélé la manière dont l’industrie des biotechnologies est parvenue à influencer les décisions de l’agence européenne en plaçant dans ses instances décisionnelles des personnalités scientifiques qui reprennent ses analyses et partagent ses objectifs. C’est pourtant sur la base des avis de l’EFSA que la Commission européenne prend les décisions d’autoriser ou non les OGM..."

votez :
par robin6 (IP:xxx.xx6.210.9) le 24 octobre 2012 à 08H48

Il y aun façon simple de trancher :

Que les grands responsables de l’industrie biogénétique se soumettent à un régime OGM pendant 2 ans sous contrôle indépendant et on verra bien !

votez :
(IP:xxx.xx7.203.153) le 3 novembre 2012 à 10H59

par robin6 (IP:xxx.xx6.210.9) le 24 octobre 2012 à 08H48

Il y aun façon simple de trancher :

Que les grands responsables de l’industrie biogénétique se soumettent à un régime OGM pendant 2 ans sous contrôle indépendant et on verra bien !

===> Il y a déjà des millions de gens dans le monde qui consomment quotidiennement des OGM depuis plus d’une douzaine d’années sans problèmes !! Avant, ils avaient les problèmes des gens malnutrisn plus maintenant........ C’est une expérimentation grandeur nature à grande échelle bien plus valable qu’une expérimentation sur quelques centaines de rats.......... Cà ne tient pas compte des animaux domestiques nourris avec des OGM.....

votez :
par ecolittoral (IP:xxx.xx0.209.147) le 24 octobre 2012 à 09H11

Qu’est ce qui est le plus important ? Une étude scientifique ou la décision que vous prenez de consommer des aliments que vous avez choisi ? Le maïs est une plante qui vit les pieds dans l’eau et la tête au soleil ; qu’il soit BIO ou OGM. Elle n’est donc pas adaptée à la plus part des sols. Les blés et les riz le sont, ainsi que d’autres céréales. Le débat d’aujourd’hui occulte la réalité du terrain. Les adeptes du maïs sont en train de gagner la partie. Cette mono culture est une catastrophe alimentaire...et le prix du blé, du riz et des autres céréales augmentent. Ne vous trompez pas de cible !

votez :
(IP:xxx.xx7.202.32) le 24 octobre 2012 à 10H13

C’est fou le nombre de toxicologues, statisticiens, pathologistes, etc... expérimentés qui s’expriment ici de façon péremptoire !!

votez :
par Ninive (IP:xxx.xx1.17.34) le 25 octobre 2012 à 10H08

@(IP:xxx.xx7.202.32) le 24 octobre 2012 à 10H13:Vous écrivez :"C’est fou le nombre de toxicologues, statisticiens, pathologistes, etc... expérimentés qui s’expriment ici de façon péremptoire !!"...ET BIEN, c’est que nous, du petit peuple victime, sommes très déçus par ce que nos diplômés sont capables de nous créer comme "scandales".

Le Vioxx ne trouait pas l’estomac.... mais les vaisseaux du coeur cependant au moins un an après absorption !...ça c’est pour un ami proche de mon père.

Une liste bien longue de scandales pourrait être écrite... Pour mon entourage elle commencerait par l’extraction du charbon, continuerait par l’amiante, le sang contaminé, la vache folle. Pour les OGM, ça commence à "puer" dans nos médias....

ALORS, A VOUS LES DIPLÔMÉS, JE VOUS REDIS QUE CE QUI COMPTE POUR NOUS, C’EST L’INNOCUITÉ. Je crois qu’on devrait dire dans votre milieu "d’êtres supérieurs" : "PRIMUM NON NOCERE" Il faut bien comprendre que le mérite de vos diplômes commence à dépérir. Nous en avons assez d’entendre :" Nous ne savions, nous ne pouvions pas prévoir"

N’empêchez pas d’agir ceux qui veulent prévenir à votre place, ils en savent plus que vous qui avez su apprendre les trop nombreuse erreurs qui parsèment vos cours et que vous ne savez même pas relever quand vous apprenez comme des robots.

Assez des "ni coupables" et maintenant même "ni responsables"

Je pense que le niveau l’humilité et de volonté du bien de l’ensemble a quitté, pour le moment, votre enseignement et est remplacé par l’orgueil et la cupidité.

votez :
par le_crocodile (IP:xxx.xx2.182.101) le 24 octobre 2012 à 11H08

OGM : comment une étude bidonnée par Monsanto a été validée par les autorités sanitaires

http://www.wikistrike.com/article-o...

votez :
par marcob12 (IP:xxx.xx5.48.123) le 24 octobre 2012 à 11H22

Comme le dit Christian Vélot la procédure de validation est claire : en l’absence de contrainte de la directive 2001/18 de l’union européenne ce sont les agences nationales ad hoc qui décident et la règle des 3 mois est concrètement appliquée. Curieusement après batailles juridiques quand le CRIIGEN a enfin obtenu les données brutes des études ayant permis aux agences de valider le NK 603 et le MON 610 et montré (publications dans une revue scientifique pertinente à comité de lecture) des signes préoccupants visibles dès la fin de l’étude (3 mois) les organismes ayant autorisée la mise sur le marché ont botté en touche sans même exiger par précaution des études de longue durée sur les produits devenus suspects. Curieux quand même que pour une technique sans danger (un gène une protéine point barre, que voulez-vous qu’il arrive ?...) Monsanto qui ne manque pas de moyens n’ai pas commandité une étude de longue durée aux conclusions indiscutables ouvrant le champ à la culture d’un ogm (sont tous différents). Curieux aussi qu’on n’ai pas obligé ces fabricants d’ogm à le faire

votez :
par le_crocodile (IP:xxx.xx2.182.101) le 24 octobre 2012 à 12H21

La firme Monsanto qui ne se contente plus d´empoisonner la planète avec ses produits chimique et de pousser des milliers de paysans indiens au suicide avec ses OGM , a fait l´aquisition de la firme Xe Services , plus connue sous son ancien nom de Black Water , une association de bandits de grand chemins , d´assassins et de criminels de guerre qui se sont rendus tristement célèbres par des massacres de civils en Irak . À quelles sales besognes Monsanto va employer ces criminels ?? On est en droit de se poser des questions

votez :
par schuss (IP:xxx.xx2.214.174) le 24 octobre 2012 à 17H14

je voudrais simplement attirer l’attention des internautes de ce sites, Agoravox et plus certainement carevox est à l’initiative du groupe pharmageste qui prône l’essor de l’industrie pharmaceutique...voir les annonces légales du site. De ce fait on comprend mieux pourquoi certains articles sont immédiatement minés par des contre-attaques dans le seul but de déstabiliser le lecteur de la vraie information initiale....

votez :
par marcob12 (IP:xxx.xx5.48.123) le 25 octobre 2012 à 09H34

Vous êtes toxicologue ? Dîtes voir ce que vous pensez des études sur les OGMs alimentaires (à trois mois chez le rat) et les conclusions qu’on peut espérer en tirer (selon vous) sur les conséquences à long terme de leur ingestion directe ou indirecte par l’être humain (y compris jeune). Vos remarques sont sinon pertinentes bien plus que celles de l’internaute moyen sur la question que vous soyez toxicologue ou pas...

votez :
(IP:xxx.xx3.205.141) le 27 octobre 2012 à 08H28

@ marcob12 (IP:xxx.xx5.48.123) le 25 octobre 2012 à 09H34 : MERCI pour ce message qui exprime très bien ce que l’on pense.

Des médicaments passent une génération avant de frapper. Les petites filles des grands mères à qui des médecins spécialistes ont prescrits un médicaments hormonal auraient plus de cancers de l’utérus. Les grands mères finissent leurs jours sans conséquences directes de cette absorption hormonale de ’petit médicament’....Je crois que les trois mois sans conséquence directe sont bien dépassés....La toxicité nous fut expliquée par la fameuse phrase :" Nous ne savions pas, nous ne pouvions pas prévoir"...Pour être aussi "instruit" après 7 et 3 ans je crois donc 10 ans d’ étude après le fameux bac...Comment ont-ils pu oser croire en leur professeur si ignorants ???...Comment ont-ils oser accepter leur diplôme ? L’appât du diplôme pour la vie facile à tout prix...fusse à ce prix !....

votez :
(IP:xxx.xx7.202.32) le 27 octobre 2012 à 09H54

@ (IP:xxx.xx3.205.141) le 27 octobre 2012 à 08H28

" : MERCI pour ce message qui exprime très bien ce que l’on pense."

Ah ! Ma pauv’Mame Michu !! Quand on voit ce qu’on voit et qu’on entend ce qu’on entend, on est bien content de penser ce qu’on pense, allez......

votez :
(IP:xxx.xx1.27.211) le 27 octobre 2012 à 14H34

@(IP:xxx.xx7.202.32) le 27 octobre 2012 à 09H54 : Vous êtes très bien dans la ’bonne’ technique de réponse ! ....Je n’en attendais pas mieux.......................

Vous semblez bien être dans la lignée de la fameuse phrase :" Nous ne savions pas, nous ne pouvions pas prévoir"...

Que les toxicologues s’occupent de leur toxicologie très balbutiante pour les prévisions à long terme et qu’ils foutent la paix à nos décideurs.

Quant aux "statisticiens, pathologistes,"..mon bon Monsieur, ils ne peuvent s’occuper que du passé et des conséquences des actes du passé....ICI, Le PROBLEME DES OGM CONCERNENT L’AVENIR DE NOS ENFANTS.

votez :
(IP:xxx.xx7.202.32) le 28 octobre 2012 à 17H08

@ (IP:xxx.xx1.27.211)

" Vous êtes très bien dans la ’bonne’ technique de réponse ! ....Je n’en attendais pas mieux"

===> Pourquoi ? Nous nous connaissons ? En tout cas vous semblez avoir le sens de l’humour quelque peu atrophié !

"Que les toxicologues s’occupent de leur toxicologie très balbutiante pour les prévisions à long terme et qu’ils foutent la paix à nos décideurs."

===> Et vos décideurs, ils vont décider sur quelles données à votre avis ??

"Quant aux "statisticiens, pathologistes,"..mon bon Monsieur, ils ne peuvent s’occuper que du passé et des conséquences des actes du passé.... ....ICI, Le PROBLEME DES OGM CONCERNENT L’AVENIR DE NOS ENFANTS."

===> Les toxicologues ne peuvent s’occuper que du passé (? ?), soit ! Et vous vous voyez, comme madame Simon dont c’est la spécialité, l’avenir dans une boule de cristal, le marc de café et les entrailles de poulet ?

votez :
(IP:xxx.xx7.202.32) le 27 octobre 2012 à 10H39

Quelqu’un (l’auteur de l’article peut-être ?) aurait-il l’obligeance de nous expliquer ce que vient faire l’utilisation du terme "nazi" dans la caricature qui illustre cet article ? Quel rapport avec le sujet de cet article ? Merci d’avance.

votez :
(IP:xxx.xx1.27.211) le 30 octobre 2012 à 12H35

@(IP:xxx.xx7.202.32) le 27 octobre 2012 à 10H39 :

"===> Et vos décideurs, ils vont décider sur quelles données à votre avis ??" ....Rien d’autre à écrire...rien d’autre ! Vous ne comprenez donc même pas que leurs ’conseillers’ nous foutent, nous le petit peuple, dans la mouise la plus complète ! Il n’y a pas besoin de diplômes pour regarder et faire un diagnostique de l’état déplorable de notre société quand même !

Je ne fais surtout pas mention des hommes eux mêmes mais j’accuse leur éducation et/ou leur instruction. Je sais aussi que jamais un étudiant ne "sait" ou ne peut débusquer un des très nombreux mensonges qui émaillent leurs cours....

Ils essaient aussi de ne jamais faire de rapprochements avec des découvertes d’autres disciplines qui pourraient les obliger à reprendre leurs théories foireuses qui nous précipitent, nous le petit peuple, dans le malheur.

Pour les OGM, il existe la phytosociologie, les expériences désastreuses de réensemencements de plantes le long de nos autoroutes, les désillusions de nos chercheurs en génétiques, nos physiciens, les recherches du CNRS sur la notion de temps...etc....et aussi les expériences troublantes quant à leur résultat sur la communication qui existe entre les plantes...etc...et même en médecine, la remise en cause de cause de certaines maladies génétiques et les nouvelles explications !....Les éclats de rire aussi, et dans des réunions, lors de déclarations de certains de nos "officiels"...

votez :
(IP:xxx.xx7.203.153) le 30 octobre 2012 à 16H48

Santé Canada

Aliments et nutrition Position de Santé Canada et de l’Agence canadienne d’inspection des aliments concernant la publication d’une étude toxicologique de longue durée portant sur le maïs NK603 Roundup Ready et l’herbicide Roundup par Séralini et coll. (2012)

Direction des aliments Direction générale des produits de santé et des aliments Santé Canada Division des aliments pour animaux Direction des produits animaux Agence canadienne d’inspection des aliments Direction de l’évaluation sanitaire Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire Santé Canada

Octobre 25, 2012

En septembre 2012, l’équipe scientifique de l’Université de Caen en France, dirigée par le Dr Gilles-Eric Séralini, a publié, dans la revue Food and Chemical Toxicology, les résultats d’une étude toxicologique de longue durée portant sur le maïs NK603 Roundup Ready et l’herbicide Roundup (produits contenants du glyphosate). [G.-E. Séralini et coll. « Long term toxicity of a Roundup herbicide and a Roundup-tolerant genetically modified maize ».Food Chem. Toxicol. (2012)].

À la suite d’un examen des données publiées, les scientifiques de Santé Canada et de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) ont identifié des lacunes significatives dans le plan de l’étude, dans sa réalisation et dans sa présentation. La description de la méthode employée est insuffisante, la totalité des données n’a pas été présenté et pour celles qui l’ont été, la transparence fait défaut à leur présentation. Qui plus est, ils ont estimé que les méthodes statistiques auxquelles les auteurs ont eu recours pour l’analyse des données sont inappropriées. Pour ces raisons, la validité de l’étude est difficile à déterminer. Dans l’examen de l’étude produite par G.-E. Séralini et coll., les scientifiques de Santé Canada et de l’ACIA ont tenu compte des dossiers réglementaires sur l’innocuité déposés par l’industrie ainsi que de la documentation scientifique publiée au sujet du maïs NK603 et de l’herbicide glyphosate. Selon l’examen de ces renseignements par Santé Canada et l’ACIA, les conclusions auxquelles sont parvenus les auteurs au sujet de l’innocuité à long terme du maïs NK603 et du glyphosate ne sont pas étayées. Par conséquent, les scientifiques de Santé Canada et de l’ACIA ont déterminé qu’actuellement, aucun changement n’est recommandé aux autorisations existantes dont font l’objet le maïs NK603 Roundup Ready et l’herbicide glyphosate. Dans le but de permettre l’approfondissement de leur analyse, Santé Canada et l’ACIA ont demandé aux auteurs de l’étude l’ensemble complet des données brutes issues de leurs travaux.

L’Institut fédéral allemand d’évaluation des risques (BfR), l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), la Food Standards

Australia New Zealand et l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) ont également publié des examens de ce document. Tous ont conclu que la présentation et l’interprétation des données ainsi que le plan de l’étude sont imparfaits. Par conséquent, ces quatre organismes ont jugé qu’il est impossible de donner du poids aux résultats de l’étude, lesquels ne justifient aucunement le réexamen de l’évaluation de l’innocuité du maïs NK603. Souhaitant également poursuivre l’analyse, ces organismes chargés de l’évaluation de l’innocuité des aliments ont aussi demandé aux auteurs de l’étude de leur fournir leurs données brutes. Le maïs Roundup Ready NK603 est une variété de maïs tolérant aux herbicides dont l’utilisation dans les aliments destinés à la consommation humaine et animale a d’abord été autorisée au Canada en 2001. Avant d’en autoriser l’utilisation au pays, Santé Canada et l’ACIA ont évalué une série exhaustive de données issues d’analyses moléculaires, toxicologiques, nutritionnelles et chimiques dont il a fait l’objet. Plusieurs autres pays autorisent actuellement le recours au maïs Roundup Ready NK603 à titre d’aliment destiné à la consommation humaine et animale, et des autorités sanitaires de partout dans le monde en ont rigoureusement examiné l’innocuité. L’herbicide glyphosate et les produits qui en contiennent (p. ex., le Roundup) constituent des pesticides homologués au Canada sur la base de données scientifiques complètes qui satisfont des normes strictes en matière sanitaire et environnementale. De très nombreuses preuves scientifiques appuient toujours l’innocuité du maïs NK603, des autres produits alimentaires génétiquement modifiés destinés à la consommation humaine et animale approuvés jusqu’à date, ainsi que des herbicides contenant le glyphosate . Toutefois, dès que de nouvelles données concernant l’innocuité d’un produit homologué sont publiées, celles-ci sont examinées minutieusement. S’il était établi que la consommation du maïs NK603 ou l’exposition au glyphosate comportent des risques préoccupants, Santé Canada et l’ACIA interviendraient comme il se doit. Notes de bas de page A study of the University of Caen neither constitutes a reason for a re-evaluation of genetically modified NK603 maize nor does it affect the renewal of the glyphosate approval L’EFSA publie son examen initial de l’étude sur le maïs GM et les herbicides Response to Séralini paper on the long term toxicity of a Roundup herbicide and a Roundup-tolerant genetically modified maize AVIS de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail relatif à l’analyse de l’étude de Séralini et al. (2012) "Long term toxicity of a ROUNDUP herbicide and a ROUNDUP-tolerant genetically modified maize" (version PDF)

votez :
(IP:xxx.xx1.27.211) le 31 octobre 2012 à 08H44

Tout est dit :"Aliments et nutrition Position de Santé Canada et de l’Agence canadienne d’inspection des aliments concernant la publication d’une étude toxicologique de longue durée portant sur le maïs NK603 Roundup Ready et l’herbicide Roundup par Séralini et coll. (2012)"

L’étude de la toxicité des OGM a débuté il y a combien de mois ???

Comment peut-on faire confiance quand on lit de tels propos ??? Voudrait-on nous faire croire que quelques mois d’observations suffisent pour conclure sur une étude ????

Je peux déjà écrire : "c’est pas nous, c’est le Canada ! qui a écrit cette imprécision"....MAIS QUAND AURONS-NOUS DROIT A DES EXPLICATIONS SINCÈRES...

Les effets nocifs de médicaments peuvent passer une génération...la grand mère qui a avalé le "petit médicament" pour vérifier si elle était enceinte et se porte bien à plus de soixante dix ans, sa fille se porte bien et ses petites filles ont plus de cancers ...

MAINTENANT, on connait ce phénomène quand même et depuis 1972 aux Usa et 1977 seulement en France, mais on est en 2012.

votez :
(IP:xxx.xx7.203.153) le 31 octobre 2012 à 17H16

Il y en a certains qui font des commentaires sur des textes qu’ils n’ont même pas compris !!

(IP:xxx.xx1.27.211) le 31 octobre 2012 à 08H44

Tout est dit :"Aliments et nutrition Position de Santé Canada et de l’Agence canadienne d’inspection des aliments concernant la publication d’une étude toxicologique de longue durée portant sur le maïs NK603 Roundup Ready et l’herbicide Roundup par Séralini et coll. (2012)"

"L’étude de la toxicité des OGM a débuté il y a combien de mois ???"

===> Peu importe quand l’étude de Séralini et al, puisque c’est d’elle dont il est question dans les commentaires des Canadiens, a commencé ! Ce qui est important c’est sa durée qui est de 24 mois !

Comment peut-on faire confiance quand on lit de tels propos ??? Voudrait-on nous faire croire que quelques mois d’observations suffisent pour conclure sur une étude ????

===> Encore une fois, il ne s’agit pas de "quelques mois" mais de 24 mois ou 2 ans.....

Je peux déjà écrire : "c’est pas nous, c’est le Canada ! qui a écrit cette imprécision"....MAIS QUAND AURONS-NOUS DROIT A DES EXPLICATIONS SINCÈRES...

===> Il n’y a pas de raison de penser que l’analyse de l’étude de Séralini n’est pas "sincère" ! Elle est exactement identique aux analyses de la même étude faites par plusieurs autres instances et d’innombrables spécialistes de ces questions dans le monde. En tout cas, il serait bon si l’on pense que les Canadiens ne sont pas "sincères" dans leur analyse, d’apporter des arguments solides et indiscutables pour soutenir cette opinion !

votez :
(IP:xxx.xx1.27.211) le 1er novembre 2012 à 07H10

@(IP:xxx.xx7.203.153) le 31 octobre 2012 à 17H16/ Mon Cher Monsieur, vous écrivez :"En tout cas, il serait bon si l’on pense que les Canadiens ne sont pas "sincères" dans leur analyse, d’apporter des arguments solides et indiscutables pour soutenir cette opinion !"...Ce n’est pas l’étude en elle même que je soupçonne, c’est la déchéance intellectuelle de chercheurs qui voudraient nous tranquilliser en se contentant de quelques mois d’étude sur les mêmes individus. C’est de la toxicologie à la bien petite semaine pour le moins.

Nous avons des ’Trouveurs" qui nous ont démontré que les effets peuvent parfois passer une génération avant de s’acharner sur les petits enfants.

PLUS, les effets pourraient atteindre d’autres espèces que les espèces des sujets traités dans une expérience ...Vous savez certainement par vos études en école primaire qu’il existe des cycles dans notre si belle Nature et que des plantes en France ont modifié leur forme en un an ou deux suite à l’épandage de graines venant de continents étrangers le long de nos autoroutes...Ce fait a été tristement constaté par nos conservatoires botaniques nationaux . Il reste à en retenir les conséquences désastreuses pour notre flore, les insectes qui les accompagnaient aussi....C’est que la génétique est un domaine encore bien inconnu et donc à mon avis de petit de notre monde, toute intervention devrait imposer des expériences très strictes et donc intergénérationnelles et sur les espèces des règnes végétal et animal au minimum. Le facteur déclenchant de ce que l’on nomme "la vache folle" n’est pas encore strictement défini...MAIS, des Français ont été massacrés par cette maladie causée par leurs semblables sous l’oeil bêtement bovin de nos administrations irresponsables.

"la génétique est un domaine encore bien inconnu" ET, pour le moins, qui pourrait nous expliquer, à nous les petits, ce qui commande nos gènes ?...

votez :
(IP:xxx.xx1.27.211) le 1er novembre 2012 à 08H45

Je suis d’accord avec vous. J’ajouterai que toutes les études effectuées sont analysées exclusivement sous un rapport action-réaction visible au niveau de la matière. Le problème de l’énergie n’est même pas abordé par les détracteurs qui pensent tout connaître et qui nient les progrès de la physique quantique (Einstein, David Boehm pour ne citer que deux exemples parmi les physiciens émérites qui ont eu l’humilité de se pencher sur l’infiniment petit et découvrir l’importance de ce monde des particules et des ondes qui se confondent à leur échelle). Il est vrai comme il a été abordé dans un autre commentaire que Orgueil et Cupidité ont remplacé Humilité et Désintéressement, Dévouement à la cause de l’humanité. Les effets secondaires néfastes ne se produisent pas au niveau alimentaire rapidement comme ils pourraient le faire pour une substance hautement toxique, la logique implique donc que les processus d’étude diffèrent quant à la recherche de leur impact sur la santé humaine. Le simple principe de précaution nécessiterait l’arrêt immédiat des OGM dans l’alimentation des êtres vivants. La vie est énergie et matière, sans énergie pour l’animer la matière est morte. Il serait temps que nos scientifiques intégristes et sectaires cessent leur attitude arrogante vis à vis de ce qu’ils ignorent et acceptent de laisser travailler ceux qui savent que le monde de l’énergie et de l’infiniment petit existe et influe puisque c’est lui qui anime ce monde de matière. En attendant que soit refaite cette expérience décriée de deux ans par d’imminents toxicologues qui devront prouver leur intégrité matérielle (vis à vis des multinationales) et aussi intellectuelle (acceptant de remettre leurs certitudes devant les résultats), tout OGM et aussi tout pesticide chimique devraient être interdits à la consommation tant humaine qu’animale (sauf évidemment les quelques rongeurs sacrifiés à l’autel de la science)

votez :
(IP:xxx.xx7.203.153) le 1er novembre 2012 à 10H38

Le principe de précaution voudrait que l’on interdise également tous les écrans de télévision, d’ordinateurs et de consoles de jeux......

Les écrans cathodiques d’ordinateurs, TV et jeux vidéo présentent-ils un risque pour votre santé ? Radiations électro-magnétiques pulsées des écrans cathodiques

Le fonctionnement des écrans de télévision, d’ordinateurs et des jeux vidéo est basé sur le même principe : à l’image d’un fin jet d’eau projeté sur un mur, un faisceau d’électrons accélérés balaye la surface fluorescente de l’écran où il dessine, point par point, une image lumineuse. Cela ne poserait pas de problème si l’énergie des électrons se limitait à fournir l’image. En réalité une partie de cette énergie s’échappe sous forme de champs de radiations à fréquences variées, notamment des fréquences basses et extrêmement basses (connues plus communément par leur acronyme anglais VLF - Very Low Frequency - et ELF - Extremely Low Frequency).

En effet, le spot d’électrons qui balaie l’écran engendre ce que les scientifiques appellent des REMP (Radiations Electro-Magnétiques Pulsées) qui, à courte distance, perturbent l’équilibre des cellules vivantes. Les effets nocifs ont été constatés tout autour de l’écran et particulièrement dans une zone de 110° devant et derrière le tube image, effets qui persistent plusieurs heures après l’extinction de l’écran (ordinateur ou télévision).

Or, la sensibilité des appareils de mesure issus de la technologie actuelle est considérablement inférieure à celle des cellules vivantes (une différence de 10-9, c’est-à-dire un facteur d’un milliard). Dès 1991, le Professeur Carl Blackman (USA) demandait la reconnaissance des résultats obtenus sur “modèles biologiques”, les seuls à être assez sensibles pour démontrer la nocivité des REMP produites par les écrans cathodiques sur les êtres vivants.

Devons-nous nous protéger des écrans d’ordinateurs et de télévision ?

Médecins, scientifiques, politiciens, enseignants et parents s’inquiètent aujourd’hui du rôle majeur joué par les écrans cathodiques dans notre environnement quotidien, tout particulièrement à l’égard des enfants. Nous vivons à l’ère des satellites, des téléphones portatifs et des réseaux de cables où l’ordinateur est roi. Malgré la popularité toujours croissante de l’Internet, de plus en plus accessible par de plus en plus de couches de la population, et malgré les risques corollaires des écrans à tubes cathodiques reconnus par les scientifiques, le fait qu’ils puissent être la source d’effets nocifs pour la santé n’est que rarement mentionné, et le plus souvent simplement ignoré.

Et vous ? Si vous travaillez face à un écran d’ordinateur, si vous regardez souvent la télévision (ou si vous laissez vos enfants passer de longues heures à regarder la télévision et à jouer à des jeux vidéos), et si certains des symptomes mentionnés ci-dessus vous semblent familiers, EMF-Bioshield® est la solution qui vous permettra de vous protéger. En effet, il vous faut savoir que : 1. Les radiations électromagnétiques pulsées (REMP) des tubes cathodiques traversent absolument tout : parois, plomb, corps humain, filtres d’écran, etc. 2. Un écran cathodique irradie jusqu’à 8 fois sa diagonale, plus fortement dans un cône de 110° devant et derrière l’écran. Cela signifie que si vous faites face à votre propre ordinateur et que celui d’un de vos collègues est placé directement derrière vous, vous êtes irradié des deux côtés. 3. Un écran allumé et ensuite éteint peut irradier encore pendant plusieurs heures, même si l’on retire la prise de courant. 4. De ce fait, il est fortement recommandé de ne pas placer un écran non protégé dans une chambre à coucher, une chambre d’enfant, un lieu de travail, un véhicule, derrière une paroi où se trouve un lit ou un bureau, un lieu de séjour, une chambre d’hôpital, etc. 5. Dans tous les cas ci-dessus, la meilleure solution à tous égards (santé et économie) est de vous protéger en installant le système EMF-Bioshield® sur chaque écran (ordinateur et télévision) à votre domicile ou au bureau.

Dans les années 50, le souci principal de nombreux couples éait de ne pas avoir trop d’enfants. Aujourd’hui, de nombreux couples font face au problème inverse parce qu’ils ne peuvent pas concevoir. L’une des raisons de ce drame pourrait bien être liée à une exposition quotidienne excessive aux REMP créées par les écrans des ordinateurs et des postes de télévision.

Les preuves scientifiques

En 1984, les professeurs Johansson et Aronsson (Suède) ont démontré qu’après 4 heures passées devant un écran allumé, la courbe normale d’excrétion d’adrénaline (hormone de stress) s’inverse chez l’humain adulte. Tout se passe comme si le corps retient son adrénaline pour tenter de faire face à l’agression des REMP. Ces chercheurs ont donc découvert que l’utilisateur d’écran est placé “sous stress” dès la moité de la journée, sans compter les dérèglements hormonaux découlant de la saturation d’adrénaline. Ces travaux avaient été publiés par l’Organization Mondiale de la Santé (OMS) en 1987 déjà.

En 1986, le professeur Mikolajczyk (Pologne) démontra que le personnel féminin de la compagnie aérienne polonaise LOT exposé aux REMP des terminaux d’ordinateurs souffrait d’un accroissement de 125% de fausses couches comparé au personnel féminin non exposé aux rayonnements des écrans d’ordinateurs.

En 1988 le magazine français Le Point publia un article sur les travaux du Dr. Marilyn Goldhaber, de l’Institut Kaiser Permanente en Californie. Dans sa recherche, elle suivit 1.783 femmes pendant 3 ans et constata une augmentation de 100% de fausses couches chez celles qui passaient plus de 20 heures par semaine devant un écran d’ordinateur ou de télévision. L’article ajoutait que leurs enfants souffraient de 40% de défauts génétiques de plus que la moyenne “normale” des personnes ne travaillant pas devant un écran.

En juillet 1990, le magazine américain Macworld publia 19 pages sur le sujet des REMP émis par les écrans à tubes cathodiques dans deux articles : “Votre ordinateur est-il en train de vous tuer ?”, et “Les dangers des champs magnétiques”.

En août 1998, un groupe de chercheurs à l’Institut National de l’Environnement et de la Santé (NIEH en anglais, USA) étudia les effets sur la santé des champs électromagnétiques à très basses fréquences (PEMR ELF/VLF 50/60 Hz) sur demande du Congrès américain. Leur conclusion est qu’il s’agissait là d’une cause possible d’effets cancérigènes sur les êtres humains.

Quelles sont les responsabilités ?

Même si le public ne mesure pas encore l’ampleur du problème, les compagnies d’assurance, elles, ont bien compris l’urgence de la situation face aux champs électromagnétiques et ont d’ores et déjà pris certaines mesures pour se protéger contre de futures plaintes et contre des conséquences juridiques.

En 1997, la Suisse de Ré, le premier réassureur mondial, a édité une plaquette de 40 pages intitulée Les Champs Electromagnétiques, un risque fantôme”. Des extraits tirés de cette publication donnent une idée de la position des assureurs et des assurés pour ce qui est de la responsabilité civile des employeurs : “On soupçonne le brouillard électronique (nommé parfois electrosmog) de provoquer ou de favoriser le cancer ou d’autres maladies. Mais la plupart des gens estiment que les producteurs d’électricité ou d’appareils électriques ne pourront être déclarés responsables tant que l’on n’aura pas scientifiquement établi un lien de causalité direct, à savoir la preuve que les champs électromagnétiques (CEM) de faible intensité ont une incidence néfaste sur l’organisme humain. La présente publication débouche sur la conclusion opposée. Elle montre que l’on doit dès à présent s’attendre, sur la base des connaissances actuelles, à ce que les juges tranchent en faveur des requérants” [p. 4] “Si ces intérêts triomphent, les plaintes en responsabilité civile - en cours ou à venir - du fait des CEM pourraient se terminer favorablement pour les requérants et avoir des conséquences fatales pour les assurances. Il faut déjà s’attendre à des coûts de défense faramineux.” [p. 5] “Concrètement, les assureurs doivent s’efforcer de maîtriser les risques qui résultent du passé et concevoir, de façon créative et concertée, la maîtrise des risques responsabilité civile à venir. La première et la plus urgente des mesures à prendre est de limiter ses propres sinistres. Cela signifie, pour l’assureur, qu’il doit revoir les contrats existants. ” [p. 36] “Il serait bon que, de leur côté, les industriels comprennent que les assureurs ne peuvent pas assumer n’importe quel risque.” [p. 37]

Une protection fiable existe Le système de protection EMF-Bioshield® a été mis au point après de nombreuses années de travail et de recherche sur la sensibilité de modèles biologiques exposés aux REMP. En couronnement de dix ans de recherches, EMF-Bioshield® est aujourd’hui le seul système de protection au monde qui bénéficie de 46 communications scientifiques publiées par les comités de sélection de 16 congrès scientifiques et médicaux internationaux majeurs. De plus, EMF-Biohield® est le seul système de protection dont le fabricant a reçu la qualification ISO 9001 : 2000 pour ses recherches, développement, production et innovations technologiques. Ce dernier a en outre été retenu comme exposant sélectionné dans le Pavillon Suisse du Salon International “TELECOM ITU Genève 2003”. Le système EMF-Bioshield®, composé de deux mini-sphères de polypropylène blanches à coller sur le cadre de l’écran, utilise les propriétés de résonance électro-magnétique d’oxydes de terres rares (lanthanides, masses 58 à 71 du tableau de Mendeleiev). Comme en acoustique, où il est aisé de créer du silence en recyclant les mêmes sons à annuler, inversés en phase, les éléments contenus dans les mini-sphères EMF-Bioshield® opposent aux fréquences biologiquement nocives des fréquences de même forme et amplitude, également inversées en phase. Le résultat est ce que l’on appelle une résonance à contre-phase qui élimine toute nocivité biologique. EMF-Bioshield® est ainsi le seul système de protection agissant d’une manière globale, garantissant la sécurité des utilisateurs d’écrans en entreprise et dans les familles, quels que soient l’emplacement et la taille de l’écran.

votez :
(IP:xxx.xx1.27.211) le 1er novembre 2012 à 15H15

@(IP:xxx.xx7.203.153) le 1er novembre 2012 à 10H38 : Mais, nous sommes sur le sujet des risques importants pour nous, selon les médias, des OMG.

On veut des études sérieuses sur ces nouveaux procédés. Des études dans le temps, DONC sur trois générations puisque c’est ce que nos scientifiques ont découvert pour au moins un "petit médicament" considéré comme anodin puisque prescrit jusqu’à pour vérifier si une dame était enceinte. La toxicité peut passer une génération . Normalement, un toxicologue devrait pouvoir confirmer.="PRIONS".

Des études sérieuses de transmissions entre espèces seraient pour le moins indispensables aussi. . Un gène entre dans au moins cinq fonctions dans un organisme...et les gènes se modifient durant une vie. Dans une vie naturelle et normale, rien n’est fixe donc. Tout semble en équilibre harmonieux mais vital avec l’environnement.Nous avons des gènes semblables au blé fut la grande surprise des années 1990...et nous nous permettons de modifier sans vérification des conséquences des gènes !!! Pourtant, si l’on sème des graines de plantes d’un autre continent, le phénotype de certaines plantes change en quelques années et le changement semble persister. Les insectes associés n’ont plus qu’à disparaître....L’étude de la toxicité passe aussi par ces résultats scandaleux de bien tristes décideurs.

Nous ne connaissons pas toutes les fonctions de nos gènes et loin de là...Nous ne désirons pas découvrir des fonctions au prix de la disparition d’un certain nombre d’entre nous comme pour les prions de la vache folle....Même si dans ce cas, seule la prière a pu en soulager certains.

votez :
(IP:xxx.xx7.203.153) le 1er novembre 2012 à 17H46

"un "petit médicament" considéré comme anodin puisque prescrit jusqu’à pour vérifier si une dame était enceinte"

>>> FAUX ! Le diéthylstilbestrol était prescrit aux femmes enceintes présentant une menace de fausse couche !! Donc la"dame" était déjà enceinte.....

"La toxicité peut passer une génération"

>>> FAUX !Les enfants (surtout les filles) des femmes ayant reçu du diéthylstilbestrol ont présenté des anomalies génitales puis ultérieurement des cancers génitaux.Puis les enfants de ces filles (enfin, celles qui ont pu en avoir) ont également présenté les mêmes anomalies. Il n’y a pas eu de "générations sautées"....Hélas !

votez :
(IP:xxx.xx7.203.153) le 1er novembre 2012 à 17H50

"....Même si dans ce cas, seule la prière a pu en soulager certains."

>>> C’est certainement pour cela que les agents de l’Encéphalopathie Spongiforme Bovine (ESB) a été baptisé PRIONS..............

Je ne sais pas comment on aurait pu les appeler si au lieu d’utiliser la prière dans le soulagement des malades atteints on avait utilisé l’imposition des mains !!!!!

votez :
(IP:xxx.xx1.27.211) le 2 novembre 2012 à 07H07

@(IP:xxx.xx7.203.153) le 1er novembre 2012 à 17H50 : Pour le moment de récréation, "Je ne sais pas comment on aurait pu les appeler si au lieu d’utiliser la prière dans le soulagement des malades atteints on avait utilisé l’imposition des mains !!!!!"....Je ne vous prends pas au mot ! Votre affirmation sur les suites "générationnelles" de cette saloperie de médicament qui ne peut apparemment que faire intervenir la génétique me trouble trop.

Pourtant, il devrait y avoir 30 à 40% de résultat positif si on faisait une étude sérieuse de double aveugle contre placebo...Si nos administratifs se remettaient au travail comme avant les années 1975....Qui donc d’autre que des fonctionnaires pourraient faire ce genre d’expérience au prix annoncé de ce genre de recherche ??? et au résultat qui semble prédit par vous même...MAIS, Si nous n’étions pas que de la matière ?...Les plantes communiquent bien parfois entre elles.

votez :
(IP:xxx.xx7.75.53) le 5 novembre 2012 à 17H15

(IP:xxx.xx1.27.211) le 2 novembre 2012 à 07H07

"....Si nos administratifs se remettaient au travail comme avant les années 1975...."

===> Vous voulez sans doute parler de ceux qui ont autorisé la mise sur le marché du Distilbène et de la thalidomide ???

votez :
(IP:xxx.xx1.27.211) le 2 novembre 2012 à 07H19

@(IP:xxx.xx7.203.153) le 1er novembre 2012 à 17H50 : A votre dernier faux, je dis VRAI. Des filles de dames qui ont pris ce petit médicament ont pu passer à coté. Il y a donc eu une génération qui a échappé PARFOIS au massacre de ce petit médicament.

Ceci me parait bien naturel et suit bien les observations des décalages de chiffres de DL100 par rapport aux chiffres des DL50. Nous ne sommes pas tous pareils. La mise en pratique, lors d’exécution aux USA, des connaissances des toxicologues sur la DL 100 a indiqué qu’une heure après l’injection, il vivait encore !

VOUS SEMBLEZ en accord avec moi par votre écrit. Aucun humain ne peut penser connaitre quelque chose dans les transmissions de gènes.. puisque ce fait se constate mais s’explique en invoquant l’ignorance dans les cours. Je ne connais pas le pourcentage de filles avec anomalies génitales avec cancer mais je crois volontiers cette horreur.

Nous, le petit peuple, avons raison de craindre le manque de sérieux dans les expérimentations préalables d’innocuité de l’utilisation des OGM.

Je peux ajouter que ’le petit médicament’ fut "aussi" prescrit pour "vérification de suites de copulation" donc bien avant que les dames enceintes ne présentent une menace de fausse couche. Le nombre de boites vendues par mois semble indiquer qu’il a du y avoir une déviance de prescription ou quelque chose comme cela.

votez :
(IP:xxx.xx7.203.153) le 3 novembre 2012 à 10H39

(IP:xxx.xx1.27.211)

@(IP:xxx.xx7.203.153) le 1er novembre 2012 à 17H50 : A votre dernier faux, je dis VRAI. Des filles de dames qui ont pris ce petit médicament ont pu passer à coté. Il y a donc eu une génération qui a échappé PARFOIS au massacre de ce petit médicament.

===> FAUX !! Parmi les femmes ayant reçu du DES au cours de leurs grossesses, tous leurs enfants (garçons et filles) n’ont pas présenté d’anomalies (malformations et cancers génitaux). La situation est la même pour les enfants de cette 1ère générations. Donc dans chaque génération il y a eu des personnes atteintes et d’autres sont restées indemnes !! Mais aucune génération est restée totalement indemne donc les effets du DES n’ont pas SAUTE une génération !! Vous le dites vous-même :" nous ne sommes pas tous pareils"..... Ceci est clairement documenté dans la littérature scientifique disponible avec un petit effort de recherche.

votez :
(IP:xxx.xx7.203.153) le 4 novembre 2012 à 16H59

@ (IP:xxx.xx1.27.211) le 2 novembre 2012 à 07H19

".....le petit médicament’ fut "aussi" prescrit pour "vérification de suites de copulation" donc bien avant que les dames enceintes ne présentent une menace de fausse couche....."

===> Encore une fois c’est FAUX !! Le diéthylstilbestrol est une molécule dotée d’une forte activité oestrogènique. Elle n’a jamais été indiquée comme " test de diagnostic de grossesse". On se demande d’ailleurs bien par quel mécanisme l’administration par voie orale d’oestrogènes mettrait en évidence précoce l’absence ou l’existence d’une grossesse.....

" Le nombre de boites vendues par mois semble indiquer qu’il a du y avoir une déviance de prescription ou quelque chose comme cela."

===> Ainsi votre critère pour déterminer si oui ou non les indications d’un médicament ont été respectées ou bien si une utilisation non autorisée a eu lieu, est le "nombre d’emballages vendus".....C’est vraiment du n’importe quoi !

universcience

Distilbène : les méfaits d’un médicament miracle Un médicament commercialisé dans les années 1950 pour lutter contre les fausses couches va brutalement passer, après plusieurs décennies de prescription, du statut de pilule miracle à celui de médicament catastrophe. Connue sous le nom de « L’affaire du Distilbène », cette histoire est loin d’être achevée...

Par Paloma Bertrand, le 18/10/2010

Le premier œstrogène artificiel

À la fin des années 1930, lorsque Charles Dodds, chimiste anglais, conçoit le premier œstrogène de synthèse, le diéthylstilbestrol (DES), la molécule donne de grands espoirs. Cinq fois plus puissante qu’un œstrogène naturel, peu coûteuse à fabriquer (Dodds, philanthrope ne déposera pas de brevet sur son invention), elle fera figure de pilule miracle : prescrite aux femmes enceintes, elle permettrait d’éviter les 15 à 25% de fausses couches enregistrées chaque année.

C’est en tout cas la thèse échafaudée dix ans plus tard par un biologiste américain, OW Smith¹. Constatant une baisse du taux d’œstrogène dans les urines des femmes enceintes juste avant une fausse couche, il pose un diagnostic : cette baisse des œstrogènes est responsable de l’arrêt de la grossesse. Il préconise donc d’administrer du DES à toute femme rencontrant des difficultés, quelles qu’elles soient, pendant toute la gestation, afin de créer un « environnement maternel » optimal pour l’enfant à naître. Des centaines de firmes pharmaceutiques s’emparent alors du DES et le commercialisent dans la plupart des pays développés. Aux États-Unis, 4 millions de femmes seront ainsi traitées, de la fin des années 1940 jusqu’en 1971. En France, les comprimés roses ou verts, vendus sous le nom de Distilbène®, seront prescrits à 200 000 femmes des années 1950 jusqu’en 1977..................etc....

===> Cà fait environ 7400 boites par an !

votez :
(IP:xxx.xx3.69.139) le 8 novembre 2012 à 09H10

@(IP:xxx.xx7.203.153) le 4 novembre 2012 à 16H59 : Et bien allez vérifier les propriétés des oestrogènes sur internet si vous le voulez bien.

Vous comprendrez et vos erreurs de calculs en faisant des moyennes surtout sur un produit peu couteux et les errances d’utilisation d’un ’petit médicament’ qui ont existées surtout en ces années très ""difficiles"" ....

Peut être même qu’il existe encore des livres où étaient répertoriés la totalité des prescriptions de certains médicaments dans les annnées 1975-1977 ??? ALORS, on fait le calcul "x" boites pour une pharmacie pour un mois, donc pour un an....donc, il y a plusieurs pharmacie en France...BEN, ça ferait un peu plus de boites vendues. Les inspecteurs de ces livres de l’époque doivent être en retraite actuellement.

Pour le : " n’importe quoi" de mon critère de nombre de boites vendues, je crois qu’il devrait au contraire être retenu beaucoup plus souvent pour découvrir les grandes invraisemblances. Il pourrait être comparé avec celui des pays voisins par exemple...à très peu de frais, puisque les distributeurs de médicaments possèdent des ordinateurs...

votez :
(IP:xxx.xx7.75.53) le 8 novembre 2012 à 18H07

(IP:xxx.xx3.69.139) le 8 novembre 2012 à 09H10

@(IP:xxx.xx7.203.153) le 4 novembre 2012 à 16H59 : Et bien allez vérifier les propriétés des oestrogènes sur internet si vous le voulez bien.

===> Quand vous aurez travaillé autant que moi sur les effets des oestrogènes, vous pourrez vous permettre de me donner des conseils sur ce sujet..... Je persiste à affirmer que le DES n’a jamais été utilisé comme "test de grossese". Si vous avez des élements de preuve du contraire, fournissez les et expliquez donc le mécanisme d’action d’un tel test à base d’administration orale d’oestrogènes puissants tel que le DES.

"""Vous comprendrez et vos erreurs de calculs en faisant des moyennes surtout sur un produit peu couteux et les errances d’utilisation d’un ’petit médicament’ qui ont existées surtout en ces années très ""difficiles"" ...".

===> Fournissez donc les preuves de ce que vous avancez, sinon vous ne faites que mentir,délirer et prendre vos délires pour la réalité. Quelles "années difficiles ? Les années 1970 ? N’importe quoi !

"Peut être même qu’il existe encore des livres où étaient répertoriés la totalité des prescriptions de certains médicaments dans les annnées 1975-1977 ??? ALORS, on fait le calcul "x" boites pour une pharmacie pour un mois, donc pour un an....donc, il y a plusieurs pharmacie en France...BEN, ça ferait un peu plus de boites vendues. Les inspecteurs de ces livres de l’époque doivent être en retraite actuellement"

=== C’est vraiment ce qui s’apelle faire des comptes d’apothicaire !! Cà ne tient pas debout, c’est du niveau de la confusion mentale.

votez :
(IP:xxx.xx3.197.30) le 27 novembre 2012 à 08H13

@(IP:xxx.xx7.75.53) le 8 novembre 2012 à 18H07 : ""=== C’est vraiment ce qui s’apelle faire des comptes d’apothicaire !! Cà ne tient pas debout, c’est du niveau de la confusion mentale."" Tiens, tiens,....Vous arrivez à l’injure personnelle...tiens, tiens !!! Alors le nombre de ces boites, on vérifie dans ces livres d’apothicaire moderne ???

Vous avez peut être travaillé sur les effets des oestrogènes mais certainement pas sur leur utilisation....Un peu comme ceux qui travaillent sur les OGM mais sans en apprécier les conséquences...qui pourraient donner la très fameuse phrase : " On savait pas"....ou bien "Responsable mais pas coupable"..."On ne voulait pas tuer"...

Voilà ce que nous le petit peuple voulons éviter si cela est encore possible .

votez :
(IP:xxx.xx7.75.53) le 5 novembre 2012 à 11H18

(IP:xxx.xx1.27.211) le 2 novembre 2012 à 07H19

"... Aucun humain ne peut penser connaitre quelque chose dans les transmissions de gènes."

°°°°° Ben voyons !! Tous cons et malhonnêtes ! Sauf vous évidemment !

votez :
(IP:xxx.xx3.69.139) le 8 novembre 2012 à 08H36

@(IP:xxx.xx7.75.53) le 5 novembre 2012 à 11H18 : J’ai bien écrit "AUCUN" humain ne peut penser connaitre quelque chose dans les transmissions de gènes.

Je suis donc dans les aucuns sauf si vous m’excluez des êtres humains....

Je comprends très bien que les conséquences des "erreurs" se feront voir dans plusieurs dizaines d’années et qu’un sentiment d’impunité règne.

votez :
par Luke Branch (IP:xxx.xx0.51.172) le 21 novembre 2012 à 10H13

Je te remercie pour ce sujet. Agréable à lire je vous le dis avec sincérité .

materiel camping tante pas cher
votez :
(IP:xxx.xx3.92.53) le 24 novembre 2012 à 10H55

"Le Dr Lacaze remercie Gilles-éric Séralini et son équipe d’avoir réalisé cette étude dans des conditions invraisemblables et pour lui, une page est tournée, une voie est ouverte et il faut en profiter !"

Drôle d’oiseau quand même le bon docteur !! Son discours est un petit peu orienté et fortement teinté de rouge vif ce n’est pas et de loin une preuve d’objectivité, d’impartialité et d’honnêteté intellectuelle, sans parler d’un manque évident d’expérience dans le domaine de la toxicologie expérimentale... Cà fait beaucoup pour un seul homme !

http://eldiablo over-blog org/article lievin pas de calais le docteur jacques lacaze explique pourquoi il demissionne du conseil municipal 100004111 html

Jeudi 23 février 2012

- Communauté : Les blogs républicains

Liévin (Pas-de-Calais) : Le Docteur Jacques Lacaze explique pourquoi il démissionne du conseil municipal

Lettre du Docteur Jacques Lacaze adressé à : Monsieur Jean Pierre Kucheida Maire de Liévin

Liévin le 20 février 2012.

Monsieur le Maire, Par la présente, je confirme mon courrier du 8 février 2012 par lequel je vous faisais part de ma décision de démissionner du conseil municipal de Liévin, en ajoutant que je souhaite que cette démission prenne effet le 1ermars prochain. Il importe de dire pourquoi. Sur ma vision de la situation. En quelques mots, la situation de crise du capitalisme mondial que nous traversons, n’a pas de solution dans l’action sur les mécanismes de ce système, qu’un certain Karl Marx a mis parfaitement à jour. Le cas de ce qui arrive en Grèce, au grand peuple Grec, est une démonstration quasi parfaite. Les solutions proposées échouent les unes après les autres, mais plongent ce peuple dans une misère seulement connue en temps de guerre. La même situation est à nos portes. Très brutalement, nous courrons le risque de connaître des situations ubuesques, comme en Espagne où le bâtiment s’est arrêté brutalement laissant des chantiers désertés et partout des mal logés et des sans abris. En France c’est la classique campagne concernant les sans abris quand le thermomètre baisse trop. Ils sont ensuite tout aussi rapidement rendus à la rue. Votre parti, le Parti Socialiste, propose lui aussi, comme les partis dits de droite et les maîtres du grand capital, des solutions dans le cadre exclusif de ce capitalisme. Je pense que vous êtes en pointe dans la mise en place de ces solutions « social-démocrates » avec votre projet d’europole centrée sur Lens et basée sur le tertiaire, le Louvre Lens, le stade couvert et le RCL, avec en prime une liaison rapide vers Lille métropole et un tramway qui traversera d’est en ouest (l’ex) bassin minier. Je l’ai déclaré à la réunion du conseil municipal du 1erfévrier, sans une forte politique de ré industrialisation, d’augmentation généralisé et forte des salaires qu’ils soient directs ou indirects sous forme de cotisations sociales, notre région est condamnée à végéter et à la misère. Ce montage, manifestement pensé et mis en pratique de très longue main ne résistera pas à la crise économique du capitalisme qui ne fait que démarrer et qui s’annonce comme un tsunami. Il n’y a qu’une seule solution à cette situation : un changement radical de société basé sur l’expropriation des grands secteurs capitalistes, la sortie de l’Europe construite par les traités de Maastricht, de Lisbonne etc …. au seul profit de la grande finance et accompagnés d’une inféodation à l’Allemagne. Ce changement passe par la satisfaction des revendications basées sur les besoins réels d’aujourd’hui, des classes populaires, mais aussi l’arrêt du pressurage des classes moyennes, par la minuscule couche de privilégiés qui possèdent tout en France et dont le président actuel est le sinistre fondé de pouvoir. Ce personnage est très intéressé quand on prend connaissance des cadeaux fabuleux qu’il a réservé à sa famille et ses proches. C’est dire que la voie de la démocratie représentative est une voie en impasse. Un observateur un tant soit peu attentif peut constater au fil des temps les glissements de cette réelle avancée qu’a été le droit de vote accordé aux hommes, puis aux femmes à l’issue de la deuxième guerre mondiale, vers une foire électorale où l’argent est roi. Seuls les partis et les personnalités ayant de l’argent – plus ou moins bien acquis - peuvent prétendre bénéficier de cette démocratie. C’est dire que non seulement les revendications populaires passent par la trappe, mais les travailleurs sont invités à travailler plus pour gagner moins. L’observation de l’évolution du vote populaire est l’illustration flagrante du désintérêt que provoque cette solution. Notre droit de vote, fondamental dans notre culture politique, doit passer par la démocratie participative, avec possibilité de destituer les élus, la participation des citoyens à tous les niveaux de décisions concernant notre vie, et pas seulement, Monsieur le Maire, ceux concernant la largeur d’un trottoir ou la couleur d’une façade, mais bien les orientations sur l’aménagement du territoire, sur l’économie, les loisirs, quelle éducation donner à nos enfants etc. Voyez- vous, si j’ai un reproche majeur à faire à l’expérience dite socialiste de l’URSS, c’est bien d’avoir voulu apporter le bonheur au peuple sans trop se soucier de son avis, ce que d’ailleurs, vous et les maires et autres grands élus font quotidiennement, tant il est vrai que les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent, et qu’on remarque plus facilement la paille dans l’œil du voisin que la poutre qui encombre le sien. Les travailleurs savent que rien ne leur a été donnéni par TOUS les gouvernants qui se sont succédé à la tête de la France, ni par le patronat. TOUS les DROITS sociaux ont été acquis de très dures luttes, y compris le droit d’exister pour les syndicats ouvriers. Le gouvernement de Léon Blum de 1936 n’avait pas les congés payés, ni l’ensemble des revendications de la classe ouvrière à son programme, mais l’immense et glorieuse grève de 36 l’a obligé à mettre en place ces fameuses lois, ces incroyables avancées sociales. C’est une question qui me tient à cœur. Mon père, chassé de son village natal du Lot par la fin d’une économie rurale, s’est retrouvé à Toulouse, comme beaucoup de personnes issues de ces terres qui ont été riches. Il s’est retrouvé comme ouvrier à Latécoère. Cette usine, qui fabriquait et entretenait les avions des Mermoz, et autre Saint-Exupéry, a été la deuxième à se mettre en grève avec occupation des locaux en France après l’usine d’aviation de Nantes. Mon père faisait partie de la direction de la CGT fraîchement réunifiée. Il m’a expliqué : « Nous nous sommes réunis dans un terrain vague, à l’abri des regards. Nous avons voté la grève à l’unanimité puis nous sommes allés dans les travées en appelant à la grève et à sortir de l’usine. L’assemblée générale qui s’est aussitôt réunie a voté la grève et l’occupation de l’usine ». Je rappelle qu’à l’époque, les responsables syndicaux risquaient la prison voire le bagne. Dans les années qui ont suivi, beaucoup de ces responsables ont été emprisonnés, déportés, assassinés. En ce qui me concerne, j’ai une expérience personnelle : celle de mai-juin 68. J’ai participé à la révolte étudiante très activement, puis dès le lendemain du 13 mai, comme beaucoup, j’ai entraîné plusieurs dizaines d’étudiants à la porte des usines, des entreprises, des puits de mine avec l’idée qu’il fallait construire à travers l’union de la jeunesse et de la classe ouvrière l’unité populaire capable de changer de société. Nous nous sommes heurtés à l’hostilité agissante du pouvoir gaulliste et de la direction de la CGT et du PCF. On n’a voulu retenir du 68 étudiant que quelques noms qui sont restés dans l’actualité mais pas du côté du peuple. Et le résultat ne s’est pas fait attendre, dès juin, De Gaulle a réussi à imposer des élections qui ont envoyé à l’Assemblée Nationale une majorité de droite « introuvable » la plus à droite que la France ait connue dans son histoire. Ces derniers mois, en Tunisie, en Egypte, nous avons assisté au même scénario. Le peuple de mon pays a fait depuis cette époque, la dure expérience de la fin des 30 glorieuses et de l’importation du néolibéralisme, théorisé par les « Chicago boys », expérimenté au Chili de Pinochet dans le sang et la terreur, téléguidé par l’administration des Etats Unis d’Amérique, puis généralisé par Thatcher et Reagan. Et je dois constater que le PS au pouvoir, a apporté une contribution active à cette voie anti-populaire en particulier sous le gouvernement Jospin. Ce gouvernement a privatisé à tout va, plus que la droite, ce qui soit dit au passage, a donné à l’économie française un petit ballon d’oxygène, que les travailleurs paient lourdement depuis et dont vous vous êtes servi pour montrer par une courbe que c’était moins mal sous ce gouvernement de gauche. Je n’oublie pas non plus – entre autre - les stocks options de Monsieur Fabius qui ont accompagné beaucoup d’autres cadeaux aux riches. Et surtout, je n’oublie pas que les salariés de ce pays payent l’addition depuis. Bref aujourd’hui, c’est clair pour moi, il n’y a aucune solution du côté de cette démocratie représentative. On se fait élire sur la base de promesses, qu’on s’empresse d’oublier, pour fonctionner de façon autocratique, à tous les échelons de notre pays. Je n’ai pas souvenance que vous ayez proposé la création d’une europole Lens-Artois aux électeurs, mais on peut se tromper. Aujourd’hui, comme en Grèce, au Portugal, en Espagne, c’est au peuple de trancher, mais dans la lutte et dans la rue. C’est dans ce sens que je vais continuer à me mobiliser. Il en va de l’avenir de notre peuple, de notre pays et sans doute de l’humanité quand on examine de façon objective la politique menée aujourd’hui par les USA et l’Union Européenne au Moyen-Orient. Comme vous l’aviez dit publiquement à propos de l’invasion de l’Irak par les troupes des Etats Unis : « ça sent le pétrole ». Cette forte odeur est toujours là et même de plus en plus. L’histoire nous réserve des surprises imprévisibles. Rêvons : et si ces élections, comme en 36 permettaient au peuple de France de penser : « c’est le moment, allons plus loin, comme en 36 ! » Rien n’est gravé dans le marbre, pas plus les faits historiques que les trajectoires personnelles. Cordialement à vous. Docteur Jacques Lacaze

votez :
par arrière (IP:xxx.xx3.92.53) le 25 novembre 2012 à 11H05

@ (IP:xxx.xx3.92.53) le 24 novembre 2012 à 10H55

"Le Dr Lacaze remercie Gilles-éric Séralini et son équipe d’avoir réalisé cette étude dans des conditions invraisemblables et pour lui, une page est tournée, une voie est ouverte et il faut en profiter !"

Drôle d’oiseau quand même le bon docteur !! Son discours est un petit peu orienté et fortement teinté de rouge vif ce n’est pas et de loin une preuve d’objectivité, d’impartialité et d’honnêteté intellectuelle, sans parler d’un manque évident d’expérience dans le domaine de la toxicologie expérimentale... Cà fait beaucoup pour un seul homme !

Sans oublier son apologie dithyrambique du Front populaire et de Mai ’68, tout çà sur des arrière pensées remontant à 1917 et avant et dont on connaît les résultats mirobolants en moins d’un siècle et en plusieurs millions de morts.....Merci docteur Jacques Lacaze !!

votez :
(IP:xxx.xx7.200.138) le 27 novembre 2012 à 17H12

"Le Dr Lacaze remercie Gilles-éric Séralini et son équipe d’avoir réalisé cette étude dans des conditions invraisemblables et pour lui, une page est tournée, une voie est ouverte et il faut en profiter !"

On se sent tout de suite rassuré et très honoré lorsque on reçoit le soutien de quelqu’un qui défend des idées nouvelles comme le Dr Lacaze, n’est-ce pas Dr Séralini et son équipe !! Quand on a des amis comme le Dr Lacaze, on devrait se méfier !

votez :
(IP:xxx.xx1.7.249) le 23 février 2013 à 09H55

Tiens donc..."on dirait" que dans l’académie des sciences, certains académiciens acceptent tout à fait l’étude de Gilles-éric Séralini et son équipe !....TIENS !!! TIENS !!!

Alors, après une étude sérieuse, il en est, parmi les académiciens, qui écrivent : " « Je puis confirmer l’existence de différences statistiquement significatives pour d’autres données d’observation que les comptages ».". Le sérieux scientifique de l’étude sur les OGM, de Gilles-éric Séralini et son équipe, serait donc confirmée par des sciientifiques !

Encore une fois, Madame Simon, nous a informé correctement. Alors, pourquoi ne remet -t-on pas en cause ces ruineurs de notre société et peut être ici ces destructeurs de notre Humanité ?

ET alors aussi, en ce qui concerne nos administrations et ministères, l’immobilisme devant tous ces scandales tend à prouver l’inutilité très couteuse de ces administrations vis à vis de notre sauvegarde.... !!!!

Les Auteurs deSanté
Gilbert Spagnolo dit P@py - 22 articles
Sylvie Simon - 58 articles
Marc Girard - 20 articles
insaecula - 10 articles
çaDérange - 299 articles
Béatrice de Reynal - 209 articles
Koryneva - 1 articles
Biosphère Blog - 57 articles