NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Le principe vaccinal ne relève pas de la science mais de la foi

Article publié le 15 mars 2012

Grâce à la croyance généralisée mais non avérée que les vaccinations suppriment les maladies infectieuses, le dogme vaccinal représente la plus grande tromperie de l’histoire de la médecine. Les seules voix discordantes dans cet enthousiasme général proviennent soit des familles dont un ou plusieurs enfants ont été accidentés ou sont morts après un vaccin, soit des parloirs des tribunaux quand les parents poursuivent, trop souvent en vain, les laboratoires responsables.

Le principe vaccinal ne relève pas de la science mais de la foi

Au cours de certaines conférences et dans les pages de prestigieux journaux médicaux, des médecins et des chercheurs scientifiques risquent leur carrière en dénoncent les effets indésirables de ces produits de consommation courante, et les parents qui accusent les laboratoires d’avoir blessé leur enfant sont confrontés à des « personnalités au-dessus de tout soupçon » qui prétendent qu’il s’agit de pures coïncidences et qu’aucun vaccin n’a jamais fait de mal à personne. Exception faite des victimes, tout le monde les croit car leurs sources sont prétendues officielles.

« Nous n’avons pas perdu la foi, nous l’avons simplement reporté sur les professions médicales », disait de son temps George Bernard Shaw. La foi en cette nouvelle religion n’a pas faibli depuis cette époque, au contraire elle est devenue un véritable fanatisme. On ne réfléchit plus, on « croit ». Et le dogmatisme vaccinal actuel pourrait être comparé aux pratiques de l’Inquisition qui brûlait tout ce qui dépassait son entendement ou pouvait mettre en péril l’hégémonie de l’Église catholique. On pourrait parodier Shaw en disant que « La science est une nouvelle religion et la vaccination est son eau bénite. »

L’arrogance de certains médecins et chercheurs n’est pas surprenante, étant donné le piédestal sur lequel nous les avons placés, créant ainsi une classe d’élite à l’abri de toute contrainte et de toute suspicion. Nous avons naïvement pensé que leurs diplômes garantissaient leur « savoir » et les protégeaient de sentiments mesquins, leur seul but étant d’améliorer la vie d’autrui. Nous avons commis l’erreur de croire qu’ils étaient incapables de mentir et restaient fidèles à leur serment d’Hippocrate. Or, depuis quelques années, les revues médicales les plus sérieuses ont été obligées de démentir des publications qui avaient été accueillies avec le plus grand respect, mais s’étaient ensuite avérées frauduleuses, et il est permis de se demander pourquoi ces fraudes n’ont pas été détectées avant leur publication et pourquoi le grand public les oublie si aisément.

Le Dr Harold C. Sox, rédacteur en chef du journal Annals of Internal Medicine, a analysé cette situation dans son numéro du 18 avril 2006. Lorsqu’un auteur a été accusé d’avoir publié de fausses études, ses pairs examinent rarement ses autres publications, ce qui mène la littérature scientifique à être plus polluée qu’on ne le soupçonne généralement. En outre, les travaux dévalués continuent longtemps, quand ce n’est pas toujours, à être pris en compte et cités en référence. Et chacun répète ce qu’il a entendu comme un perroquet. L’exemple parfait est le mythe de « l’éradication de la variole grâce à la vaccination de masse », alors que l’OMS n’a jamais affirmé une telle contre-vérité, mais tout le monde la reprend sans jamais vérifier les sources.

N’oublions pas que la grande majorité des revues scientifiques bénéficient des annonces publicitaires de l’industrie pharmaceutique, mais aussi de la revente à cette industrie d’articles qu’elles ont déjà publiés. Malheureusement, le consommateur de produits de « santé » ignore tout de ces trafics, comme il ignore que nombre de laboratoires qui ont été condamnés pour « mensonge aggravé » continuent à leur vendre d’autres produits, avec les mêmes garanties de sécurité que celles qui ont mené à des catastrophes sanitaires.

Deux arrêts de la Cour de cassation, en date des 25 février et 14 octobre 1997, ont rappelé le droit à l’information du patient. « Le médecin a la charge de prouver qu’il a bien donné à son patient (ou aux parents si le patient est mineur) une information loyale, claire et appropriée sur les risques des investigations ou soins qu’il lui propose de façon à lui permettre d’y donner un consentement ou un refus éclairé. Ce devoir pèse aussi bien sur le médecin prescripteur que sur celui qui réalise la prescription. »

5116259504_83662f67fa.jpgAvant toute vaccination — acte médical à part entière —, le médecin, comme « celui qui réalise la prescription », est tenu d’informer le patient des complications éventuelles. Mais comment est-ce possible puisque le médecin prescripteur ne connait souvent pas lui-même les risques qu’encourent ses patients, sa formation médicale étant sous la coupe de l’industrie qui s’évertue à le désinformer ? Ceci étant, chaque médecin devrait exiger des fabricants de vaccins la garantie écrite de ces informations qui doivent légalement être objectives, ce qui est loin d’être le cas pour l’instant. D’ailleurs, en cas de litige, les instances de santé nient la plupart du temps des effets qui ont pourtant été signalés par les laboratoires eux-mêmes.

En raison du mode de préparation et de la composition des vaccins, une justice indépendante, qui défendrait la liberté plutôt que l’obligation, pourrait assimiler tout acte vaccinal à la mise en danger d’autrui par exposition de substances toxiques en violation du principe de sécurité. Ainsi, les candidates au vaccin Gardasil ignorent toutes que le conservateur de ce vaccin est le borax (borate de sodium), classé par la réglementation européenne comme toxique depuis le 6 novembre 2008, et dont les emballages doivent légalement porter le logo à tête de mort. A-t-on jamais vu un vaccin avec une tête de mort sur l’emballage ?

Les gouvernements et les élus auront-ils le courage politique de s’émanciper et de poursuivre en justice ceux qui les ont trompés et peut-être corrompus ? C’est la question que les citoyens devraient poser à leur candidat en cette période électorale, plutôt que de laisser ces candidats échapper à ces questions primordiales en occupant l’espace avec le port du voile, le mariage homosexuel, la suppression du mot « mademoiselle » dans le langage officiel, et bien d’autres problèmes mineurs qui ne mettent pas en cause des vies entières et la santé des citoyens.

Devant l’accumulation des preuves de la toxicité des vaccins, il est temps que les agences de sécurité sanitaire des États ou de la Communauté européenne prennent dans les plus brefs délais des mesures respectant enfin les principes de précaution et de sécurité dont on parle tant et qu’on applique si rarement. Un bilan rigoureux de la politique vaccinale devrait également être établi par un collège d’experts indépendants de tout lobby pharmaceutique ou financier. Toutes les complications vaccinales devraient être référencées et chaque dossier analysé en détail. Des recherches sérieuses et véritablement « scientifiques » sur les effets des vaccins et de leurs constituants devraient également être entreprises, comme l’a fait très récemment l’Institut Koch en Allemagne et dont les résultats —affligeants pour les marchands de vaccins — n’ont pas eu droit à une seule ligne dans les grands médias français.

6936821451_6519d423d9.jpgDès l’apparition des préjudices, comme il en est pour les catastrophes, ne devrait-on pas envisager raisonnablement une participation financière de l’État, qui porte une lourde responsabilité dans la survenue des drames personnels et familiaux liés aux vaccinations ? Pour l’instant, seuls les effets secondaires des vaccins obligatoires, et non « fortement recommandés », sont pris en charge par les instances de santé. Pour les autres, les victimes sont confrontées à une Armada d’avocats devant lesquels ils n’ont aucun pouvoir, ni scientifique, ni financier. Quant à la justice, elle devrait pouvoir exercer le droit en toute indépendance, libérée de toute pression ou obstacle à son action. Ainsi, à l’encontre du plaignant, un éventuel lien temporel n’est reconnu que lorsque la complication survient au plus tard quelques semaines après la vaccination et une plainte avec constitution de partie civile déposée plus de trois ans après la date de la vaccination incriminée est systématiquement rejetée. Or, dans la mesure où il est maintenant formellement établi que la myofasciite ou la sclérose en plaques peuvent se manifester plusieurs années après l’injection, la justice et ses experts mandatés ne devraient plus écarter un lien temporel ou une plainte après ce délai de trois ans.

Il est donc grand temps de revoir tout le système vaccinal et de rétablir la justice et la liberté autant que la libre information au sujet des vaccins, au grand dam des laboratoires qui vendent des vaccins comme une lessive, à l’aide d’une publicité honteuse et mensongère.

Comme le disait un pédiatre anglais, « si vous voulez savoir si vous devez vacciner votre enfant, prenez un miroir et approchez-le de sa bouche. Si le miroir se ternit, c’est que l’enfant est en vie. C’est une contre-indication à toute vaccination. »

Source image : http://largument.over-blog.com

Thèmes

Sciences Vaccin Politique sanitaire

Bookmark and Share
26 votes

commentaires
votez :
(IP:xxx.xx2.109.156) le 15 mars 2012 à 17H10

L’étude de l’Institut Koch à laquelle vous faites allusion mentionne pourtant des résultats tout à fait opposés à ce que vous écrivez : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/art...

(On notera au passage qu’en Allemagne seuls 0,7 % des enfants sont non vaccinés, ce que vous vous gardez bien de préciser...)

votez :
par Micka FRENCH (IP:xxx.xx7.50.115) le 15 mars 2012 à 18H08

De l’Ecossaise..

Tu imagines ! Des enfants et petits-enfants de sur-vaccinés, vaccinés à leur tour !

Mes parents faisaient partie de"La Ligue". Ils risquaient cependant AMENDE voire PRISON.

Je n’ai donc reçu AUCUN VACCIN. Heureusement !!!

Micka FRENCH quelque part sur le Web..

votez :
(IP:xxx.xx4.253.4) le 21 mars 2012 à 16H32

A Michka French.

Le tétanos ? De nos jours encore, après plusieurs semaines en réa, parfois on s’en sort, parfois non. A vous de voir...

votez :
par Heios (IP:xxx.xx4.8.244) le 16 mars 2012 à 02H09

Le principe vaccinal qui exaspere le systeme immunitaire n’est pas en lui même dangereux.

Ce sont les exces en tous genres qui le sont. doit on se vacciner pour tout et rien, sachant de plus que les vaccins en eux même comportemt des adjuvants dangereux ? on connait la reponse. Se vacciner contre la fievre jaune en restant en France est une ineptie.

Statistiquement parlant le vaccin est une bonne arme contre certaines maladies et surtout est une alternative entre deux risques. On choisi toujours le moins dangereux.

Rejeter telle quelle la vaccination, c’est a dire jeter le bébe avec l’eau du bain, me parait etre une grave erreur. Cet article est absolument dogmatique, l’auteur ne s’honore pas de l’avoir ecrit, j’espere pour lui que personne dans sa famille n’aura a souffrir d’un manque de vaccination.

votez :
(IP:xxx.xx9.0.213) le 1er avril 2012 à 16H56

@ Heios

"...Cet article est absolument dogmatique, l’auteur ne s’honore pas de l’avoir ecrit..."

==> Ce n’est que l’un parmi beaucoup d’autres des articles qui constituent le fonds de commerce de Mme Sylvie Simon dont les talents s’exercent également dans l’ésotérisme et la voyance....... C’est dire le sérieux de l’affaire !

votez :
(IP:xxx.xx1.146.201) le 3 avril 2012 à 18H41

@(IP:xxx.xx9.0.213) le 1er avril 2012 à 16H56 : Et bien avec les scandales qui succèdent aux scandales...Nous avons découvert que "le sérieux de l’affaire " est et reste du coté de l’auteur. Honte à notre administration qui ne sait pas redresser notre pays et ici, qui ne sait pas redresser le domaine de la santé qui nous coûte si cher pour s’entendre dire très souvent " et bien, on ne peut rien pour votre cas " !

Je rappelle qu’aucun médicament ne dépasse 40% d’effet positif dans les essais en double aveugle !...les vaccins ne semblent pas déroger à ces chiffres.

Une étude très sérieuse pourrait être entreprise, avec de nouvelles très grandes nations, qui ont les moyens financiers de cette exigence. Il faudrait juste virer nos responsables trop incompétents qui ont participé entre autre à l’obligation de la vaccination contre la tuberculose contre l’avis des chercheurs trouveurs des années 1969. L’un d’eux fut même emmené, malgré son âge, par quatre personnes en gabardines beiges avec ceintures à la fin d’un de ses cours...La vérité est enfin venue l’an dernier et la vaccination inutile n’est plus obligatoire !

votez :
(IP:xxx.xx9.7.109) le 6 avril 2012 à 15H07

Je rappelle qu’aucun médicament ne dépasse 40% d’effet positif dans les essais en double aveugle !...les vaccins ne semblent pas déroger à ces chiffres.

+++ Vous avez bien évidemment des élements tangibles pour soutenir votre affirmation concernant les vaccins ou n’est-ce qu’une vue de votre esprit ?......

votez :
(IP:xxx.xx3.71.98) le 10 avril 2012 à 09H32

(IP:xxx.xx9.7.109) le 6 avril 2012 à 15H07 : J’ai écrit ce que j’ai écrit ! Comment voulez-vous avoir un écrit fiable dans notre monde de mensonge ?...Les scandales honteux qui succèdent aux scandales énormes, depuis les années 1985 dans notre monde médical, m’ont obligés à remettre en question la certitude du sérieux des affirmations écrites par ses responsables. Jusqu’en 1981, nous étions au premier rang mondial en invention de médicaments et en fabrication...le mensonge a envahi le monde des soins au moment du sang contaminé vendu aux USA et recueilli gratuitement en France...etc...

Certains ne pouvaient être "vaccinés" de la tuberculose mais ils étaient protégés et le test de vérification de l’efficacité de la vaccination étaient foireux officiellement. + La tuberculose existait surtout dans les pays où l’on vaccinait et avait disparu complètement de pays sans vaccination...mais, j’ai remarqué que le niveau de vie de ces pays était réputé ’élevé’.

ALORS, mon chiffre de 40% environ d’efficacité des vaccins sur un lot de personnes vaccinées se base sur les chiffres d’étude sur les anticorps fabriqués par les organismes...mais, l’efficacité de l’ administration d’un vaccin ne joue-t-elle que sur ces anti-corps ?...Ils semblent l’affirmer...Je n’en plus certain. Par contre, notre pays n’a pas d’épidémie "de ces maladies à vaccins" MAIS l’on ne sait pas si les malades de ces maladies ne sont pas dus justement au maintien de ces vaccins...comme pour la tuberculose et peut être le tétanos dont la vaccination devrait être renouvelée tous les dix ans ....ce qui semble être en train d’être oublié.....et les médecins parfois revaccinent mais avec les ’quatre’ (tétanos, polio, diphtérie, et coqueluche) ...tiens, oui, le vaccin de la coqueluche serait régulièrement "négativé" et il faudrait le renouveler....A moins que ce soit le vaccin qui maintienne la maladie. On lit les deux possibilité dans la littérature médicale selon les pays !

Pourtant, les exercices matinaux de nos grands amis Chinois semblent plus efficaces que nos très coûteuses injections de vaccins ET nos vaccins semblent bien induire des effets secondaires qui se traduisent même par des maladies parfois très coûteuses.

Vous constatez vous même, je suis contre le mensonge qui a envahit nos administrations bien plus que contre le vaccin lui-même (et autres produits) et je crois ne pas être le seul.

votez :
par pseudo1 (IP:xxx.xx0.65.213) le 16 mars 2012 à 02H18

Le principe anti-vaccinal ne relève pas de la science mais de la foi

votez :
(IP:xxx.xx0.175.32) le 16 mars 2012 à 09H23

Il est indispensable de rappeler que chacun a droit à une information libre et éclairée avant tout acte médical .... Concernant la vaccination ,il est indéniable que cette information n’est pas donnée au patient.Pourquoi ? Les laboratoires sont très influents sur le vie politique (voir les médicamenteurs) et donnent souvent des informations biaisées au public ... Tout ceci apporte de la suspicion autour de la vaccination et mérite que chacun s’interroge sur les informations qu’il reçoit .Il convient d’éviter tout dogmatisme dans un sens ou dans l’autre .

votez :
par clostra (IP:xxx.xx2.254.34) le 16 mars 2012 à 09H40

Faut-il le rappeler : seuls trois vaccins sont aujourd’hui "obligatoires" (excepté les contre indications) :

le vaccin contre la diphtérie

le vaccin contre le tétanos

le vaccin contre la polio

le mode de garde "en crèche" peut en exiger d’autres.

L’avantage d’une vaccination naturelle (faire la maladie) est qu’elle est définitive.

Le désavantage de la vaccination "vaccination" est qu’on ne sait pas trop où on va...

votez :
par Micka FRENCH (IP:xxx.xx7.50.115) le 16 mars 2012 à 09H40

Des nouvelles de l’Ecossaise, majeure et vacinée...

A VENDRE : Stock de vacin-Bachelot-H1N1 2011 pas cher. Rabais pour les familles nombreuses... Micka FRENCH surle Web...

votez :
par Micka FRENCH (IP:xxx.xx7.50.115) le 16 mars 2012 à 09H40

Lire "vaccin" ! Thanks...

votez :
par ThierryCH (IP:xxx.xx7.242.22) le 16 mars 2012 à 10H35

Cet article est paradoxal et manipulateur : il dénonce ce qui serait un dogme érigé par une nouvelle église, la science, et s’appuie pourtant sur une étude scientifique pour démontrer sa thèse, à savoir que la vaccination ne protège pas, bien au contraire. Pourtant, cette étude, celle de l’Institut Koch, en Allemagne, démontre que la vaccination est efficace, au contraire de la thèse de cet article.

Madame, la science est une construction humaine, elle n’est donc pas exempte des défauts humains et de l’influence des lobbies. Mais au moins, contrairement à une église, est-elle organisée de façon à ce que les études qu’elle produit puissent être rendues publiques et ainsi soumis à la critique et à l’objection de la communauté scientifique. L’imposture est toujours possible, mais elle est contenue par ce principe. En science, il n’y a pas de dogme, il y a un consensus, et des limites à la connaissance. On ne croit rien, on démontre.

Enfin, un produit pharmaceutique a toujours des effets secondaires. Le choix d’administrer un tel produit est fait en considérant les risques relatifs. On choisit le moindre mal. Tout le problème réside donc dans les études sur ces effets secondaires, en particulier à long terme. Jusqu’où faut-il aller, sachant qu’on ne peut jamais être certain d’avoir identifié tout risque ?

La science, et la médecine en particulier, est une remise en cause et un effort permanent pour approfondir la connaissance et la compréhension des choses.

votez :
par clostra (IP:xxx.xx2.254.34) le 16 mars 2012 à 15H24

Ah lala

La science c’est la science, la médecine était un art.

"Dans le doute, abstiens-toi" dit le dicton

Si la médecine moderne s’appuie sur la démonstration de ce qu’elle affirme, c’est la porte ouverte à toutes les fenêtres.

Le principe de la vaccination est simple et même trop simple. En vaccinant on fait fabriquer des anticorps aux globules blancs et comme ça ne marche pas très bien sans inoculer la maladie, on provoque une réaction inflammatoire grâce aux adjuvants.

oui mais...l’ADN des fameux globules blancs qui vont faire le gros du travail est le seul qui puisse être modifié et ce façon constante pour fabriquer ces fameuses protéines anticorps. En spécialisant très tôt toute une série de globules blancs on ne sait pas trop où on va, car chaque fois on leur dit d’être efficaces et en nombre.

Certains types de médecines "artistiques" (du grand art) ont une autre approche : comment démontrer qu’un bien portant qui ne fait pas une maladie (infantile) ou la fait de façon atténuée s’appuie sur un principe plus naturel. On parle d’ailleurs de défenses naturelles.

Non vraiment, cette médecine dite scientifique n’a aucune légitimité face aux différences, qu’elles soient génétiques, liées à l’âge, aux conditions de vie etc et qui plus est, elle s’appuie sur une démonstration qu’elle n’est pas autorisée à faire : transformer la population mondiale en cobaye pour faire la preuve...de rien du tout.

votez :
par Krokodilo (IP:xxx.xx5.118.119) le 16 mars 2012 à 10H47

"Le principe vaccinal ne relève pas de la science mais de la foi"

Cet article aussi ! comme d’ailleurs la plupart des papiers de Natura vox...

votez :
par Ronny (IP:xxx.xx2.193.43) le 16 mars 2012 à 12H34

Quel tissu de bêtises !

Que les vaccinations ne protègent pas de toutes les maladies, c’est sur. Comme le disait un intervenant, on n’a d’ailleurs pas besoin de vaccins pour nombre de maladies car notre organisme se "défend" en général bien de lui même.

Que certains vaccins soient très efficaces et d’autres moins, c’est sur. Ainsi le très fameux BCG ne protège que très partiellement de la tuberculose. De plus, l’amélioration des conditions de vie fait que la maladie a fortement régressé dans les zones favorisées, mais qu’elle ressort en zone défavorisées. En revanche, savez vous que le BCG est utilisée pour le traitement de certains cancers car il stimule les défenses immunitaires ? De plus, on a bien éradiqué la variole et dans une grande mesure la polio grâce à la vaccination, alors même que les premières préparations vaccinales étaient contaminées d’ailleurs par un virus simiesque dangereux pour les singes, mais sans effet sur l’homme !

A ce sujet, que les vaccins n’aient aucune action immunitaire est démenti par toutes les études scientifiques sérieuses... C’est d’ailleurs bien le problème puisque cela peut avoir dans un petit nombre de cas des effets secondaires modérés à puissants dont certains peuvent être à l’origine d’accidents vaccinaux. Personne ne nie que de tels accidents existent. En revanche il faut peser le pour et le contre : avec des risques d’accidents qui s’établissent entre 1/1000 et 1/100000 selon les vaccins, il est évidents que les bénéfices attendus au niveau populationnel sont très supérieures aux risques encourus...

Maintenant vous êtes libre de refuser les vaccinations mais vous ne viendrez pas vous plaindre le jour où vous développerez un tétanos massif (ce que je ne vous souhaite pas bien sur) !

votez :
par ale que scientiofique (IP:xxx.xx6.73.5) le 17 mars 2012 à 20H59

Ha, ha, ha la politique de la menace...

Ben le tétanos ça se soigne... non ?

Si vraiment ça ne se soigne pas, c’est que les médecins chercheurs sont de sacrés connards.

Parce que le boulot d’un médecin c’est de soigner et de guérir des maladies déclarées, pas de bricoler des méthodes préventives dont il ne mesure pas les effets secondaires.

Je me trompe ? Je ne pense pas.

votez :
(IP:xxx.xx9.0.213) le 1er avril 2012 à 16H49

@ ale que scientiofique

"Parce que le boulot d’un médecin c’est de soigner et de guérir des maladies déclarées, pas de bricoler des méthodes préventives...."

===> Y en a vraiment qui ne sont pas une connerie près ! Pas vrai ale ?

La médecine préventive est la branche de la médecine consistant à donner des conseils d’hygiène au sens large (propreté, mais aussi diététique, encouragement à un sport ou une activité physique, ergonomie et manière de faire des efforts, prévention des conduites à risque…) ainsi qu’au dépistage de maladie.

La médecine préventive est en général pratiquée par des médecins généralistes du fait de leur proximité avec les populations. La médecine préventive fait également beaucoup appel aux médias pour des campagnes de sensibilisation, d’information et de conseils.

votez :
par clostra (IP:xxx.xx2.254.34) le 16 mars 2012 à 15H35

Un jour je racontais à un ami prêt à m’écouter, qu’il y avait des choses qui relevaient de la "bonne éducation", comme par exemple de ne pas mettre ses coudes sur la table.

Autre exemple, celui, imprescriptible, de ne pas couper sa salade avec son couteau mais avec le bord de sa fourchette. Finalement, je préfère la façon "à l’anglaise" qui consiste à ne pas la couper mais, à la plier à l’aide de son couteau.

Bonne éducation ?

Alors, pourquoi personne n’aurait du couper sa salade avec son couteau et que même que, maintenant c’est devenu complètement idiot ?

Tout simplement parce que les couteaux étaient oxydables, couper sa salade diminuait la valeur nutritive de cet aliment, ce qu’ils ne sont plus actuellement. (d’ailleurs : NB : les municipalités promptes à ouvrir des comptes en banque pour les chérubins, feraient mieux de leur offrir une timbale en argent - en or c’est encore mieux surtout pour les petits garçons.)

Allez ! on se remue les méninges !

De l’art que je vous dis !

votez :
(IP:xxx.xx9.2.205) le 17 mars 2012 à 12H01

« Nous n’avons pas perdu la foi, nous l’avons simplement reporté sur les professions médicales », disait de son temps George Bernard Shaw....

+++++ Qui était, comme chacun sait ou devrait le savoir, un humoristique et un provocateur débridé !! Alors la signification profonde et la portée de sa boutade......Pschitttttt !

votez :
(IP:xxx.xx9.2.205) le 17 mars 2012 à 12H37

Dans son article ci-dessus Mme Sylvie Simon a le culot d’affirmer à propos de la médecine :

« On ne réfléchit plus, on « croit ». »

A consulter sa propre bibliographie, on est en droit de penser qu’elle a la prudence ou plutôt l’outrecuidance de soigneusement éviter de reflechir et d’ appliquer ses principes à elle-même puisqu’elle « donne » essentiellement dans l’ésotérisme, la prédiction la voyance et le dialogue avec l’au-delà…….. Pas très scientifique ni rigoureux tout çà !!Plus fondé sur des croyances que sur des réflexions !

Sylvie Simon est écrivain et journaliste. Elle a écrit de nombreux ouvrages sur les phénomènes dits « paranormaux » et l’ésotérisme. Depuis quelques années, elle combat les idées reçues en explorant divers domaines de la science, et consacre la plus grande partie de son activité à militer contre la désinformation en matière de santé et d’écologie, sujets de brûlante actualité. Elle a déjà publié plusieurs essais sur des scandales (sang contaminé, vaches folles, amiante, hormones de croissance, vaccins, etc.). Depuis son plus jeune âge, Sylvie Simon a compris qu’elle possédait des dons de télépathie, de voyance et de guérison, dons qui lui confirment chaque jour qu’il existe « autre chose » se situant au-delà des perceptions habituelles. Elle a eu également la chance de côtoyer des scientifiques ouverts à la spiritualité qui lui ont permis d’élargir le champ de ses investigations dans le domaine paranormal.

Bibliographie

• Vaccins, mensonges et propagande, 2009 • Autisme et vaccination : Responsable mais non coupable, 2007 • Ce qu’on nous cache sur les vaccins, 2006 • Les 10 plus gros mensonges sur… les vaccins, 2005 • Déjà vacciné ? Comment s’en sortir ?, 2003 • Vaccin anti-hépatite B : Les coulisses d’un scandale, 1997 • Vaccination : L’overdose 1997

2012, le rendez-vous : De la crise à l’avènement d’un nouveau monde, 2009

• L’aspartame : Sucre ou poison ?, 2008

Réincarnation : Quand les expériences rencontrent la science, 2008

• Les 10 plus gros mensonges sur… les médicaments, 2007 • Enfants indigo : Une nouvelle conscience planétaire, 2006

La Mémoire de l’au-delà, 2006 • Le guide des tarots, 2004

• Le réveil de la conscience : Dialogues sur une nouvelle vision du monde, 2003

Le Tarot pratique, 2003 • Voyances remarquables : Les plus grandes prédictions d’hier et d’aujourd’hui, 2003 • Arts divinatoires des 5 continents, 1998

• Exercice illégal de la guérison, 1998

Au seuil de l’étrange, 1997

• La nouvelle dictature médico-scientifique : L’emprise des lobbies sur notre santé, 1997

Phénomènes étranges du surnaturel, 1997

• Enquête sur le don de guérir, 1996 • Mathilde, 1993 • Le Couloir, 1991 • Isabella, 1983

Les arts divinatoires, 1983

votez :
(IP:xxx.xx1.146.201) le 6 avril 2012 à 09H43

@(IP:xxx.xx9.2.205) le 17 mars 2012 à 12H37 : MERCI cher Monsieur de votre recherche performante. Nous savons maintenant ce qu’il doit manquer dans nos milieux si peu productifs, mais si coûteux, de notre recherche officielle.

Je puis attendre maintenant sereinement la suite de notre Histoire. Elle ne pourra qu’être très belle quand vos domaines indiqués seront incorporés dans la recherche officielle. Il ne fait plus aucun doute que nos ’Grands amis’ vont en tenir compte pour la formation de leurs élites si ce n’est déjà fait.

votez :
par nyarlatutu (IP:xxx.xx1.24.7) le 18 mars 2012 à 01H59

les vaccins sont une chance. vous y avez acces... aujourdhuit cette terrible science vous evite tt de mm bcp de maladies. ne crachez pas dans la soupe soyez raisonnables, si 50% de la population ne se vaccine pas songez aux concequences de contagions jusqu’aux personnes les plus vulnerables le poison est partt, surtt dans votre assiette.pensez que l’on peut mourir d’une reaction aux cacahuettes commme a n’importe quel produit de la chimie.

votez :
(IP:xxx.xx1.146.201) le 6 avril 2012 à 09H27

@nyarlatutu (IP:xxx.xx1.24.7) le 18 mars 2012 à 01H59:Je crois que vous avez découvert le gros "HIC" de ces techniques de soins trop vite mises sur le marché. Vous le décrivez très bien en précisant :"" aujourdhui cette terrible science... "

OUI, aujourd’hui on a peut être un résultat mais pour nos descendants qu’en sera -t-il ? quels sont les avantages et les inconvénients pour nos descendants de notre vaccination obligatoire actuelle ? Des peuples même pas ennemis n’auront-ils plus qu’à entrer sur notre sol sans plus aucune présence humaine. Des pays sans vaccination de tuberculose n’en avait plus sur leur sol et nous en avions encore comme cela fut indiqué avec raison , en cours, par un professeur de Lille dans les années 1969. Il fut embarqué à la fin de son cours devant ses élèves !...

"Nos grands amis" semblent nous avoir proposé, dans les années 1970, un genre d’association de connaissance et des êtres incultes mais responsables politiques et administratifs ont osé s’en moquer ouvertement... Combien de décennies nous faudra -t-il pour rattraper cette saloperie de connerie ?...

Toujours est-il que l’on est très déçu sur les applications médicales des résultats des recherches bien trop coûteuses sur les génomes...et nos responsables politiques et administratifs ne semblent avoir formé personne sur l’étude gratuite du corps éthérique..."gratuite" car ça fait plus de 5000 ans qu’elle est décrite. Je suis certain que ’nos grands mis’ pourraient nous renvoyer le service qu’on leur a donné. Le bien de l’humanité ne semble pas être un vain mot chez beaucoup d’entre eux. Ce n’est pas de leur faute si nous ne pouvons sélectionner des responsables administratifs, médicaux et politiques avec un potentiel intellectuel plus élevé !...mais, c’est nous le petit peuple qui risquons d’en pâtir.

votez :
(IP:xxx.xx1.146.201) le 7 avril 2012 à 07H44

Venant de parcourir un article sur l’OMS, je me rends compte que nos "z-instances z-officielles", dans le domaine de la santé, ne sont plus tout à fait en accord avec les autres médecins.

Rien de moins sur, dans un pays ruiné, que d’engloutir dans la recherche sur les génomes des sommes énormes fut un choix judicieux quand on lit que :"Dans des pays aussi divers que la Chine, la Finlande ou les Etats-Unis, des études ont montré que le changement de mode de vie, même limité, suffisait à prévenir 60% des diabètes de type 2"...En France, on a appris vers 1999 que l’on avait plus de cinq gènes qui géraient le glucose mais ils pouvaient avoir d’autres rôles...

Et avec des mouvements matinaux pertinents...ne pourrait-on pas éviter les maladies ?...donc, on éviterait les vaccinations ?

5 à 10 km à pied pour suivre les mouvements et la forme et le plaisir de vivre pourrait revenir...Et bien, ce n’est pas dans nos lycées marxisants du nord de la France que l’on m’a appris cela !

votez :
(IP:xxx.xx1.30.168) le 1er mai 2012 à 07H59

Voici des sites, pris dans un article en Français, qui devraient permettre une réflexion sur la place des anticorps dans la défense de notre santé.

www.medicalnewstoday.com/rel... www.niaid.nih.gov www.naturalnews.com/035335_v... http://fr.sott.net/articles/show/74...

J’ai peut être exagéré en indiquant l’efficacité de 40% sur une population vaccinée ???...

votez :
(IP:xxx.xx6.26.117) le 29 septembre 2012 à 23H08

Je rigole devant un tel déchainement de passion contre cet article ...

La santé humaine est évidemment très complexe et voir tous ces intervenants se transformer en militant pro vaccin me fait halluciner. Ayez la décence de reconnaître que vous préférez vous en remettre aux directives officielles (Conseil de l’Ordre, OMS ...). OK, ça peut se comprendre, cela a du sens : Je ne sais pas, je ne me sens pas apte à savoir, je fais confiance au "système".

Cependant de fait aujourd’hui de plus en plus de personnes, y compris des médecins (et j’en connais personnellement plusieurs, mais en France, pays de la liberté ?! ... ils sont plutôt discrets ...) remettent en cause les vaccins. En particulier des interrogations croissantes émergent sur les raisons de l’augmentation drastiques des maladies auto-immunes, et des très nombreuses maladies rares qui apparaissent aujourd’hui, et l’influence des vaccins est en question.

Sans même parler de cela, l’intérêt de vacciner comme on le fait aujourd’hui est VRAIMENT questionnée (des dizaines d’injections à des petits enfants ...). Je ne peux pas développer dans le détail, mais des débats sérieux existent (par exemple sur la vaccination contre la rougeole).

Je suis surpris du ton des commentaires sur le site de AgoraVox qui m’avait habitué à plus de liberté de ton et d’antifonformisme de pensée. Au final, chacun doit être libre de faire ce qu’il veut. Je trouve inadmissibles ces obligations vaccinales ... elles sont d’ailleurs à mon avis illégales au sens de la convention européenne des droits de l’homme, car chacun doit être libre de disposer de son corps comme il l’entend.

C’est bien étrange de défendre à ce point la liberté et de combattre les puissants, et en même d’accepter de voir son propre corps mis sans réfléchir entre les mains de tiers.

Les Auteurs deSanté
Gilbert Spagnolo dit P@py - 22 articles
Sylvie Simon - 58 articles
Marc Girard - 20 articles
insaecula - 10 articles
çaDérange - 299 articles
Béatrice de Reynal - 209 articles
Koryneva - 1 articles
Biosphère Blog - 57 articles