NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Grosse campagne de vaccination ROR (rougeole, oreillons, rubéole) à l'école

Article publié le 5 novembre 2010

Dans les écoles, collèges et lycées, une campagne de vaccinations par le ROR est en train d’être mise en œuvre. Pour mener à bien cette dernière tous les moyens sont bons : une lettre co-signée du directeur général de l’enseignement et du directeur général de la santé, accompagnée d’une plaquette dite d’information est remise à chaque élève, avec accusé de réception des parents sur le carnet de liaison

Grosse campagne de vaccination ROR (rougeole, oreillons, rubéole) à l'école

Le nombre d’enfants vaccinés par la première dose de ROR est d’environ de 90% le taux souhaité est de 95%. Comment atteindre un tel taux sans utiliser des moyens coercitifs.

C’est ce qui se passe.

Les enfants scolarisés reçoivent de leurs enseignants ou de l’infirmière de l’école, une lettre à remettre à leurs parents avec avis de réception sur le carnet de liaison.

Que dit cette lettre ? Elle demande aux élèves de rapporter leur carnet de santé, document confidentiel et personnel qui n’a pas à naviguer dans un cartable même sous plis fermé et en plus pour qu’une infirmière vérifie qu’une vaccination non obligatoire, le ROR, a bien été effectuée. La demande de communication du carnet de santé est illégale : Article L2132-1 du CSP : nul ne peut exiger la communication du carnet de santé. (Seules les pages du carnet de santé concernant les vaccinations obligatoires peuvent être demandées par l’école).

Pourtant les termes utilisés dans cette lettre sont : « vérification » pour savoir « s’il est correctement vacciné ».ils font bien penser que la présentation du carnet de santé est obligatoire.

Plus loin dans la lettre il est précisé que les parents seront « invités à se rendre dans une structure afin de mettre à jour cette vaccination ».

Le mot recommandé est bien utilisé mais dans le contexte « d’autant plus recommandée »

Pour une personne non avertie la tournure générale de la lettre laisse croire qu’on est en présence d’une vaccination obligatoire.

Dans une école proche d’Avignon une infirmière a même menacé un élève de maternelle de lui interdire l’école s’il ne rapportait pas son carnet de santé.

Ce faisant : l’incitation, confinant dans cette lettre à l’obligation appelle, deux remarques.

  • Tout d’abord cette vaccination comporte des risques qu’on peut retrouver dans la base « thériaque » ; Qui prendra en charge les effets indésirables ? L’Etat n’est responsable de ces effets, que pour les vaccins obligatoires. Les parents ne sont d’ailleurs pas informés des risques malgré l’arrêt de la cour de cassation qui fait obligation de donner une information complète.
  • Ensuite cette action est en contradiction avec l’arrêt du Conseil d’Etat dans l’affaire Courty, « cette autorité ne tient d’aucun texte le droit d’ajouter des vaccinations obligatoires à celles qui sont prévues par la loi ».

Non seulement les parents n’ont pas à répondre à cette demande mais je les invite à réagir, une lettre de réponse type est disponible sur le site infovaccin.fr 

Il n’y a pas d’autres moyens, pour atteindre l’objectif de 95% de vaccinés par le ROR, que de faire peur, de faire croire que répondre à cette demande est obligatoire. Des parents stupéfaits par cette démarche, des enseignants refusant de distribuer cette lettre, le syndicat d’enseignants SGEN CFDT m’ont demandé de réagir à cette campagne.

Source image : http://bookinalex.b.o.pic.centerblog.net

Thèmes

Vaccin Santé menacée Principe de Précaution

Bookmark and Share
4 votes

commentaires
votez :
par serge cecconi (IP:xxx.xx7.201.21) le 5 novembre 2010 à 20H38

Quand j’ai commencé à enseigner le vaccin de la tuberculose était obligatoire, c’était également la maladie qui interdisait à toute personne d’enseigner même si on réussissait le concours ..... la tuberculose a été grace à ça éradiquée ..... votre campagne m’inquiète et contribue à un rejet massif de toute science D’où à un rapprochement mystique très dangereux .... je sais je ne suis pas dans l’air du forum .... je sais toute voie discordante est rejetée pour une pensée unique ..... à quand un retour aux druides ????

votez :
par L’équipe de rédaction le 6 novembre 2010 à 11H09

Nous comprenons votre position mais Naturavox propose une vision pluraliste de la la vaccination. A cet égard, vous pouvez lire cet article http://www.naturavox.fr/sante/artic...

votez :
par Jean_Marie (IP:xxx.xx5.10.29) le 9 novembre 2010 à 20H10

La réaction de Serge sur le BCG démontre vraiment que les vaccinations induisent des comportements religieux qui n’ont rien de scientifiques, c’est très significatif car il aurait pu parler des médecins de Molière utilisant des grenouilles au pied du lit des malades ou la saignée, non il parle des druides. Au cours de mon intervention après celle du professeur Alain Grimfeld (comité consultatif national d’éthique) lors de la réunion de consensus pour la levée de l’obligation du BCG organisée le 14 novembre 2006 à la demande du ministère de la santé, je n’ai utilisé que deux arguments :

L’Allemagne en 1973 supprime l’utilisation du BCG de son arsenal thérapeutique pour prévenir la tuberculose, on ne trouve plus de BCG en Allemagne dans les mois qui suivent cette date. Les deux Allemagnes réunifiée ensuite en 1989, représentent en 1973 78 millions d’habitant aujourd’hui 82 millions avec une proportion d’immigrés 12 % de même niveau social que chez nous : population qui représente traditionnellement un milieu favorisant l’éclosion de cette maladie. En France nous sommes 64 millions d’habitants avec 8 % d’immigrés.

1980 le nombre de cas de tuberculoses (chiffres de l’OMS. TB case notifications) déclarés pour la France est de 17 199 cas soit 32 cas pour 100 000 ha, l’addition des deux Allemagnes 29 991 cas soit 38 cas pour 100 000 ha.

2004 le nombre de cas de tuberculoses (chiffres de l’OMS TB case notifications. ) déclarés pour la France est de 5004 cas soit 8 cas pour 100 000 ha, l’Allemagne 6007 cas soit 7 cas pour 100 000 ha. L’Allemagne vient de passer en dessous de la France en nombre de cas pour 100 000ha

2007 le nombre de cas de tuberculoses (chiffres de l’OMS. TB case notifications) déclarés pour la France est de 5314 en augmentation alors que l’obligation n’a été levée qu’en Aout de la même année, soit 9 cas pour 100 000 ha, l’Allemagne 4609 cas soit 6 cas pour 100 000 ha toujours en régression. L’Allemagne vient de passer en dessous de la France en nombre total de cas .

Voilà une analyse portant sur une cohorte de 62 et 80 millions d’habitants et la durée de l’observation est de 30 ans, que peut-on reprocher à cette analyse. C’est la démonstration que le BCG ne sert à rien, ou pire, la confiance qu’on y met conduit à une moins bonne régression de la tuberculose dans notre pays qu’en Allemagne.

Vous pouvez retrouver les chiffres cités ci-dessus à http://www.who.int/tb/publications/... de la page 262 à, la page 277

Si le BCG est considéré en France comme un mauvais protecteur de la tuberculose pulmonaire, on le considère comme un bon protecteur de la méningite tuberculeuse. Or ce n’est même pas vrai. Trousseau à Paris, avait pu observer 8 cas de méningite tuberculeuse entre 1978 et 1988, chez des enfants vaccinés par le BCG. Parmi ces 8 cas, il y avait eu 2 décès 3 cas avec de graves séquelles neurologiques et seulement 3 guérisons. De plus le BCG lui-même peut provoquer cette méningite y compris chez des sujets ne présentant aucun déficit immunitaire. • Tardieu, M & al. : "Tuberculous meningitis due to BCG in two previously healthy children" [The lancet, t. 1, p.440-441 ; 1988] • Giraud, P. & al. : "survenue d’une méningite tuberculeuse deux mois après une vaccination par le BCG. [Archives françaises de pédiatrie, t. 12 [6], p. 606-611 ; 1955]. Le Lancet du 27 février 188 relatait le cas de 2 enfants âgés de 4 et 5 ans, atteints de méningite tuberculeuse 6 mois après avoir été revaccinés par le BCG. Leurs systèmes immunitaires étaient normaux. Les examens bactériologiques démontraient que les agents infectieux provenaient du BCG. Suivant l’usage la presse médicale française a gardé le silence sur cette publication.

C’est cet ostracisme de la presse française, médicale ou grand public pour toute information déviant de la pensée unique à propos des vaccinations, qui conduit les gens comme Serge à croire que c’est grâce au BCG, découverte française, que la tuberculose a régressé en France.

Comment le BCG brouille les pistes. Il y a un cas de tuberculose à l’école, on fait une IDR (intradermo réaction) à tous les élèves, s’ils sont positifs, qu’est-ce que cela signifie ? C’est le BCG dont le rôle est de rendre positive l’IDR ou bien l’enfant a été en contact avec la tuberculose ? Personne ne sait répondre. En Allemagne comme il n’y a pas de BCG les élèves qui n’ont pas été en contact avec le bacille de la tuberculose sont IDR négatifs.

votez :
par BienEtre (IP:xxx.xx8.136.254) le 7 décembre 2010 à 13H27

"...à quand un retour aux druides ????"

Ben ça ne serait pas plus mal qu’on assiste aux retour des druides, monsieur l’enseignant à l’esprit un peu trop cartésien, plutôt que de défendre systèmatiquement une médecine dogmatique !

votez :
par parent (IP:xxx.xx4.60.157) le 6 novembre 2010 à 12H06

Pour « subir » cette campagne depuis plusieurs mois au sein de l’école où est scolarisé mon enfant, je confirme que le mode de communication et d’intervention sur le terrain est pour le moins désagréable et invasif. Ce qui m’agace, c’est effectivement l’insistance et le côté péremptoire de "l’invitation". Nous sommes passés de la "proposition" type "nous vous proposons de", à trois relances en l’espace de cinq mois, avec des missives de plus en plus pressantes et ambigües quant à la nature obligatoire/recommandée de cette vaccination. Je trouve cette façon de procéder contre productive, car elle se situe dans la le registre de la pression et de l’ingérence et non dans celui de l’information. Ce n’est à mon avis pas ainsi que l’on responsabilise les gens ; le choix éclairé me semble beaucoup plus opportun.

votez :
par BienEtre (IP:xxx.xx5.191.224) le 6 décembre 2010 à 16H42

"...le choix éclairé me semble beaucoup plus opportun."

Seulement voilà, l’objectif du gouvernement et des labos, ce n’est pas de vous éclairé ni de vous informer, mais de vous faire consommer leurs vaccins !!!

votez :
par Bernard Guennebaud (IP:xxx.xx1.37.115) le 7 novembre 2010 à 19H42

J’interviens d’abord pour dire que je ne peux partager ni l’affirmation exprimée ici que la tuberculose aurait été éradiquée par le BCG ni la réponse convenue de la rédaction « nous comprenons votre position de vue » et ce pour au moins les 2 raisons suivantes :

1- D’abord la tuberculose n’a nullement été éradiquée et n’est pas prête de l’être.

2- Ensuite parce que la très importante réduction observée dans les pays riches, mais seulement dans ceux-ci n’a absolument rien à voir avec le BCG.

Pourquoi ?

D’abord parce que de nombreux pays ont obtenus de meilleurs résultats que la France en n’utilisant pas le BCG (USA) ou en le supprimant il y a 34 ans comme l’Allemagne. Pour quelles raisons ?

Les USA ont expérimenté ce vaccin d’abord sur des tribus indiennes (1936...) puis sur les populations noires de New York et enfin sur des cobayes (les animaux cette fois-ci...) pour voir s’il pouvait quand même être utile contre la tuberculose silicose du mineur. Après ces 3 expériences il fut décidé de ne pas l’utiliser.

Après des échecs retentissants il fut de même interdit pour le bétail au profit du dépistage qu’il rendait impossible. Il fut reconnu par le CTV-CSHPF au moment de l’abandon du Monovax au profit du BCG-SSI que ce vaccin n’avait aucun effet sur la transmission de la maladie mais pouvait seulement réduire le nombre de complications de la maladies comme la méningite tuberculeuse chez l’enfant.

L’expertise collective Inserm publiée fin 2004 estime à 12 le nombre de bécégites disséminées aussi graves qu’une méningite tuberculeuse alors que l’InVS estimait en août 2001 que le nombre de méningites tuberculeuses évitées par le BCG chez l’enfant de moins de 15 ans était de 16. Plus toutes les autres complications comme les adénites suppurées etc

On attribue la réduction de la tuberculose aux progrès des conditions de vie et aux antituberculeux efficaces comme la rifampicine mais générateurs de résistances inquiétantes.

C’est la propagande sur le BCG qui fut au contraire un déni de toute science en affirmant le contraire de ce qui avait été rigoureusement établi comme par exemple que le test tuberculinique testerait l’immunité antituberculeuse conférée par le BCG. Le contraire avait été établi dès les années 30.

http://vaccinbcg.canalblog.com

votez :
(IP:xxx.xx9.131.182) le 17 novembre 2010 à 18H30

"D’abord la tuberculose n’a nullement été éradiquée et n’est pas prête de l’être."

Elle l’était pratiquement chez nous avant qu’une recrudescence se manifeste en raison du nombre de cas importés depuis deux décennies. Une dissémination se produit actuellement à partir de ces cas-là.

votez :
par BienEtre (IP:xxx.xx5.191.6) le 20 novembre 2010 à 20H39

"Elle l’était pratiquement chez nous avant qu’une recrudescence se manifeste en raison du nombre de cas importés depuis deux décennies. Une dissémination se produit actuellement à partir de ces cas-là."

Et à votre avis, d’où ces cas proviennent-il ? Quels facteurs sont donc responsables de cette recrudescence ? Je vous le donne en mille...

votez :
(IP:xxx.xx9.131.182) le 21 novembre 2010 à 16H16

par BienEtre (IP:xxx.xx5.191.6) le 20 novembre 2010 à 20H39

"Elle l’était pratiquement chez nous avant qu’une recrudescence se manifeste en raison du nombre de cas importés depuis deux décennies. Une dissémination se produit actuellement à partir de ces cas-là."

"Et à votre avis, d’où ces cas proviennent-il ?"

- Je viens de vous le dire ! Ce sont des cas "importés". Vous savez lire, Importés, c’est dire des cas non autochtones, des cas amenés par les immigrés arrivant des pays très pauvres, où le dépistage, le diagnostic et les traitements sont quasi inexistants en raison des conditons locales de pauvreté. Ces cas entraînent pas contamination, l’apparition de cas chez les habitants "de souche". Un peu comme le nombre de cas de paludisme qui augmentent chez des personnes n’étant jamais sorties de France ou n’étant jamais allées dans les zones d’endémie, phénomène que l’on rencontre surtout comme par hasard dans les environs des aéroports.

"Quels facteurs sont donc responsables de cette recrudescence ?"

- En France ? Comme aurait pu le dire Monsieur de La Palice la recrudescence des cas de tuberculose est due à l’augmentation du nombre des porteurs arrivant des pays où la maladie est endémique et qui sont ensuite responsables de nouveaux cas par contamination locale.

"Je vous le donne en mille..."

- Alors, ne jouez pas aux devinettes, dites-le !

votez :
par liebe (IP:xxx.xx5.62.186) le 9 novembre 2010 à 20H13

Bonsoir, je rejoins tout à fait Monsieur Guennebaud dans ces propos. Il est important de signaler que même si le BCG n’est plus obligatoire, la tuberculose n’est pas éradiquée.

Par contre, ne jetez pas la pierre sur les infirmières qui font pression. Elles subissent elles mêmes beaucoup de pression de la part de l’EN pour envoyer ces courriers. D’autant plus que les courriers en question ont été rédigés par des personnes bien plus influentes qu’elles. Cependant, les parents peuvent comme écrit dans l’article, expliquer qu’ils sont encore libre de choisir de faire ou non vacciner leurs enfants contre le ROR . Il faut savoir que la situation actuelle de recrudescence de façon encore plus virulente de la rougeaole est en grande partie due aux vaccins. Je m’explique : Depuis de nombreuses années, les enfants sont vaccinés contre le ROR ( rougeole oreillons et Rubéole). Ils ne font donc plus leurs maladies infantiles, et n’obtiennent pas d’anticorps naturels à ces maladies. Les anticorps induits par la vaccination , ne restent pas. Nous assistons donc à un déplacement de l’âge d’attrapper ces maladies c’est à dire chez les jeunes adultes qui sont en âge de procréer. Les mères n’ayant plus d’anticorps naturels ne peuvent plus protéger leurs nourrissons par l’intermédiaire du lait maternel.

Si chaque enfant avait pu "faire" ses maladies infantiles nous n’aurions pas ce problème. Aux USA, une étude est sortie indiquant que les personnes ayant contractées les oreillons étaient des jeunes gens trés bien vaccinés. Le virus ourlien aurait il muté ???

La recrudescence actuelle de la rougeole le montre les campagnes ne sont pas efficaces et parmi les personnes ayant contractées la rougeole , nombreux sont ceux qui ont été vaccinés... De quoi faire réfléchir quand on sait que ces vaccins ne sont pas sans risques.. Malheureusement...

votez :
(IP:xxx.xx9.131.182) le 17 novembre 2010 à 12H52

"De quoi faire réfléchir quand on sait que ces vaccins ne sont pas sans risques.."

- Vous connaissez une seule activité humaine qui soit sans aucun risque, vous ?

votez :
par BienEtre (IP:xxx.xx5.191.6) le 20 novembre 2010 à 20H33

"Vous connaissez une seule activité humaine qui soit sans aucun risque, vous ?"

Oui ! celle que moi et mes collègues pratiquons...à savoir, des thérapies et méthodes de soin naturelles et non toxiques !

votez :
(IP:xxx.xx9.131.182) le 17 novembre 2010 à 17H12

"De quoi faire réfléchir quand on sait que ces vaccins ne sont pas sans risques.."

- De nombreuses maladies non plus d’ailleurs..... Alors on joue à pile ou face ?

votez :
par BienEtre (IP:xxx.xx5.191.6) le 20 novembre 2010 à 20H31

"De nombreuses maladies non plus d’ailleurs..... Alors on joue à pile ou face ?"

Non ! On change de direction en matière de santé public en mettant en avant les pratiques de soin préventives afin d’éviter d’aller droit dans le mur !!

votez :
(IP:xxx.xx1.233.103) le 10 novembre 2010 à 15H16

Bonjour Monsieur Mora, En lisant les arguments et explications, on constate que des personnes dans l’Éducation Nationale se sont trouvées un job . Le salaire doit être conséquent et l’emploi confortable et le bureau bien chauffé pour l’hiver qui vient. On ne sait jamais, il peut être très froid. Bien sûr, il faut râler devant des témoins pour les 35 heures dépassés et les congés qu’on ne peut prendre mais le risque du travail est néant et personne pour vérifier les arrivées et les départs !

Y a -t- il quelque chose d’autre à comprendre ?...quand même pas des primes !...

votez :
(IP:xxx.xx9.131.182) le 17 novembre 2010 à 10H27

@ (IP:xxx.xx1.233.103) le 10 novembre 2010 à 15H16

"Le salaire doit être conséquent et l’emploi confortable et le bureau bien chauffé pour l’hiver qui vient."

- Renseignez-vous un peu auprès des infirmières scolaires et vous verrez si leur boulot c’est le Pérou. L’insulte gratuite n’a jamais servi d’argument, elle traduit plutôt la médiocrité de la mentalité de ceux qui y ont recours. L’insulte est le dernier refuge de l’incompétence.

votez :
(IP:xxx.xx1.185.113) le 19 novembre 2010 à 18H49

@ (IP:xxx.xx1.233.103) le 10 novembre 2010, Bonsoir Monsieur ou Madame, je n’insulte personne en particulier mais je signale une catégorie de personnes qui ne devraient plus être employée par l’Éducation Nationale dans notre pays ruiné avec plus de 22% de la population qui ne sait ni lire, ni écrire, ni compter efficacement. Voilà mon impression et je l’écris.

Je faisais, ici, allusion aux personnes sans grande compétence particulière, et surtout sans études de recherche, rémunérées par l’Éducation Nationale, et qui se permettent de porter atteinte à l’intégrité des personnes sans garantie aucune de non toxicité des produits injectés comme nous avons la grande surprise d’apprendre par des pays amis et surtout leurs centres de rassemblement des recherches sur les soins.

Vous voyez, je suis loin des infirmières scolaires présentes physiquement à leur poste et de leur rôle très ingrat de conseillère en suite de premières copulations qui semble leur être ajouté.

J’ai reçu mes vaccins parce que mon administration me le conseillait ; et maintenant....une très grande perte de confiance se pointe envers ces personnes ignorantes et bien au chaud l’hiver avec un gros salaire que je ne veux pas juger.

votez :
(IP:xxx.xx9.131.182) le 21 novembre 2010 à 12H09

"Je faisais, ici, allusion aux personnes sans grande compétence particulière, et surtout sans études de recherche, rémunérées par l’Éducation Nationale, et qui se permettent de porter atteinte à l’intégrité des personnes sans garantie aucune de non toxicité des produits injectés comme nous avons la grande surprise d’apprendre par des pays amis et surtout leurs centres de rassemblement des recherches sur les soins."

- Vous devriez être un peu plus clair car dans vos allégations, insinuations, sousentendus, un grand nombre de personnes, concernées ou non, vont se sentir visées par vos accusations et par conséquent insultées, à tort ou à raison d’ailleurs !

votez :
par azerty (IP:xxx.xx9.134.78) le 22 novembre 2010 à 17H41

(IP:xxx.xx1.185.113) le 19 novembre 2010 à 18H49

@ (IP:xxx.xx1.233.103) le 10 novembre 2010,

Bonsoir Monsieur ou Madame, je n’insulte personne en particulier mais je signale une catégorie de personnes qui ne devraient plus être employée par l’Éducation Nationale

Je faisais, ici, allusion aux personnes sans grande compétence particulière, et surtout sans études de recherche, rémunérées par l’Éducation Nationale, et qui se permettent de porter atteinte à l’intégrité des personnes sans garantie aucune de non toxicité des produits injectés...

Vous n’insultez personne en particulier mais une catégoriede personne en général, sans même la nommer... La généralisation anonyme que vous faites est en elle-même insultante.....

Vous voyez, je suis loin des infirmières scolaires présentes physiquement à leur poste et de leur rôle très ingrat de conseillère en suite de premières copulations qui semble leur être ajouté.

Ce seul commentaire et le terme méprisant employé est à lui seul vulgairement, inutilement insultant. Vous êtes un bien triste personnage.

votez :
(IP:xxx.xx9.134.78) le 23 novembre 2010 à 15H52

Je faisais, ici, allusion aux personnes sans grande compétence particulière, et surtout sans études de recherche, rémunérées par l’Éducation Nationale, et qui se permettent de porter atteinte à l’intégrité des personnes sans garantie aucune de non toxicité des produits injectés...

Allez, un petit effort !! Faites donc oeuvre de salubrité publique ! Dites-nous tout ! Quelles sont donc ces personnes qui font tant de mal à la société française tout entière ?

votez :
par BienEtre (IP:xxx.xx5.191.224) le 6 décembre 2010 à 16H35

"Bonsoir Monsieur ou Madame, je n’insulte personne en particulier..."

Si si ! C’est ce que vous faites en permanence !!!

votez :
par BienEtre (IP:xxx.xx5.191.224) le 6 décembre 2010 à 16H45

"Vous êtes un bien triste personnage."

Allez...avouez que, dans le fond, vous parlez pour vous-même !!

votez :
par BienEtre (IP:xxx.xx5.191.6) le 20 novembre 2010 à 20H35

"L’insulte gratuite n’a jamais servi d’argument, elle traduit plutôt la médiocrité de la mentalité de ceux qui y ont recours. L’insulte est le dernier refuge de l’incompétence."

ça, je ne vous le fait pas dire ! à travers ce commentaire, ce monsieur sans pseudo vient inconsciemment de faire son auto-critique !!

votez :
par Bernard Guennebaud (IP:xxx.xx7.145.68) le 10 novembre 2010 à 18H04

Liebe a tout à fait raison de rappeler la problématique principale de la vaccination contre la rougeole qui s’est montrée efficace, on ne peut le nier, mais c’est justement les conséquences de cette efficacité qui posent problème avec à moyenne échéance, et nous y entrons, le déplacement des cas vers les adultes et les enfants de quelques mois pour lesquels elle peut être très grave.

Le bilan provisoire 2010 fait état d’un cas de 86 ans et de 287 de moins d’un an.

C’était prévu par les épidémiologistes comme j’ai pu l’entendre aux journées de veille sanitaire en 2005 alors qu’il y avait à l’époque une soixantaine de cas déclarés par an. J’en connais à l’InVS qui ne doivent pas être surpris par les cas actuels de rougeole chez les adultes et les enfants.

C’est pourquoi la vaccination contre la varicelle n’est pas recommandée : ils ne veulent pas risquer de se retrouver devant la même situation que la rougeole avec pour sanction le développement des zonas : comme je l’ai entendu à ces journées, « avec la vaccination contre la varicelle on joue avec le feu ».

http://questionvaccin.canalblog.com

votez :
par BienEtre (IP:xxx.xx5.191.224) le 6 décembre 2010 à 16H34

"Je viens de vous le dire ! Ce sont des cas "importés". Vous savez lire, Importés, c’est dire des cas non autochtones, des cas amenés par les immigrés arrivant des pays très pauvres, où le dépistage, le diagnostic et les traitements sont quasi inexistants en raison des conditons locales de pauvreté. Ces cas entraînent pas contamination, l’apparition de cas chez les habitants "de souche". Un peu comme le nombre de cas de paludisme qui augmentent chez des personnes n’étant jamais sorties de France ou n’étant jamais allées dans les zones d’endémie, phénomène que l’on rencontre surtout comme par hasard dans les environs des aéroports."

Et j’ai pas dit non plus que j’étais contre ce que vous veniez de dire !!! Et j’avais tout à fait compris que les cas dont vous parlez, ont été importés en France comme vous dites...vous m’avez mal compris, pis c’est tout, on va pas en faire un fromage quand même !!!

...Quels facteurs sont donc responsables de cette recrudescence ?... "En France ? Comme aurait pu le dire Monsieur de La Palice la recrudescence des cas de tuberculose est due à l’augmentation du nombre des porteurs arrivant des pays où la maladie est endémique et qui sont ensuite responsables de nouveaux cas par contamination locale."

Oui oui, c’est bon, j’avais bien compris là aussi !!!

...Je vous le donne en mille... "Alors, ne jouez pas aux devinettes, dites-le !"

Ben ! j’ai dit cela parce que ça parait tellement évident...c’est classique ! En dehors de ce que vous venez de dire, la virulence du "virus" va dépendre de la qualité du système immunitaire de la personne. La tuberculose se développera donc dans les cas suivants, sachant que seules les personnes qui présentent une infection active par la tuberculose peuvent transmettre cette bactérie. La toux, les éternuements et même le fait de parler peuvent libérer des bactéries dans l’air ambiant, et les personnes qui respirent cet air peuvent devenir infectées. L’infection est plus susceptible de survenir chez les gens qui habitent avec une personne infectée, ou si une pièce est mal aérée.

Après l’infection, la bactérie s’établit dans les alvéoles et les passages des poumons et, dans la majorité des cas, est contrée par le système immunitaire. Aussi, comme je le disais, s’il est affaibli, la maladie se développera plus facilement.

Les risques d’infection sont plus élevés pour les personnes qui viennent de certains pays où la tuberculose est courante, ou qui voyagent dans ces pays. Les personnes exposées à des risques plus importants d’infection par la tuberculose sont notamment les personnes âgées, les sans-abri, les utilisateurs de drogues, les personnes qui ont passé un certain temps dans un établissement correctionnel et les personnes chez qui le VIH ou le SIDA a affaibli le système immunitaire. Naturellement, les risques s’accroissent en cas de contacts étroits ou fréquents avec une personne présentant des symptômes actifs, plus particulièrement dans le cas des travailleurs du réseau de la santé qui peuvent être exposés à des patients ayant une tuberculose active.

Les facteurs suivants peuvent jouer un rôle dans la promotion de la maladie active chez les personnes qui ont une infection inactive :

- le diabète ; - un cancer à la tête ou au cou ; - une maladie qui compromet le système immunitaire (par exemple le VIH ou le SIDA) ; - une affection rénale ; - l’utilisation prolongée de stéroïdes ; - la malnutrition ; - l’utilisation de médicaments qui inhibent le système immunitaire comme certains médicaments contre le cancer (par ex. la cyclosporine*, le tracrolimus) ; - une grossesse ; - une radiothérapie.

votez :
(IP:xxx.xx3.95.206) le 7 décembre 2010 à 12H34

"par exemple le VIH ou le SIDA"

VIH = Virus de l’Immunodéficience Humaine

SIDA = Le Syndrome de l’Immunodéficience acquise, plus connu sous son acronyme SIDA, ou sida . Le SIDA est le dernier stade de l’infection par ce virus.

Il existe plusieurs rétrovirus responsables du sida, chacun infectant une espèce particulière. Le plus connu d’entre eux est le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) infectant l’Homme.

Les autres virus sont, parmi d’autres, le VIS infectant les singes et le VIF pour le chat.

votez :
(IP:xxx.xx3.95.206) le 8 décembre 2010 à 10H23

"l’utilisation de médicaments qui inhibent le système immunitaire comme certains médicaments contre le cancer (par ex. la cyclosporine*, le tracrolimus)"

La ciclosporine et le tracrolimus sont effectivement deux puissants agents immunosuppresseurs mais ils sont utilisés pour lutter contre le rejet des greffes et non pas dans le traitement du cancer.

votez :
par F. Perrier (IP:xxx.xx8.174.66) le 21 mai 2011 à 16H28

votre article est choquant. La rougeole tue et grâce au vaccin, le taux de mortalité a chuté sauf en Afrique car il n’y a pas, faute de moyen, de vaccination généralisée. Ma fille est scolarisée bien qu’en chimiothérapie. Elle est donc fragilisée et le défaut de vaccination des enfants contre le ROR, lui fait courir un risque immense, elle qui n’est pas vaccinable pour le moment. On se vaccine aussi pour les autres, c’est ça la solidarité . On vaccine aussi ses enfants, pour qu’à terme, la maladie soit éradiquée, comme l’ont été en leur temps, la variole par exemple. C’est un manque de responsabilité de votre part de diffuser de telles informations et d’inciter au défaut de vaccination. Quelle régression !

votez :
par jean-marie (IP:xxx.xx9.4.12) le 24 mai 2011 à 11H35

Dans l’esprit des gens ce que je pense est une insulte à la sécurité de votre enfant. Je vous demande de répondre aux arguments ci dessous. La vaccination est un mythe financièrement intéressant surtout aujourd’hui ou comme le disait un senateur du Jura la meilleure manière d’asservir un peuple est de le toucher dans son corps la vaccination est un de ces moyens, mais vous pourrez toujours me citer, je dirai le contraire et c’est moi que l’on croira et pas vous. • En 1982 le pourcentage moyen des enfants vaccinés à 2 ans était de 20 % il grimpait à 40% à 6 ans, une seule vaccination était préconisée à cette époque. D’après le BEH en 1982 nous avons avec ce faible pourcentage de vaccinés, connus, 14 encéphalites post rougeoleuses et comme cette publication évoque le chiffre d’une encéphalite pour 1 000 cas de rougeole, on peut estimer que cette maladie a touché 14 000 individus cette année là. Aujourd’hui avec un taux de vacciné par la première injection de 92.7% avant 2 ans, et 40% de revaccinés avant 6 ans nous avons eu au cours du premier trimestre de 2011, 5 000 cas de rougeole, ce qui laisse augurer environ 20 000 cas pour la totalité de l’année. N’étant pas médecin mais ayant un peu de bon sens j’essaye de comprendre quelle est l’effet qu’a eu cette spectaculaire augmentation du nombre de vaccinés ? Je n’en voit aucun. J’ose penser : l’augmentation constante du nombre de vaccinés n’empêche pas l’épidémie de progresser. Ou pire, plus on vaccine plus il y a de cas de rougeole, comme l’avais prévu le professeur Bastin il ya 30 ans • Par ailleurs de plus en plus de jeunes adultes son concernés par cette maladie, ce qui n’était pas le cas avant, car les mères non vaccinées avaient eu la rougeole et étaient protégés, elle avaient transmis leurs anticorps à leurs enfants pendant l’allaitement ce qui n’est plus le cas aujourd’hui, les enfants et les jeunes n’ont plus été en contact avec le virus sauvage, comme ils n’ont jamais eu de contact avec ce dernier qui circulait moins, lorsqu’ils le rencontre cela peut devenir dramatique car cette maladie est une maladie infantile. Mais cette situation avait été prévue par des médecins dès le lancement des campagnes de vaccinations contre la rougeole. • Je ne vous parlerai pas du nombre croissant d’enfants atteints d’autistes régressifs car cette maladie n’existe pas officiellement en France contrairement à tous les autres pays du monde. Regardons ce qui se passe ailleurs, aux Etats Unis par exemple ou l’autisme régressif qui atteignait un enfant sur 2500 avant les campagnes de vaccinations MMR (=ROR) atteint aujourd’hui un enfant sur 60. • L’institut Robert Koch vient de publier une étude portant sur 18 000 enfants suivi pendant 3 ans et prenant en compte pour chacun 1500 données, soit 27 000 000 de données. Que constate cette étude ? Que les enfants non vaccinés ont moitié moins d’allergie que les autres, également moins de scolioses, moins de problèmes de langage, ils portent bien moins souvent de lunettes etc… Peut-on soupçonner cet institut de dérive sectaire comme le ferait en France les "Miviludes" si un organisme français publiait une telle analyse. • « L’adhésion des professionnels est cruciale si l’on veut convaincre la population », se plaint Didier Houssin, le directeur général de la Santé. Il constate le mauvais pourcentage de vaccinés dans ce milieu. Si les professionnels de la santé se vaccinent peu, il doit bien y avoir une raison, eux qui sont censés savoir. C’est qu’ils doivent tirer de leur expérience quotidienne des conclusions qui les poussent à ce que vous venez de nommer manque de responsabilité. Mon E.mail LNPLV.acy@wanadoo.fr

Les Auteurs deSanté
Gilbert Spagnolo dit P@py - 22 articles
Sylvie Simon - 58 articles
Marc Girard - 20 articles
insaecula - 10 articles
çaDérange - 299 articles
Béatrice de Reynal - 209 articles
Koryneva - 1 articles
Biosphère Blog - 57 articles