NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Couverture vaccinale : quand l'escroquerie tient lieu de politique sanitaire

Article publié le 8 novembre 2010

Voici quelques mois, les autorités sanitaires ont cru bon de célébrer une amélioration de la couverture vaccinale contre l’hépatite B. Elles ont été largement relayées par la presse (spécialisée ou non), qui n’a pas craint de saluer "le retour de la confiance" [1] ou "le retour en grâce" [2]. N’en croyant pas leurs oreilles - on était en plein scandale H1N1 - des correspondants m’ont interrogé : s’agissait-il d’une simple intox ? La réalité est bien plus inquiétante encore.

Couverture vaccinale : quand l'escroquerie tient lieu de politique sanitaire

Si l'on en croit le Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire (BEH) du 17/05/10, la couverture vaccinale contre l'hépatite B serait passée de 34% en 2004 à 42% en 2007, soit une augmentation de 20%. Selon Le Figaro du lendemain, "les auteurs de l'étude notent que les enfants des mères les plus jeunes, et donc moins susceptibles d'avoir été marquées par la polémique qui a éclaté dans les années 1990, sont plus souvent vaccinés".

 

Critères de crédibilité intrinsèques

Selon la démarche que nous avons commencé à mettre en oeuvre dans un précédédent article, examinons les éléments de fait facilement vérifiables par tout un chacun qui autorisent à mettre en doute l'interprétation des autorités sanitaires.

  • Les mères aujourd'hui "les plus jeunes" sont comme par hasard celles qui ont été visées par la fameuse campagne scolaire décidée en 1994, et qui ont vu leurs petit(e)s camarades frappé(e)s par les complications du vaccin. Rappelons que cette brutale épidémie était tellement impressionnante [3] que l'alerte était venue d'un grand Service parisien de neurologie [4], peu suspect d'émarger au budget des "sectes" antivaccinales...
  • En tout état de cause et sans que ce bruit de fond ait valeur de sondage, j'entends un certain nombre de pharmaciens faire état d'une résistance farouche de nombreux jeunes parents à la vaccination contre l'hépatite B de leurs enfants. Pour vérifier ce bruit, chacun peut toujours aller interroger le sien.
  • Il semble à peu près évident que le souvenir de cette catastrophe sanitaire a joué très significativement dans l'échec massif du plan de vaccination contre la grippe porcine. Les sondages disponibles attestent la réelle inquiétude des gens relativement aux risques de ce nouveau vaccin : or, dans un pays où, comme je l'ai souvent relevé, les plus hautes sommités médicales ne parviennent à se défaire du préjugé que les vaccins sont fondamentalement des produits a-toxiques [5], d'où le bon peuple aurait-il tiré sa crainte du vaccin H1N1 sinon du précédent hépatite B ?

 

Retour sur l'historique

Avec une incongruité probablement inconsciente, les auteurs de l'étude du BEH poursuivent : "En outre (...) l'arrivée du vaccin hexavalent, qui permet de protéger contre l'hépatite B en même temps qu'on injecte d'autres vaccins moins polémiques, facilite son acceptation par les familles et même par les médecins".

Tiens, tiens...

Il s'avère qu'en 2004, le fabricant du vaccin Diphtérie-Tétanos-Polio (les trois vaccins obligatoires dans notre pays), en principe disponible depuis près de 40 ans, fait état - sans qu'on sache trop pourquoi - de difficultés d'approvisionnement. Loin d'utiliser de leur pouvoir de contrainte, ou encore de celui leur permettant de transférer d'office l'autorisation de mise sur la marché à un autre fabricant, les autorités valident ce coup de force en recommandant d'utiliser à la place Pentavac, soit un vaccin pentavalent (contenant en outre des antigènes contre la coqueluche [6] et l'haemophilus), pour un surcoût de +317%. A l'époque, nous ne sommes pas très nombreux à nous en émouvoir (cf. le billet du Moniteur des pharmacies donné en pièce jointe).

Et comme une fois la brèche ouverte, il n'y a aucune raison de s'arrêter, on va vite passer à des valences encore plus élevées, avec notamment l'effarant épisode Hexavac - qui, en septembre 2005, sera précipitamment retiré du marché sous un prétexte vaseux alors que des données claires, précises et concordantes laissaient penser que ce vaccin avait un potentiel tout à fait inhabituel pour causer des morts subites chez le nourrisson [7].

De toute façon et comme s'en vante naïvement le co-auteur de l'étude du BEH interviewé par Le Figaro, on a aujourd'hui d'autres vaccins multivalents à proposer en lieu et place du bon vieux DTP - toujours aussi introuvable sur les étagères des officines.

Il faut dire que, conscientisant sans doute l'incongruité de la situation, les autorités avaient affecté de remettre le DTP sur le marché en 2006, pour le retirer quelques mois plus tard (juin 2008), cette fois très officiellement et enfin avec un minimum de motivation. Sans qu'on sache pourquoi, en effet, ce vaccin vieux de 40 ans et réintroduit en catimini (donc sans avoir dû être administré à beaucoup d'enfants depuis) s'était mis - tenez-vous bien - à déclencher une telle avalanche de "réactions allergiques" qu'il ne restait plus à l'AFSSAPS qu'à faire ce qu'aurait fait toute autorité responsable : en suspendre la commercialisation au terme - qui en douterait ? - "d'investigations approfondies" [8], mais que personne n'a encore jamais vues publiées [9]. Les apparences étaient sauves, en tout cas : on était passé d'un coup de force d'un fabricant, scandaleusement avalisé par les autorités sans une once de justification crédible, à une décision cette fois réglementairement motivée (au moins formellement), hautement assumée par l'autorité sanitaire - mais toujours pour le plus grand profit des fabricants : il en coûte six fois plus cher de vacciner les bébés avec Infranrixhexa qu'avec le bon vieux DTP... A nouveau, l'Etat prédateur pris en flagrant délit de détournement de la puissance publique au bénéfice d'intérêts privés...

 

La réalité de terrain

Ce rappel historique permet de reconstituer la réalité de terrain sous-jacente au triomphalisme des autorités sanitaires. Ecoutons Madame Lemorton, député de Toulouse et pharmacienne d'officine, lors de mon audition à l'Assemblée nationale [10] :

"Par ailleurs, face à la baisse de la demande de vaccination contre l'hépatite B, la stratégie de l'industrie pharmaceutique consiste désormais à proposer un vaccin hexavalent comportant ce vaccin et permettant ainsi de vacciner contre l'hépatite B les enfants sans que les parents le sachent".

On a bien lu : "sans que les parents le sachent".

Et dans ses propos réels, incomplètement transcrits par le Rapport, Catherine Lemorton avait été encore plus crue, n'hésitant pas à affirmer qu'alors que certains jeunes parents lui faisaient part de leur opposition farouche à la vaccination contre l'hépatite B, elle voyait sur le carnet de santé que leur bébé avait bel et bien été vacciné...

Indépendamment du problème déontologique, politique et judiciaire posé par cette situation, quels en sont - en pratique - les principaux inconvénients ?

  • Alors que dès octobre 1998, il a été publiquement admis par le Secrétaire d'Etat à la santé que les risques d'une exposition large surpassaient les bénéfices d'un tel vaccin [11]les autorités cherchent à imposer le principe d'une vaccination bel et bien "universelle" via une vaccination en traître de tous les bébés. A quel prix et pour qui ?
  • Ceux des parents qui, pour une raison ou pour une autre, décideront un jour de faire vacciner leur enfant contre l'hépatite B exposent leur enfant à une double vaccination [12] avec un vaccin dont il existe de multiples raisons pour penser que sa toxicité, déjà inhabituelle, peut être liée à la dose...
  • Personne ne contestant que quelque vaccin qui soit puisse causer des effets indésirables graves, le législateur a, depuis 1964, adopté un schéma d'indemnisation dont la logique est simple : à partir du moment où l'Etat impose comme obligatoires certaines vaccinations, il est équitable qu'il indemnise les victimes lorsqu'une telle vaccination obligatoire a pu causer un accident. Dès lors, il ne sera pas demandé aux victimes de démontrer une faute et il leur suffira d'établir un lien de causalité pour ouvrir droit à l'indemnisation. Cette philosophie de "la responsabilité sans faute de l'Etat" fait désormais l'objet de l'article L. 3111-9 du Code de la santé publique. Le problème, c'est qu'à partir du moment où, la spécialité idoine restant indisponible, il n'est simplement plus possible aux parents de satisfaire les obligations vaccinales légales sans exposer du même coup leur enfant à des vaccinations non obligatoires, à chaque fois qu'un accident survient et que les experts s'entendent sur la responsabilité "du" vaccin, la justice administrative répond - d'ailleurs à juste titre - qu'il n'est pas possible de discriminer entre la toxicité des vaccins obligatoires et celle des vaccins non obligatoires, et que l'article L. 3111-9 ne peut donc s'appliquer. Pour fixer les idées - toujours sur le plan de la réalité pratique -, dans une récente affaire de complication vaccinale qui a littéralement ruiné les parents (dont l'un a dû stopper son travail pour s'occuper de sa fille et l'autre est invalide), le dommage se chiffre à hauteur d'un million d'euros environ : ce n'est pas rien de passer à côté d'une telle indemnisation au seul motif d'une escroquerie organisée par les autorités sanitaires avec la connivence de la plupart des pédiatres...

 

Récapitulation

  • En 2004, sans qu'il soit possible d'apercevoir des déterminants autres que lucratifs à cette situation inexplicable pour une spécialité sur laquelle on dispose d'une expérience de 40 ans, le seul vaccin permettant de satisfaire l'obligation vaccinale (diphtérie-tétanos-polio) devient indisponible.
  • Loin de contraindre le fabricant à assumer ses responsabilités, l'administration sanitaire valide ce coup de force et n'hésite pas à recommander un vaccin pentavalent à la place, pour un surcoût financier de plus de 300% et au mépris absolu des problèmes iatrogènes posés par une telle substitution.
  • Après une réintroduction en catimini en 2006, le vaccin diphtérie-tétanos-polio est cette fois officiellement "suspendu" pour des raisons de tolérance aussi incongrues (réactions "allergiques") qu'invraisemblables.
  • Cette suspension de la seule spécialité permettant aux parents de se limiter aux obligations vaccinales françaises est d'autant plus inadmissible que, par suite probable d'un accord filandreux avec les autorités, le fabricant peut toujours délivrer les vaccins obligatoires, mais sur une base nominative au moyen d'une procédure lourde dont presque aucun médecin ne veut entendre parler et que les gens ne connaissent pas de toute façon.
  • Depuis lors et sous le prétexte d'une obligation pourtant bien moindre, les nouveau-nés et les enfants reçoivent des vaccins multivalents inutiles, potentiellement dangereux et d'évaluation incertaine, comme illustré entre autres par le retrait précipité de la spécialité Hexavac.
  • Cette substitution hasardeuse peut se faire à l'insu des parents, voir contre leur volonté dûment exprimée sans que ce scandale - qui remet notamment en cause le principe pourtant sacré du consentement informé - n'ait suscité la moindre sanction ordinale [13] ou judiciaire [14]. La participation de nombreux pédiatres à une telle escroquerie permet de pondérer à la baisse leur crédibilité lorsqu'ils prétendent affoler les parents sous le prétexte de complications infectieuses (encéphalopathie rougeoleuse...) qu'ils n'ont jamais vues et n'ont statistiquement aucune chance sérieuse de voir [15]
  • Loin de prendre les mesures de police sanitaire qui s'imposeraient pour que cesse ce scandale, les autorités sanitaires se réjouissent que la couverture vaccinale ait "progressé". Relayées par une presse à la botte, elles n'hésitent pas à présenter cette escroquerie indigne comme un progrès de la raison.

 

Conclusion

A nouveau et comme de plus en plus régulièrement documenté dans le présent site, on en arrive au constat accablant de l'incompétence et de la malhonnêteté des autorités sanitaires.

  • J'ai trop souvent vu les responsables français tomber dans le piège à cons des "allergies" au premier bouton pour incriminer autre chose que l'incompétence dans leur évaluation du problème censément posé par le vaccin diphtérie-tétanos-polio.
  • Il est difficile de voir autre chose qu'une parfaite malhonnêteté dans le cynisme conduisant les autorités à célébrer une progression de la couverture vaccinale qui repose sur une escroquerie aussi caractérisée. L'AFSSAPS voudrait-t-elle démontrer sa bonne foi qu'elle a toujours le recours de publier les documents sources attestant la crédibilité des "investigations approfondies" censées justifier le retrait du vaccin diphtérie-tétanos-polio ; et, de toute façon, il est difficile de concevoir qu'on ne puisse, techniquement, réaliser un vaccin trivalent limité aux seules vaccinations obligatoires, quand on nous présente comme allant de soi que ces mêmes vaccins soient intégrés dans des penta-, hexavalents ou plus, malgré les problèmes (d'efficacité, notamment) notoires posés par les associations vaccinales multiples.
  • Comme souvent, il est difficile de faire la part entre l'incompétence et la malhonnêteté dans la position qui conduit les autorités à suspendre un vaccin essentiel [16] pour lequel on dispose d'un recul de 40 ans, au motif incertain de quelques rougeurs cutanées hâtivement rebaptisées "allergie", quand, confrontées à un vaccin évalué précipitamment pour lequel il n'a pas fallu un an pour identifier un grave problème de narcolepsie, elles n'en hésitent pas moins à en recommander une large administration sous le prétexte de prévenir une maladie majoritairement bénigne comme la grippe saisonnière.

En tout état de cause, tous les politiques que j'ai rencontrés - même dans une ambiance conflictuelle - se sont déclarés profondément choqués par la situation que je leur ai décrite relativement à l'inopérance de l'article L. 3111-9 du code de la santé publique. Il dépend désormais de chaque citoyen que cette indignation des Parlementaires se traduise en actes : je propose en pièce jointe un modèle de lettre, et je suggère à chacun de s'en inspirer pour s'adresser directement à ses élus du Parlement et du Sénat.

Pour finir, qu'il me soit permis de sourire avec une commisération non dissimulée à la pensée de tous ceux - internautes ou autres - qui ont cru bon de déplorer ma propension à "vouloir régler quelques comptes sur les questions du passé" telles que la vaccination contre l'hépatite B. Comme illustré par le présent article, la vaccination contre l'hépatite B est loin d'être une "question du passé" et je n'ai jamais dissimulé qu'elle restait au coeur de mon engagement : on voit peut-être mieux pourquoi aujourd'hui...


[1] Le Quotidien du médecin, 17/05/10.

[2] Le Figaro, 18/05/10.

[3] Pour impressionnante qu'elle devînt dès après le lancement de la campagne vaccinale, soulignons que cette épidémie palpable "à l'oeil nu" n'était que la confirmation d'une catastrophe prévisible, le fabriquant d'Engerix ayant tenu dès 1993 à mentionner dans sa notice internationale un risque neurologique.

[4] Même si le patron dudit Service s'acharne aujourd'hui à accréditer publiquement l'absence de problème significatif - avec un courage intellectuel et moral qui force d'autant plus l'admiration qu'in petto, on continue à y dire bien des choses en interne...

[5] A l'instar de Bernard Debré qui, tout en qualifiant à juste titre l'épidémie de "grippette", n'a pas craint de recommander la vaccination de tous les enfants d'âge scolaire : comme s'il allait de soi que, même pour un bénéfice proche de zéro ("grippette"), le risque encouru par quelque vaccin que ce soit ne puisse atteindre un niveau significatif - par exemple (je dis ça au hasard) causer des narcolepsies...

[6] Nonobstant la reconnaissance explicite, par ces mêmes autorités, d'une toxicité neurologique toute particulière avec ce vaccin contre la coqueluche...

[7] Zinka, B., et al., Unexplained cases of sudden infant death shortly after hexavalent vaccination. Vaccine, 2006. 24(31-32) : p. 5779-80. Le rapport d'évaluation de l'Agence européenne attestait la survenue de morts subites chez le nourrisson dès le développement du vaccin, sur lesquelles les autorités sanitaires s'étaient assises avec une bien éloquente inconscience...

[8] La simple terminologie utilisée par l'Agence attestant, au contraire, d'un préoccupant amateurisme. Car prétendre qu'une réaction à un médicament est "allergique", c'est mine de rien poser comme allant de soi trois points dont l'expérience atteste, au contraire, qu'ils sont toujours très difficiles à affirmer, à savoir : 1/ une causalité, 2/ un mécanisme , 3/ une contre-indication pour l'avenir. Je mets l'AFSSAPS au défi de documenter que, pour chaque cas notifié, chacun de ces points a fait l'objet d'une évaluation "approfondie".

[9] Au mépris, là encore, des Bonnes Pratiques de pharmacovigilance, mises au point par l'administration sanitaire depuis décembre 1994 et qui stipulent sans ambiguïté qu'autorités compétentes ou fabricants doivent "s'astreindre" à publier "rapidement" les données de tolérance qui sont "pertinentes". Or, quoi de plus pertinent que des "allergies" imputables à un vaccin qui a été administré à des bébés sur une base obligatoire durant plus de 40 ans ?...

[10] Cf. le Rapport publié par l'Assemblée, p. 649-50.

[11] Je rappelle que dans une émission déjà ancienne sur C dans l'air (08/02/08), j'avais forcé mon contradicteur - pourtant vaccinaliste militant - à reconnaître que l'hépatite B n'était nullement une menace sanitaire significative pour les bébés autochtones.

[12] Ils peuvent avoir changé de pédiatre et perdu le carnet de santé ; de toute façon, eu égard à ce que le rappel précédent illustre de la rigueur avec laquelle les enfants sont vaccinés, on peut tenir pour vraisemblable que les médecins ne multiplieront pas les vérifications avant d'accéder au désir - tellement inespéré - des parents.

[13] L'un des rares pédiatres à s'être publiquement élevés contre cette mystification, le Dr D. Le Houezec, m'adresse copie de la lettre qu'il avait envoyée à l'Ordre des médecins en date du 16/08/08 et dont il dit toujours attendre la réponse. La collusion de l'Ordre dans cette exceptionnelle atteinte à "l'honneur" et "la probité" est donc parfaitement avérée.

[14] J'ai personnellement suivi le cas d'une jeune fille de 20 ans ayant développé une sclérose en plaques deux mois après avoir été vaccinée totalement à son insu après avoir explicitement dit à son médecin qu'elle ne voulait pas de ce vaccin : sa plainte pénale a débouché sur un non lieu.

[15] Note du 12/10/10. Depuis la parution initiale de cet article, des correspondants m'ont confirmé que leur médecin - pédiatre ou non - leur soutenait dur comme fer que des vaccinations telles que le ROR étaient "obligatoires", ce qui est strictement faux. J'ai moi-même été directement témoin de cela avec mon petit-fils - indicateur intéressant de l'égarement déontologique où en sont arrivés certains confrères...

[16] Le vaccin DTP est actuellement le seul vaccin de large diffusion qui vise à prévenir des maladies comme la polio et le tétanos, caractérisées par la dyade justifiant le bénéfice d'une vaccination sous réserve qu'elle soit efficace : 1/ maladie grave ; 2/ maladie pour laquelle on ne dispose pas de traitement curatif. La situation est loin d'être comparable relativement à une pathologie comme la grippe : certes, on ne dispose pas d'antigrippal curatif (sauf si l'on croit aux antiviraux...), mais on a bien des traitements pour traiter la plupart des complications respiratoires qui font la gravité de la grippe, chez une toute petite minorité de sujets de toute façon.

Post-scriptum du 18/10/10 Après la publication de cet article, certains correspondants m'ont fait savoir que leur pharmacien soutenait que l'association diphtérie-tétanos-polio était toujours disponible. Elle l'est certes toujours, sous le nom de marque Revaxis : mais comme l'indique clairement la notice (et comme l'évoquait déjà mon article du Moniteur), elle est indiquée chez l'adulte et justement pas chez le nourrisson ou le petit enfant. Quant à l'indication récente chez l'enfant de plus de six ans ("à titre exceptionnel"), on attend avec intérêt le dossier d'enregistrement (essais cliniques, etc.) sur lequel l'AFSSAPS s'est fondée pour justifier une telle extension d'autorisation de mise sur le marché.

Source image : http://autreversion.info/Image/vaccins.jpg

Thèmes

Vaccin Principe de Précaution

Bookmark and Share
6 votes

commentaires
votez :
par MARTINES (IP:xxx.xx0.92.186) le 8 novembre 2010 à 15H16

Le vaccin contre l’hépatite B, je connais, je l’ai eu en 94 vaccin engérix B labo Smithkline Beecham .. depuis Janv 95, a aujourd’hui la fonction de mes deux jambes, est limitée a environ 300 mètres, suite a cela (sans escaliers).. Et OUI je suis très en colère, car trés abimé physiquement, et moralement,et sans droit, ni dédommagement ..

Alors les labos .. les pseudos ministres a la science infuse, et les scientifiques corrompus, il y en a marre ..

votez :
par Bien-Etre (IP:xxx.xx5.191.6) le 8 novembre 2010 à 16H12

Merci bien pour votre témoignage martines, il serait temps que les personnes telle que vous soit davantage entendu afin de montrer l’incohérence du système médical actuel et ses trop nombreux abus...il faut que les activités de corruption institutionnalisées par le lobby pharmaceutique cessent !

votez :
(IP:xxx.xx9.129.238) le 8 novembre 2010 à 18H00

Et tous ceux et celles qui n’auront pas été vacciné(e)s et auront développé une hépatite chronique ou un carcinome hépatique auront le droit de se faire soigner pour pas cher, chez les naturopathes et autres machinpathes avec des petites plantes, des sirops de cailloux, des petites fleurs ensoleillées, des petits granules de sucre, des petites aiguilles plantées un peu partout au petit bonheur, des vitamines, des massages de nationalités diverses (thailandais, chinois, indien, inca, sioux, au choix), des magnétiseurs, des énergiseurs, des sophrologues, etc, etc.... Et alors, elle ne sera pas belle la vie ? Et si avec tout çà ils sont encore malades, çà sera la faute à qui ?

votez :
(IP:xxx.xx1.233.103) le 11 novembre 2010 à 17H49

@ :(IP:xxx.xx9.129.238) le 8 novembre 2010 : l’ignorance est vraiment mauvaise conseillère !

votez :
par liebe (IP:xxx.xx5.184.151) le 14 novembre 2010 à 20H10

Bonsoir, Merci au Docteur Girard de continuer à dénoncer les inepties auxquelles nous assistons. Si d’aucuns, ne connaissant pas le fond du dossier , se permettent de juger ce que vous écrivez, sachez que de nombreuses personnes ne sont pas dupes. Je vous recommande d’ailleurs de compléter la lecture de cet excellent article par celle du livre de Virginie Belle, "quand l’aluminium nous empoisonne". Où l’on apprend en fait, que depuis de nombreuses années les chercheurs du monde entiers s’intéressent et savent parfaitement quels sont les dégats provoqués par l’hydroxyde d’aluminium contenu dans les vaccins. Pourtant , on ne les voit pas utiliser pour cette fois le fameux principe de précaution. Comme Martines, je suis une de ces fameuses victimes du vaccin contre l’hépatite b , et malheureusement , on ne comprend pas pourquoi on matraque ainsi nos nourrissons, avec les risques que cela peut comporter pour leur état de santé futur. Sachant que l’hydroxyde d’aluminium a un effet retard.. Nous leur injectons de véritables bombes à retardement. Je souhaiterai rassurer la personne qui s’inquiète à propos de l’infanrix et de l’hépatite b. EN effet, si votre enfant a reçu l’infanrix hexa, il a eu l’hépatite b , et s’il a reçu l’infanrix penta, il n’y était pas. Par contre, il a reçu de grosses doses d’aluminium et je ne pense pas que le médecin vous en ait parlé.

Je trouve cela déplorable.

votez :
par BienEtre (IP:xxx.xx5.191.6) le 10 novembre 2010 à 12H16

"Et tous ceux et celles qui n’auront pas été vacciné(e)s et auront développé une hépatite chronique ou un carcinome hépatique auront le droit de se faire soigner pour pas cher, chez les naturopathes et autres machinpathes avec des petites plantes, des sirops de cailloux, des petites fleurs ensoleillées, des petits granules de sucre, des petites aiguilles plantées un peu partout au petit bonheur, des vitamines, des massages de nationalités diverses (thailandais, chinois, indien, inca, sioux, au choix), des magnétiseurs, des énergiseurs, des sophrologues, etc, etc.... Et alors, elle ne sera pas belle la vie ? Et si avec tout çà ils sont encore malades, çà sera la faute à qui ?"

Et si vous vous intéressiez vraiment au sujet, et au secteur d’activité et la discipline dont vous parlez, avant de critiquer monsieur ou madame sans pseudo ?!

votez :
(IP:xxx.xx9.129.238) le 10 novembre 2010 à 17H27

"Et si vous vous intéressiez vraiment au sujet, et au secteur d’activité et la discipline dont vous parlez, avant de critiquer"

Voyez-vous, c’est précisément parce que je m’intéresse depuis pas mal de temps déjà au "secteur d’activité et à la discipline (?)" en question que je me permets de critiquer et de faire en sorte que les gens sachent de quel genre de poudre aux yeux il s’agit et ainsi s’en méfient.

votez :
par karl69 (IP:xxx.xx4.252.196) le 9 novembre 2010 à 10H17

Un tissu de mensonge, comme d’habitude lorsque ce monsieur deblatere sur les vaccins !!

votez :
par Jean_Marie (IP:xxx.xx5.10.29) le 9 novembre 2010 à 20H24

Si marc Girard se donne la peine d’étayer ses arguments on ne peut pas dire que c’est votre cas. En plus il ne déblatère pas sur les vaccins, il demande que le vaccin DTP qui est seul obligatoire et donc seul, lors d’effets indésirables pouvant entraîner une indemnité à demande simplifié, soit rétabli sans valence supplémentaire. Certains médecins vaccinant avec un hexavalent font en plus un engerix B, avouez qu’il y a problème. J’ai personnellement téléphoné chez aventis pasteur ou on m’a répondu : vu le coùt de fabrication de ce vaccin et son prix de vente, vous n’êtes pas prêt de le voir revenir. J’ai appelé Benoit Soubeyran pour lui signaler ce qu’on répondait dans son entreprise. Et j’ai le courage de signer de mon nom : Jean-Marie MORA ayez le même courage.

votez :
par azerty (IP:xxx.xx9.129.238) le 13 novembre 2010 à 12H50

@ Jean_Marie (IP:xxx.xx5.10.29) le 9 novembre 2010 à 20H24 Si marc Girard se donne la peine d’étayer ses arguments....

Etayer ses arguments ? Vous êtes bien ïndulgent, ou naïf ou convaincu d’avance pour prétendre çà !

Girard part d’un postulat général : "les vaccins sont dangereux", postulat qu’il essaie ensuite d’étayer avec les seuls arguments soutenant sa cause et en laissant de côté tous les autres qui risquent de fragiliser ou de relativiser sa position. C’est ce qui s’appelle "instruire uniquement à charge" !

votez :
par BienEtre (IP:xxx.xx5.191.6) le 10 novembre 2010 à 12H21

"Un tissu de mensonge, comme d’habitude lorsque ce monsieur deblatere sur les vaccins !!"

Même remarque que pour l’inconnu sans pseudo plus haut ! Quand on ne connait pas, on se tait ! Ce ne sont pas l’avis d’ignorant et borné comme vous qui pèsera dans la balance, mais bel et bien les arguments que vous apporterai au débat...et en l’état actuel des choses, force est de constater que vous n’en avez aucun !

Comme d’ailleurs tous ceux qui se permettent de critiquer sans raison et sans rien savoir, tenez-vous le pour dit !!

votez :
(IP:xxx.xx9.129.238) le 10 novembre 2010 à 17H36

par BienEtre (IP:xxx.xx5.191.6) le 10 novembre 2010 à 12H21

"Quand on ne connait pas, on se tait !"

"Comme d’ailleurs tous ceux qui se permettent de critiquer sans raison et sans rien savoir,"

- Lui il ne se tait pas parce qu’il est naturo-papathe et que par conséquent, il sait tout et il est incollable sur la médecine,la pharmacie, la neuropathologie, sur les vaccins, sur l’immunologie et bien d’autres choses encore.

votez :
par MARTINES (IP:xxx.xx0.92.186) le 8 novembre 2010 à 17H56

Je vous en prie !! J’ai mis le lien sur Facebook, si cela peut éviter que des personnes se retrouvent avec handicape, grâce aux injections miraculeuses ... c’est une bonne chose ..

votez :
par Lisa Sion (IP:xxx.xx1.234.60) le 9 novembre 2010 à 01H47

Bonjour,

j’ai entendu sur une radio n°1 un matin à cinq heures, que 125 nouveaux vaccins étaient prêts à la commercialisation dans les vingts ans à venir. il n’est pas impossible que cette décision soit au préalable appuyée par la disparition et l’interdiction des certaines herbes et bientôt légumes...

C’est l’acidité du chou qui s’avère le meilleur remède à Alzheimer puisqu’elle dissout les métaux lourd contenus dans le corps, et celle du citron qui est le meilleur repoussoir à l’expansion des cancers. Tout comme s’avèrerait aussi la pervenche de Madagascar et ses 90 alcaloïdes, mais la plante est introuvable en jardinerie...Pourquoi ?

En effet, le meilleur repoussoir à toute maladie est avant tout une nourriture saine et bio. Toute entrave à cette évidence mène tout droit à ouvrir la porte au charlatanisme le plus abject, dont n’est pas exempte la secte médicale au pouvoir.

votez :
(IP:xxx.xx9.129.238) le 9 novembre 2010 à 08H56

"C’est l’acidité du chou qui s’avère le meilleur remède à Alzheimer puisqu’elle dissout les métaux lourd contenus dans le corps, et celle du citron qui est le meilleur repoussoir à l’expansion des cancers."

Avant de proférer de telles énormités, vous feriez bien de réviser (ou plutôt d’apprendre) quelques notions de base de physiologie et de biochimie entre autres.

votez :
(IP:xxx.xx1.233.103) le 9 novembre 2010 à 12H54

@(IP:xxx.xx9.129.238) le 9 novembre 2010 : ""quelques notions de base de physiologie et de biochimie ""mais pourquoi ces notions changent-elles souvent ? On lit un livre de dix ans, un livre de vingt ans...et la physiologie a changé ! Dans vingt ans, plus rien de ce qui est enseigné ne sera pareil !....L’enseignement actuel sert à donner des diplômes et non à vérifier le contenu de l’enseignement. Je ne parlerai pas de la génétique et des écrits d’il y a cinq ou dix ans....cependant, les généticiens diplômés,... sont bien diplômés !....etc...

Combien d’hommes possèdent la même physiologie du système digestif par exemple ?...Pour la biochimie...avec les enzymes, les oligoéléments ...combien de réactions différentes sont possibles pour une seule transformation ? Et les traitements par ingestion de bactéries qui améliorent des maladies générales comme le diabète de type 2 et autres....la biochimie et ses raisonnements en étaient bien loin !

votez :
(IP:xxx.xx9.129.238) le 10 novembre 2010 à 18H27

les traitements par ingestion de bactéries qui améliorent des maladies générales comme le diabète de type 2

Je serais intéressé par une ou deux référence d’études démontrant la véracité de votre affirmation concernant le diabète. Merci d’avance.

votez :
(IP:xxx.xx1.233.103) le 11 novembre 2010 à 17H44

@(IP:xxx.xx9.129.238) le 10 novembre 2010 : Bonjour Monsieur, Pour ces notions, il s’agit d’EPU, donc d’enseignements payés par l’état en des locaux de faculté et dans les années 1990, quand on travaillait encore. Les enseignants venaient de Liège en Belgique comme cela se fait entre voisins qui se respectent ...et s’admirent, du moins pour moi, donc de mon coté.Ces enseignements sont publics, en post-universitaire, donc peut être faut-il être diplômé pour les entendre mais l’on ne m’a jamais demandé un papier. (Cependant, comme on se connait...).

Puis, notre ministère s’en est mêlé et les produits vendus par un petit laboratoire pharmaceutique ont été supprimés...de la merde même en gélules , ça ne coute vraiment pas assez cher, ai-je pensé ! Surprise, la faculté de Lille dans le nord reprendrait ces études !

Pour les septiques, le pancréas secrète l’insuline et glucagon dans le sang mais pour les ’enveloppés’, ’mon’ gras à moi, celui qu’un maigre ne peut avoir, secrète aussi une ’hormone’ hypoglycémiante (selon un article vu ici) . Le pancréas étant une glande aussi exocrine secrète des sucs digestifs. MAIS, les deux kilogrammes de microbes de notre intestin ’travaillent’ aussi pour notre bien être, dont la digestion des glucides. Seulement, il faut un bon équilibre, en présence donc une bonne qualité, en quantité et pour certains, il faut de bons respects de pourcentage (je n’ai pas les mêmes chiffres que dans l’article qui a été présenté ici même)et comme je fais confiance en mes professeurs de ma fac, je vous laisse aller vers eux. Je n’en ai jamais connu un seul qui n’ait pris le temps de m’expliquer un point incompris. Par contre, des améliorations notables ont été constatées dont dans des maladies relevant de l’immunité et sans traitements autres efficaces, malgré la non prise en charge des gélules de bactéries par les organismes z-adéquats.

Faudra -t-il payer la merde des vaches nourrie sans OGM et en bio bientôt ?

votez :
par BienEtre (IP:xxx.xx5.191.6) le 10 novembre 2010 à 12H23

"Avant de proférer de telles énormités, vous feriez bien de réviser (ou plutôt d’apprendre) quelques notions de base de physiologie et de biochimie entre autres."

Et vous en avez beaucoup vous, des notions de base en physio et biochimie...ou des connaissances en médecine, de quelque manière que ce soit ?!

Allez-y, faites-moi rire !!

votez :
(IP:xxx.xx9.129.238) le 10 novembre 2010 à 16H38

par BienEtre (IP:xxx.xx5.191.6) le 10 novembre 2010 à 12H23

"Avant de proférer de telles énormités, vous feriez bien de réviser (ou plutôt d’apprendre) quelques notions de base de physiologie et de biochimie entre autres."

Et vous en avez beaucoup vous, des notions de base en physio et biochimie...ou des connaissances en médecine, de quelque manière que ce soit ?!

Allez-y, faites-moi rire !!

"C’est l’acidité du chou qui s’avère le meilleur remède à Alzheimer puisqu’elle dissout les métaux lourd contenus dans le corps"

Lequel fait plus rire de lui ? C’est celui qui pense et celui qui soutient que l’on peut guérir la maladie d’Alzheimer en mangeant du chou.....

votez :
(IP:xxx.xx9.129.238) le 10 novembre 2010 à 10H45

"Tout comme s’avèrerait aussi la pervenche de Madagascar et ses 90 alcaloïdes, mais la plante est introuvable en jardinerie...Pourquoi ?"

Parce que vous avez l’intention de soigner vous-même votre cancer avec la pervincamine extraite de la Pervinca minor (achetée dans votre jardinerie locale) comme vous soignez votre maladie d’Alzheimer avec de la choucroute qui "dissoudrait" les métaux lourds.... .....

votez :
par Christian Creseveur (IP:xxx.xx0.115.220) le 9 novembre 2010 à 11H28

Si je comprends bien mes enfants vaccinés à l’Infanrix puis à l’Engerix ont été vaccinés deux fois contre l’hépatite B, quand une fois aurait suffi, et que la seconde est potentiellement dangereuse ? Que penser désormais du vaccin contre la méningite, au sujet duquel les médecins font une publicité sérieuse, pour ne pas dire une légère pression ?

votez :
par bobby (IP:xxx.xx6.186.140) le 9 novembre 2010 à 15H11

Bonjour,

Je crois que la méfiance envers les vaccins ne date pas d’hier et à nettement précédé l’apparition du vaccin contre le H1N1... qui fut un sommet dans le genre, il faut bien le reconnaître.

Pour ma part, je ne puis qu’apporter q(un témoignage individuel qui n’a pas validité pour l’ensemble.

Il y a quelques années, j’approchais la cinquantaine, j’ai décidé de me faire vacciner contre la grippe... il s’en est suivit que je n’avais jamais été aussi malade ! et ai donc été bien plus circonspect pour toute vaccination ultérieure.

j’ai eu ensuite l’occasion de vivre sans aucune couverture médicale pendant à peu près cinq ans et ne me suis jamais senti aussi bien que pendant cette période ! Le psychisme doit sans doute avoir une bonne façon de réguler notre santé en fonction du mode de vie que nous choisissons !

votez :
(IP:xxx.xx9.129.238) le 10 novembre 2010 à 10H49

...... l’occasion de vivre sans aucune couverture médicale pendant à peu près cinq ans et ne me suis jamais senti aussi bien que pendant cette période !

La Sécu ferait drôlement des économies si toute la pharmacopée était purement et simplement supprimée et les gens ne sentiraient jamais aussi bien...... Mais bon sang mais c’est bien sûr ! Pourquoi n’y a-t-on pas pensé plus tôt ? C’est surement à cause des lobbies pharmaceutiques et des politiciens véreux....

votez :
par BienEtre (IP:xxx.xx5.191.6) le 10 novembre 2010 à 12H47

"C’est surement à cause des lobbies pharmaceutiques et des politiciens véreux..."

...on ne vous le fait pas dire !

votez :
par BienEtre (IP:xxx.xx5.191.6) le 10 novembre 2010 à 12H52

"Le psychisme doit sans doute avoir une bonne façon de réguler notre santé en fonction du mode de vie que nous choisissons !"

Le psychisme joue un rôle, entre autre, en effet...ainsi qu’une hygiène de vie seine et des méthodes naturelles de soin, en commençant par une alimentation variée et équilibrée, point barre ! 80% des pathologies peuvent être éviter grâce à une bonne alimentation et un mode de vie harmonieux et sein.

votez :
(IP:xxx.xx9.129.238) le 10 novembre 2010 à 16H22

"80% des pathologies peuvent être éviter grâce à une bonne alimentation et un mode de vie harmonieux et sein."

80% des pathologies ? Y compris le cancer du sain ? Ou de sein ? Tout çà est bien compliqué on finit par s’y perdre et dire n’importe quoi !!

votez :
(IP:xxx.xx1.233.103) le 10 novembre 2010 à 09H40

Je vais essayer de résumer ce que je crois comprendre au vue de ces écrits :

Avant 1981, nous étions tous, grâce aux politiciens ou aux médias, contre les laboratoires Français qui tenaient la première place mondiale en fabrication et en invention. Ils gagnaient trop d’argent en commercialisant dans le monde entier leurs médicaments... ce qui devait pas mal rapporter à la France. Les nationalisations de 1981 ont résolu le problème en égarant le plus grand laboratoire pharmaceutique mondial comme nous l’a enseigné notre Justice. Nous aurions donc actuellement des difficultés entre ce que nos députés et sénateurs, qui n’ont pas retrouvé notre Laboratoire, rendent obligatoires ET les laboratoires actuels d’autres pays ou d’autres finances qui emmerdent pas mal les décideurs politiques et administratifs et qui fabriquent ce dont ils ont envi de fabriquer en toute liberté et...et bien, à cela il n’y a rien à dire, sauf que nous sommes ou nous serions, ou nous aurions le risque d’être empoisonnés ou mal soignés par ces produits .

ET là, et bien deux situations se présentent : les décideurs qui jouent la montre et pensent que ça va s’arranger (ou pas, mais ils ne se laissent alors pas toucher par les vaccins très certainement) ET les citoyens qui obéissent à l’obligation d’’être vaccinés par civisme et/ou un peu également égoïsme MAIS, il n’y a plus de laboratoire qui fabrique le produit obligatoire pour si peu de Français à vacciner et à un cout très bas du temps du "DTP" puisque les prix sont bloqués. Ils doivent alors recevoir des produits ou substances plus ou moins indésirables pour eux.

Il serait peut être temps de remettre à plat l’organisation de notre administration afin d’être mieux administrer mais aussi de faire de sacrées économies. Il serait certainement indispensable de revoir de fond en comble les théories de notre médecine comme l’a courageusement fait la physique qui de matière ’finie’ reprend le statut de matière à revoir les théories déduites de ce mental concret si prompt à l’erreur par l’utilisation de ses déductions qualifiées de rationnelles ou pire de Cartésiennes. S’il était un domaine où l’on faisait l’apologie du mental rationnel et Cartésien, il y a encore deux ou trois ans, c’était bien la physique. La médecine semble avoir également fait un grand usage de ce mental concret Cartésien et Rationnel ! Du moins, les médecins s’en enorgueillissent-ils.

votez :
par BienEtre (IP:xxx.xx5.191.6) le 10 novembre 2010 à 12H46

Entièrement d’accord avec ce que vous venez d’évoquer monsieur...le soucis c’est que dans notre pays, la médecine exerce un monopole et que ce que dit le conseil de l’ordre des médecins ou des pharmaciens qui outre-passe leurs droits doit être considéré comme parole d’évangile ! Voilà ou le bas Blesse ! C’est toujours l’histoire du pot de terre et du pot de fer...

votez :
(IP:xxx.xx9.129.238) le 10 novembre 2010 à 16H16

par BienEtre (IP:xxx.xx5.191.6) le 10 novembre 2010 à 12H39

A parce que vous, monsieur ou madame sans pseudo.....

(IP:xxx.xx1.233.103) le 10 novembre 2010 à 09H40

Je vais essayer de résumer ce que je crois comprendre au vue de ces écrits ....

Il est intéressant de constater que lorsqu’un message écrit par un intervenant sans pseudo (voir ci-dessous) va dans votre sens, vous ne trouvez pas "anormal" qu’un pseudo ne soit pas utilisé mais lorsque un autre message critique l’approche de ce "monsieur ou cette dame" sans pseudo est écrit par un ou une sans pseudo çà vous chiffone ! Deux poids deux mesures, n’est-ce pas ? Drôle de conception de la liberté d’opinion....Mais finalement çà n’étonne pas vraiment de la part de membre de secte, c’est leur manière habituelle de "discuter".

votez :
(IP:xxx.xx9.129.238) le 10 novembre 2010 à 16H43

"le conseil de l’ordre des médecins ou des pharmaciens qui outre-passe leurs droits"

Dans votre conception des choses, ils n’outrepassent leurs droits que parce qu’ils empêchent les cohortes de charlatans de tromper et d’escroquer plus encore qu’elles ne le font déja les pauvres gens qui souffrent, les bobos écolos pastèques naturochoses et les fêlés de tous poils.

votez :
par BienEtre (IP:xxx.xx5.191.6) le 10 novembre 2010 à 12H39

"Parce que vous avez l’intention de soigner vous-même votre cancer avec la pervincamine extraite de la Pervinca minor (achetée dans votre jardinerie locale) comme vous soignez votre maladie d’Alzheimer avec de la choucroute qui "dissoudrait" les métaux lourds..."

A parce que vous, monsieur ou madame sans pseudo, vous continuez de croire que c’est avec des chimiothérapies que l’on peut soigner les gens atteint de cancer, alors que ces traitements chimiques, qui ont prouvés leur inefficacités, ne font que d’intoxiquer l’organisme des malades et que la cancérologie n’a pas évolué depuis 50 ans ??!! Allez...

votez :
(IP:xxx.xx9.129.238) le 10 novembre 2010 à 16H18

"A parce que vous, monsieur ou madame sans pseudo, vous continuez de croire que c’est avec des chimiothérapies que l’on peut soigner les gens atteint de cancer,"

Non, non !! Ce n’est pas avec la chimiothérapie ! C’est avec l’imposition des mains et la prière, c’est bien connu....

votez :
par azerty (IP:xxx.xx9.129.238) le 10 novembre 2010 à 17H40

"....alors que ces traitements chimiques, qui ont prouvés leur inefficacités, ne font que d’intoxiquer l’organisme des malades et que la cancérologie n’a pas évolué depuis 50 ans ??!!"

http://santemedecine.commentcamarch...

[…] · Un adulte sur deux guérit du cancer et 70% environ des enfants guérissent du cancer. · Plus de 60% des malades sont en rémission au bout de 5 ans ( tout dépend du type de cancer, du traitement, du stade de la maladie à partir duquel le traitement a débuté.) · Guérison de plus de 95% pour le cancer du testicule ... · Les taux de guérison ont augmenté pour les cancers du sein, les leucémies et les lymphomes. […]

30 000 médecins et chercheurs du monde entier se sont réunis en Juin 2007 à Chicago et ont mit en avant les grandes avancées de la recherche dans les traitements du cancer. · Les médicaments , beaucoup plus nombreux aujourd’hui, ont permit d’améliorer la survie des malades. · Plus de 600 traitements anticancéreux de nouvelle génération sont en développement dans les laboratoires pharmaceutiques. o Des thérapies permettant de cibler les mécanismes clés du cancer. o Des médicaments contre le cancer du poumon ou des reins, permettent désormais de prolonger la vie des malades o Des cancers réputés incurables reculent et la survie des patients augmente. o Les nouvelles générations de médicaments mis au point ou encore à l’étude agissent sur la participation des cellules normales à la croissance des cancers. o La thérapie génique encore expérimentale : les traitements risquent d’être bouleversés lorsqu’ il sera possible d’agir sur les gênes responsables et supprimer la programmation de ces cellules à se reproduire sans fin.

http://santemedecine.commentcamarch...

[…] La guérison signifie que le risque de décès du malade est au même niveau que celui de la population du même âge et du même sexe. Selon l’étude ECARE (Lancée en 1990, Eurocare est l’étude la plus importante sur la survie des patients européens traités pour un cancer. Elle est basée sur l’analyse de 82 registres répartis dans 23 pays ) publiée en Mars 2009, 58,6% des femmes présentant un cancer sont guéries en 2009 alors que ce taux n’est que de 38% en Pologne. Cette enquête révèle également que la France affiche le taux de guérison des cancers de la prostate le plus élevé (57,9%) des pays européens étudiés. Des différences sont constatées , en termes de guérison, selon les pays et le type de cancer. · cancer colorectal : 49,4% en France (le meilleur taux européen), 48% aux Pays-bas, mais 24,8% en Pologne ; · cancer du sein : 72,8% en France, derrière la Suède (73,4%), la Finlande (73,2%), l’Espagne (72,9%). A l’autre extrémité de l’échelle, la République tchèque n’obtient que 54,7% ; · cancer de la prostate : avec 57,9%, la France vient en tête, devant l’Islande (56,5%), les Pays-Bas (54%) ; · cancer du poumon : la France est en tête, avec 10,3%, devant l’Espagne (10%), les Pays-Bas (9,9%).

Sources : INCA

votez :
(IP:xxx.xx1.233.103) le 12 novembre 2010 à 10H08

@azerty (IP:xxx.xx9.129.238) le 10 novembre 2010 : Bonjour Monsieur, votre article avec ses chiffres est intéressant mais plus crédible du tout. En son temps, des êtres se sont dressés contre des théories déduites par des raisonnements Cartésiens et surtout obtenus par des esprits rationnels. Environ quinze ans après, je lis dans internet sur yahoo "Actualités" que ces théories sont fausses car des expériences viennent donner le résultat inverse à ces théories. Il y avait eu entente entre divers z-individus au dessus de tout soupçon...mais capables d’induire notre monde ENTIER dans l’erreur par la puissance du groupe qu’ils faisaient. Un peu comme pour le ’fameux nuage’ qui n’a pas eu le droit d’entrer et de passer au-dessus de notre beau territoire. Tant que les laboratoires (comme toute autre entité du reste) auront la main-mise sur la recherche,l’invention, la fabrication, la commercialisation donc l’enseignement et les essais , nous ne pourront plus croire aux conclusions des groupes qui en dépendent surtout en ces temps de crise sociale. Je m’en excuse auprès de vous mais le coup de l’individu qui a détourné les chercheurs du monde entier de leur possibilité de découverte sur ’la maladie à la mode’,sous peine d’arrêt de financement immédiat du service de recherche correspondant, comme nous l’a appris notre Justice vers 1999, m’a rendu plus que très méfiant. D’autant plus que cette période a été submergée par une suite incessante de scandales plus dégueulasses les uns que les autres dans le silence le plus complet des Ordres des médecins comme celui plus discret encore des pharmaciens, et des vétérinaires aussi s’il existe bien. L’intérêt des malades n’a pas été défendu car il me semble avoir deviné qu’il y avait un intérêt primordial à défendre : " celui de la survivance de l’ordre lui même et de ses membres ". L’intérêt des malades a été d’autant moins défendu dans la succession la plus ahurissante des scandales qu’ils en sont morts ou qu’ils ’trainent’ avec les conséquences sur leur corps physique ou dans leur tête. Alors, pour une feuille de papier avec des statistiques,...et bien, je doute. Je doute d’autant plus, que lorsqu’on arrive avec cette saloperie de maladie, ou bien il est trop tard ou bien il est pas au bon endroit ou bien c’est les vacances ou bien les crédits...etc...etc...alors, si on est pas enregistré...les statistiques ne tiennent pas compte ...alors, les statistiques ne sont pas très fiables.... Pour approfondir un peu ma pensée, je ne juge pas car je pense que je n’en ai pas le droit. J’essaie juste d’analyser une succession de faits afin de vérifier mon impression que notre bien commun élémentaire n’est pas/plus prévu dans notre société plus ou moins "coincée" entre deux grands groupes politiques et de beaucoup trop nombreuses entités comme les ministères et autres sous-groupes qui semblent bien nous devenir plus que nuisibles. Si les déductions arrivent jusque là, c’est qu’il y a des problèmes et des problèmes qui dépassent un simple petit citoyen comme moi.....Une Crise arrive, des remises en cause semblent plus que nécessaires.

votez :
(IP:xxx.xx9.129.238) le 14 novembre 2010 à 11H05

vous continuez de croire que c’est avec des chimiothérapies que l’on peut soigner les gens atteint de cancer, alors que ces traitements chimiques, qui ont prouvés leur inefficacités, ne font que d’intoxiquer l’organisme des malades et que la cancérologie n’a pas évolué depuis 50 ans

- Et vous ? Vous croyez vraiment que l’on peut prévenir et guérir le cancer avec l’aloé vera et le jus de citron ?

votez :
par azerty (IP:xxx.xx9.129.238) le 12 novembre 2010 à 16H05

@ (IP:xxx.xx1.233.103) le 12 novembre 2010 à 10H08

"...votre article avec ses chiffres est intéressant mais plus crédible du tout. En son temps, des êtres se sont dressés contre des théories déduites par des raisonnements Cartésiens et surtout obtenus par des esprits rationnels. Environ quinze ans après, je lis dans internet sur yahoo "Actualités" que ces théories sont fausses car des expériences viennent donner le résultat inverse à ces théories."

- L’article dont j’ai copié/collé un extrait ne parle pas de "théories".

- Il n’est pas basé sur des "raisonnements" cartésiens ou non

- Il ne s’agit pas "d’expériences"

C’est article qui rapporte des chiffres qui ne sont que le nombre de cas de méningite effectivement déclarés dans la population générale. Ce sont donc des "observations". Quand ce nombre passe de,disons 250 cas dans une période à 450 cas dans la période suivante, c’est une "augmentation", pas une "statistique". Quand il se passe l’inverse, c’est une "diminution", pas une "statistique". Vous n’y pouvez rien, aucun "raisonnement" ne peut les modifier. Ce n’est pas une "théorie", ni une "expérience".

votez :
(IP:xxx.xx1.233.103) le 12 novembre 2010 à 21H13

@azerty (IP:xxx.xx9.129.238) le 12 novembre 2010 :

Vous écrivez :"C’est article qui rapporte des chiffres qui ne sont que le nombre de cas de méningite effectivement déclarés dans la population générale. " Alors, pourquoi si c’est un simple copier-coller est-il question de cette sale maladie qui est nommée ’cancer’ dans votre article dont je me permets de vous signaler que je n’accepte plus les chiffres non contrôlés par des personnes neutres et surtout pouvant être rémunérées par les ’aboutissants’.

Il existe je crois des méningites tuberculeuses mais je ne savais pas qu’il existait des méningites cancéreuses...pourquoi pas au fait, vous avez l’air d’être un spécialiste alors j’accepte cette information qui n’était pas dans le passage de votre article. Par contre, ce doit être une exception et je faisais référence au cancer en général et aux résultats de mes parents,amis et connaissances vis à vis de cette maladie. Les faits observés ne correspondent pas aux chiffres de 50% d’amélioration et encore moins de guérison sauf à accepter l’état lamentable dans lequel on les trouve en leur rendant visite comme étant une guérison. L’exception est pour le cancer du sein et la forme que reprennent certaines dames et votre chiffre semble faible, je l’aurais vu dans les 80% à 90%...

Croyez bien que je déplore le fait de ne plus faire confiance en mon administration mais c’est ainsi et les essais en double aveugle sur les médicaments ont même été tronqués puisqu’encore des médicaments pour le diabète viennent d’être retirés. A mon petit niveau, il ne m’est pas possible d’avoir les essais en double aveugle sur les vaccins. Si vous avez une adresse mail fournissant ces données, je vous remercie de me la fournir.

votez :
par azerty (IP:xxx.xx9.129.238) le 13 novembre 2010 à 11H07

@ (IP:xxx.xx1.233.103) le 12 novembre 2010 à 21H13

Je suis désolé et je vous présente mes excuses ! J’ai effectivement fait une erreur car j’ai interverti deux articles entre deux discussions différentes : l’une portait sur les évolutions de l’incidence du cancer et l’autre sur celle de l’incidence des méningites à méningo ! Mélange de pinceaux dû à la précipitation et au risque inhérent à la pratique des copiés/collés. Je vais rectifier tout çà un peu plus tard...

Alors, pourquoi si c’est un simple copier-coller est-il question de cette sale maladie qui est nommée ’cancer’ dans votre article

votez :
(IP:xxx.xx3.223.216) le 6 janvier 2011 à 10H06

http://www.ouest-france.fr/ofdernmi...

Première victime de la grippe A à Draguignan dans le Var Santé mercredi 05 janvier 2011

Nice Matin annonce ce mercredi matin qu’un premier décès dû à la grippe A a été enregistré dans le Var. Il s’agit d’un homme de 64 ans qui aurait contracté la maladie au cours d’un séjour à Londres. Il est mort le 20 décembre après avoir été hospitalisé à Draguignan puis à Marseille. Le journal précise que deux autres personnes ont contracté le virus dans la région et seraient actuellement en réanimation.

- L’histoire ne dit pas si ceux-là étaient vaccinés ou non !

Les Auteurs deSanté
Gilbert Spagnolo dit P@py - 22 articles
Sylvie Simon - 58 articles
Marc Girard - 20 articles
insaecula - 10 articles
çaDérange - 299 articles
Béatrice de Reynal - 209 articles
Koryneva - 1 articles
Biosphère Blog - 57 articles