NaturaVox : partager pour préserver
ConsoSociétéAlimentationSantéBiodiversitéClimatÉnergies
Pro-Ana, qu'est-ce-que c'est ?

Article publié le 18 avril 2007

Une tendance dangereuse que nous allons tenter de comprendre ensemble...

Pro-Ana, qu'est-ce-que c'est ?

Sur le sujet, la tendance "Pro-Ana", j’ai googlé un maximum de pages en anglais contre 2 ou 3 sujets de forums et blogs français. Le point intéressant c’est que, pour la plupart des pages, le filtre du réseau de mon bureau, Websense, m’a refusé l’accès pour motif de "adult content" et surtout "violence’"... Ce dernier point en dit long.

Mais revenons un peu sur les tenants et aboutissants d’une fashion qui fait peur.

Le "Pro-Ana" qu’est-ce que c’est ?
Il semblerait, d’après ce que j’ai pu lire, qu’il est difficile d’établir une définition du phénomène tant il est récent et lié directement à notre société du XXIe siècle, société basée sur l’image et les célébrités. J’ai eu beau chercher, je n’ai pas trouvé de définition. Pas de phrase tirée du Petit Robert illustré, il m’a fallu lire des pages entières (et un bout de la thèse ultra-intéressante d’une jeune américaine) pour arriver à en tirer une phrase concise. Phrase que voici : Le mouvement Pro-Ana ou "pro-anorexie" se caractérise par une maladie connue, l’anorexie, à la différence que cette anorexie n’est plus vécue comme une maladie mais comme un mode de vie.
Des personnes malades choisissent de refuser de se soigner, de s’affamer et surtout, elles ne le cachent plus, ou presque. Il peut également s’agir de personnes refusant tout traitement parce qu’elles pensent leur situation perdue, leur cause désespérée. C’est quoi le but ? Comme toute torture physique infligée à son propre corps, tout part du psychologique.

L’anorexie est reconnue comme une maladie, au même titre que la boulimie, et on rattache souvent ses causes à la mère. Je ne peux pas parler au nom de l’anorexie, je ne sais pas ce que c’est. En revanche, je suis boulimique alors je peux effectivement constater que la nourriture sert d’exutoire, de réconfort. Plus on mange, plus on a l’impression de combler un "vide", personnifié dans mon cas par mon ventre. Quand je le remplis, quand il déborde, je me sens mieux. Je sais d’où ça vient, je sais quand ça vient et c’est pour ça que je vais tout faire prochainement pour me soigner.

L’anorexie est le processus inverse. Comme j’ai pu le lire et le comprendre, on affame son corps, parce qu’on refuse qu’il prenne forme (un corps de femme, par exemple), on refuse qu’il existe et par la même occasion, on refuse sa propre existence. Dans le mouvement pro-ana, le vice va plus loin. En effet, c’est par cette non-nutrition que le sujet existe. C’est par le défi qu’il inflige à son corps que le sujet trouve satisfaction. Et ça fait peur. Quand on lit, sur un forum, la réponse d’une jeune fille à la question : "C’est quoi ton but  ? mourir à 25 kg ?", c’est effrayant : "mon but c’est mourir en prenant mon temps au cas où je change d’avis un jour." Cette réponse est édifiante. La jeune fille est consciente du mal qu’elle inflige à son organisme, consciente qu’elle peut mourir, mais c’est finalement ça qu’elle recherche.

Mais comment ça marche au fait ?
Adhérer au mouvement pro-ana peut partir d’un simple régime à une anorexie déjà détectée. Comme j’ai pu lire sur un skyblog, une jeune fille qui veut perdre trois kilos (!) s’inflige un régime draconien et va piocher des idées de recettes, de coupe-faim, sur le Net, sur des sites pro-ana, par exemple. Et tout peut vite basculer. A base de photos de Gisèle Bünchen et autre mannequin qu’elle idolâtre littéralement, cette jeune fille tombe dans l’excès et ne souhaite plus s’arrêter. Beaucoup de jeunes filles anorexiques peuvent elles aussi basculer dans cette tendance, en cherchant, tout simplement, une oreille, du réconfort sur le Net.

Sur les quelques sites "pro-ana" encore ouverts, on y trouve toute sorte de conseils : boire deux verres d’eau chaude pour couper la faim, la liste des aliments faciles à vomir, ceux qui sont peu caloriques (comme le fameux céleri qui brûle plus de calories à l’ingestion qu’il n’en apporte), les arguments pour tenir tête aux parents et résister à la nourriture... C’est assez effrayant. Un vraie communauté s’est formée, on s’échange e-mails, adresses, numéros de téléphones, on se propose de se rencontrer. Comme j’ai pu le constater aussi sur les sites américains, la poésie est souvent utlisée pour faire passer des messages, mettre des mots sur des notions (comme la faim, le manque, l’amour), faisant passer la pilule plus facilement peut-être, et surtout affichant clairement ce mouvement comme une fashion, une tendance s’apparentant à un mode de vie dont on n’a plus honte, contrairement à l’anorexie qui se cache et se ment.

Où est-ce qu’on peut se renseigner ?
Comme je le disais en introduction, si on n’est pas anglophone, ce sera dur. Enormément de sites français sont créés puis aussitôt supprimés pour le caractère d’incitation à l’automutilation qu’ils représentent. Les pro-ana ne comprennent d’ailleurs pas pourquoi on vient leurs chercher des noises, pourquoi on ne les laisse pas faire leur grève de la faim tranquilles. Ce qu’elles ne comprennent pas c’est qu’on ne peut pas accepter de vivre dans ces conditions, de mourir à petit feu en faisant souffir son entourage. C’est d’ailleurs ce que tentent, vainement, de leur faire comprendre les personnes réagissant sur leurs sujets dans les forums spécialisés. Si les sites français sont donc quasiment inexistants, les américains en revanche, eux, sont bien présents, nombreux et surtout incroyablement bien faits. En effet, le design est attractif, joli, on a souvent du mal à croire que ces sites traitent d’un tel sujet, c’est une réelle banalisation de l’acte de vomir ou s’affamer. C’est le point dangereux de ceux-ci d’ailleurs. On adhère facilement à l’idée que ça peut être fashion de ne pas manger, que c’est "normal". Des conseils, des astuces, des "recettes" et menus en tout genressont proposés ainsi que des photos.

Mais que faire alors ?
Sensibiliser les jeunes filles, les aider à se sentir plus en phase avec leur corps relève de l’utopie. Il faudrait cesser de penser que l’obèse est un être abject et inutile alors que l’anorexique est posé en victime, comme impuissant. Adopter cet état d’esprit, considérer les deux états comme des maladies (et pas seulement l’anorexie) serait un grand pas. Je pense que fermer ces sites n’est pas non plus la bonne solution, on sait tous mieux que personne qu’un interdit est là pour être bravé. Plus on diabolisera cette pratique, plus les jeunes filles prendront du plaisir à en être actrices. En revanche, faire suivre de près ces sites par des professionnels pour permettre d’établir un plan d’action et d’aide plus approprié, pour tenter de mieux comprendre ce phénomène avant de le dénoncer, cela pourrait être une autre solution. Je pense qu’il est important, même si c’est quand même difficile de dire que c’est de leur faute, qu’on fasse comprendre aux célébrités, à ces personnes à qui trop de gens souhaitent s’identifier, qu’elles ont un rôle à tenir. J’ai toujours trouvé ça débile de dire que Britney devrait arrêter de fumer parce que ça pourrait encourager ses fans à fumer aussi, mais en ce qui concerne la minceur, je pense qu’on devrait arrêter de véhiculer l’image de la réussite par le physique, à tout prix. Même si cette image est vraie, même si c’est la réalité. Beaucoup trop de jeunes filles ne savent pas que les couvertures de magazines, que la moindre photos sur papier glacée est retouchée.

Beaucoup trop de jeunes filles ne savent pas que les top models ne mangent pas à leur faim et se droguent souvent pour rester en forme... Qu’on arrête de dire "curves are back" en montrant des squelettes sillonnés. Qu’on arrête de taxer Mariah Carey et Britney (depuis sa grossesse) de "grosses" voire "obèses"(oui, oui je l’ai lu !). C’est un long travail de changement de mentalité, qui se fera sûrement avec le temps. Avant, les rondeurs étaient bien à la mode, il y a deux siècles... Moi, pendant ce temps-là, en mangeant ma salade mâche-tomates, je me dis que mes kilos en trop ne sont peut-être pas de trop.

Thèmes

Alimentation Obésité Nutrition Douleur Maladie Société

Bookmark and Share
221 votes

commentaires
votez :
par RemiZ (IP:xxx.xx2.178.10) le 18 avril 2007 à 10H58

Tres bel article.

Vous auriez peut-etre du le separer en plusieurs paragraphes pour faciliter la lecture.

Sinon, sur le fond, ce mouvement pro-Ana tel que vous le decrivez me rappelle presque ce mouvement de seropositifs qui transmettaient volontairement le virus. Comme si plus de gens etaient malades, plus la maladie serait facile a vivre. Dans ces deux cas, la demarche est criminelle.

votez :
par So’ (IP:xxx.xx7.11.186) le 18 avril 2007 à 11H11

Merci Rémi d’avoir pris le temps de tout lire et d’avoir commenté. J’avais fait plusieurs paragraphes mais il semble qu’à la mise en ligne, AgoraVox ait tout publié d’un bloc. Je vais voir comment je pourrais y remédier. ;-)

votez :
par luce (IP:xxx.xx4.150.171) le 30 septembre 2007 à 14H27

En attendant j’ ai la ferme conviction que l’anorexie est un état d’esprit, dans lequel le sujet veut se donner la mort à petit feu , alors que le sujet boulimique voudrait vivre pleinement , mais ne sait pas comment. Ou plus précisémment la personne ne sait pas comment se débarrasser de ses obstacles inconscient qui lui pourrissent la vie. Effectivement la boulimie permet, de bien se remplir l’ estomac à n’en plus pouvoir afin, de "retrouver la chaleur de la mère que l’on avait lorque l’on était encore dans son ventre, c’est à dire lors de la gestation. Cela parait tordu , mais vrai .On vient tous de quelques part et quand quelques choses manque on essaie de se retrouver inconsciemment de l’endroit dont nous provenons. Ainsi, notons le point positif de la boulimie , qui déjà a l’envie de s’en sortir , alors que l’anorexie, selon plus grave veut tout simplement en finir. Et quand on veut s’en sortir , on est déjà sur la bonne pente !!!

votez :
(IP:xxx.xx7.41.169) le 18 avril 2007 à 11H34

Merci pour ce très bon article !! Voilà comment j’aime AgoraVox !! Merci encore !

votez :
par parkway (IP:xxx.xx7.18.161) le 18 avril 2007 à 11H43

cet article ne manque pas de poids !

il y a à boire et surtout à manger...

votez :
par ludotym (IP:xxx.xx5.90.13) le 18 avril 2007 à 14H08

Le salut pourrait venir des récentes décisions prises en Espagne. En effet, lors d’un défilé de mode très médiatisé, des femmes au ratio taille-poids trop faible ont été carrément interdites de défilé. En France, ça a été le ballet des Hypocrites (créateurs de mode comme organisateurs) pour nier le phénomène, ou du moins en diminuer l’ampleur. J’aimerais vraiment que l’exemple espagnol puisse faire tache d’huile, pour qu’enfin on valorise les formes, les corps bien faits, au lieu de porter au pinacle ces sacs d’os qui ne font que conforter les pro-ana dans leur désir de perdre du poids. Très bon article.

votez :
par Philippe95 (IP:xxx.xx2.115.27) le 22 avril 2007 à 10H39

Tout à fait d’accord : Il faut arrêter de mettre en permanence en valeur des femmes manifestement trop maigres pour être en bonne santé.

Il faudrait pouvoir convaincre les jeunes filles de regarder un peu moins les magazines et un peu plus la vraie vie. J’ai souvent entendu des hommes de tous milieux dire (un peu + vulgairement d’alleurs mais c’est l’idée qui compte :-) )

"Une femme doit avoir des seins et des fesses".

Tous les hommes ne s’installent pas forcément avec une compagne de 30kg...

votez :
(IP:xxx.xx4.104.248) le 25 avril 2007 à 21H53

bonjour l’intolérance envers les femmes maigres ! comme si maigreur était synonyme d’anorexie...

votez :
par Hakim I. (IP:xxx.xx4.180.203) le 18 avril 2007 à 15H52

Il y a aussi une chose contre laquelle il faudrait lutter, l’habitude qu’ont les médias people et publicitaires de retoucher les photos. On efface un bourrelet par-ci, une vergeture par-là...

votez :
par So’ (IP:xxx.xx7.11.186) le 18 avril 2007 à 16H10

Tout à fait d’accord avec toi Hakim... j’ai oublié de mentionner cela dans mon article mais c’est tout à fait vrai...

votez :
par idoric (IP:xxx.xx1.239.57) le 18 avril 2007 à 19H20

Très intéressant article, moi qui suis dans l’enseignement, il est toujours bon de connaître ce genre de choses, on ne sait jamais...

votez :
par Marie-Odile BRUS (IP:xxx.xx3.76.42) le 18 avril 2007 à 21H23

Merci pour cet article. La notion de communauté est en effet très forte et permet une illusion d’identité (par appartenance au groupe) chez des sujets en déficit d’image personnelle équilibrée : on se réinvente une normalité.... tant pis si la "norme" est un excès. C’est le même principe pour la toxicomanie... et toutes les formes de marginalisation de "groupe" peut-être ! L’exemple // sida le rappelle.

En ce qui concerne le lien à la mère : je mettrais un bémol ! Je suis d’accord // nourriture= affectif, mère nourricière...etc mais le déséquilibre peut-être sur un plan énergétique et non avec la mère réelle. Il y a eu bcp de culpabilistion des mères à ce sujet. C’est plus le rapport à la "mère symbolique", aux énergies nourricières (terre) telle que vécue par l’anorexique qui est à harmoniser et non le rapport à la personne de la mère. Avis perso ! Le déséquilibre peut d’ailleurs venir, à ce titre, de la parentèle complète...

La tartufferie des journaux de mode est effectivement à dénoncer : des articles prétendant justement dénoncer la maigreur "déifiée" par la mode voisine des reportages photos de filles de 15 ans maquillées pour en faire 20 et montrant de fausses adultes là où il n’y a que de l’ado qui monte en graine ! Avec un IMG de 17 maxi... Une honte. :-((

L’initiative de l’Espagne est à reprendre ! Si il y a une réelle volonté de réhabiliter une image de la femme plus proche de la réalité (en France taille 42 pour 1m 68 je crois avoir lu quelque part !). On peut rêver autrement qu’en s’identifiant à des cadavres ambulants...

votez :
par dan (IP:xxx.xx5.173.113) le 19 avril 2007 à 09H13

j’avoue que je ne connais ni la boulimie ni l’anoxerie par conte j’aime bien aimé les bouqins d’Amélie Nothomb qui traitent parfois des ces thèmes là On y comprend très bien certains mécanismes

mais je crois que les gens peuvent être libres libres de fumer ou pas de manger ou pas de boire ou pas de se détruire ou pas même s’ils ne sont pas conscients de tout ce qu’il font ...

Dg

votez :
(IP:xxx.xx6.44.16) le 21 avril 2007 à 21H34

Et sur quoi se base-t-on pour décréter que n’importe quelle idiote mérite de survivre ?

votez :
(IP:xxx.xx4.150.188) le 22 avril 2007 à 15H20

Par humanisme ?

votez :
par Helene (IP:xxx.xx3.137.72) le 24 avril 2007 à 15H49

Article très intéressant - merci Malheureusement je ne suis pas sure que le monde des médias et de la mode soit prêt à changer ses modes et ses égéries...

votez :
par ec (IP:xxx.xx5.58.205) le 26 avril 2007 à 09H37

Et bien sûr la société est sans aucune responsabilité sur ces attitudes ! Un être humain fait parti de la société . Si certains tombent, il serait "délicat" d’aller voir ce qui se passe . Les journaux ont décrit des prises de positions des jeunes parfois abruptes ,dures pour les adultes ...tq méthodes de suicides ,drogues ,...ce mouvement nous renvoie notre image comme le fait une glace .Encore une fois, j’y vois une grande carence de nos "" experts""( cf ceux d’Outreau ,des médicaments tq Vioxx ..). Un Être humain est bien autre chose qu’ un harmonieux assemblage d’os et de viande . Nous venons de quelque part et surtout nous allons quelque part. ...MIROIR...mon beau miroir...

votez :
par poupée de porcelaine (IP:xxx.xx8.79.226) le 28 avril 2007 à 21H03

Je pense qu’il ne faut pas accuser à tort les magazines de mode... Certes, regarder et envier des mannequins ultra-maigres n’arrange rien. Mais les causes de l’anorexie (pro-ana si vous voulez, ça reste la même chose..) sont avant tout psychologiques. On a tous lu un magazine ou un journal people, de mode (si si au moins une fois, chez le coiffeur par exemple !) et tout le monde n’est pas tombé anorexique pour autant. Les personnes souffrant de cette maladie ont sombré dans l’obsession de la nourriture et de la minceur parce qu’actuellement c’est un phénomène de mode mais elles auraient aussi bien pu devenir skizophrènes, dépressives, ou autre. Le mal être de ces jeunes filles est toujours le même. Il s’exprime juste différement. Et se revendiquer "pro-ana" n’est qu’une façon de dire à la fois "au secours je souffre" et "laissez-moi me détruire puisque je ne vaux rien". Bref, les magazines de mode et les filles-brindilles ne sont pas une cause, mais un support d’expression du mal être.

je pense pouvoir dire que je comprends ces personnes ayant moi-même été atteinte de troubles alimentaires de l’âge de 8 ans à l’âge de 18 ans...

Je ne sais pas ce que je peux faire de plus que témoigner pour les aider car aucune n’entendra raison (et je suis passée par là) mais si quelqu’un veut en discuter voici mon mail : sucredorge007@yahoo.fr

Restez vigilants, l’anorexie tue.

votez :
par So’ (IP:xxx.xx7.11.186) le 18 juin 2007 à 17H31

Je pense que les médias (donc la société fondamentalement parlant) sont véritablement la source de ces maux. Le pro-ana n’est pas l’anorexie, c’est pire. Parce que la personne pro-ana sait qu’elle est en danger et qu’elle est maigre à en mourir. Quand on arrêtera de photoshoper toutes les photos et de montrer des sacs d’os comme ’beaux’ ben les mentalités changeront peut-être. Des gens osseux, il y en a des tonnes, en Afrique notamment, arrêtons de provoquer cet arrêt de prise de nourriture comme s’il s’agissait d’une mode ou d’une blague...

votez :
par Stef (IP:xxx.xx9.131.14) le 26 juin 2007 à 10H57

J’avais déjà posté chez Queeny, mais je sais pas si tu l’as vu, dc... :p

Bon ben voilà j’ai lu ton article ;-) Très bel article, très bien écrit, avec beaucoup de sensibilité ;-)

Déjà avant toute chose, courage pour tes propres pbs... En sachant cela, je trouve encore plus admirable que tu te penches sur la question ;-)

Concernant le monde de la mode en lui-même, je pense que suite aux prises de positions de certains organisateurs de défilés (notamment à Madrid et Paris), il y a une réelle évolution. C’est dommage qu’il ait fallu attendre que deux mannequins meurent pour que les choses bougent, mais bon, on va dire que mieux vaut tard que jamais... Ce qui me tue le plus, c’est que quand JP Gaultier a choisi une femme obèse comme "emblème" de sa nouvelle collection, beaucoup ont crié au scandale et lui ont reproché de tomber dans l’extrême... Suis pas d’accord du tout, évidemment. Une femme, obèse ou rachitique, reste une femme avant tout. Et c’est peut-être le seul créateur à l’avoir compris ;-)

J’ai moi-même bossé 10 ans dans la mode. Et grâce à mon caractère bien trempé déjà à l’époque (lol), j’ai eu la chance de ne pas tomber dans les pièges de la drogue ou de la malnutrition. Mais je pourrais te parler pendant des heures de ce que j’ai vu (et accessoirement subi) pendant ces années.

Bref, je pense comme toi que les médias sont seuls responsables de ces maux. Mais alors ma question est la suivante : comment on les arrête ??? :-(

En tout cas, encore bravo pour cet article intelligent ;-) Zouxxx

votez :
par FLORE (IP:xxx.xx6.46.61) le 15 septembre 2013 à 22H24

Voila je trouve ton article super intéressant. Il y a quelques jours je suis aller regarder dans le tiroir de ma sœur espèrent trouver mes vernis a ongles. Ma sœur étant presque aussi coquette que moi aurait très bien pu me"l’empreinter". Nous sommes des ados je tiens a le preciser. Alors j’ai trouvée un carnet qui ne ressemblait a aucun de ses journaux intimes. Je l’ai ouvert et j’ai vu en page de garde :"journal d’un pro-ana". J’ai vue qu’elle avait griffonner une dizaine de pages mais je n’ai pas voulu lire. Alors je suis aller sur internet et j’ai taper qu’est ce qu’une pro-ana ? Me voila désespéré devant ton article. Je ne sais pas quoi faire.

votez :
par So (IP:xxx.xx9.68.109) le 15 septembre 2013 à 22H41

Bonjour Flore, Tu es ado ? Je pense qu’il faut en parler à tes parents. Ta soeur présente-t-elle des signes d’anorexie ? De souffrance ? Bon courage en tous cas et parles-en à tes parents. Peut-être aussi à l’infirmière de ton collège/lycée, elle est là pour ça, pour répondre à tes questions. Bisous

Les Auteurs deSanté
Gilbert Spagnolo dit P@py - 22 articles
Sylvie Simon - 58 articles
Marc Girard - 20 articles
insaecula - 10 articles
çaDérange - 299 articles
Béatrice de Reynal - 209 articles
Koryneva - 1 articles
Biosphère Blog - 57 articles